Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 19 juin Bienheureuse Elena Aiello
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:21

» Méditation avec "Dieu seul" du Vénérable Mr H-M Boudon
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:10

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
Les saints méconnus de nos régions Emptypar Nicolas Hier à 18:16

» 18 juin : Sainte Marine de Bythinie
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Lun 17 Juin 2019, 21:55

» 17 juin: Saint Hervé
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 16 Juin 2019, 22:10

» 16 juin Fête de la TRES SAINTE TRINITE
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 16 Juin 2019, 07:53

» 15 juin : Bienheureuse Albertina Berkenbrock
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Sam 15 Juin 2019, 06:53

» 14 juin Vénérable François Chiesa
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 13 Juin 2019, 21:35

» 13 juin Saint Antoine de Padoue
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Mer 12 Juin 2019, 21:12

» 12 juin Bx Laurent-Marie de Saint François-Xavier Salvi
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Mar 11 Juin 2019, 21:53

» Si vous avez commis un avortement...
Les saints méconnus de nos régions Emptypar fontaine Lun 10 Juin 2019, 12:17

» Victimes de l’Avortement – déroulement d’1 rite paraliturgique de réconciliation
Les saints méconnus de nos régions Emptypar fontaine Lun 10 Juin 2019, 11:54

» 10 juin : Bienheureux Edouard Poppe
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Lun 10 Juin 2019, 06:43

» Dimanche de Pentecôte
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 09 Juin 2019, 09:18

» Neuvaine au Saint Esprit du 1er au 9 juin 2019
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 09 Juin 2019, 09:01

» 8 juin Saint Maximin d'Aix
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Ven 07 Juin 2019, 22:53

» Vassula – « Le Ciel existe, mais l’Enfer aussi » restons fidèle au Magitère
Les saints méconnus de nos régions Emptypar fontaine Ven 07 Juin 2019, 11:17

» 7 juin : Bienheureuse Anne de Saint-Barthélemy
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 06 Juin 2019, 22:22

» 6 juin : St Marcellin Joseph-Benoît Champagnat
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Mer 05 Juin 2019, 21:21

» 5 juin : Saint Boniface de Mayence
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Mar 04 Juin 2019, 22:47

» 4 juin Sainte Clotilde
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Lun 03 Juin 2019, 21:52

» 3 juin 2018 : Saint Morand de Cluny
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 02 Juin 2019, 21:25

» 2 juin : Saints Pothin, Blandine et leurs 46 compagnons
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 02 Juin 2019, 07:51

» 2 juin : Saints Pothin, Blandine et leurs 46 compagnons
Les saints méconnus de nos régions Emptypar ami de la Miséricorde Dim 02 Juin 2019, 07:50

» priez le chapelet des larmes de la Vierge Marie
Les saints méconnus de nos régions Emptypar fontaine Sam 01 Juin 2019, 21:02


Partagez
 

 Les saints méconnus de nos régions

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptySam 20 Mai 2006, 15:01

Bonjour à tous,

Connaissez vous des biographies ou anecdotes sur des saints méconnus de vos régions qui mériteraient d'être connus?

(Etant donné nôtre éparpillement géographique à tous avec nos us et coutumes respectifs, je pense même, en plus de nôtre enrichissement spirituel , que cela pourrait peut être aussi l'occasion de mieux nous connaître et mieux nous comprendre.)

Merci d'avance... Wink

Philippe


Dernière édition par le Lun 03 Juil 2006, 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
Leodia

Nombre de messages : 2878

Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Saint Materne   Les saints méconnus de nos régions EmptySam 20 Mai 2006, 15:33

Citation :
Saint Materne
Retour à la liste

C'est vraisemblablement entre l'an 42 et l'an 52 que trois missionnaires partent de Rome pour évangéliser la Gaule du Nord: Euchère et ses deux jeunes lévites Valère et Materne. Leur destination : Trêves, ville la plus importante et la plus opulente de la Gaule Belgique. Les trois frères y commencent leurs travaux avec un zèle que ne peut rebuter ni la corruption des romains aisés, ni la farouche idolâtrie des autochtones. Plus d'une fois, Euchère, qui s'élève avec force contre l'abomination du culte païen, et proclame que seul Jésus-Christ est digne dadoration, faillit être lapidé. On les chasse de la ville, mais nos missionnaires ne perdent pas courage: ils attendent en paix le moment choisi par Dieu pour faire rejaillir Sa Puissance d'une manière telle que les conversions affflueront.
Cette occasion est donnée à Euchère par Albana, une noble dame veuve d'un puissant sénateur. Dieu guérit miraculeusement son fils par les prières d'Euchère, et Albana se convertit. La nouvelle fait grand bruit, et sert puissamment à la cause de l'Evangile. Les néophytes se mettent à affluer. Revenons-en à Materne. Après 23 ans de travaux, Saint Euchère s'éteint paisiblement à Trèves après une vie pleine de mérites. Valère lui succède, et le christianisme fait de tels progrès que selon un chroniqueur, à la fin de son épiscopat qui dure 15 ans, le nombre de chrétiens dans la ville surpassait le nombre des païens. Materne succède à Valère, mais bien que son âge soit déjà avancé, il ne tient pas en place. Il songe à étendre son champ d'action, ou plutôt, son champ d'évangélisation.
Politiquement, c'est une période relativement calme pour les chrétiens. Rome est préoccupée de défendre ses frontières du Rhin, et ne songe pas à persécuter les croyants qui jouissent en Gaule du Nord d'une liberté relative. Materne reprend son bâton de pélerin, il descend la Moselle et le Rhin, s'arrête dans les bourgades échelonnées le long des deux rivières, et y prêche la bonne nouvelle. Sa direction est Cologne, capitale des Ubiens, où l'un de ses disciples, Saint Paulin, meurt martyr et scelle de son sang le témoignage de Jésus-Christ ressuscité. Materne établit en la ville des lieux de prière, et pour les desservir, installe des prêtres chargés de conserver et de faire mûrir le fruit de son labeur. Puis il bifurque vers l'Ouest, et passe chez les Tongres, dont la capitale, qui porte encore aujourd'hui le nom de Tongres, est alors une cité considérable au carrefour de quatre grandes voies militaires vers Bavai, Cologne, Arlon et Nimègue. Materne a mis le pied sur le territoire qui est actuellement la Belgique. L'évangélisation de la Belgique pays a commencé.
Materne connaît à Tongres un succès immédiat, il y bâtit un oratoire en l'honneur de la Très Sainte Mère de Dieu, et on a prétendu que ce fut le premier oratoire dédié à la Vierge Marie en-deça des Alpes. Il jette les bases de l'évêché qui sera plus tard transporté successivement à Maestricht et à Liège. C'est pourquoi d'anciennes images le représentent tenant une église à trois clochers, Trèves, Cologne, Tongres, les trois grandes étapes de sa vie d'évangélisateur. De Tongres, Materne descend vers la Meuse et se met à parcourir ces rives sauvages où n'existent que de misèrables huttes éparses dans les bois. Trois endroits seulement, ou plutôt trois rochers, présentent quelques habitations réunies: Namur, Maastricht et Dinant. Materne les visite et bâtit un oratoire au pied de chacun de ces rochers. À Namur, c'est à l'endroit où se trouve actuellement l'église Saint Materne, rue Notre-Dame, au pied de la citadelle. Etendant ensuite ses excursions sur les deux rives de la Meuse, il bâtit des chapelles aux endroits où se trouvent aujourd'hui les villes de Walcourt et de Ciney.
À propos de Ciney, une gracieuse légende raconte qu'un jour, les cinq fils d'un homme riche, proconsul ou gouverneur de la station de Ciney, montés sur un attelage pour une promenade dans les environs, virent leurs chevaux s'emballer et se diriger tout droit vers les étangs et marais d'Halloy. Malgré tous leurs efforts, ils ne parvenaient pas à maîtriser les animaux. En désespoir de cause, ils invoquent le Dieu de Materne. Et il n'en faut pas plus pour que les chevaux se calment et s'arrêtent au bord des étangs. Une autre version de la même légende raconte plutôt que les cinq enfants piquent une tête dans l'étang et se noient, tous les cinq, mais que Materne réussit à les ramener à la vie, provoquant du même coup la conversion de toute la famille à la nouvelle Foi. De plus, en reconnaissance, le gouverneur céda un terrain pour y construire une église. Cette histoire, qui est à l'origine du blason à cinq têtes de la ville de Ciney, attire notre attention sur la présence en Condroz de Saint Materne. Pour ce qui en est de Walcourt, c'est Materne qui, selon une vénérable tradition, sculpte de ses mains la célèbre statue de la Vierge Marie, qu'il place sur l'autel d'un oratoire dédié à la mère de Dieu, édifié sur la colline dominant la vallée de l'Eau d'Heure, avec les débris d'un temple païen. Que cette histoire soit vraie ou fausse, elle prouve que nos ancêtres avaient parfaitement conscience que Materne était à l'origine du christianisme et de la piété dans nos régions.

On signale aussi son passage à Leffe et à Foy-Notre-Dame, où il serait également à l'origine des célébres sanctuaires que nous connaissons aujourd'hui. On le signale aussi à Huy, et il n'est pas, dit un ancien biographe, d'infirmité corporelle ou spirituelle qui ne reçoive soulagement de l'apôtre. Hérigène célèbre son zèle pour le salut des âmes, son humilité, sa simplicité, sa douceur, sa bonté, l'austérité de sa vie. De retour à Cologne vers la fin de la quarantième année de son apostolat, presque centenaire, miné par les fièvres, Materne reçoit la récompense de ses travaux, et l'an 130 de Jésus-Christ, rend paisiblement son âme à Dieu. Ses trois églises se disputent ses reliques, et c'est Trèves qui l'emporte. Materne repose en paix auprès de ses deux prédécesseurs Euchére et Valère. Il est vénéré dans le diocèse de Liège (fête le 20 septembre) et dans celui de Namur (fête le 25 septembre). Ses reliques sont partagées entre les villes de Tongres, Liège et Trèves. De nombreuses églises lui sont dédiées, citons la basilique de Walcourt et la petite église Saint-Materne à Namur.

Une tradition immémorale raconte que le culte de la Sainte Vierge, conjointement avec le christianisme, fut apporté dans l'Alsace, par saint Materne, disciple de saint Pierre, et, selon plusieurs écrivains, le fils unique de la veuve de Naim, que Jésus-Christ ressucita et admit ensuite au nombre de ses 70 disciples. La tradition ajoute que Materne étant mort à Eil, dans le cours de ses prédications, Euchaire et Valère, les deux compagnons de son apostolat, retournèrent à Rome exposer leur douleur à saint Pierre, que celui-ci leur donna son bâton pastoral, en leur disant de le poser sur le corps du défunt, et de lui commander de ressusciter; après quoi il continuerait sa mission avec plus de succès qu'auparavant; qu'enfin tout se passa comme l'avait dit le Prince des Apôtres; et que par Materne ressuscité et ses compagnons furent fondées les églises de Strasbourg, de Trèves, de Cologne et de Liège.

Si cet antique récit a été contredit par certains critiques, qui, offusqués des faits miraculeux qu'ils rencontrent dans l'histoire, étudient, sous l'inspiration du préjugé, les moyens de les en bânir, ou du moins de les mettre en suspicion, on ne peut disconvenir que celui-ci réunit en ses faveur des raisons et des autorités puissantes : ce sont les martyrologes des huitième, neuvième et dixième siècles, et divers écrits de la même époque, qui citent cette tradition comme admise de temps immémorial; c'est la croyance religieusement conservée en diverses églises, malgré les grandes distances qui les séparent; c'est le respect avec lequel Cologne et Trèves ont conservé les deux demi-moitiés du bâton pastoral de saint Pierre, qu'elles se sont partagé, et l'accord des anciens auteurs à motiver par ce miracle la coutume qu'on les Papes de ne pas porter de crosse; c'est l'antique basilique de la Résurrection bâtie à Eil, et où la foule des pélerins visitait dévotement le tombeau vide qui avait servi pendant quarante jours de sépulcre à saint Materne; c'est le témoignage uniforme des historiens alsaciens, allemands, italiens, des siècles plus rapprochés du nôtre; c'est l'office propre du bréviaire de Strasbourg; c'est enfin, d'une part, le fait non contesté que saint Materne fut le premier apôtre de l'Alsace, de l'autre, le fait incontestable que dès le second siècle l'Alsace comptait des chrétientés florissantes.

Saint Euchaire tint le siège épiscopal de Trêves pendant 23 ans, et il s'endormit dans le Seigneur le 8 décembre; Valère lui succéda, siégea 15 ans et mourut le 29 janvier; Materne continua les travaux apostoliques de ses deux prédécesseurs immédiats et s'envola au ciel le 14 septembre, après avoir gouverné son diocèse pendant 40 ans. Leurs corps furent ensevelis hors des murs de la ville de Trêves. On voit des reliques de saint Valère dans la crypte souter­raine de Saint-Mathias de Trèves; des parcelles cal 816 transférées à Lisbonne. L'église métropo­litaine possède des ossements de saint Materne. Les peintres ont coutume de représenter saint Materne avec une église à trois tours, afin de rappeler que son diocèce comprenait primitivement les trois villes importantes de Cologne, de Trêves et d'Utrecht, qui, plus tard, à cause du nombre de chrétiens, devinrent autant de titres épiscopaux.
De l'apôtre Pierre tu fus le disciple,
Et comme lui infatigable dans ton travail d'évangélisation,
Tu parcourus la terre des Belges
Pour l'arracher aux ténèbres de l'idolâtrie,
Et tu tiras de la mort les cinq fils d'un homme de Ciney
Pour proclamer par ce miracle étonnant
Que Christ est le seul Dieu digne d'être adoré,
Vénérable père Materne,
Prie le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.
Amen!
Deus, qui populo tuo sanctum dedisti Maternum praedicatorem; concede; ut tanti Pontificis intercessione et tuae pietatis defensione, ab omnibus liberemur adversis, et tranquilla prosperitate in tua laude laetemur. Per Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum.
Dieu qui avez donné saint Materne à votre peuple pour lui prêcher l'évangile, faites que l'intercession d'un si grand évêque et votre clémente protection nous délivrent de toutes les forces adverses et nous fassent jouir, dans l'action de grâces, d'un bonheur paisible. Par ton fils Jésus-Christ notre Seigneur.

Leodia
Revenir en haut Aller en bas
chataîgne
Assidu


Nombre de messages : 404

Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptySam 20 Mai 2006, 16:02

[color:7e8e=darkred:7e8e]SAinte Dévote Patronne de la Corse

« Sur les pas de Sainte Dévote »

Accueil des pélerins de Monaco



Le service diocésain des pèlerinages du diocèse de Monaco organise les 7, 8 et 9 juin prochain, un pèlerinage « Sur les pas de Sainte Dévote », Patronne de la famille princière et de la principauté, Patronne de la Corse Nous aurons la joie d’accueillir avec Mgr Bernard Barsi, Archevêque de Monaco, le Père Philippe Blanc, Président de l’Association national des Directeurs diocésains de pèlerinage, les pèlerins monégasques et de nous unir à leur démarche de foi. Cette démarche spirituelle préparera à célébrer l’an prochain le 17° centenaire du martyre de celle qui a été choisie comme modèle et protectrice des Monégasques.

Sauf évènement imprévu, LL.AA.SS. le Prince souverain et le Prince héréditaire participeront au pèlerinage.

[color=blue]L’église Ste Dévote à Borgo, la Cathédrale de Saint Florent et la Cathédrale de La Canonica à Lucciana seront les principaux lieux des rendez-vous des célébrations de ce pèlerinage, d’échanges et de liens entre nos deux Eglises que Sainte dévote consolide.

Nous demanderons à Dieu, par l’intercession de Sainte Dévote qui a quitté les rivages de Mariana jusqu’au fond du golfe de Monaco la grâce de ne pas rester sur le rivage mais de nous élancer avec le souffle de l’Esprit de pentecôte, témoignant de la joie de croire, tels des semeurs d’espérance.

La fête de sainte Dévote est célébrée le 27 janvier.

Sainte Dévote, patronne de Monaco et de la famille princière a été martyrisée vers 304 après J.C., en Corse, Son corps, déposé dans une barque, aurait échoué le 27 janvier , dans l’anse de Monaco, Elle est célébrée par les Monégasques depuis toujours. Son culte, lié à Monaco et à ses Princes, se retrouve officiellement dans chaque église de la principauté et sur des monnaies. Sainte Dévote est l’âme protectrice de l’identité monégasque. Ses reliques sont implorées dans les joies et les peines.


Dernière édition par le Sam 20 Mai 2006, 16:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
chataîgne
Assidu


Nombre de messages : 404

Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptySam 20 Mai 2006, 16:26

Et aussi les autres Saints de notre Diocèse :

LES SAINTS EN CORSE

Le culte des saints tient une place importante dans la piété populaire Corse. Nous évoquons ici les saints et les saintes dont la vie, l' oeuvre, et pour plusieurs d'entre eux, le martyre, furent liés à l'histoire de notre Ile.
SAINT EUPHRASE
Evêque et martyr, patron du diocèse d'Ajaccio, un des sept évêques qui auraient été ordonnés par les apôtres Pierre et Paul et envoyé porter l'Evangile en Espagne. Son nom est lié à la Corse: on peut admettre qu'il fit une escale dans l'actuel site d'Ajaccio, alors relais connu entre l'Italie et l'Espagne. Il aurait été, pendant un court séjour, le premier propagateur de la foi chrétienne dans la région de Corse.
SAINTE DEVOTE Vierge et martyre, patronne principale de la Corse, martyrisée au IIIe siècle à Mariana, près de Quercio, le lieu attribué à sa naissance par la Tradition.
SAINTE RESTITUDE Vierge et martyre , patronne de Calenzana et de la Balagne, elle est honorée depuis le IVe siècle par les habitants de Calenzana.
Sa fête est célébrée le 21 Mai, dans le sanctuaire proche de Calenzana, où son sarcophage a été mis à jour en 1951.
SAINT APPIEN Evêque et martyr, patron de l'ancien diocèse de Sagone, de l'actuelle paroisse de Sagone et de la paroisse de Borgo. Exilé en Corse par Les persécutions qui ravagèrent l'Afrique du Nord au Ve siècle, il y exerce son apostolat en compagnie des saints Florent et Vendémial, avant d'être victime de ces persécutions dont "la Passion" de Sainte Restitude a donné un écho.

SAINTE JULIE Vierge et martyre: un document remontant au Ve siècle, évoque sa passion et le Martyrologe romain ajoute: "... en Corse, Sainte Julie, Vierge, qui, par le supplice de la Croix, obtint la couronne de la Gloire".
Chrétienne d'origine carthaginoise, vendue comme esclave, le navire qui la transportait aurait échoué à Nonza, dans le Cap Corse. C'est là qu'en haine de la foi, elle aurait été torturée et crucifiée. C'est là qu'elle fut toujours vénérée avec ferveur.
SAINT ALEXANDRE SAULI
Evêque d'Aléria, fêté le 11 octobre dans sa cathédrale de Cervione.
Né le 15 février 1535 à Milan, il est nommé Evêque d'Aléria le 10 février 1570.
Il entreprend aussitôt la réforme de son diocèse (vie et formation des prêtres, catéchismes . . . ) dans le sillage du Concile de Trente. Dans le bref de béatification, le Pape Benoît XIV rend cet hommage à celui qui était devenu "Corso da sua voluntà" : "Pendant vingt ans, ce ne fut pas seulement comme Evêque d'Aleria, mais comme apôtre de la Corse toute entière qu'il répandit ses salutaires enseignements et ses lois. Les mœurs furent amendées, le clergé ramené à sa première ferveur, les fidèles guidés dans la voie des commandements".
SAINT THEOPHILE DE CORTE
Blaise de Signori, né à Corte le 30 octobre 1676. Dans l'histoire de l'Ordre de saint François d'Assise, il est resté comme l'apôtre des Ritiri, ces couvents de retraite proches de la vie érémitique, où la règle franciscaine était observée dans toute sa rigueur. Mort le 21 Mai 1740, canonisé le 28 juin 1931 par Pie XI, c'est le seul saint Corse des temps modernes porté sur les autels.
PRINCIPAUX SANCTUAIRES A LA VIERGE EN CORSE


Dernière édition par le Dim 21 Mai 2006, 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyDim 21 Mai 2006, 18:43

Un saint de ma région (Seine et Marne), mais Saint Patron de tous les amoureux de la nature en toutes régions

Citation :
Saint Fiacre
Latin : Fiacrus ;
Italien : Fiacrio ;
Français (variantes) : Fèfre, Fèvre ;
Allemand : Fiakrius.

Saint, abbé, mort vers 670. Fête le 30 août.


--------------------------------------------------------------------------------

Fiacre est né au début du VIIe siècle dans une noble famille irlandaise. Il passe en Gaule à la suite du grand mouvement religieux qui entraîne beaucoup de ses compatriotes vers le continent. Il s'arrête à Meaux où il est accueilli par l'évêque, saint Faron, frère de sainte Fare, qui lui donne l'autorisation de s'établir comme ermite en forêt de Breuil. Fiacre a pour premier disciple saint Killian, lui-même irlandais, qui sur ses conseils part prêcher l'Évangile en Artois.

Beaucoup de misères affluant à son ermitage, Fiacre demande à son évêque un terrain qu'il pourrait cultiver afin de nourrir les pèlerins indigents. Selon la tradition, l'évêque lui aurait octroyé en toute propriété l'espace de terre qu'il pourrait entourer d'un fossé en une journée de travail. Fiacre, laissant traîner son bâton derrière lui, aurait vu le sol se creuser de lui-même et les arbres déracinés tomber de droite et de gauche. Ses légumes plantés, Fiacre pense même aux plantes médicinales pour les malades et aux fleurs, « ces sourires de la terre » pour orner le petit oratoire qu'il bâtit en l'honneur de Marie. Il construit aussi un hospice pour les malades de plus en plus nombreux qu'on lui amène de tous les coins du pays. Fiacre partage son temps entre la prière, le travail manuel et le soin des pauvres.

Il meurt vers 670 au Breuil où se construit un monastère autour duquel se forme un village qui portera son nom. Les pèlerins affluent sur son tombeau pour demander la guérison de toutes sortes de maux. On venait même autrefois l'invoquer contre les hémorroïdes, le « mal de saint Fiacre », la tradition affirmant qu'il suffisait de s'asseoir sur la pierre sur laquelle le saint avait l'habitude de s'asseoir pour être guéri.



--------------------------------------------------------------------------------
Représentations :

Saint Fiacre est le patron des jardiniers, il est représenté armé d'une bêche.

Il a été aussi le patron des cochers de Fiacre : l'entrepreneurs des coches à cinq sols de l'heure habitait l'hôtel Saint-Fiacre, rue Saint-Antoine à Paris, et avait pour enseigne une image de saint Fiacre.

Saint Fiacre est vêtu en paysan ou en ermite, avec une bêche. Il tient d'une main le livre ouvert des Évangiles, et de l'autre une bêche (statue en pierre, XVIe siècle, église Notre-Dame de Verneuil-sur-Avre, Eure). Un vitrail (église Saint-Maclou à Troyes, XVIe siècle) montre Fiacre reçu par l'évêque saint Faron à Meaux, puis bêchant la terre. Il importe de ne pas confondre saint Fiacre armé de sa bêche avec le Christ apparaissant en jardinier après la Résurrection à Marie Madeleine.



--------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyDim 21 Mai 2006, 18:50

Près de Nemours et de Château-Landon

Les saints méconnus de nos régions Saintmathurin_t2

O Saint Mathurin,

Glorieux témoin de la Foi au milieu des païens,

Tu reçus l'Evangile dans ta jeunesse,
tu sus le choisir et demander le Baptême
aide-nous à choisir le Christ,
et à accueillir sa grâce par les sacrements.

Tes parents furent gagnés à la Foi par ta prière,
par la sainteté de ta vie et la justesse de ta parole ;
visite nos familles,
pour qu'elles trouvent le chemin de l'unité et de la paix
sous le regard de Dieu.

Devenu prêtre, tu annonçais le Christ avec assurance,
et les coeurs étaient touchés ;
fais se lever au milieu de nous des apôtres de feu,
serviteurs des desseins de Dieu.

Terreur des démons, tu fus appelé jusqu'à Rome
pour délivrer la princesse Théodora,
et, après ta mort, tu continuas à soulager
d'innombrables détresses spirituelles.

O Saint Mathurin, regarde ceux (celui, celle, N.)
pour qui nous te prions instamment :

Par l'Esprit de Jésus,
qui t'a rendu puissant contre l'Adversaire,
étends la main sur toutes blessures intérieures.

S'il est nécessaire, chasse toutes obsessions, toutes
persécutions ou toutes infestations des mauvais esprits,
et romps tous liens qui aient pu être tissés avec eux.

Viens surtout déposer la Paix de Dieu
dans les coeurs troublés,
viens redonner la force et le goût de la vie
à ceux qui n'en peuvent plus,
vient soulager les dépressifs
et guérir de toutes difficultés psychiques.

O Saint Mathurin, uni par la communion des saints
à la Bienheureuse Vierge Marie, à Saint Michel Archange,
à tous les saints du ciel et tous les anges,
que ton action puissante dans nos vies,
manifeste la victoire de Dieu,
lui qui a envoyé son Fils
pour que les hommes aient la vie,
et qu'ils l'aient en abondance.

Amen !


Citation :
Chaque année à Larchant (77),
le dimanche et le lundi de Pentecôte,
sous le Feu de l'Esprit Saint,
le pèlerinage de saint Mathurin
rassemble,
dans une démarche de foi, de prière, de louange, d'intercession et de réconciliation,
les enfants, les jeunes, les adultes, les anciens, les malades et les bien portants,
pour offrir les blessures de leur vie et recevoir
les grâces de guérison du Seigneur.


Programme du pèlerinage 2005

Voici quelques photos récentes :
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Etendard sur l'église de Larchant


Prier avec Saint Mathurin


Prier aussi avec notre évêque


Reliquaire de Saint Mathurin


Prier dans la communion des saints


En marche vers la fontaine...


... de Saint Mathurin


Repas partagé après la marche
à la Maison du Pèlerin à Larchant

Le pèlerinage, organisé sous l'égide du Doyenné de Nemours (Diocèse de Meaux - Église Catholique de France), est offert et ouvert à tous.
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyDim 21 Mai 2006, 18:59

Citation :
Sainte Bertille

(VIIème - VIIIème siècle)
Fêté le 6 novembre



Entrée très jeune au monastère de Jouarre (Seine et Marne), elle fut choisie par Sainte Bathilde pour réorganiser l’abbaye de Chelles. Celle-ci connu un tel essor qua la veuve du roi d’Est-Anglie, Hereswitha, et Sainte Bathilde vinrent se joindre à la communauté.

.... et, il y en a bien d'autres Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyVen 30 Juin 2006, 12:16

Saint Pierre-Julien Eymard (natif de la Mure, près de La Salette, et contemporain des apparitions)

http://www.adoperp.com/saints/Eymard/bigraphie/index.html


(Lien extrait de celui donné par Chataîgne au début de la page 4 sur un autre fil et j'en profite au passage pour la remercier Very Happy : )

http://coeurs-unis-en-j-m.forumactif.com/viewtopic.forum?p=8146&sid=224b9a169ad6adae9ead5691bed8e45f#8146


Amitiés

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyJeu 12 Avr 2007, 08:49

Philippe a écrit:
Saint Pierre-Julien Eymard (natif de la Mure, près de La Salette, et contemporain des apparitions)

http://www.adoperp.com/saints/Eymard/bigraphie/index.html

Amitiés

Philippe

Bonne nouvelle pour la paroisse de la Mure : désertée depuis longtemps par les missionnaires du Saint Sacrement, Ils vont revenir en septembre si je ne me trompe, et faire honneur à St Pierre-Julien Eymard dont c'était la mission. C'est une amie habitant cette petite ville qui vient de me le dire. Elle s'était battue depuis des années pour faire instaurer l'adoration régulièrement.... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyLun 28 Mai 2007, 15:27

Rose-Philippine Duchesne (1769-1852)
Religieuse, de la
Société du Sacré Coeur
Photo
ROSE-PHILIPPINE DUCHESNE naquit à Grenoble (France) le 29 août 1769. Baptisée en l'église St Louis elle reçoit comme en présage, les noms de l'apôtre Philippe et de Rose de Lima, première sainte du Nouveau Continent. Son éducation commence au couvent de la Visitation de Ste Marie d'En-Haut; attirée par la vie contemplative des religieuses, elle entre comme novice au monastère à 18 ans.
A l'époque de la Révolution française la communauté est dispersée; et Philippine retourne dans sa famille; elle se dévoue alors à soulager les prisonniers, les malades et les pauvres. Après le Concordat de 1801, elle tente avec quelques compagnes de faire revivre le monastère de la Visitation, mais en vain.
En 1804 Philippine apprend la fondation d'une nouvelle Congrégation: la Société du Sacré Coeur de Jésus et elle offre son monastère à la fondatrice, Madeleine-Sophie Barat; elle est prête à entrer dans la Congrégation. Peu après Mère Barat arrive à Ste Marie et accueille Philippine et ses compagnes comme novices dans la Société.
Après sa profession religieuse, en même temps que son désir de vie contemplative, un appel pour les missions, entendu dès l'adolescence, devient plus pressant. Dans une lettre à Mère Barat elle confie l'expérience spirituelle qu'elle vient de vivre au cours de la nuit d'adoration du Jeudi Saint devant l'Eucharistie; " Toute la nuit j'ai été dans le nouveau continent ... je portais partout mon trésor (le St Sacrement) ... J'avais bien à faire aussi avec tous mes sacrifices à offrir: une mère, des soeurs, des parents, une montagne ... Quand vous me direz "Voici que je vous envoie, je répondrai vite: je pars" ". Elle attendra encore 12 ans.
En 1818 son rêve se réalise: elle part pour répondre à la demande de l'évêque de la Louisiane qui cherchait une congrégation éducatrice pour l'aider à annoncer l'Evangile aux Indiens et aux jeunes français de son diocèse. A St Charles, près de St Louis (Missouri) elle fonde la première maison de la Société hors d'Europe. Ce n'est qu'une cabane en bois. Là elle rencontre toutes les austérités d'une vie de pionnier: l'extrême froid, la dureté du travail, le manque d'argent. Elle a aussi beaucoup de difficulté à apprendre l'anglais; le courrier est lent, les lettres de sa chère France souvent n'arrivent pas; mais elle s'efforce d'être fidèle en demeurant très unie à la Société en France.
Philippine et ses quatre compagnes religieuses vont de l'avant. En 1820 elle ouvre la première école gratuite à l'ouest du Mississipi. Dès 1828 six maisons sont ouvertes qui accueillent les jeunes élèves du Missouri et de la Louisiane. Elle les aime et leur rend bien des services, mais dans son cœur elle aspire toujours à travailler auprès des Indiens. A 72 ans Philippine est déchargée de toute responsabilité; une école pour les Potawatomis va s'ouvrir à Sugar Creek dans le Kansas.
Beaucoup de personnes pensent que sa santé est trop délabrée pour qu'elle y parte, mais le Jésuite qui dirige cette mission insiste; "Elle doit venir; elle n'est pas capable de beaucoup de travail mais elle assurera le succès de la mission par sa prière. Sa présence attirera toutes sortes de faveurs divines sur nos travaux".
Elle reste seulement un an avec les Potawatomis; cependant son courage n'a pas diminué
et ses longues heures de prière contemplative amènent les Indiens à la nommer: "La femme qui prie toujours". Mais sa santé ne résiste pas au régime du village. Dès juillet 1842 elle regagne St Charles bien que son désir pour les missions soit toujours vivant dans son coeur; "J'éprouve le même désir ardent pour la mission des Rocky montagnes ou tout autre semblable, que j'éprouvais en France pour venir en Amérique ...".
Philippine Duchesne est morte à St Charles le 18 novembre 1852 à l'âge de 83 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Séraphin
Assidu
Séraphin

Nombre de messages : 412
Age : 50
Localisation : Sur Terre

Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions EmptyLun 28 Mai 2007, 17:34

La Sainte dont je vous parle n'est pas enregistrée au calendrier des Saints bien qu'une procédure de Béatification ait été ouverte. Elle est décédée il y a une vingtaine d'années, et habitait Mers les Bains (modeste station balnéaire de 7000 habitants) dans la Somme.

Cette vieille femme (veuve) était connu pour assister à chaque Messe du matin (il y en avait en ce temps là...) , et était trés dévote au chapelet et aux anges gardiens.

Le Prêtre de l' époque (un Saint Prêtre tendre comme le bon pain) affirmait qu'à plusieurs reprises, la Trés Sainte Eucharistie consacrée s'était échappée de ses doigts, avait lentement survolée l'assistance, et s'était posée délicatement sur la langue de cette vieille femme. Des témoins du prodige sont encore vivants et me l'ont certifié. " C'était comme si la Sainte Eucharistie était préssée d'entrer en elle..." disait l'un(e) des témoins.

L'autre témoignage a été fourni par les pompiers de Mers (qui eux sont loin d'être des Cathos...), ainsi que le médecin traitant de cette femme. Alertés par téléphone, les pompiers se déplacèrent chez elle pour aller la chercher, car disait-elle, elle ne pouvait plus se déplacer car elle avait fait une mauvaise chute dans ses escaliers de cave fort abruptes. ( une double fracture des deux cols du fémur fut constatée, blessures et hématomes divers).

Or les pompiers ne comprirent pas comment, le téléphone étant au rez de chaussée, sa porte étant fermée à clef, elle avait pu faire pour remonter seule l' escalier dangereux de sa cave. Sa réponse fut: " C'est mon ange gardien qui m'a pris dans ses bras et qui m'a remonté, pour que je puisse appeler..." ( détail interessant: le téléphone était déposé sur le sol à coté d'elle.) Les Pompiers notèrent effectivement de nombreuses traces de sang sur le ciment au bas de l'escalier d'où elle prétendait avoir chuté.

Le médecin traitant appelé affirma par la suite qu'il est impossible, même pour un homme jeune et puissant de remonter à la force des bras un tel escalier à cause de la douleur insupportable. Mais diagnostiqua, vu son grand age que la vieille femme ne remarcherait sans doute jamais.

Le diagnostic se révéla complètement faux, puisqu'à la grande surprise des paroissiens, (et surtout du médecin) la douce grand mère revenait à la Messe quelques semaines plus tard.

Elle décéda en 1987, et est enterré dans son pays.

J'ai eu la chance de bien connaitre son Prêtre et Confesseur (qui fut aussi le miens: Le Père Cousin, décédé depuis), ainsi que les témoins de "l'hostie volante". Pour les raisons que vous comprendrez je ne peux pas (pour l'instant) fournir le nom de cette femme, mais je peux fournir les photos de L'Eglise où le prodige a eu lieu.

Fraternellement
Séraphin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les saints méconnus de nos régions Empty
MessageSujet: Re: Les saints méconnus de nos régions   Les saints méconnus de nos régions Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les saints méconnus de nos régions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les saints méconnus de nos régions
» Le culte des saints
» Prière des Saints
» Tous les Saints (chant vidéo)
» Listes de saints(es) dont le corps s'est conservé....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: Bible - écritures - théologie - vie des saints :: La vie des Saints-
Sauter vers: