Coeurs unis en Jésus et Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» L'éternelle vie et la profondeur de l'âme par Fr. Garrigou-L
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 08:53

» France - Note du haut commissariat au plan : ruptures de la chaîne aliimentaire
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Aujourd'hui à 07:14

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
Sainte Julienne de Norwich Emptypar Nicolas Hier à 18:46

» Père Jean Blount, exorciste international : l'illumination des consciences arriv
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Dim 25 Oct 2020, 17:18

» L'Eglise Catholique nous Prévient : Les puces sont dans le vaccin
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Dim 25 Oct 2020, 17:15

» Florian Boucansaud - l'Avertissement - l'Antéchrist - Retour du Christ - Ère de
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Dim 25 Oct 2020, 16:32

» 25 octobre : Saint Hilaire de Mende (Saint Chely)
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Dim 25 Oct 2020, 08:13

» La Mère du Sauveur et notre vie intérieure par Fr. Garrigou
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Dim 25 Oct 2020, 07:57

» Neuvaine pour les « âmes du purgatoire
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Sam 24 Oct 2020, 09:58

» 23 octobre : Saint Romain de Rouen
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Ven 23 Oct 2020, 10:22

» A. Dumouch - Mise en garde de La Revue Catholique "En route"
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Ven 23 Oct 2020, 01:11

» Des évêques réagissent à la déclaration du Pape sur les unions de même sexe
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Jeu 22 Oct 2020, 22:45

» 22 octobre : Saint Karol Jozef Wojtyla
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 22 Oct 2020, 08:56

» Mgr Schneider et Mgr Vigano sur l'encyclique "Tous Frères" du Pape François
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Mar 20 Oct 2020, 09:03

» Cardinal Müller - Le Manifeste de la foi pour contrer la confusion qui se répand
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Mar 20 Oct 2020, 08:59

» 19 octobre Saint Zorobabel
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Dim 18 Oct 2020, 22:57

» 18 octobre : Saint Luc l'Evangéliste
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Sam 17 Oct 2020, 22:53

» Approbation du Cardinal Vidal - Stanley meurt, Jésus le ressuscite et lui confie
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Sam 17 Oct 2020, 17:52

» Notre Seigneur - A quoi ressemblera l’illumination des consciences ?
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Sam 17 Oct 2020, 17:47

» Apparitions de St Joseph à Itapiranga - la protection des familles
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Sam 17 Oct 2020, 17:44

» 16 octobre : Ste Marguerite-Marie Alacoque
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Ven 16 Oct 2020, 00:35

» Tous Frères : Le Pape François dit qu’il est l’heure du Nouvel Ordre Mondial
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Jeu 15 Oct 2020, 16:15

» 15 octobre Sainte Thérèse d'Avila
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Mer 14 Oct 2020, 23:16

» Vous serez mis dans les camps de la mort si vous refusez le vaccin
Sainte Julienne de Norwich Emptypar fontaine Mer 14 Oct 2020, 10:08

» 14 octobre : Saint Calixte 1er
Sainte Julienne de Norwich Emptypar ami de la Miséricorde Mar 13 Oct 2020, 22:31


 

 Sainte Julienne de Norwich

Aller en bas 
AuteurMessage
Leodia
Rang: Administrateur
Leodia

Nombre de messages : 2878

Sainte Julienne de Norwich Empty
MessageSujet: Sainte Julienne de Norwich   Sainte Julienne de Norwich EmptyMar 20 Nov 2007, 22:23

Julienne de Norwich.

En mai 1373 (le 8 ou le 13 du mois), le Seigneur, tout radieux, fit voir à la recluse anglaise, Julian of Norwich* (1342-1416), son cœur fendu par la lance du soldat. Et, après l’avoir fait réfléchir un peu à l’amour infini qui « n’a pas eu de commencement, est et sera à jamais », il l’avait invitée, par amour pour lui, à se réjouir avec lui de la JOIE qu’il trouvait dans son salut, en lui disant : « Vois combien je t’aime ! […] Mon plaisir, c’est ta sainteté et ta JOIE et ta béatitude éternelle avec moi. » (JULIENNE DE NORWICH, Le Livre des révélations, tr. fr. R. Maisonneuve, Paris, Cerf, 1992, 24, p. 99-100).
Cette vision relève de la foisonnante expérience visionnaire que Jésus accorda dans le court espace d’un jour et d’une nuit à une femme de « 30 hivers et demi » (E. Colledge et J. Walsh], A book of showings to the anchoress Julian of Norwich, Toronto, Pontifical Institute of mediaeval studies, 1978, t. 1, 207, 1-2). Celle en qui d’aucuns n’hésitent plus à voir la plus grande théologienne d’Outre Manche (1) mit ensuite une vingtaine d’années à déchiffrer la plénitude de sens de son expérience. Et, de même que notre titre de Bible du Cœur de Jésus peut se réclamer du patronage de saint Augustin, Julienne est le commentaire vivant de l’oracle d’Isaïe :

C’est dans L’ALLEGRESSE que vous puiserez les eaux aux sources du salut
(Is 12, 3)


En attendant, Jésus demande à Julienne d’avoir une confiance absolue en la réalisation ultime de cette parole répétée maintes fois à son entendement : « All shall be well ! Tout sera bien ! Il n’y a rien qui ne sera pas bien. » (Cf. 27, 106 ; 31, 113 ; 32, 116 ; etc.). L’Eternel manifeste en effet le plus clairement la transcendance de son Etre par une radicale capacité à se situer dans l’avenir comme s’il s’agissait du Présent. Ce royaume de la Fin échappe, au contraire, totalement à l’esprit humain, invité à faire aveuglément confiance à une Bonté divine, dont il a pu expérimenter en maintes occasions les effets.

De ce point de vue, nier l’existence de Satan et de la damnation a toutes les apparences d’une pseudo-solution, que Le Livre des Révélations refuse : « Notre BON Seigneur, considérant éternellement sa propre gloire et le profit de tous ceux qui seront sauvés, s’oppose, de toute sa puissance et justice, aux damnés (4) qui, avec malice et perversité, s’affairent à conspirer contre lui et à agir contre sa volonté. » Voyant pourtant le mépris avec lequel Dieu tient l’Ennemi pour déjà vaincu, la mourante note qu’elle fit rire ceux qui entouraient son lit en éclatant de rire dans ce moment dramatique où sa vie semblait ne tenir qu’à un fil. « Pourtant le Christ, lui, je ne le vis pas rire […]. J’eus cette vision – où Dieu méprise la malice de Satan -, ajoute-t-elle, lorsque je fixai mon entendement en lui. Il me révéla intérieurement la vérité, sans qu’il changeât d’expression […]. Je redevins grave et je dis : « Je vois trois choses : une lutte, un mépris, une ardeur. » Cette ardeur que Jésus mit dans sa passion et dans sa mort ne nous dispense donc pas d’une lutte dramatique à ses côtés pour que l’Ennemi soit vaincu. Et Julienne termine en se situant maintenant résolument du côté de l’accomplissement final du Mystère : « Quand j’ai dit : Dieu le méprise, j’ai voulu dire : Dieu le voit maintenant comme il le voit éternellement : damné. C’est ce qu’il me montra […] : il sera méprisé. J’ai vu qu’au jour du jugement, il le sera par tous ceux qui seront SAUVES. Leur salut lui causera une grande rage. Il verra que tout le mal, toutes les tribulations qu’il a manigancées se retourneront en un accroissement de joie pour eux, à tout jamais. » (Maisonneuve, 13, 76).

L’affirmation décisive du Livre des Révélations est donc celle-ci : « La passion de Notre-Seigneur nous est un réconfort contre tous [ces maux], telle est sa volonté bénie envers ceux qui seront sauvés. Il réconforte promptement et délicatement par ces mots : Mais tout sera bien ; toute chose quelle qu’elle soit sera bien. » ([E. Colledge et J. Walsh], A book of showings to the anchoress Julian of Norwich, Toronto, Pontifical Institute of mediaeval studies, 1978, t. 1, 245, 69-73). Seul le mode de réalisation de cette Parole nous échappe. En effet, selon la pertinente remarque d’un des meilleurs connaisseurs de la mystique chrétienne, « l’heureuse fin de toutes choses ne nous indique pas avec certitude comment toute chose ou tout événement particulier se situera par rapport au bien final (5). » Aussi, même, déchiffrée à la lumière du mystère pascal du Cœur transpercé de Jésus, l’aventure personnelle de chaque homme et de chaque femme reste-t-elle souvent ici-bas, comme celle de Job dans son épreuve, entourée d’obscurité. « La phrase que Julienne entend dans son entendement : ‘Tout sera bien’ a pour fonction essentielle d’exprimer l’exigence inévitable de l’unité d’un Dessein de Dieu qui se réalise : puisque Dieu est infiniment bon, qu’il crée tout par amour et pour sa propre gloire, laquelle coïncide avec l’effusion participée de sa vie et de son amour, le destin du monde est un et s’achève dans la lumière et la bonté. » (Dmyst, t. 2, 282).

Il semble que Julienne, en tout cas, ait entrevu un élargissement du mystère du salut, à l’encontre de la théologie de son temps, qui – dans l’univers clos du Moyen Age – se montrait sévère non seulement pour Israël, mais pour le salut des non-baptisés et des mauvais chrétiens. Mourir hors de l’appartenance visible à la sainte Eglise, c’était à l’avance être exclu du ciel et il semblait à la voyante qu’il s’agissait d’une interprétation irréformable de l’Eglise, enracinée dans la Parole même de Dieu : « Je jugeai donc impossible que tout pût finir bien […] La seule lumière que je reçus de Notre-Seigneur […] fut cette phrase (qui rappelle celle de Jésus à ses disciples : Mt 18, 26) : « Ce qui t’est impossible ne me l’est pas. » […] J’appris donc, par la grâce de Dieu, qu’il fallait me tenir dans la foi […] et là croire avec non moins de fermeté que toutes choses seront bien […]. Ce que sera cette œuvre et comment elle se fera, hormis le Christ, aucune créature ne le sait ni ne le saura avant son accomplissement. » (Maisonneuve, 32, 118). C’est seulement dans le jugement final de Dieu, marqué par le triomphe d’un Amour à la fois juste et miséricordieux, que chacun comprendra l’heureux aboutissement de tout.

Quoiqu’il en soit, Julienne voulut longtemps savoir ce que signifiaient ses révélations non pas pour elle, mais pour le Seigneur lui-même. « Quinze ans plus tard et plus, il me fut répondu dans mon entendement. » - et cette réponse est du plus pur style courtois - : « Sache-le bien. L’amour, voilà ce qu’il a eu en vue. Qui te l’a montré ? L’amour. Pourquoi te l’a-t-il montré ? Pour l’amour. Attache-toi à cet enseignement. Tu en connaîtras davantage en AMOUR, mais tu n’en apprendras jamais davantage, dans les siècles des siècles. »

La suite de ce message plein d'espérance et tout à fait d'actualité :

http://www.labibleducoeurdejesus.com/notes06.html


ou encore :
http://www.vatican.va/spirit/documents/spirit_20010807_giuliana-norwich_fr.html


J'ai découvert Sainte Julienne de Norwich dans un article de "Famille chrétienne" de cette semaine. On y cite notamment cette phrase :


"Le péché est inéluctable, mais tout finira bien, toute chose, quelle qu'elle soit finira bien"


Ou encore celle-ci : "C'est la volonté de notre Seigneur que nous nous réjouissions vraiment en lui de notre salut. Il veut que nous en soyons puissamment réconfortés et fortifiés. Il veut que notre âme s'occupe avec joie de sa grâce. Car nous sommes son bonheur
".

Je n'avais jamais entendu parler de Sainte Julienne de Norwich, mais quelle belle découverte et quel message d'espérance.

J'avais envie de vous le faire partager tant il m'a touchée.

Leodia



********************************




Que les Coeurs Unis de Jésus et Marie nous protègent et nous guident.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sainte Julienne de Norwich
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: Autres apparitions :: Les Apparitions :: Les stigmatisées- Les mystiques-
Sauter vers: