Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 22 août Sainte Marie Reine
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 21:16

» Dévotion aux neuf choeurs des Sts Anges du vénérable Boudon
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 20:59

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
Mystiques dans l'Eglise Emptypar Nicolas Hier à 18:18

» site pour votre discernement sur qui sera l’Antéchrist
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Mar 20 Aoû 2019, 10:56

» Dr Bowring : les raisons d'être offensés par le Pape François
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Sam 17 Aoû 2019, 23:23

» Dr K. Bowring - théologien - la Vérité sur le Pape François
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Sam 17 Aoû 2019, 11:18

» Dr Kelly Bowring – Le Faux Prophète, la messe oecuménique
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:24

» Les vérités sur les erreurs dans la vie de l'Eglise
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:17

» Cardinal Burke : Il y a des « certainement » des indicateurs du fait que l’élect
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:11

» Le Pape est le Faux Prophète
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:06

» Doit-on quitter l'Eglise à cause du Faux Prophète ?
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Mer 14 Aoû 2019, 14:12

» Le Pape François - des théologiens parlent de lui
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Mer 14 Aoû 2019, 10:52

» Nouveau site sur le Pape François
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Dim 11 Aoû 2019, 18:47

» Dr K. Bowring - Lettre ouverte au Pape François
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Dim 11 Aoû 2019, 08:48

» 9 août : Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 08 Aoû 2019, 21:20

» 8 août : Saint Dominique de Guzman
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Mer 07 Aoû 2019, 21:42

» Du 7 au 15 août Neuvaine de l'Assomption
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Mar 06 Aoû 2019, 21:42

» 7 août : Saint Gaëtan de Thienne
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Mar 06 Aoû 2019, 21:27

» Avortement, stérilet, moyens de contraception
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Mar 06 Aoû 2019, 13:34

» Diffusez la prière puissante au Précieux Sang
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Mar 06 Aoû 2019, 13:03

» 6 août : Transfiguration du Seigneur de St François de Sales
Mystiques dans l'Eglise Emptypar ami de la Miséricorde Lun 05 Aoû 2019, 21:00

» « L’homme (Adam) connut Ève sa femme » (Gn 4,1)
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 16:07

» Mère, priez pour le salut de vos enfants
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 11:38

» 121 persoees inscrites pour notre groupe de prières pour le salut de la famille
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 11:14

» Le péché d’Adam et Eve : ils ont eu des relations sexuelles et c’est pourquoi il
Mystiques dans l'Eglise Emptypar fontaine Dim 04 Aoû 2019, 22:03


Partagez
 

 Mystiques dans l'Eglise

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Mystiques dans l'Eglise Empty
MessageSujet: Mystiques dans l'Eglise   Mystiques dans l'Eglise EmptyMer 06 Juin 2007, 20:50

Marie Sevray [1]
(1872-1966)
Les divins appels




Écoutons Dieu qui nous appelle,
qui veut que nous devenions tous des saints

J’ai soif de Me communiquer aux âmes !
Ô Je vous désire ! Je vous désire ! donnez-vous à Moi,
Je veux créer des saintetés nouvelles

Oh! qui Me donnera des âmes intérieures qui viennent vers Moi,
qui Me regardent et se laissent regarder par Moi ?


Marie Sevray, née Guillemin, fut une mère de famille et une grand’mère attentive, généreuse. Très dévouée envers son prochain, elle vécut une foi intense. De juillet 1928 à juillet 1965 elle écrivit, sous la dictée de l’Esprit-Saint, disait-elle, des milliers de pages. Les “Divins Appels” [2] qui ne représentent que quelques extraits significatifs de ses écrits, sont un petit livre qui a reçu l’approbation de nombreux évêques.

Les “Divins appels” sont destinés à être répandus dans le monde entier. C’est Dieu qui parle, mais sous l’appellation générique : “Dieu”, c’est le plus souvent le Cœur de Jésus qui s’exprime.

La soif et les désirs du Coeur de Jésus
La soif de Jésus
Jésus est venu sur terre par compassion et parce qu’Il a soif des âmes :

“...Alors, Moi, le Fils, en présence de la Souffrance (celle de l’Amour) de Moi, Créateur, Moi, le Fils, Je me suis levé, et J’ai demandé à mon Père d’aller réparer cette horrible chute, d’aller, pour Lui rendre l’oeuvre de ses mains, afin qu’Il puisse s’y complaire encore. Des créatures, il en a fait d’autres, mais nulle autre ne L’a ravi comme celle-là, la créature humaine, tel un caprice d’artiste... Je suis l’Être... La vie, J’avais comme besoin de la répandre, de la verser, parce que Moi qui suis la vie même, Je veux pouvoir Me retrouver en tout ce que J’ai créé... Puis la créature humaine... Ah! c’est là surtout que J’ai épanché mon besoin de répandre la vie!”

“Ah ! si l’on savait quelle soif J’ai de donner... Je brûle du désir de donner, et les âmes ne le comprennent pas! Qu’elles viennent donc avec une foi profonde et simple puiser dans mes plaies, et Je leur appliquerai mes mérites avec bonheur !...

Pourquoi donc ai-Je versé mon sang sur la Croix, sinon pour qu’il régénère les âmes!... Mais ce sang il faut que les âmes viennent le chercher par une prière ardente et toute de foi. Qu’elles viennent! Par pitié, qu’elles viennent !... Qu’elles viennent pour celles qui ne viennent pas, et qu’ainsi elles soulagent ma soif ! Mon sang est là, qui attend leur prière pour se répandre dans les âmes, et les purifier, et les sanctifier. Que les âmes viennent y puiser avec ardeur pour ceux qui sont loin de Moi afin que ceux-la Me reviennent !...

Des fleuves d’eau vive couleront pour celui qui croit en Moi... Qu’on n’hésite pas en son coeur en Me suppliant... Qu’on ait une foi pleine en Moi qui ne demande qu’à verser mes grâces sur la terre... Qu’on Me demande des prodiges de grâces, des prodiges de conversion.

J’ai soif de Me communiquer aux âmes: les trouver fermées M’est très pénible... Je veux des saints! Je veux des saintes !... Que mes prêtres viennent s’abreuver à la Vie que Je suis Moi-même, pour après, appeler et entraîner les âmes en ce grand courant de Vie.

Il y a des âmes qui Me suivent ! Il y en a qui m’aiment! Il y en a auxquelles Je puis accorder un amour tel que l’homme ne peut s’en faire une idée... un amour de prédilection... A ces âmes, Je Me plais à dire: ma grandeur infinie... et mon désir ardent de les élever à Moi pour leur permettre de M’aimer, et mon infinie puissance,... et mon infinie miséricorde dans laquelle elles devront puiser avec une activité dévorante, pour elles-mêmes, et surtout pour les âmes des pécheurs, des agonisants, pour les âmes du Purgatoire, et mon infinie justice, et mon Amour infini, et Moi-même.

Les désirs du Cœur de Jésus
“Ô Je vous désire ! Je vous désire! donnez-vous à Moi... Je veux créer des saintetés nouvelles... Je suis la lumière! En Moi est la clarté infinie, toute splendeur M’habite, ou plutôt, Je suis Moi-même la Splendeur incréée... Ouvre les yeux, ô ma créature et regarde! Je veux que tu dilates ton âme ! La tenir ainsi épanouie, c’est ce qui s’appelle avoir l’âme ouverte, le regard braqué sur Moi.

Que les âmes Me désirent... par pitié, qu’elles Me désirent... Je veux des âmes avides de Moi, Me désirant, M’aspirant en elles par une avidité sainte. Je suis l’infini. Mon Amour Me pousse à créer des êtres en lesquels Je pourrai m’épancher, mais ces êtres, il faut qu’ils viennent à Moi, Me regardent, M’écoutent...

Chaque âme est ma choisie, choisie pour Me rendre plus spécialement tel hommage que Je ne demande pas aux autres... Chaque âme est pour Moi un univers dont Je désire étendre les limites, les reculer comme à l’infini. Jamais Je ne Me lasse d’agrandir une âme, mais que d’entraves font obstacles à mes désirs.”

Le Sacré-Cœur
C’est un véritable cri d’amour que le Sacré-Cœur lance à l’adresse de tous les hommes : “Mon cœur !.. Viens... approche-toi et jette un regard sur les abîmes infinis de ce Coeur... Il est Amour. Qui connaît mon Coeur Me connaît tout entier! Mon Cœur ! Le Coeur d’un Dieu-Homme, le Coeur de Jésus... Toutes les aspirations pures vers l’amour donné et reçu, Je les possède au plus haut point qui se puisse concevoir. Ô homme, approche ! Viens... et contemple des besoins mille fois plus immenses que les tiens...”

“... Je suis toujours le Bon Pasteur, marchant, courant à la suite de mes brebis! Je les veux, passant au travers des fourrés, des ronces, des épines. Je les veux, franchissant tous les obstacles. Je les veux... Et, voyant qu’elles doivent être des tabernacles de Moi, des habitations vivantes et ambulantes de Moi, pour Me permettre de marcher, de courir à mes brebis perdues que Je veux ramener à Moi par la souffrance, elles comprendront l’idéale beauté de ce que Je veux d’elles... Je veux renouveler le monde par ces âmes-là !”

Mais les hommes ne répondent pas à l’amour du Cœur de Jésus qui se plaint :
“Oh ! qui Me donnera des âmes intérieures qui viennent vers Moi, qui Me regardent et se laissent regarder par Moi ? Que de variétés d’amour Je demanderais à ces âmes! Que de nuances! que de notes différentes! et toutes Me Chantant une harmonie magnifique dont jamais mon Coeur ne se lasserait et qui Le consolerait de tout...

Je demande à grands cris que les âmes viennent en la vie intérieure... il faut le leur dire, il faut les amener à comprendre mon appel: J’ai soif! J’ai soif d’âmes intérieures qui ne se laissent pas prendre par le torrent des occupations qu’elles côtoient, en lesquelles elles sont plongées... Qu’elles viennent à moi, Je suis le Maître des dons... Je suis là, en elles, tout prêt à Me communiquer à elles, à les instruire, à les enrichir de Moi, à leur dire mes appels, à les aider à Me suivre, à les y entraîner !... J’ai besoin de donner beaucoup ! Ce que Je demande, c’est que l’on croie à mes largesses et qu’on Me laisse faire.

Oui, Je les veux légion !... Mais que l’on commence !...Cet appel est nouveau parce qu’il est plus intense que jamais... Parce qu’en aucun temps Je n’ai basé, comme en ces siècles, la sainteté sur cette vie intérieure mise à la portée de tous... En ces derniers temps du monde, c’est à tous que Je demande d’être des saints, tout simplement du fait de Me laisser libre en eux, de Me refléter en chacun, tout à ma guise...

Que Je ne sois plus le divin Méconnu, Celui qui appelle et qui n’est pas écouté ! Celui qui voudrait qu’on L’aimât et qui est délaissé... Que les âmes prennent conscience de ma présence en elles ; qu’elles pensent à ce Quelqu’un qui est au-dedans d’elles-mêmes et qu’elles s’en occupent, comme lorsqu’elles ont un hôte qui est là, chez elles, et à qui elles doivent faire attention, selon les règles de la plus élémentaire politesse... Qu’elles fassent attention à Moi.”

Et voici quelques conseils venant du Seigneur :

“Il me faut la volonté de l’homme pour tout, même pour opérer des prodiges de grâce dont J’ai soif de répandre les effets. Tiens-toi de plus en plus en ma présence et laisse-toi faire par Moi...

Abandonne-toi à Moi pour que Je te travaille et t’envahisse à l’aise... Laisse-toi envahir de mes clartés, de mes richesses, de mes feux... Je vous aime tant, mes créatures! Je vous aime tant que J’ai l’ardent désir de Me communiquer à vous si avant, si lumineusement, si amoureusement, que vous en soyez constamment embellies, agrandies, afin que Je M’y précipite pour vous envahir sans fin.

Abandonne-toi à Moi... totalement entre mes Mains, dans les douceurs de ma Providence, car il faut que les âmes sachent bien que tout ce qui vient de Moi est douceur.”


--------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mystiques dans l'Eglise Empty
MessageSujet: Sœur Josefa Menéndez   Mystiques dans l'Eglise EmptyJeu 07 Juin 2007, 21:02

Josépha Ménendez

Le 29 décembre 1923, mourait saintement, à trente‑trois ans, dans la maison des feuillants, à Poitiers, Sœur Josefa Menéndez. Humble Soeur coadjutrice de la Société du Sacré‑Coeur, n'ayant vécu que quatre ans dans la vie religieuse et très obscurément, elle était de celles dont le monde devait continuer à ignorer le nom et dont le souvenir, même chez ses sœurs en religion, devait rapidement s'effacer. Et voici, au contraire, que, vingt ans à peine après sa mort, le monde entier s'occupe d'elle. Du fond de l'Amérique, de l'Afrique, de l'Asie, de l'Océanie, on l'invoque avec ferveur, on écoute avec recueillement et respect le message qu'elle a été chargée par le coeur de Jésus de transmettre aux hommes.

En 1938, sous le titre Un appel à l'Amour, paraissait à l'apostolat de la prière, à Toulouse, la substance de ce Message. Le cardinal Eugenio Pacelli, devenu Pape sous le nom de Pie XII, avait bien voulu, dans une Lettre-Préface, en recommander à tous la lecture. Cinq ans après, c'est une biographie complète qu'on réclame et avec instances. On veut connaître dans tous ses détails une vie si riche et si cachée, où la pauvreté même du cadre humain fait si vivement ressortir la splendeur de l’Action divine.

Cette seconde édition, très complète, répond à ces justes désirs. Rédigée d'après les notes mêmes de Soeur Josefa, écrites au jour le jour par obéissance, notes que confirment les souvenirs très précis des témoins de sa vie, la Supérieure et l'Assistante de la maison de Poitiers, et le R. P. Boyer, 0. P., son directeur, elle offre toute garantie.

On l'ouvrira avec une curiosité ardente, on la lira avec émotion et admiration, on la fermera avec la volonté énergique de devenir meilleur et d'aimer enfin un Dieu qui manifeste un si grand amour pour sa créature.

Car tout y parle de la merveilleuse providence d'amour que Dieu exerce sur l'homme. L'Écriture Sainte nous le représente, dans les psaumes, suivant avec une vigilance toujours en éveil les fils des hommes, scrutant attentivement leurs actions et répondant à leurs moindres gestes de prière. Penché avec amour sur ses fils révoltés, dès le début Il leur parle par la voix de ses prodiges et de ses prophètes, jusqu'au jour où, s'incarnant Lui‑même et prenant une Humanité dans le sein de la Vierge Marie, Il vient dire aux hommes, en langage humain, le grand amour qui remplit son Cœur.

Et Jésus, Verbe Incarné, a transmis aux hommes dans son intégralité le Message qu'Il avait Lui-même reçu du Père : Omnia quoecumque audivi a Patre meo, nota feci vobis. Il n'y a rien à ajouter à ce qu'a dit Jésus-Christ et, à la mort de saint Jean, le dernier apôtre, la révélation divine est close et scellée. On ne fera au cours des siècles, qu'expliciter son contenu. Mais il est d'une insondable richesse. Il est si riche et les hommes, au point de vue religieux, sont généralement si inattentifs et superficiels, qu'ils ne savent lire à fond un Évangile qui a besoin d'être pénétré. Aussi, comme jadis, dans l'Ancienne Loi, Dieu envoyait des prophètes pour raviver la foi et l'espérance de son peuple, ainsi le Christ suscite de temps à autre des âmes auxquelles Il confie la mission d'expliquer aux hommes ses Paroles authentiques, d'en révéler la profondeur et le sens caché.

Jadis, au matin de Pâques, c'est Marie-Madeleine qu'Il charge de porter aux apôtres la nouvelle de sa glorieuse Résurrection, et depuis, dans la suite des temps, c'est souvent aussi à d'humbles et pauvres femmes qu'Il demandera de transmettre au monde ses plus importantes Volontés.

Pour ne citer que les principales, par sainte Julienne de Montcornillon. Il fit instituer dans l'Église la Fête-Dieu et renouvela la dévotion au Saint Sacrement. Par sainte Marguerite-Marie, Il fit prendre un nouvel essor à la dévotion au Sacré Coeur, en lui donnant un sens nouveau et une portée nouvelle. Par sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Il redit au monde, qui semblait l'avoir oublié, le mérite et la valeur de l'état d'enfance spirituelle.

Ainsi en agit‑il avec Soeur Josefa.

Les trois premières ont reçu de l'Église, par leur canonisation, comme une reconnaissance officielle de leur mission. Soeur Josefa n'a pas encore cet honneur, mais en attendant d'être leur soeur de gloire, elle est bien leur soeur de grâce et Dieu s'est plu à accréditer son témoignage. Lui qui traite ses créatures humaines avec un souverain respect, cum magna reverentia disponis nos (Sa., 12, 18), se doit de mettre son signe sur ceux qu'Il envoie : il faut qu'on puisse les reconnaître comme ses porte-parole. Ses voies, ne sont pas nos voies, ni ses Pensées nos pensées. Pour mieux montrer que tout vient de Lui seul, Il choisit des instruments débiles qui paraissent humainement inaptes à l'oeuvre qu'Il projette. Il fait éclater sa Force dans leur faiblesse « Il n'a cherché, dit saint Paul, pour établir son Église, ni les savants, ni les grands du monde. » On aurait pu attribuer à leur talent ou à leur prestige la rapide diffusion du christianisme... Il choisit des ignorants, des pauvres, faisant partie du petit peuple et Il en fait ses vases d'élection.

Et pour que la grandeur de leur mission ne les éblouisse pas et ne les induise pas en tentation d'orgueil, Il se plaît à les mettre sans cesse en face de leur néant, de leur misère native et de leur faiblesse.

Dans les âmes vraiment humbles seulement, ses Dons sont en sécurité.

Telle est la voie providentielle : c'est sur le rien que Dieu pose sa Gloire.

« Si J'avais pu trouver une plus misérable que toi, dit-Il à sainte Marguerite-Marie, c'est elle que J'aurais choisie.... »

Soeur Josefa entendra souvent les mêmes paroles :

— « Si J'avais pu rencontrer une créature plus misérable, c'est sur elle que J'aurais fixé le regard de mon Amour et, par elle, que J'aurais manifesté les désirs de mon Coeur. Mais comme Je ne l'ai pas trouvée, c'est toi que J'ai choisie. » [1].

Et, peu après, Il ajoutera :

— « Quant à toi, Je t'ai choisie comme un être inutile et dépourvu de tout, afin que ce soit bien Moi, Celui qui parle, Celui qui demande, Celui qui agit. » [2].

Rien ne semblait désigner Josefa pour une pareille mission. Les délais qui s'étaient imposés à la réalisation de sa vocation et qui eussent pu faire douter à priori de sa force d'âme, l'humble rang qu'elle occupait dans son Institut, sa situation de simple novice, l'effacement où la tenait, avec son amour pour la vie cachée, la difficulté qu'elle eut toujours à s'exprimer en français paraissaient plutôt d'insurmontables obstacles [3].

Mais c'est là précisément le signe divin: cette humble petite novice, que l'extrême sensibilité de son coeur rendait si fragile dans la lutte, se montrera d'une invincible force. Dans l'éblouissement des révélations divines, elle se réfugiera dans son néant. Plus Dieu s'approche d'elle, plus on la voit s'abaisser. Malgré l'évidence de l'action de Dieu, elle craint toujours d'être trompée et de tromper les autres. Ses Supérieures n'auront pas d'enfant plus souple, plus docile, plus respectueuse de leur autorité, plus désireuse de leur contrôle, plus prête à se sacrifier.

Dans sa piété, comme dans sa manière d'être et d'agir, rien n'est exagéré, tout est simple et vrai. Son tempérament est parfaitement sain. Elle a le sens de la mesure et de l'ordre. Le divin, qu'elle porte en elle, et dont elle sent tout le poids, à certaines heures surtout, les inexprimables tourments qui en résultent, ne détruisent point son équilibre intérieur. Et c'est tout cet ensemble, comme aussi l'endurance surhumaine avec laquelle elle supporte des épreuves et des souffrances dépassant de beaucoup les limites de ses pauvres forces, qui seront, pour ses Supérieurs. Le meilleur garant de l'Action divine.

« Le signe, Je le donnerai en toi », avait dit Notre-Seigneur à Josefa. Défiants et réservés d'abord, son Directeur et ses Supérieures durent, enfin, se rendre à l'évidence et croire à sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mystiques dans l'Eglise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mystiques dans l'Eglise
» La charité dans l'Eglise
» Les charismes dans l’Eglise (Vidéos)
» Ratzinger a de fait le pouvoir dans l'Eglise, dixit Jean-Paul Bontemps ...
» la division dans l'Eglise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: Bible - écritures - théologie - vie des saints :: La vie des Saints-
Sauter vers: