Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Association Proliturgia ... Intéressant à lire.
par Françoise Aujourd'hui à 11:33

» Si le monde savait ! Témoignage de Nathalie Saracco
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 10:27

» 26 juin Saint José Maria Escriva
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 10:21

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 10:10

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 23:15

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
par Nicolas Hier à 19:42

» 25 juin Saint Prosper d'Aquitaine
par ami de la Miséricorde Hier à 06:21

» 25 juin Saint Maxime de Turin
par ami de la Miséricorde Hier à 05:48

» Nouvelle messe en préparation !
par fontaine Sam 24 Juin 2017, 21:09

» Le père Steven Scheier s'est retrouvé devant le trône du Jugement de Dieu
par fontaine Sam 24 Juin 2017, 12:31

» Procession du Saint Sacrement hier à Paray le Monial
par ami de la Miséricorde Sam 24 Juin 2017, 09:05

» 24 juin Fête du Coeur Immaculé de Marie
par ami de la Miséricorde Sam 24 Juin 2017, 08:49

» 24 juin Nativité de Saint Jean Baptiste
par ami de la Miséricorde Sam 24 Juin 2017, 08:35

» Mirella Pizzioli : Nos chers défunts sont vivants, nous vivrons avec eux dans l’
par fontaine Ven 23 Juin 2017, 20:24

» Amoris Laeticia : Exhortat° Apostolique post-synodale.
par Françoise Ven 23 Juin 2017, 15:47

» Acte de réparation au Sacré Coeur de Jésus
par fontaine Ven 23 Juin 2017, 11:12

» Neuvaine au Sacré Coeur de Jésus - Sanctuaires de Paray-le-Monial -
par Françoise Ven 23 Juin 2017, 10:49

» 23 juin Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
par ami de la Miséricorde Ven 23 Juin 2017, 01:05

» 22 juin Saint Paulin de Nole
par ami de la Miséricorde Mer 21 Juin 2017, 22:05

» 22 juin Saint Thomas de More
par ami de la Miséricorde Mer 21 Juin 2017, 21:51

» La Contraception et l'Enseignement de l'Eglise catholique
par fontaine Mer 21 Juin 2017, 07:27

» 21 juin Saint Louis de Gonzague
par ami de la Miséricorde Mer 21 Juin 2017, 01:58

» L'Evangile avec François (vidéo)
par Nicolas Mar 20 Juin 2017, 19:00

» Mgr Teofilius Matulionis bientôt béatifié
par ami de la Miséricorde Mar 20 Juin 2017, 01:06

» Reconnaissance du martyre de Teresio Olivelli
par ami de la Miséricorde Mar 20 Juin 2017, 00:53


Partagez | 
 

 Pape François, le courage de dire la vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pape François, le courage de dire la vérité   Mar 20 Déc 2016, 11:21

-


Dernière édition par Raphaël de l'Enfant Jésus le Jeu 30 Mar 2017, 07:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Assidu
avatar

Nombre de messages : 713

MessageSujet: Re: Pape François, le courage de dire la vérité   Mar 20 Déc 2016, 22:54


Voici un extrait un peu plus complet que celui que vous donnez de l'homélie du pape François du 15 décembre 2016 à la maison sainte Marthe :

http://fr.radiovaticana.va/news/2016/12/15/messe_%C3%A0_sainte-marthe__jean_le_baptiste,_un_mod%C3%A8le_de_v%C3%A9rit%C3%A9_et_de_radicalit%C3%A9/1279402


Citation :
Jean-Baptiste, lui aussi, avait ses doutes : les grands peuvent se permettre de douter

Bien que Jean fut grand, fort, sûr de sa vocation, «il avait aussi des moments sombres, il avait aussi ses doutes», a dit François. Jean en effet avait commencé à douter en prison, même s’il avait baptisé Jésus, «parce qu’il était un Sauveur, mais pas comme il l’avait imaginé». Et donc il envoie deux de ses disciples à lui demander si c’était justement lui le Messie. Et Jésus corrige la vision de Jean avec une réponse claire. Il dit en effet de rapporter à Jean que «les aveugles retrouvent la vue, les sourds entendent, les morts ressuscitent». «Les grands peuvent se permettre de douter, parce qu’ils sont grands», a commenté le Pape.

«Les grands peuvent se permettre le doute, et c’est beau. Ils sont sûrs de la vocation, mais à chaque fois que le Seigneur leur fait voir une nouvelle voie, ils entrent dans le doute. "Mais ceci n’est pas orthodoxe, ceci est hérétique, ceci n’est pas le Messie que Moi j’attendais". Le diable fait ce travail et quelques amis aident aussi, non ? Ceci est la grandeur de Jean, un grand, le dernier de cette chaîne de croyants qui a commencé avec Abraham, celui qui prêche la conversion, celui qui n’use pas de demi-paroles pour condamner les superbes, celui qui à la fin de la vie se permet de douter. Et ceci est un beau programme de vie chrétienne.»


Cependant la tradition des docteurs de l'Eglise par saint Hilaire de Poitiers, saint Jérôme et saint Jean Chrysostome rapporte au contraire que saint Jean Baptiste n'a pas douté :

http://www.clerus.org/clerus/dati/2001-04/02-6/CaMt0913.html

ou

http://catholiquesdu.free.fr/MATHIEU/CHAPITRE11.HTM

Citation :
S. Hil. (can. 11 sur S. Matth.) Il est cependant certain que l’erreur ne s’est point mêlée à cette connaissance parfaite qu’avait saint Jean, lui qui avait annoncé comme précurseur la venue du Messie, qui comme prophète le reconnut au milieu de la foule, et comme confesseur, rendit hommage au Sauveur qui venait à lui. On ne peut admettre que la grâce de l’Esprit saint lui ait fait défaut dans la prison, alors que plus tard l’apôtre devait répandre la lumière de sa puissance sur ceux qui partageaient ses fers.

S. Jér. Ce n’est point par ignorance qu’il interroge, mais de la même manière que le Sauveur demandait en quel endroit le corps de Lazare avait été déposé, afin de préparer ainsi à la foi ceux qui lui indiquaient le lieu de sa sépulture, et de les rendre témoins de la résurrection d’un mort. C’est ainsi que Jean-Baptiste, sur le point d’être mis à mort par Hérode, envoie ses disciples à Jésus-Christ, pour qu’ils aient occasion de voir ses miracles et ses prodiges, et qu’ils puissent croire en lui, et s’instruire eux-mêmes en l’interrogeant au nom de leur maître. Que les disciples de Jean aient nourri quelque sentiment d’envie contre le Christ, la question qu’ils lui ont faite précédemment le démontre suffisamment. " Pourquoi les Pharisiens et nous jeûnons-nous souvent, tandis que vos disciples ne jeûnent pas ? " (Mt 9.) — S. Chrys. (hom. 37.) Tant que Jean-Baptiste était avec eux, il leur parlait sans cesse du Christ, c’est-à-dire qu’il leur recommandait de croire en lui ; mais sentant sa mort prochaine, il redouble de zèle, car il craint de laisser dans ses disciples un levain de dangereuse erreur, et il redoute qu’ils ne demeurent éloignés de Jésus-Christ, à l’école duquel il a voulu les renvoyer tous dès le commencement. S’il leur avait dit : Allez à lui, parce qu’il est bien au-dessus de moi, il ne les aurait pas persuadés ; ils auraient cru qu’il parlait ainsi par un profond sentiment d’humilité, et ils lui seraient restés plus attachés qu’auparavant. Que fait-il donc ? Il attend que ses disciples viennent lui rapporter eux-mêmes que le Christ fait des miracles ; et parmi eux tous il n’en envoie que deux qu’il regardait peut-être comme plus faciles à être convaincus. Il les envoie afin que sa demande ne prête à aucun soupçon et qu’ils apprennent par les faits eux-mêmes la distance qui les sépare de Jésus-Christ.

S. Hil. (can. 11 sur S. Matth.) Jean-Baptiste n’agit donc pas ici pour éclairer son ignorance, mais pour dissiper celle de ses disciples ; il les envoie considérer les oeuvres de Jésus afin de leur apprendre qu’il n’en a point annoncé un autre que lui, que ses prodiges donnent une nouvelle autorité à ses paroles, et qu’ils n’attendent pas un autre Christ que celui qui avait pour lui le témoignage des oeuvres. — S. Chrys. (hom. 37.) Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui connaissait la pensée de Jean, ne dit pas " C’est moi ; " car cette réponse aurait indisposé ceux qui l’entendaient ; ils auraient pu penser, quand ils ne l’auraient pas dit, ce que les Juifs lui objectèrent plus tard : " Vous vous rendez donc témoignage à vous-même ? " Il veut donc les instruire à l’école de ses miracles, pour donner ainsi à sa doctrine une autorité plus éclatante et plus irrécusable ; car le témoignage des oeuvres est plus digne de foi que le témoignage des paroles. Il guérit donc sous leurs yeux des aveugles, des boiteux, et beaucoup d’autres malades, non pour l’enseignement de Jean-Baptiste, qui n’en avait pas besoin, mais pour l’instruction de ses disciples qui étaient dans le doute. " Et Jésus leur répondit : Allez, rapportez à Jean ce que vous avez entendu, et ce que vous avez vu. Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés. " — S. Jér. Ce dernier trait n’est pas inférieur à ceux qui précèdent ; les pauvres évangélisés sont ou les pauvres d’esprit, ou ceux qui sont pauvres des biens de la terre ; ainsi la prédication ne met aucune différence entre la noblesse et l’obscurité de la condition, entre les riches et les pauvres ; et c’est là une preuve de la rigoureuse justice du maître, et de la vérité de ce divin précepteur : tous ceux qui peuvent être sauvés sont égaux à ses yeux.

S. Chrys. (hom. 37.) Ce qu’il ajoute : " Et heureux est celui qui ne prendra pas de moi un sujet de scandale, " tombe sur les envoyés qui étaient scandalisés à son sujet ; Notre-Seigneur ne dévoile pas leurs doutes intérieurs, il les abandonne au jugement de leur conscience, et leur adresse ce reproche indirect. — S. Hil. (can. 2 sur S. Matth.) En disant : Bienheureux celui qui ne prendra point de lui un sujet de scandale, il montre l’écueil contre lequel Jean a voulu les prémunir, car il n’a envoyé ses disciples vers le Christ que dans la crainte qu’ils ne fussent scandalisés à son sujet. — S. Grég. (hom. 6 sur les Evang.) Jésus-Christ a été pour les infidèles un grand sujet de scandale lorsqu’après tant de miracles, ils le virent expirer sur la croix ; c’est ce que saint Paul exprime lorsqu’il dit : " Nous prêchons Jésus-Christ crucifié, qui est un scandale pour les Juifs. " (1 Co 1) Que signifient donc ces paroles : Heureux est celui qui n’aura pas été scandalisé à mon sujet, si elles ne sont une déclaration manifeste de l’ignominie et des humiliations de sa mort ? N’est-ce pas comme s’il disait clairement à Jean-Baptiste : Je fais des choses admirables, mais je ne rougis pas d’en souffrir d’ignominieuses, et puisque ma mort doit suivre la vôtre, il faut que les hommes se gardent de la mépriser, après avoir admiré les prodiges que j’ai opérés ?

S. Hil. Le sens mystique nous offre encore une intelligence plus large de ce fait de la vie de Jean-Baptiste. C’est que comme prophète, et par la nature même de sa mission prophétique, il annonce que la loi est pour ainsi dire ensevelie dans sa personne. La loi, en effet, avait annoncé Jésus-Christ, prêché la rémission des péchés, promis le royaume des cieux, et Jean avait accompli toute cette oeuvre de la loi. Au moment donc où cesse la loi qui, retenue captive par les péchés du peuple, était comme chargée de chaînes, renfermée dans un cachot, et ne pouvait par conséquent reconnaître le Christ, elle envoie considérer le spectacle que présente l’Évangile, afin que l’incrédulité soit forcée de reconnaître la vérité de la doctrine dans la vérité des faits. — S. Amb. On peut voir aussi dans ces deux disciples les cieux peuples, les Juifs fidèles et les Gentils.



Bossuet a aussi fait un beau sermon sur ce sujet.

Donc Jean le Baptiste n'a pas douté (on retrouve aussi cela dans l'oeuvre donnée à Maria Valtorta : http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2004/04-129.htm ) en vérité mais il voulait que ses disciples ne doutent pas non plus et c'est pour cela qu'il les a envoyés.



Revenir en haut Aller en bas
 
Pape François, le courage de dire la vérité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pape François, tout un programme !..
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Interview de la soeur du nouveau Pape François
» L'Angélus à Rome avec le Pape François
» Le blason du Pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: En direct de Rome...-
Sauter vers: