Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 9 décembre Saint Juan Diego Cuauhtlatoatzin
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 10:36

» Méditation avec le Combat Spirituel de Laurent Scupoli
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 10:27

» Pape François, pour Noël, se confesser sans dissimulation
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 08:28

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 20:38

» TV liberté : Mgr Schneider dénonce les évêques schismatiques : Le schisme est dé
par fontaine Hier à 19:47

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU***
par Nicolas Hier à 18:56

» Le mois de Jésus naissant
par Lumen Hier à 17:04

» Avent dans la ville : "Viens habiter parmi nous"
par Lumen Hier à 16:38

» Message-Lumière de la Famille Myriam
par Lumen Hier à 16:25

» l'Avent avec les prophéties bibliques
par Lumen Hier à 16:10

» du 30 nov au 8 déc Neuvaine à l'Immaculée Conception
par Françoise Hier à 06:54

» 8 décembre Immaculée Conception de la Sainte Vierge
par ami de la Miséricorde Mer 07 Déc 2016, 22:54

» L'Evangile avec François (vidéo)
par Nicolas Mer 07 Déc 2016, 19:30

» 8 décembre entre 12 et 13 heures demandez des grâces à la sainte Vierge Marie
par fontaine Mer 07 Déc 2016, 16:40

» 7 décembre Saint Ambroise de Milan
par ami de la Miséricorde Mer 07 Déc 2016, 10:45

» 6 décembre Saint Nicolas de Myre
par ami de la Miséricorde Mar 06 Déc 2016, 09:22

» Père Cantalamessa, 1ère prédication de l'Avent: Je crois en l'Esprit-Saint
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 05 Déc 2016, 09:58

» Reconnaissez celui qui n'aime pas mon Fils en captivant les hommes avec ........
par fontaine Dim 04 Déc 2016, 11:26

» 4 décembre Saint Jean Damascène
par ami de la Miséricorde Dim 04 Déc 2016, 00:42

» Dieu parle de l'Eucharistie et de la façon dont il faut le recevoir, sr Guadalup
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 12:49

» 3 décembre Saint Sophonie
par ami de la Miséricorde Sam 03 Déc 2016, 10:34

» 3 décembre Saint François Xavier
par ami de la Miséricorde Sam 03 Déc 2016, 10:27

» Le schisme se s'ents venir...
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 07:17

» Mariée à un divorcé, elle témoigne de son repentir
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 07:16

» Comment arrêter l'avortement dans le monde ? En priant le rosaire de l'enfant...
par fontaine Ven 02 Déc 2016, 16:58


Partagez | 
 

 Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 01 Mai 2016, 14:43

Rappel du premier message :

Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse
http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2013/03/18/26631629.html



Premier jour

La Médaille, souvenir constant de la Sainte Vierge

Trop souvent nous nous croyons seuls dans nos peines, qu'elles soient individuelles, familiales ou nationales. Lourde erreur ! Une chère Présence se tient toujours à nos côtés, qu'il suffirait de regarder pour être consolés : cette Présence, c'est celle de la Très Sainte Vierge. Pour trop de chrétiens, la Sainte Vierge n'est qu'une statue immobile ou une image glacée, très belle certes, mais lointaine, quand, en réalité, Elle circule dans notre Pays, dans nos foyers, sur la terre entière, pour y vivre avec nous, avec chacun de nous...
Mais voilà... Nous n'y pensons pas, nous n'y croyons pas à cette présence de la Sainte Vierge. Nous vivons pratiquement comme si Elle habitait uniquement le Ciel et ne s'intéressait que de très loin à Ses enfants de la terre, alors que la réalité est bien autrement consolante ! Pour nous la rappeler, non seulement la Sainte Vierge est descendue plus d'une fois ici-bas, en particulier sur notre terre de France, qu'Elle aime d'un amour de prédilection, mais Elle nous a apporté Son Image afin que nous la portions sur nous et qu'ainsi nous pensions plus souvent à Elle.
Son pur visage nous parle de nos espérances ; Son pied béni qui écrase la tête du serpent nous rappelle que dans le monde surnaturel, Elle est toujours victorieuse. Ses mains rayonnantes de grâces nous disent Sa puissance. Ceux qui se moquent de nos médailles, de nos images, n'ont jamais compris qu'elle était le symbole secret de l'amour ! Ils le comprenaient, nos prisonniers portant sur leur cœur une lettre écrite soit par leur femme, soit par leur vieille maman, ou encore une mèche de cheveux du cher petit, grandissant en leur absence. Souvenirs qui tiennent chaud au cœur, parce qu'ils ont la puissance de l'amour.
Voilà ce que notre Mère du Ciel a voulu nous donner en nous apportant Sa Médaille. Pendant tout ce mois, nous la regarderons, nous en méditerons les leçons pour mieux en comprendre le prix et témoigner à la Sainte Vierge notre reconnaissance.



Lecture 

C'est un vrai miracle !

Que de fois on l'a entendue au cours des bombardements cette exclamation ! Oui, ce sont de vrais miracles de protection que Notre Dame de la Médaille Miraculeuse a accomplis. Nous en lirons ici plusieurs relations durant ce Mois de Marie. Celui dont le récit va suivre s'est passé à Saint Maximin, petit village de l'Oise, en 1944. Une jeune fille, Melle S., écrit :
« J'avais remis à une dame à Paris des médailles miraculeuse pour envoyer à Saint Maximin, très exposé aux bombardements. Cette dame avait là son petit garçon de 9 ans, dont elle était très inquiète, et ses parents très âgés. Le grand-père avait 87 ans. Elle ne parut pas d'ailleurs, d'attacher grande importance à mes médailles mais les envoya cependant. Hubert et sa grand-mère avait lu aussitôt la notice explicative que j'avais jointe, et l'album 1943 de la Médaille Miraculeuse. Chaque jour ils récitaient avec confiance l'invocation « O Marie conçue sans péché... »
Le bombardement annoncé par tract depuis plusieurs jours se produisit dans la nuit du 4 au 5 juillet. Il fut terrible. La partie du paisible village située sur la rive gauche de l'Oise fut complètement anéantie. Résultat : 600 sinistrés sur 1100 habitants. Heureusement, il y eût peu de victimes, les habitants passant la nuit depuis quelques temps dans les carrières voisines. Cependant, à cause du vieillard de 87 ans qui ne pouvait marcher, Hubert et ses grands-parents étaient chez eux. A la vue des fusées, ils descendirent au sous-sol, abri bien précaire, mais où la présence d'une poutre de fer soutenant la cuisine faisait espérer un peu de sécurité.
Une première bombe atteignit la cour de la maison, une seconde le jardin ; une troisième tomba sur la partie de la maison qui conduisait à la chambre du vieux grand-père resté dans son lit, entraînant la cuisine et le plafond de cette chambre à coucher. La grand-mère abritait de son mieux son petit fils, n'ayant qu'une pensée : puisqu'il fallait mourir, que du moins l'enfant ne soit pas trop défiguré afin qu'on puisse le reconnaître et prévenir sa mère ! Le petit Hubert ne cessait de répéter : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous ! », tandis que les débris de toutes sortes le recouvraient déjà avec sa grand-mère !
Au bout de 35 minutes que dura le bombardement, ils purent se dégager sains et saufs, mais ce fut pour tomber dans l'immense entonnoir creusé au jardin par la bombe. Il remontèrent tant bien que mal de cette excavation pour aller à la recherche du pauvre grand-père. Aux appels lancés, on l'entendit répondre : « Oui, je suis vivant ! J'ai caché ma tête sous l'oreiller quand le plafond est tombé ! » On put le sortir par ce qui restait de la fenêtre : la chambre était bouleversée de fond en comble. Tout le village est unanime à crier au miracle ! Le petit Hubert est rentré à Paris tout content, et ses grands parents l'ont rejoint quelque temps après. Tous portent avec la plu grande dévotion la Médaille Miraculeuse qui les a si visiblement arrachés à la mort ».





O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !


Prière

O Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, Vous avez voulu vivre avec nous et nous n'y pensons pas ! Nous voici réunis à Vos pieds pendant ce beau Mois qui Vous est consacré, afin de méditer pieusement le souvenir que Vous avez laissé en 1830, de Vos visites sur notre terre de France : Votre Médaille Miraculeuse. Aidez-nous a en bien saisir les leçons afin de Vous mieux connaître et de Vous mieux aimer. O Bonne Mère, qu'un rayon de grâce tombé de Vos mains maternelles illumine chacune de nos âmes, toutes les âmes qui nous sont chères et que nous Vous confions pendant ce Mois où nous voulons, avec toute l'Eglise, Vous honorer et Vous glorifier. Que Votre règne arrive, ô Vierge Immaculée, afin que le Christ vainqueur commande et règne à jamais. Ainsi soit-il.


Important 

N'oubliez pas, surtout, chaque jour, de porter la Médaille Miraculeuse, car c'est le canal privilégié par lequel Marie distribue ses grâces (vous aurez l'occasion de pouvoir le vérifier tout au long de ce mois), de réciter au minimum, 1 notre Père, trois je Vous salue Marie, 1 Gloire au Père, et trois fois l'invocation : « O Marie conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ». Si cela vous est possible, accédez aux Sacrements de l'Eucharistie et de la Réconciliation, au moins chaque semaine pour l'Eucharistie et suivant vos disponibilités pour le Sacrement de Réconciliation. Cela est très important. L'Eucharistie est le centre de toute vie spirituelle et le Sacrement de Réconciliation est la toilette de l'âme...


Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 15 Mai 2016, 21:21



Quinzième jour

Sainte Catherine Labouré après les Apparitions


Que devient Sœur Catherine après les grâces insignes dont elle avait été l'objet ? Placée après sa Prise d'Habit en janvier 1831, à l'Hospice d'Enghien, rue de Reuilly, à Paris, elle allait y passer quarante-six ans dans l'obscurité la plus complète et dans un silence que le Pape Pie XI déclara plus tard « héroïque ». Dans son entourage, on ne sut jamais qu'elle était l'heureuse privilégiée de la Sainte Vierge. Employée d'abord à la cuisine, puis à la lingerie, elle reste ensuite près de quarante ans dans la salle des vieillards, ajoutant à cet office celui de la basse-cour. Elle se plaisait dans ces humbles fonctions, et rien ne lui semblait préférable au bonheur d'être au service des pauvres de Jésus-Christ. Sa piété était fervente, mais toute simple aussi ; elle ne laissait rien voir en elle qui pût la distinguer des autres. Une seule chose a été remarquée : l'importance qu'elle attachait à la fervente récitation du Chapelet.

Depuis le début de l'année 1876, Sœur Catherine parlait souvent de sa mort, ajoutant que, sûrement, elle ne verrait pas l'année 1877. Pendant les derniers mois, elle fut obligée de garder le lit et de cesser cette vie si active qu'elle menait depuis tant d'années. Le 31 décembre, elle eut, dans la journée, plusieurs faiblesses qui firent croire à sa fin prochaine. On lui proposa les dernières consolations de la Religion, qu'elle accepta avec reconnaissance. Elle reçut les Sacrements avec un bonheur et un calme qu'on ne saurait décrire ; puis, sur sa demande, on lui récita les Litanies de l'Immaculée Conception. Elle répétait souvent cette invocation : « Terreur des démons, priez pour nous ! » On l'entendit s'écrier avec un accent de profonde tendresse : « Ma chère Communauté !... Ma chère Maison-Mère !... »

A quatre heures du soir, une nouvelle faiblesse réunissait toutes les Sœurs de la maison autour de la mourante. Ce n'était pas encore, cependant, le dernier moment. A 7 heures, elle parut s'assoupir davantage et, sans la moindre agonie, son âme se détacha de son corps pour aller contempler au Ciel Jésus et Sa Mère Immaculée.



Lecture

La Vierge qui protège


Voici deux préservations dues à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse. Les deux faits ont eu lieu en 1943 :

« Voici ce qui s'est passé dans mon usine de produits chimiques la semaine de Pâques
, raconte Mademoiselle Juliette G., habitant le Gard. Vers 4 heures de l'après-midi, alors que chacun était à son travail, une détonation violente fit trembler les murs. Tout le personnel se précipita dehors. Plus de 400 litres d'un produit nocif et bouillant coulait en écumant. La cuve en fonte qui le contenait venait d'exploser ! Penchée sur un côté et arrachée de son support, elle laissait entrevoir une large fente sous le débris de laquelle devait se trouver le corps du jeune homme surveillant le fonctionnement de cette cuve. Mais la joie succéda à l'angoisse en le voyant sain et sauf ! Comme on lui demandait de s'expliquer, il montra sa Médaille Miraculeuse en disant simplement : « C'est elle qui m'a sauvé ! » En effet, il avait eu la pensée d'aller chercher un outil juste au moment de l'explosion. Et sans respect humain, il se mit à réciter doucement l'Avé Maria ». (Juliette G., Gard).

« J'ai été protégée d'une manière extraordinaire par la Sainte Vierge dont je ne quitte jamais la médaille miraculeuse, raconte à son tour Mademoiselle Denise R., habitant à Eu (Seine Maritime). Devant une maison bombardée, ma bicyclette a accroché une brique, ce qui me fit tomber lourdement. Au même moment, un camion arrivait à vive allure. C'était dans un tournant. Il devait m'écraser, mais il s'arrêta à un mètre de moi ; nous n'avons pas pu comprendre comment... Ma chute n'a entraîné qu'un épanchement de synovie au genou, ce qui m'a bien fait souffrir, mais j'ai la conviction que la Sainte Vierge m'a préservée miraculeusement d'une mort certaine ».




O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !


Prière

O mon Dieu, Vous qui choisissez toujours les plus petits instruments pour accomplir Vos grands desseins, donnez-nous la simplicité d'esprit et de cœur de Sainte Catherine Labouré, cette simplicité qui attire Vos regards, afin que nous soyons les heureux bénéficiaires de la Parole que prononça Jésus Vote Fils : « Je Vous remercie, Père, d'avoir caché ces choses aux grands et aux puissants et de les avoir révélées aux touts petits ». Donnez-nous aussi de grandir de plus en plus dans la vertu d'humilité, comme Sainte Catherine Labouré, car Vous résistez aux superbes et ne donnez Vos grâces qu'aux humbles. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Lun 16 Mai 2016, 11:27



Seizième jour

Merveilleuse préservation du corps de Sainte Catherine Labouré

Le 3 janvier 1877, Sœur Catherine Labouré était ensevelie dans un caveau fort humide sous la chapelle de sa maison de la rue de Reuilly. Ses Supérieures obtinrent facilement l'autorisation de garde ce précieux dépôt dans la maison même où elle avait passé toute sa vie religieuse. En 1933, lorsque Pie XI décida la Béatification prochaine de l'humble Sœur, il fallu procéder à l'exhumation de ses restes. Qu'allait-on retrouver après tant d'années, et dans des conditions si peu favorables ?

L'exhumation eut lieu le 21 mars 1933. Au grand émerveillement des médecins, des prêtres, des Sœurs qui y assistèrent, le corps fut retrouvé absolument intact. Les yeux même gardaient leurs prunelles bleu azur, ces yeux qui avaient si souvent contemplé la Mère de Dieu ! La mort avait respecté jusqu'aux vêtements de ce corps virginal dans les mains jointes avaient reposé plus de deux heures sur les genoux de la Vierge Immaculée !

La reconnaissance du corps fut faite en présence de Son Eminence le Cardinal Verdier, Archevêque de Paris. Il repose depuis dans la Chapelle des Apparitions, dans un châsse aux fines ciselures, dont les émaux bleus rappellent les phases des Apparitions et le monogramme de la Médaille Miraculeuse.



Lecture

Insigne miracle sur une route d'Algérie

Le 9 décembre 1928, M. Quévède, de Marengo (Alger), revenait de Castiglione en auto avec ses deux filles Liliane et Marcelle, 23 et 21 ans, lorsque, au tournant de Dessaix, la lumière s'étant éteinte, la voiture versa dans un petit ravin d'environ quatre mètres de profondeur. M. Quévède put bientôt se dégager et aider sa fille Liliane à en faire autant. Mais l'autre restait prise sous la voiture, appelant au secours, souffrant atrocement et criant : « Vite, vite, je m meurs ! » Impossible de soulever le véhicule et de la délivrer. C'est la nuit. Des autos passent, rapides. L'appel que le malheureux père leur adresse du fond du ravin n'est pas entendu. Enfin, en voici une qui s'arrête. Un monsieur et une dame qui connaissent la famille Quévède en descendent. Et la plainte : « Je me meurs ! Je me meurs ! », retentit dans la nuit. Au cri de détresse s'unit la prière : « Sainte Vierge Marie, au secours ! » Et voici une autre voiture qui s'arrête. Trois jeunes gens se présentent. En un instant, la malheureuse jeune fille est retirée, mais incapable de marcher, incapable même de se tenir debout. Les jeunes gens, le travail achevé, remontent dans leur auto et disparaissent. On n'a jamais pu savoir qui ils étaient. De retour chez lui, M. Quévède va droit à la chambre où ses filles ont placé depuis quelques jours le blason de la Médaille Miraculeuse. Il le prend, le baise, et, tombant à genoux : « Remercions la Sainte Vierge, dit-il c'est Elle qui nous a sauvés ! » Le médecin appelé aussitôt auprès de la victime, ne constate ni rupture, ni lésion. Quand on lui dit comment la jeune fille a été prise sous le véhicule et combien de temps elle est restée : « Vous portez la Médaille de la Sainte Vierge ? » demande-t-il. « Oui ». « Eh ! Bien, vous pouvez monter à Notre Dame d'Afrique et la remercier de vous avoir tiré de là ». Voilà bientôt cinq mois que l'événement s'est passé. La jeune fille, complètement rétablie, a depuis longtemps repris son travail et ne ressent aucune gêne dans les membres sur lesquels s'était exercée la pesée de l'auto. Au village, nombreux sont ceux qui ont voulu aller voir, avant qu'on ne la retirât, la voiture renversée dans le ravin. Tous sont revenus en disant : « C'est un miracle ! » (Sœur T., Fille de la Charité, 25 avril 1929).



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Vierge Immaculée qui avez préservé de la corruption du tombeau Sainte Catherine Labouré, Vous nous montrez ainsi Votre puissance sur la mort. Qui donc a causé la mort dans le monde, sinon le péché ? Délivrez-nous dont surtout du péché qui entraînerait la mort éternelle de nos âmes. Et puis, ô Bonne Mère, aidez-nous à surmonter les craintes naturelles de la mort ; ne cessez pas d'augmenter notre espérance jusqu'au jour bienheureux où nous irons Vous voir, en corps et en âme, puisque notre croyons à la résurrection de la chair et à la vie éternelle. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Lun 16 Mai 2016, 16:46

16 Mai
Ave Maria Stella


Salut, Étoile de la mer,
Sainte Mère de Dieu,
Toi, toujours vierge,
bienheureuse porte du ciel…
Brise les chaînes des pécheurs,
rends la lumière aux aveugles,
délivre-nous de nos misères,
obtiens pour nous les vrais biens.
Montre-nous que tu es mère,
et que le Christ par toi accueille nos prières
lui qui, né pour nous,
accepta d’être ton fils.
Vierge sans pareille
et douce entre toutes,
obtiens le pardon de nos fautes,
rends nos cœurs humbles et purs.
Accorde-nous une vie sainte,
rends sûre notre route
pour que, contemplant Jésus,
nous partagions sans fin ta joie.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mar 17 Mai 2016, 09:25



Dix-septième jour

Les leçons que nous donne Sainte Catherine Labouré

L'esprit surnaturel

Quand les hommes veulent mener à bien une entreprise importante, ils s'ingénient à réunir toutes les forces qui les rendront aptes à réussir : talents, alliances, argent, recommandations, protections. Mais ces forces elles-mêmes risquent de se rompre quand ceux qui les emploient ne tiennent pas compte d'une autre force qui ne doit jamais être laissée de côté : la foi au surnaturel. Or, Dieu emploie des instruments très faibles pour l'accomplissement de ses desseins ; dans l'Ancien Testament comme dans le Nouveau Testament, les exemples abondent... Evidemment, la Vierge Marie ayant des communications importantes à faire à la terre, va adopter la méthode divine.

Il est certain que les événements de 1830 sont bien déconcertants pour quiconque en chercherait les secrets avec les seules lumières de la raison. Il y a un tel contraste entre l'obscurité des origines et les conséquences merveilleuses qui s'en suivent !... Le bon sens et l'humilité de Sœur Catherine ne s'y sont pas trompés : « Moi, favorisée, dira-t-elle, je n'ai été que l'instrument. Ce n'est pas pour moi que la Sainte Vierge m'a choisie. Tout ce que je sais, c'est dans la Communauté que je l'ai appris. J'ai été choisie pour qu'on ne puisse pas douter ».

Il est certain que les événements de 1830 sont bien déconcertants pour quiconque en chercherait les secrets avec les seules lumières de la raison. Il y a un tel contraste entre l'obscurité des origines et les conséquences merveilleuses qui s'en suivent !... Le bon sens et l'humilité de Sœur Catherine ne s'y sont pas trompés : « Moi, favorisée, dira-t-elle, je n'ai été que l'instrument. Ce n'est pas pour moi que la Sainte Vierge m'a choisie. Tout ce que je sais, c'est dans la Communauté que je l'ai appris. J'ai été choisie pour qu'on ne puisse pas douter ».

Si Dieu veut des intermédiaires, il les veut privés de moyens humains. Mais il les veut vertueux aussi : il faut que leur vertu dépasse une vertu ordinaire : « Dieu veut son spectacle, dit Bossuet, et ce spectacle, c'est la pureté du corps et l'humilité de l'esprit ». « Marie a plu à Dieu par sa pureté, nous dit Saint Bernard, et elle est devenue mère pas son humilité ». C'est aussi en cela que Catherine Labouré a été agréable à Dieu et à la Vierge Immaculée.


Lecture

Un train bien protégé ! 

C'est au printemps de 1944, période des bombardements incessants des voies ferrées. Les Sœurs de Saint Vincent de Paul d'une grande banlieue parisienne voudraient bien emmener en colonie leurs fillettes qui maigrissent et pâlissent faute d'un ravitaillement suffisant. Que faire ? Essayer de partir, malgré le danger qu'offre le voyage, à la colonie du Loiret qui reçoit à l'ordinaire les petites orphelines. On part sans crainte, se confiant en la Sainte Vierge. Chaque enfant porte sa Médaille Miraculeuse et doit réciter souvent la prière qui y est gravée. Elle ne ne contentent pas de cela, les petites Parisiennes ! Aussitôt installées dans un train bondé de voyageurs, elle suspendent la Médaille un peu partout, le long des couloirs, aux portières des compartiments. Elles en offrent aux voyageurs, qui acceptent volontiers la « médaille qui protège ». Et même, au moment de partir, une Sœur va proposer au chauffeur du train de prendre aussi sur lui la chère médaille. Qui oserait refuser la protection d'En-Haut à l'heure du danger ?... Le brave homme accepte et en demande pour sa famille et pour les autres employés du train. Non seulement le train ne fut pas mitraillé comme l'avaient été tous ceux des jours précédents depuis une semaine, mais il passa à Villeneuve-Triage une heure avant un gros bombardement, pour arriver dans le Loiret une heure avant un autre raid meurtrier !



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

Seigneur, ce ne sont pas les talents naturels des hommes qui attirent Votre Regard Divin. Pour faire Vos œuvres, il faut des instruments souples et dociles, abandonnées à Votre Sainte Volonté. C'est la leçon que nous donne Sainte Catherine Labouré. Donnez-nous cet esprit filial qui Vous permettra de Vous servir de nos faibles moyens pour faire du bien aux âmes qui nous entourent. Sainte Catherine Labouré, obtenez-nous cette grâce ! Ainsi soit-il.


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mar 17 Mai 2016, 19:41

17 Mai
Prière de Marthe Robin



Ô Mère Bien-Aimée,
vous qui connaissez si bien les voies de la sainteté et de l’amour,
apprenez-nous à élever souvent notre esprit et notre cœur vers la Trinité,
à fixer sur Elle notre respectueuse et affectueuse attention.
Et puisque vous cheminez avec nous sur le chemin de la vie éternelle,
ne demeurez pas étrangère aux faibles pèlerins que votre charité veut bien recueillir ;
tournez vers nous vos regards miséricordieux,
attirez-nous dans vos clartés,
inondez-nous de vos douceurs,
emportez-nous dans la lumière de l’Amour,
emportez-nous toujours plus loin et très haut dans les splendeurs des cieux.
Que rien ne puisse jamais troubler notre paix,
ni nous faire sortir de la pensée de Dieu ;
mais que chaque minute nous emporte plus avant
dans les profondeurs de l’auguste Mystère,
jusqu’au jour où notre âme, pleinement épanouie aux illuminations de l’union divine,
verra toutes choses dans l’éternel Amour et dans l’Unité.
Amen.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mer 18 Mai 2016, 11:57




Dix-huitième jour

Les leçons que nous donne Sainte Catherine Labouré

La pureté et l'humilité

La Vierge Marie exige de sa messagère les vertus que Dieu a voulu trouver en Elle pour y accomplir son œuvre : pureté et humilité à un degré peu ordinaire. Une âme pure a quelque chose de la beauté divine. Dieu la regarde avec amour, car elle reflète en quelque sorte la splendeur du Ciel. Dès sa Première Communion, premier contact avec Dieu, Sœur Catherine comprend le prix de sa pureté. Des partis se présentent ; elle les refuse tous : elle est fiancée à Jésus. On essaiera de tout, on la fera venir à Paris pour la tourner vers d'autres horizons ; tout est inutile ; bien plus, cette épreuve affermit sa vertu et elle en ressort plus décidée que jamais à se donner sans retard à son Céleste Époux. Plus tard, bien plus tard, lorsqu'elle sert les pauvres à l'hospice d'Enghien, ses vieillards « ne sont pas toujours sages », selon son expression, mais devant elle ils ne se permettent pas la plus légère infraction et montrent, au contraire, une extrême réserve.

La pureté est un trésor précieux que nous gardons dans un vase fragile. Sœur Catherine le savait ; aussi s'entourait-elle de modestie, de vigilance, de mortification. Elle a réalisé le mot de Saint Vincent de Paul à ses filles : « Soyez comme le rayon de soleil qui éclaire le cloaque sans rien perdre de son éclat ». Elle a toujours gardé l'éclat de la pureté. Si la pureté est l'ornement du cœur, l'humilité est l'ornement de l'esprit ; rien ne le souille comme l'orgueil ; la pureté plaît à Dieu, l'humilité l'attire. Marie plu à Dieu par son humilité, et c'est pourquoi Elle est devenue Sa Mère. Dans l'ordre surnaturel, la première vertu de la volonté est l'humilité. Notre Seigneur rejette la prière orgueilleuse du Pharisien. Il dit à Sainte Catherine de Sienne : « Ma fille, Je suis tout, et vous, vous n'êtes rien ». La Vierge Marie avait dû depuis longtemps apprendre cette leçon à son enfant prédestinée afin qu'elle devînt bien humble pour ne pas entraver dans son âme l'action de la grâce.

Elle avait un sens extraordinaire de l'humilité, celui qui consiste à mettre Dieu à sa place, et nous à la nôtre... Elle disparaît pour laisser place à sa Reine et, par Elle, son Roi Jésus... Sa dernière Supérieure ne lui ménagea pas les humiliations ; elle les acceptait avec respect et soumission. Une telle attitude suppose un degré héroïque dans l'humilité.


Lecture

Bonté de la Très Sainte Vierge

C'est à Paris, en octobre 1944, dans un grand bureau de poste. Une Fille de la Charité attend patiemment son tour pour déposer au guichet une lettre recommandée. Enfin, après une longue attente, elle s'adresse à l'employée, jeune fille au visage soucieux. Celle-ci la regarde, puis se décide à parler, après avoir recommandé la lettre : « Oh ! Ma Sœur, puis-je vous demander une petite prière ? Je suis si ennuyée ! » « Mais oui, de tout cœur, mademoiselle, répond la Sœur. Je vous le promets. Avez confiance ! » Encouragée par ces paroles, l'employée reprend : « Figurez-nous, ma Sœur, qu'il m'arrive une chose bien pénible. Depuis hier soir, il me manque 1.500 francs dans ma caisse. Impossible de savoir d'où vient cet écart. C'est une somme énorme pour moi, qui ai ma mère à ma charge... » « Faites une Neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, dit alors la Sœur. Je la ferai avec vous. Nous la commencerons aujourd'hui si vous voulez. Tenez, voilà une petite médaille ». « Oh ! Merci, ma sœur, vous êtes bien bonne ! Que faut-il dire ? » « Si vous voulez, nous réciterons trois Ave Maria et trois fois l'invocation gravée sur la médaille : O Marie, conçue sans péché... » « Entendu ! »

Quelques jours plus tard, la Sœur qui habitait le quartier eut l'occasion de revenir à la Poste. La jeune employée la reconnaissant aussitôt, l'appela de son guichet. Son visage était tout joyeux. « Ah ! Ma Sœur, fit-elle, dès le troisième jour de la Neuvaine, j'ai été exaucée ! Figurez-vous que l'employé principal de la poste s'est aperçu en comptant sa caisse qu'il avait une liasse de billets de 100 francs avec onze billets au lieu de dix ! Une heure plus tard, une personne me rapportait 500 francs que je lui avais rendu de trop par erreur. Elle venait de s'en apercevoir en faisant ses comptes. Ainsi les 1.500 francs ont été retrouvés grâce à la Médaille Miraculeuse ! Tous mes collègues de bureau veulent cette Médaille. Pouvez-vous m'en donner ? » On devine avec quelle joie la religieuse glissa une provision des chères médailles sur le guichet de l'heureuse employée !



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, obtenez-nous les vertus qui ont brillé dans l'âme de Sainte Catherine Labouré, cette pureté qui fut un reflet de la Vôtre, cette humilité qui lui attira Vos maternelles faveurs. Qu'il est rare de les trouver dans notre pauvre monde ! Nous Vous les demandons, ô Vierge Immaculée qui avez plu au Seigneur par Votre Humilité et Votre Pureté sans tache. Faites briller ces rayons dans les âmes qui veulent Vous plaire et Vous aimer. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mer 18 Mai 2016, 16:32

18 Mai
Prière de Paul Claudel


Il est midi. Je vois l’église ouverte, il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens, seulement, Mère, pour vous regarder.
Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.
Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête.
Etre à vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.
Ne rien dire, regarder votre visage,
Laisser le coeur chanter dans son propre langage.
Ne rien dire, mais seulement chanter
Parce qu’on a le coeur trop plein,
Comme le merle qui suit son idée
en ces espèces de couplets soudains.
Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
la femme dans la Grâce enfin restituée,
La créature dans son bonheur premier
et dans son épanouissement final,
Telle qu’elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale, intacte ineffablement.
Parce que vous êtes la mère de Jésus-Christ,
qui est la vérité entre vos bras,
et la seule espérance et le seul fruit.
Parce que vous êtes la femme, l’Eden de l’ancienne tendresse oubliée,
dont le regard trouve le coeur tout à coup et fait jaillir les larmes accumulées…
Parce qu’il est midi,
parce que nous sommes en ce jour d’aujourd’hui,
parce que vous êtes là pour toujours,
simplement parce que vous êtes Marie,
simplement parce que vous existez,
Mère de Jésus-Christ,
soyez remerciée !

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Jeu 19 Mai 2016, 09:41

19 Mai
Prière écrite par Léonce de Grandmaison



Sainte Marie, Mère de Dieu,
garde-moi un coeur d’enfant,
pur et transparent comme une source;
obtiens-moi un coeur simple,
qui ne savoure pas les tristesses;
un coeur magnifique à se donner,
tendre à la compassion,
un coeur fidèle et généreux
qui n’oublie aucun bienfait
et ne tienne rancune d’aucun mal.
Fais-moi un coeur doux et humble,
aimant sans demander de retour,
joyeux de s’effacer dans un autre cœur devant ton divin Fils;
un coeur grand et indomptable,
qu’aucune ingratitude ne ferme,
qu’aucune indifférence ne lasse;
un coeur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ, blessé de son amour
et dont la plaie ne guérisse qu’au Ciel.
Ainsi soit-il.


* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.


Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Jeu 19 Mai 2016, 14:02



Dix-neuvième jour

Les leçons que nous donne Sainte Catherine Labouré

La vie cachée

Sœur Catherine a toujours mené la vie cachée, elle a exercé les emplois les plus communs. En effet, elle doit disparaître. Comme une de ses compagnes disait un jour : « Il est probable que la Sœur qui a vu la Vierge est aujourd'hui Supérieure », la Sainte répondit : « Non, non, il faut qu'elle mène la vie cachée ». Pendant quarante-six ans, elle eut la passion de se cacher, comme d'autres ont la passion de parler. Elle trouve naturel d'être ignorée et mise de côté. Or, la vertu qui s'ignore est le comble de la véritable vertu. N'imaginons pas la Voyante de la Rue du Bac comme une Catherine de Sienne, en communication habituelle avec Notre Seigneur. Son Tabor fut d'un moment, sa fidélité au devoir d'état de tous les jours. Tous les matins, elle recevait sa tâche. Le champ d'action d'une Fille de la Charité est très circonscrit ; elle est prisonnière de son devoir d'état. Cierge des plus modestes, à la flamme pure, chaude sans éclat, sans sursaut ; Sœur Catherine se consumera jour et nuit, pendant quarante-six années, dans sa maison de Reuilly, comme en une chapelle close et recueillie...

Lecture

Sous une tornade de bombes

(Mai 1944)

« Je connus la Médaille Miraculeuse par une brochure achetée à la Bibliothèque d'Eglise, qui fonctionne dans la cathédrale de Dijon, écrit un jeune homme de Saint Denis en mai 1944. Cette lecture me fit beaucoup d'impression, et je me rendis immédiatement dans la maison la plus proche des Sœurs de Saint Vincent de Paul afin de me procurer plusieurs médailles. J'en mis une à mon cou selon le désir de la Sainte Vierge et je priais cette Bonne Mère matin et soir en baisant son image. J'étais à Paris pour quelques jours et fus pris par le bombardement de Saint Denis le soir du 22 juin. Des bombes de gros calibres tombèrent tout autour de l'immeuble, faisant de nombreuses victimes, dont deux dans notre maison. Le mobilier et la vaisselle étaient pulvérisés.

Debout dans la cave avec une dizaine de personnes épouvantées, nous étions à moitié asphyxiés par la fumée épaisse se dégageant de l'incendie des dépôts d'essence tous proches. J'invoquais à haute voix Notre Dame de la Médaille Miraculeuse et commençai le Chapelet. Une mort affreuse paraissait nous guetter à chaque seconde dans cette cave non reconnue comme abri. Sans me lasser, je multipliais à haute voix les invocations à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, tandis que les torpilles démolissaient à moins de trente mètres le Séminaire de l'autre côté de la rue.

Lorsque la tornade cessa au bout d'une demi-heure interminable, nous étions tous vivants. De plus, je certifie que mon appartement n'a souffert en rien. Seules les fenêtres ont perdu leurs carreaux et leurs rideaux. Un volumineux moellon est venu terminer son voyage aérien au pied de l'image de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, sans même rayer le marbre de la table sur laquelle elle se trouvait ». (Roger Camps, 24 ans, Saint Denis).



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous ! 

Prière

O mon Dieu, Vous avez voulu que Votre Fils unique vécut trente ans de vie cachée sur les trente trois ans que dura Sa vie terrestre ; Vous avez voulu aussi que la Très Sainte Vierge Marie menât une vie obscure, uniforme, sans aucune action d'éclat. C'est assez nous montrer quel prix Vous attachez aux actions humbles, connues de Vous seul et accomplies par Votre seul amour. Faites qu'à l'exemple de Sainte Catherine Labouré, nous sachions trouver notre joie à remplir parfaitement notre devoir d'état, expression certaine de Votre Volonté Divine, à nous contenter de tâches humbles et monotones avec lesquelles nous pouvons si facilement acheter notre bonheur éternel. Ainsi soit-il.


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Ven 20 Mai 2016, 17:14

20 Mai
Prière de Charles Peguy


Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas.
Alors il faut prendre son courage à deux mains.
Et s’adresser directement à celle qui est au-dessus de tout.
Être hardi. Une fois.
S’adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.
Parce qu’aussi elle est infiniment bonne.
À celle qui intercède.
La seule qui puisse parler de l’autorité d’une mère.
S’adresser hardiment à celle qui est infiniment pure.
Parce qu’aussi elle est infiniment douce.
À celle qui est infiniment riche.
Parce qu’aussi elle est infiniment pauvre.
À celle qui est infiniment grande.
Parce qu’aussi elle est infiniment petite.
Infiniment humble.
À celle qui est infiniment joyeuse.
Parce qu’aussi elle est infiniment douloureuse.
À celle qui est Marie.
Parce qu’elle est pleine de grâce.
À celle qui est pleine de grâce.
Parce qu’elle est avec nous.
À celle qui est avec nous.
Parce que le Seigneur est avec elle.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Sam 21 Mai 2016, 18:57

21 Mai
Poésie de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus



Je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime
Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur
Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur.
Si je te contemplais dans ta sublime gloire
Et surpassant l’éclat de tous les bienheureux
Que je suis ton enfant je ne pourrais le croire
Ô Marie, devant toi, je baisserais les yeux !…
Tu nous aimes, Marie, comme Jésus nous aime
Et tu consens pour nous à t’éloigner de Lui.
Aimer c’est tout donner et se donner soi-même
Tu voulus le prouver en restant notre appui.
Le Sauveur connaissait ton immense tendresse
Il savait les secrets de ton cœur maternel,
Refuge des pécheurs, c’est à toi qu’Il nous laisse
Quand Il quitte la Croix pour nous attendre au Ciel.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 22 Mai 2016, 13:58




Vingtième jour

Les leçons que nous donne Sainte Catherine Labouré

La vie de silence

Sœur Catherine Labouré, sauf à son confesseur et dans deux rapports écrits par obéissance, en 1856 et 1876, n'a jamais laissé entendre qu'elle fût la privilégiée d'un beau secret. Autour d'elle on parlait de la Médaille. Ni alors, ni après, Sœur Catherine ne révéla que ce fût elle, la novice de 1830. Mêlée à ses compagnes, du ton le plus naturel, à l'occasion elle disait son mot. Mais cette Sœur mystérieuse dont tous, au dehors comme au-dedans, eussent voulu savoir le nom, on ne le révéla jamais de son vivant. Ses lèvres restèrent hermétiquement closes sur l'instrument de la Vierge. Qu'importe son nom, devait-elle penser comme Jean-Baptiste qui ne se proclamait qu'une « voix » ? Ce sont là les grandes profondeurs de l'humilité et du silence de l'âme. Or, Catherine Labouré, sans jamais en sortir, les vécut quarante-six ans. Et c'est là ce qui fait sa grandeur et sa sainteté.

Quarante-six ans d'effacement dans un hospice de vieillards alors que partout l'on cherche votre nom, ô humble Sœur ! Quarante-six ans de silence sur soi, sur des grâces ineffables ! Quarante-six ans pendant lesquels, repliée sur le don divin, elle laissa aller le vain bruit des recherches curieuses ! Cela sans jamais se trahir, pour être mieux à Dieu, à la Charité, à son perfectionnement, voilà l'extraordinaire mérite de Catherine Labouré, l'héroïsme qui l'a conduite aux honneurs des autels. Leçon profonde pour nos orgueils et nos glorioles, même dans notre piété, notre apostolat, notre dévouement qui cherche si souvent les louanges humaines ! Leçon de grands et vivifiants silences : des silences extérieurs autant qu'ils sont possibles, des intérieurs qui attirent Dieu en nous.



Lecture

La médaille et le poignard

Une dame Catholique de Smyrne, ayant quelques tristes pressentiments au sujet de son fils, le pria, un dimanche matin, de porter à son cou, pour lui faire plaisir, une Médaille Miraculeuse. Il accepta par égard pour sa mère. Le soir, vers dix heures et demie, il est arrêté dans une rue écartée par un voler qui lui demande son argent. Sur son refus, le malfaiteur lui donne un coup de couteau. Le blessé jette des cris, le voleur prend la fuite, un gardien de la paix arrive et étanche le sang qui sort de la blessure ; c'est dans cet état que je jeune homme arrive à la maison. Il s'examine alors et s'aperçoit que la Médaille qui, au moment du coup, se trouvait à la place du cœur, a été percée d'outre en outre par le couteau ; en effet, on y remarque une fente semblable à une boutonnière. Le médecin appelé constata que le coup eût été mortel et la mort instantanée si la Médaille n'eût arrêté la pointe du couteau.


O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Sainte Catherine Labouré, votre amour du silence est une grande leçon pour nos vies superficielles et enfiévrées. Apprenez-nous à rentrer souvent en nous-mêmes pour y trouver Dieu, pour le consulter, pour vivre en sa présence et par là même éviter le péché et accomplir Sa Divine Volonté. Les âmes trop dispersées ne peuvent être des âmes intérieures. Que nous sachions à votre exemple, et à celui de la Très Sainte Vierge, vivre davantage au dedans de nous-mêmes et aimer ce silence qui fait rencontrer Dieu. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 22 Mai 2016, 14:20



Vingt-et-unième jour

Regardons notre Médaille

La Vierge aux rayons

Nous avons dit que lorsque la Sainte Vierge eut offert le globe du monde au Seigneur, Sœur Catherine la vit tout à coup abaisser les mains et les étendre dans un grand geste de miséricorde et d'accueil. Le globe avait disparu, mais des mains de Marie s'échappaient des faisceaux de lumières ruisselant en rayons éblouissants sous lesquels disparaissait tout le bas de son corps. Les mains de la Vierge semblaient fléchir sous le poids de ces rayons de grâces, dont Elle a voulu être reproduite sur Sa Médaille. Quelle consolation pour nous de la contempler ainsi ! Tout à l'heure, Marie offrait au Seigneur nos prières, nos mérites. Maintenant, tout se transforme entre Ses mains. Dieu pourrait-Il refuser ce qui monte vers Lui par l'intermédiaire de Sa Mère ?

Ces mêmes mains maternelles qui s'étaient chargées de nos offrandes vont nous transmettre les grâces d'En-Haut, non pas au hasard. La Sainte Vierge connaît chacun de Ses enfants. Elle entend chacune de leurs supplications. Elle voit chacun de leurs besoins. Elle donne a qui Lui demande, nous rappelant par là l'importance de la prière, ce lien qui nous relie par Elle à Son Divin Fils. En effet, Catherine Labouré s'est bien aperçue que certains anneaux, certaines pierreries ne donnaient aucun rayons. Quel dommage de les laisser pour ainsi dire stériles entre les mains de Celle qui est la Toute-Puissance suppliante ! Quel dommage aussi de la prier mal, de Lui offrir des Chapelets récités sans âme ! Que de grâces dont nous nous privons ainsi !

Rien n'égale les charmes, la grâce, l'expression de tendresse renfermés dans l'attitude de cette Vierge abaissant avec bonté Ses regards et Ses mains chargées de bienfaits sur tous ceux qui veulent se confier à Sa médiation miséricordieuse. Oh ! Regardons souvent la Vierge aux rayons de notre Médaille ! Apprenons à bien la prier.


Lecture

Préservation miraculeuse d'un jeune foyer pendant 
le bombardement de parisienne le 20 avril 1944

Cette famille s'était consacrée au Cœur Immaculé de Marie quelques semaines avant. Voici les faits rapportés par le mari :

« J'avais accepté la consécration pour faire plaisir à ma jeune femme, me demandant à quoi cela pourrait bien nous servir. Je ne devais pas tarder à m'en rendre compte. Nous habitions au cinquième étage à gauche, un immeuble du quartier Montmartre où il y a sur chaque palier un appartement à gauche, un autre à droite. Jamais nous ne descendions pendant les alertes ; le soir du 20 avril, la lumière extraordinaire nous fit croire à un incendie et nous nous levons en hâte, d'autant plus que le bruit des avions était de plus en plus fort. Ma femme prend notre bébé de dix mois sur ses bras et nous sortons sur le palier, hésitant sur le parti à prendre. « Il serait plus prudent de descendre », fit ma femme, qui avait très peur. Je rentre dans l'appartement pour prendre ma lampe électrique que j'avais oublié. A ce moment, un fracas épouvantable se produit. Tout paraît s'effondrer autour de moi. Bien vite je retourne sur le palier. Tout avait disparu ! Plus de femme, plus d'enfant, plus d'escalier ! Plus d'appartement à droit ! Ceux de gauche sont restés.

Je me penche au-dessus du trou béant formé par la chute de l'escalier et des appartements de droit. L'incendie qui ravage la maison voisine éclaire tout, mais je ne puis apercevoir à sa lueur que des ruines provoquées par le passage de la bombe. Affolé, je suis convaincu que ma femme et mon enfant son morts. Impossible de descendre à leur recherche puisqu'il n'y a plus d'escalier. Je me penche, j'appelle. Soudains, dans le silence, la voix de ma femme monte : « Attention ! Il y a un trou ! N'oublie pas ta médaille ! » « As-tu l'enfant ? », dis-je à mon tour. « Oui », répond-elle, d'une voix très affaiblie. Impossible de savoir d'où vient exactement la voix. Elle monte du bas de la cage de l'escalier en ruines. De temps à autre, la voix de ma femme répète machinalement : « Attention ! Il y a un trou ! » Puis je l'entends dire : « N'oublie pas l'enfant ! » Que voulait dire cette recommandation ? L'enfant n'était-il plus avec sa mère ? Impossible d'en savoir plus long... j'appelle... Ma femme ne répond plus... Je t'entends répéter encore une fois : « Attention à l'enfant ! » Puis c'est tout. Un silence de mort plane sur les ruines de la maison éclairée par l'incendie tout proche ». (A suivre).



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

Obtenez-nous, ô Marie, cette enfantine et vaillante simplicité, et surtout cette imperturbable confiance en Votre protection. Jusqu'ici, la mienne n'a pas été assez forte ; je crois, mais je n'espère pas selon l'étendue de ma foi. On dirait presque que je doute, ô Marie, et de Votre puissance et de Votre bonté. De Vous, comme du Bon Dieu, « on obtient tout autant qu'on espère ». Je veux donc, désormais, moi aussi, porter Votre Médaille avec confiance et avec fierté, sûr d'avance que Vous m'en récompenserez à Votre manière, c'est à dire en Mère toute-puissante et toute bonne. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 22 Mai 2016, 14:41



Vingt-deuxième jour

Regardons notre Médaille

La prière inscrite par Marie

Nous avons vu hier que nous devions prier Marie, que nous devions nous adresser à Elle avec la plus filiale confiance. Cependant, diront peut-être quelques âmes, la Sainte Vierge est la Mère de Dieu, l'Immaculée qui n'a jamais connu l'ombre du péché. Comment m'approcher d'Elle? Je ne suis qu'un pauvre pécheur... Il y a une telle distance entre Elle et moi, pauvre créature ! Arrière toute crainte ! La Très Sainte Vierge s'est chargée Elle-même de nous rassurer et de nous enseigner à la prier. Sœur Catherine était occupée à la contempler lorsque des lettres d'or se formèrent autour de la vision, s'arrêtant à la hauteur des mains chargées de grâces. Bientôt, la Voyante put lire l'invocation suivante : « O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

Ainsi, la Très Sainte Vierge est puissante parce qu'Elle est l'Immaculée. Son privilège ne l'éloigne pas de nous, Elle nous en fait au contraire bénéficier en quelque sorte. Nous pouvons la prier, nous dit-Elle, parce qu'Elle est l'Immaculée. Remarquons bien qu'Elle attend cette prière pour agir en notre faveur. Voyons aussi combien Elle se met à notre disposition. Elle ne nous enseigne pas de longues formules. Non. Une toute petite prière que pourront bégayer les enfants, que pourront murmurer les plus grands malades, les agonisants, une toute petite prière que l'on pourra semer partout, dans la rue, chez soi, dans le recueillement ou en pleine foule. Cette formule enseignée par la Vierge Elle-même, a été traduite dans toutes les langues, répétées sur tous les points du monde ; elle a fait pénétrer la croyance à l'Immaculée Conception dans tous les esprits et dans tous les cœurs. Répétons-là sans nous lasser ! Répétons-là partout, le jour au milieu de nos occupations les plus absorbantes, les plus pénibles, la nuit si nous nous éveillons. C'est la prière enseignée par Marie. Combien nous devons l'aimer !



Lecture

Préservation miraculeuse d'un jeune foyer pendant le 
bombardement de parisienne le 20 avril 1944


(Suite)

Voici la suite de l'émouvant récit dont nous avons donné le commencement hier :

« Au risque de me rompre le cou, continue M.G..., je réussis à descendre le long des débris de la cage de l'escalier, m'aidant de tout ce que je trouvais sur mon passage. J'arrive en bas, couvert de poussière ; on m'affirme que ma femme et mon enfant sont vivants et qu'ils ont été transportés au métro, à la station voisine « Joffrin ». En effet, je les trouve là, avec quelle émotion ! Tous deux sont blessés à la tête, leur sang coule, mais ils sont vivants ! Notre médecin de famille se trouve là au poste de secours, ce qui est vraiment extraordinaire ! Il m'affirme que les blessures ne sont que superficielles, ce qui était bien vrai puisque deux jours après, les blessés pouvaient quitter l'hôpital. Ma femme avait en plus une foulure au pied et de légères contusions, mais aucune fracture. C'est un vrai miracle, après une chute pareille, du cinquième étage au deuxième, à travers les démolitions ! Que s'était-il donc passé dans l'escalier ?

Quand ma femme ne répondait plus à mon appel, les locataires du deuxième à gauche, entendant ses gémissements, réussirent à ouvrir leur porte. Il aperçurent ma femme tenant le bébé, tous deux à moitiés ensevelis dans les démolitions de la maison. La tête seule émergeait, protégée par un gros débris d'escalier qui, tout en les blessant, avait empêché l'ensevelissement complet. Ils dégagèrent le bébé (c'est sans doute à ce moment là que ma femme a crié qu'elle n'avait pas l'enfant), puis ils se mirent en devoir de retirer la mère, à moitié évanouie. Ils n'y parvinrent qu'après bien des difficultés. Après l'avoir soignée de leur mieux, ils purent la confier avec l'enfant aux pompiers, qui les firent descendre par la fenêtre de l'appartement du deuxième. C'est alors que ma femme avait crié : « N'oublie pas l'enfant ». Ces détails m'ont été fournis pas les locataires du deuxième. Ma femme ne se souvient plus de rien, ni comment elle est tombée, ni de ce qu'elle a pu dire. Sa pleine connaissance n'est revenue qu'à l'hôpital.

Je reconnais la protection vraiment miraculeuse dont nous avons été l'objet : miracle que ma femme et mon enfant n'aient pas eu des blessures plus graves, miracle que, dans son inconscience, ma femme ait pu répéter des paroles incohérentes qui attirèrent l'attention des voisins. Enfin, notre appartement est indemne, à part les vitres qui sont brisées, les meuble sont intacts. Nous sommes tous trois en bonne santé et bien reconnaissants à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse ».



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

Vierge bénie entre toutes les vierges, Mère bénie entre toutes les mère, ô Vous qui nous aimez malgré nos fautes, laissez tomber sur nous un regard de pitié, un regard de bonté. Du sein de la Lumière, ayez pitié de ceux qui tâtonnent misérablement dans les nuits de l'erreur et du doute ; du sein de Votre angélique pureté, ayez pitié de ceux qui luttent et qui étouffent, parfois angoissés, dans la matière où ils s'enlisent ; du sein de la vie, ayez pitié de ceux qui s'enfoncent dans l'ombre de la mort. O Vous qui avez été conçue sans péché, laissez-nous ajouter avec l'imperturbable confiance de l'enfant qui ne sait pas douter du cœur de sa mère : « Priez pour nous qui avons recours à Vous ! » Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 22 Mai 2016, 18:59

22 Mai
Prière de Saint Siméon le stylite


Ô sainte et Souveraine Mère de Dieu,
lumière de mon âme dans les ténèbres,
tu es mon espérance, mon appui, ma consolation,
mon refuge et mon bonheur.
Toi qui as donné le jour à la vraie lumière de l’immortalité,
éclaire les yeux de mon cœur.
Toi qui as mis au monde la source de l’immortalité,
donne-moi la vie, car le péché me fait mourir !
Mère du Dieu miséricorde, aie pitié de moi
et mets le repentir dans mon cœur,
l’humilité dans mes pensées,
la réflexion dans mes raisonnements.
Rends-moi digne jusqu’à mon dernier soupir
d’être sanctifié par ces mystères,
pour la guérison de mon corps et de mon âme.
Accorde-moi les larmes de la pénitence,
afin que je te chante et te glorifie tous les jours de ma vie,
car tu es bénie pour les siècles des siècles.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Lun 23 Mai 2016, 10:35

23 Mai
Prière de Sainte Bernadette



Que mon âme était heureuse,
Ô Bonne Mère
Quand j’avais le bonheur de vous contempler !
Que j’aime à me rappeler
Ces doux moments passés sous vos yeux
Pleins de bonté et de Miséricorde pour nous.
Oui, tendre Mère,
vous vous êtes abaissée jusqu’à terre,
Pour apparaître à une faible enfant.
Vous la Reine du Ciel et de la Terre,
vous avez bien voulu vous servir
De ce qu’il y avait de plus humble selon le monde.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Lun 23 Mai 2016, 12:23



Vingt-troisième jour

Regardons notre Médaille

Le serpent

Il est écrit dans la Genèse : « Serpent, Je mettrai des inimitiés entre toi et la Femme ; Elle t'écrasera la tête, et toi tu essaieras de la blesser au talon ». Marie est cette Femme annoncée à l'aurore du monde ; aussi la voit-on sur la Médaille, représentée debout, écrasant de son pied un serpent vert et jaunâtre. Ce serpent, nous le connaissons bien, c'est Satan, l'antique et éternel ennemi des âmes. Marie vient, comme une Reine, faire peser sur lui toute la force qu'Elle a reçu de Dieu. Oui, le serpent, c'est le démon. C'est aussi la tentation qui rampe, qui s'infiltre, qui guette, qui siffle, qui fascine, qui se dresse et cache son venin ; la tentation enfin, qui mord dans l'ombre et qui tue les âmes. Les deux ennemis sont donc aux prises : Marie et Satan. Ce dernier aura beau « essayer de la blesser au talon », il n'y réussira pas. Elle est plus forte que lui !

Si nous étions seuls, réduits à nos propres forces, nous serions vaincus d'avance. Mais Dieu est là. Après tout ce n'est pas nous que le démon poursuit de sa haine ; nous sommes trop petits pour lui inspirer autre chose que du mépris. C'est Dieu qu'il poursuit en nous. Ne pouvant l'atteindre directement, il s'acharne sur ses enfants, destinés à occuper là-haut les places que sa révolte a laissées libres. Aussi, d'une certaine manière, Dieu, attaqué en nous, se doit de nous donner la force et la grâce pour y résister. Il y sera toujours fidèle. En plus de sa grâce qui nous suffira toujours (n'a-t-il pas dit à Saint Paul : « Ma grâce te suffit ? »), Il nous donne Marie avec Sa puissance, Marie avec Son Cœur de Mère, Marie au seul Nom de qui Satan s'enfuit épouvanté.


Lecture

Le possédé délivré

Un missionnaire de Macao a écrit le curieux récit qui va suivre et qui montre d'une manière saisissante la puissance de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse sur le démon :

« Une veuve qui n'avait qu'un fils, élevé comme elle dans le paganisme, le vit tomber tout à coup sous l'emprise du démon. Il était tellement possédé que tout le monde se sauvait devant lui, et qu'il courait dans les champs jetant des cris lamentables. Un jour que ce jeune homme était plus que jamais tourmenté, le Dieu de toute bonté permit qu'il se trouvât, en cet endroit, un chrétien, lequel, voyant le démon maltraiter ce malheureux, dit à tous ceux qui couraient après lui de se retirer, qu'il se faisait fort de l'arrêter seul, de le calmer et de le ramener tranquillement à sa mère. Ce bon Chrétien portait la Médaille Miraculeuse. Il la prit dans sa main et, dès qu'il se fut approché du possédé, il la lui montra en commandant au démon de le laisser en repos et de s'enfuir ; ce qu'il fit à l'instant même. Le jeune homme se jeta à terre, humblement prosterné devant l'image miraculeuse, sans savoir ce que c'était. Cependant, le Chrétien lui dit de se relever et de le suivre, et, tenant toujours en main sa Médaille, qui était devenue comme un aimant pour le jeune païen, il le conduisit à sa mère. A peine fut-il auprès d'elle qu'il la consola, en lui disant : « Ne pleurez plus, je suis parfaitement guéri. Le démon m'a quitté dès que j'ai aperçu cette Médaille ».



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Marie, Vierge pure et fidèle, nous aimons à Vous voir écrasant du pied le serpent infernal. A certains jours, nous sentons si bien cet éternel ennemi de nos âmes tendre autour de nous le réseau fascinateur des tentations ! C'est alors surtout, ô Mère Immaculée, que nous crierons vers Vous. Si l'enfant tombe, c'est qu'il n'a pas gardé sa petite main dans la main de sa mère. Désormais, ô Marie, nous aurons un culte plus fervent pour Votre Pureté Immaculée, et Vous nous aiderez toujours à ne pas succomber à la tentation. Ainsi soit-il.



Dernière édition par Lumen le Ven 27 Mai 2016, 11:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mar 24 Mai 2016, 09:20



Vingt-quatrième jour

Regardons notre Médaille

La Croix

Nous avons contemplé ces jours derniers la première face de notre Médaille. Or, sous les yeux de la Voyante, l'ovale se retourna et elle vit apparaître les signes que nous contemplons de l'autre côté. Pas d'inscription. Lorsque Sœur Catherine demanda à la Sainte Vierge s'il n'y avait rien à graver au revers, une voix intérieure lui répondit : "Le M, la Croix et les deux Cœurs en disent assez."

Ces signes sacrés n'évoquent-ils pas en effet tout le mystère de notre Rédemption, qui suppose tout d'abord l'incarnation de Jésus-Christ ? Considérons d'abord cette Croix qui domine le revers de notre Médaille. 
C'est à son ombre lumineuse que l'Église continue sa marche à travers les siècles, c'est grâce à elle que les âmes se sauvent et se sanctifient. Jésus Crucifié est la réponse à toutes les angoisses, à toutes les douleurs.

Sans doute, la Croix est un mystère, elle est contraire à notre nature. Adorons en silence et croyons simplement que c'est le moyen qu'a choisi le Christ pour nous sauver et pour nous témoigner l'immensité de son amour. Elle doit faire partie de notre vie comme elle fait partie de la Médaille Miraculeuse. N'ayons pas peur de la Croix, sous quelque forme qu'elle se présente :souffrances du corps, du cœur, de l'esprit, épreuves personnelles, familiales, nationales. Acceptons-les comme des parcelles de la croix de Jésus, en union avec la Vierge Immaculée qui nous a donné un si sublime exemple en demeurant débout au pied de la Croix de son Fils. 

Sans doute, la souffrance est pénible, mais Marie nous aidera à la supporter chrétiennement si nous savons implorer son secours. Quand viendra l'épreuve regardons notre petite Médaille. Et si nous pleurons, que ce soit aux pieds de Marie. 


 
Lecture

Comme au temps des Martyrs

En Algérie, sur le banc du dispensaire, les malades attendent leur tour. Sur les indications de la Sœur qui prend les renseignements et oriente d'avance le diagnostic du médecin, les malades se préparent.

« Et toi, petite, ton nom ? » « Yamina ». « Qu'as-tu ? » D'un geste douloureux de sa tête péniblement tournée, la petite désigne son dos. « Voyons... » A travers un paquet de chiffons ; la plaie a suppuré. La robe adhère. Délicatement la Sœur détache les loques. Résignée, l'enfant laisse faire et gémit doucement. La plaie apparaît, les cloques ont crevé, le derme est nu. La plaie est infectée, le pus baigne les tissus. « Tu es tombée dans le feu ? Pourquoi n'es-tu pas venue de suite ? » L'enfant branle la tête. Son regard s'allume. La Sœur comprend qu'il y a un secret et, remettant les confidences à un moment plus propice, rédige la fiche de renseignements. Après le pansement, où la petite s'est montrée vaillante, la Sœur la prend à l'écart. « Yamina, dis-moi ce qui s'est passé ? »

Alors, se jetant dans les bras de la Sœur, épuisée par l'effort, confiante de toute sa détresse, l'enfant raconte : « J'étais chez les Sœur à X... je priais avec les autres enfants et ma Sœur Supérieure m'a donné une Médaille. Mais je suis revenue chez mon père. Et alors, ma sœur l'a vue. Elle a crié, elle m'a battue, elle a voulu prendre la Médaille. J'ai dit : «Non ! » Alors – et les pauvres yeux redisent toute l'horreur de la scène – elle est devenue comme folle, elle m'a tenue sur le brasier allumé. Tu vois... » De grosses larmes d'enfant, silencieusement, terminent cette confidence. Et pendant que cela m'était raconté, je songeais aux actes des premiers Martyrs d'Afrique. (Joseph Baeteman, Missionnaire Lazariste).



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

Ô Marie, nous avons à souffrir en ce monde, et nul ne sait quelle sera la mesure de nos épreuves. Peut-être, un jour, serons-nous seuls, loin des nôtres, livrés au secours banal de l'indifférence et aux consolations qu'il faut payer. Venez alors, ô Mère, venez au-devant de nos plaintes ; mettez sur nos lèvres ce nom tant de fois invoqué depuis nos premiers jours, ce nom qui calme, qui apaise, qui console et qui purifie.

Ô Marie, au milieu de vos jours glorieux, n'oubliez pas les tristesses de la terre ! Jetez un regard de bonté sur ceux qui sont dans la souffrance, qui ne cessent de tremper leurs lèvres aux amertumes de la vie ! Ayez pitié de ceux qui s'aimaient et qui ont été séparés ! Ayez pitié de ceux qui pleurent, de ceux qui prient, de ceux qui tremblent ! Ayez pitié des objets de notre tendresse ; donnez à tous l'espérance et la paix. Ainsi soit-il !


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mar 24 Mai 2016, 17:30

24 Mai
Prière du Moyen-âge attribuée à St Bernard


Souvenez-vous,
Ô très miséricordieuse Vierge Marie,
qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance ou réclamé vos suffrages, ait été abandonné.
Animé d’une pareille confiance, Ô Vierge des vierges, Ô ma Mère, je viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds.
Ô Mère du Verbe incarné, ne méprisez pas mes prières, mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mer 25 Mai 2016, 11:05



Vingt-cinquième jour

Regardons le « M » de notre Médaille

Remarquons que la Croix repose en quelque sorte sur le M de la Médaille, le monogramme de Marie. On ne peut les séparer. Quel émouvant symbole ! Notre Rédemption est due à Jésus, mais Marie est Corédemptrice. Le Christ a voulu que Sa Mère fut intimement mêlée à ce Mystère de la Rédemption comme Elle avait participé largement à celui de l'Incarnation. Quoi d'étonnant dès lors que la Très Sainte Vierge soit si puissante ? Nous l'avons contemplée les mains chargées de grâces ; nous la voyons maintenant à la source même de l'acquisition de toutes ces grâces. Non seulement Elle les dispense avec Son Fils, mais Elle les acquiert avec Lui sur le Calvaire. Voilà la raison profonde pour laquelle Elle a voulu fixer l'initiale de son Nom béni au dessous du signe sacré de notre Rédemption. Ne participons jamais au Saint Sacrifice de la Messe sans nous unir profondément à la Très Sainte Vierge. Par Elle, avec Elle, nous comprendrons mieux les Saints Mystères, nous y participerons plus activement, nous en profiterons doublement. Que ne Nom de Marie soit gravé dans notre cœur comme sur notre Médaille, qu'il soit toujours prêt à jaillir de nos lèvres, toujours présent à notre souvenir !

Lecture

Un sourire de la Reine du Ciel à l'une de ses enfants

Voilà le récit d'une enfant de Marie de Firminy (Loire), Mathilde Helm, âgée de 23 ans :

« Un jour, en 1939, j'ai glissé sur le parquet ; une écharde de bois entra par la plante du pied et il fut impossible de l'enlever. Malgré les soins immédiats, on constata bientôt la formation d'un kyste sur le coup-de-pied. A la radio, on n'apercevait rien. Après deux ans d'activité ralentie, me voici arrêtée brusquement, car je souffre beaucoup. Le chirurgien tente alors une opération très douloureuse, suivie bientôt d'une seconde et d'une troisième... Aucun résultat. La douleur est aiguë malgré le repos absolu. Une fistule s'est formée, d'où le pus jaillit sans arrêt, tandis que mon état général s'affaiblit... les médecins désespèrent de mon pauvre pied et me font envisager une opération des plus graves. Mais j'avais placé toute ma confiance en ma Mère du Ciel, car sur la terre, je voyais bien que personne ne pourrait me soulager ni me guérir. Après chaque pansement, je demandais à maman de placer la Médaille Miraculeuse sur mon pied. Et avec quelle ferveur nous priions pour ma guérison !

En septembre dernier, trois ans après mon accident, la Sainte Vierge répondit magnifiquement à ma confiance. Un matin que je souffrais atrocement, maman vit un trait jaunâtre sur mon cou-de-pied. Elle frotte avec une boule d'ouate. Alors l'écharde longue de quatre centimètres, épaisse comme une grosse épingle, sort toute seule, alors qu'elle était entrée par la plante du pied. C'était l'endroit précis ou je laissais habituellement la Médaille Miraculeuse ! Le chirurgien, le docteur C., de Saint Etienne, proclama l'intervention divine. Il ne me cacha pas que l'opération nouvelle qu'il envisageait m'aurait laissé infirme, car il allait couper les tendons du pied. Depuis ce jour, j'ai repris mon travail sans arrêt et sans douleur. Une messe d'action de grâces a été célébrée, qui réunissait ma famille et mes compagnes de l'Association des Enfants de Marie ».



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O ma Mère, Votre monogramme bénit fixé tout auprès de la Croix de Votre Divin Fils me prouve éloquemment surtout aux heures pénibles de la vie où je sens moi-même le poids de la Croix peser sur mes épaules. Faites-moi comprendre que Vous attendez de chaque Chrétien une participation au grand travail de la Rédemption du monde et que Vous recueillez chacune des souffrances chrétiennement acceptées pour les offrir Vous-même à Votre Fils et préparer notre place dans le Ciel. Que ces pensées si consolantes illuminent toujours chacun de mes pas jusqu'au dernier jour de ma vie. Ainsi soit-il.



Dernière édition par Lumen le Ven 27 Mai 2016, 11:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Mer 25 Mai 2016, 15:41

25 Mai




Chers enfants,
de nouveau je vous invite à vivre mes messages dans l’humilité. Témoignez-en particulièrement maintenant, alors que nous nous approchons de l’anniversaire de mes apparitions. Petits enfants, soyez signe pour ceux qui sont loin de Dieu et de son amour. Je suis avec vous et je vous bénis tous de ma bénédiction maternelle.
Merci d’avoir répondu a mon appel.
Medjugorje le 25 mai 2005

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Jeu 26 Mai 2016, 15:08




Vingt-sixième jour

Regardons les deux Cœurs de notre Médaille

Nous avons vu hier que le M et la Croix ne font qu'un parce qu'on ne pet pas séparer Jésus de Sa Mère. C'est ce que nous confirment les deux Cœurs gravés sur la Médaille. Le Cœur de Jésus encerclé de cruelles épines est tout près du Cœur de Marie transpercé d'un glaive. Dans l'amour comme dans la souffrance, ces deux Cœurs sont unis. C'est le même Sang en effet qui y circule, le Sang que Jésus a offert pour nous sur la Croix jusqu'à la dernière goutte, c'est celui qu'Il à reçu de Sa Mère. Aussi, quand cette Mère désolée verra le soldat transpercer le Cœur de Son Fils après Sa Mort, c'est Son Cœur à Elle qui sera déchiré par la lance... Oh ! Ne séparons jamais ces deux Cœurs Sacrés dans notre vénération et dans notre amour ! Lorsque nous pensons à la Passion du Fils, pensons aussi à la Compassion de la Mère. Ayons à cœur de les consoler pour leur faire oublier un peu l'indifférence des créatures. Souvenons-nous que le premier vendredi du mois est consacré à honorer le Sacré Cœur de Jésus et que nous ne saurions mieux Lui témoigner notre amour qu'en nous unissant à Lui par la Sainte Communion. Dédommageons-Le alors de l'ingratitude des hommes. Souvenez-vous aussi qu'à Fatima, la Très Sainte Vierge a demandé aux âmes qui l'aiment de penser aux souffrances de Son Cœur Immaculé et de Lui tenir compagnie au pied de la Croix le premier samedi du mois. Répondons généreusement à ces désirs et allons toujours au Cœur Sacré de Jésus par le Cœur Immaculé et Douloureux de Marie.


Lecture

Conversion d'une pauvre chanteuse de rue

 Une Fille de la Charité de Bordeaux relate la touchante conversion suivante :

« Vers la fin d'août, j'appris providentiellement qu'une pauvre femme, chanteuse de rue, dont j'ignorais les sentiments religieux, était gravement malade. Sans retard, je me rendis après de Mme X..., que je trouvais occupée à un travail de raccommodage. « Qui vous a dit que j'étais malade ? », demanda-t-elle. « Votre médecin, que j'ai rencontré par hasard ». « En effet, reprit-elle, j'ai failli mourir hier, mais cela ne me fait pas peur. Et puis, je ne eux pas que les Curés viennent chanter devant moi après ma mort, j'ai assez chanté pendant ma vie. Je veux être enterrée civilement, comme mon mari ». Et continuant sur ce ton, elle me débita toutes sortes d'insanités contre la Religion et ses Ministres. Cependant, je remarquai dans sa conversation une grande droiture et un rare bon sens, ce qui me persuada qu'il y avait chez elle beaucoup plus d'ignorance que de mauvais vouloir. En la quittant, je me hasardais à lui offrir une médaille. « Donnez-moi le cordon, dit-elle, je le conserverai en souvenir ; mais la médaille, je n'en veux pas ; je ne veux pas qu'on dise : « Célestine a tant braillé pendant sa vie, et après sa mort on lui trouve des médailles ! »

Mes visites se succédaient, fréquentes ; j'étais toujours bien accueillie ; le temps paraissait même long à la malade quand je passais deux ou trois jours sans aller la voir ; néanmoins, la chère médaille offerte à plusieurs reprises était toujours refusée. Comme Mme X... m'appelait « sa petite fille », j'en profitais pour lui dire : « Vous ne tenez guère à faire plaisir à « votre petite fille », puisque vous ne voulez même pas accepter une médaille de sa part. Elle ne répondit pas. Enhardie par son silence, je lui en passai une au cou sans qu'elle fit aucune résistance ? C'était un premier pas ; je sortis tout heureuse, redoublant mes supplications envers notre Bonne Mère du Ciel, avec la ferme conviction que je serais exaucée. Ma confiance ne fut pas trompée. A partir de ce jour, en effet, je pus préparer ma chère malade à recevoir les Sacrements : Marie Immaculée avait complètement changé son cœur. Elle se confessa, au grand étonnement de tous ceux qui la connaissaient. Il était temps : deux jours après, on envoya chercher M. le Curé en toute hâte pour lui administrer le Sacrement de l'Extrême-Onction. Elle mourut quelques heures après, réconciliée avec le Bon Dieu, grâce à la puissante intercession de la Très Sainte Vierge ». (Sœur Germaine, Fille de la Charité).



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Cœur Sacré de Jésus, nous nous consacrons à Vous par le Cœur Immaculé de Votre Mère. Soyez à jamais notre refuge, notre secours, notre consolation, l'objet de nos hommages, de nos adorations et de notre amour. Par Votre Mère, avec Elle et comme Elle, nous voulons Vous glorifier par toutes nos actions, mettre en Vous seul toute notre confiance. Soyez, ô Divin Cœur de Jésus, notre espérance ici-bas et notre asile assuré à l'heure de notre mort. Nous Vous le demandons pour nous et pour tous ceux que nous aimons par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie. Ainsi soit-il.




Dernière édition par Lumen le Ven 27 Mai 2016, 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Jeu 26 Mai 2016, 16:03

26 Mai
Prière de Saint Rita




Vierge Sainte,
au milieu de vos jours glorieux,
n’oubliez pas les tristesses de la terre.
Jetez un regard de bonté
sur ceux qui sont dans la souffrance,
qui luttent contre les difficultés
et qui ne cessent de tremper leurs lèvres
aux amertumes de cette vie.
Ayez pitié de ceux qui s’aimaient
et qui sont séparés !
Ayez pitié de l’isolement du coeur !
Ayez pitié de notre foi !
Ayez pitié des objets de notre tendresse !
Ayez pitié de ceux qui pleurent,
de ceux qui prient,
de ceux qui tremblent !
Donnez à tous l’espérance et la paix.
Ainsi soit-il.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Ven 27 Mai 2016, 11:10



Vingt-septième jour

Regardons les étoiles de notre Médaille

Les douze étoiles qui figurent sur la Médaille n'en constituent pas seulement un ornement des plus gracieux ; elles ont un symbole très précis. Ces étoiles nous rappellent les douze Apôtres, les Saints qui, à leur exemple, ont obtenu par Marie la couronne de gloire. La Très Sainte Vierge est en effet la Reine des Apôtres. Sans doute, Elle n'a pas été Prêtre comme eux, mais Elle a été éminemment associée à l'acte de la Rédemption, qui est l'essentiel de la fonction Sacerdotale de Jésus-Christ. Après la Mort de Son Fils, Elle est en quelque sorte chargée de l'Eglise qui s'organise. Elle prie au Cénacle avec les Apôtres et les Disciples. Elle reçoit avec eux l'Esprit Saint qui va embraser leur âmes du Feu de l'apostolat. Impossible de vivre dans l'intimité de Marie sans devenir Apôtre, sans désirer que le Règne de Dieu s'accomplisse, sans chercher à le réaliser. Mais n'oublions pas que c'est Elle par excellence qui les forme aux rudes tâches de l'Apostolat. L'apôtre doit lutter continuellement contre le Démon ; or, c'est l'Immaculée qui lui a écrasé la tête. Cette victoire-là n'était que la première de toutes celles que doivent remporter les apôtres de tous les temps. Appelons donc toujours Marie à notre secours lorsque nous voulons gagner, ramener, conquérir les âmes à Dieu. Prions-la souvent de bénir tous les ouvriers apostoliques, tous les artisans de l'Action Catholique, afin que soit hâté hâté le Règne du Christ !


Lecture

A Turin, Notre Dame de la Médaille Miraculeuse protège deux enfants


Une Fille de la Charité de Turin raconte les deux faits suivants :

« Un bébé de notre voisine, âgé seulement de vingt-sept mois, s'amusait avec le chat sur une terrasse donnant sur la cour d'entrée. Tout à coup, le chat sauta par-dessus le petit rebord de pierre qui ferme la terrasse, et l'enfant, voulant l'attraper, se précipita d'une hauteur de 4m75. Sa pauvre mère n'eut que le temps de s'écrier : « Sainte Vierge, mon fils s'est tué !... » Et vite, elle descend, croyant le trouver mort. Mais quelle n'est pas sa joie de voir le petit, sain et sauf, s'élancer vers elle tout joyeux en lui tendant les bras... tous les voisins accourus criaient : « Miracle ! Miracle ! » Ce bébé portait toujours sa Médaille. Les parents ont offert un ex-voto à l'Autel Marie.

L'autre enfant protégé par la Sainte Vierge, la petite fille de notre pharmacien, est âgée de cinq ans. Elle aidait la domestique de ses parents à retirer de la terrasse des pots de fleurs pour les préserver de l'orage, quand tout à coup, se courbant brusquement sur une plante épineuse, une épine s'enfonça dans son œil droit. Malgré les soins les plus intelligents qui lui furent prodigués, tout espoir de conserver l'oeil à la pauvre petite semblait perdu. J'encourageais la mère désolée à mettre sa confiance en la Sainte Vierge et je lui promis de commencer une Neuvaine avec nos enfants de l'Asile à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse. Au troisième jour, les douleurs, très intenses jusque là, se calmèrent un peu, et au septième les docteurs purent constater une grande amélioration qui permettait de regarder comme possible la conservation de l'organe si profondément atteint. En effet, la guérison a été complète ». (Soeur B., Fille de la Charité).



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Marie, Reine des Apôtres, les étoiles de Votre Médaille chantent à leur manière la nécessité d'être apôtres nous aussi et d'aller chercher les âmes déchristianisées ou même païennes, si nombreuses hélas ! Dans notre entourage, pour leur faire connaître Votre Divin Fils et les mettre ainsi sir la route du Ciel. Aidez-nous, ô Bonne Mère, à travailler de tout notre pouvoir à cette conquête des âmes ; faites-nous comprendre qu'un chrétien ne peut pas se sauver seul et qu'il doit avoir la hantise du Salut de ses frères. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Ven 27 Mai 2016, 15:28

27 Mai :
Prière de la Vierge des Pauvres de Léon Wuillaume




Vierge des Pauvres,
tu es venue il y a bien longtemps,
en ce coin sauvage et solitaire,
et depuis lors tu n’as cessé de venir,
tu fais des signes à chacun de nous,
tu nous appelles sur le chemin.
Tu nous souris, tu ne dis rien,
tu marches devant nous.
Tu nous conduis dans les bois,
où siffle le vent,
où souffle l’Esprit,
où l’eau jaillit des lacs cachés.
Vierge des Pauvres, nous te disons merci
d’être venue et de venir encore
pour soulager notre solitude
et nous remettre sur le chemin,
pour dissiper nos doutes et nos angoisses,
et nous ouvrir aux Béatitudes.
Vierge des Pauvres,
apprends-nous à prier davantage,
à croire sans réserve,
à crier au fond de notre fange,
pauvres et pécheurs que nous sommes,
prisonniers de notre confort,
pour que nous ouvrions notre porte,
que nous ouvrions nos frontières,
que nous ouvrions notre coeur
aux appels de notre Père
et aux détresses de nos frères.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Sam 28 Mai 2016, 12:46



Vingt-huitième jour

Le sens profond de notre Médaille

Dieu ne fait rien sans raison. Un signe de Lui indique toujours de grandes choses. Une médaille, en soi, n'est qu'un petit morceau de métal, oui ; la croix d'honneur aussi, et pourtant cette croix est éloquente sur la poitrine d'un brave. Le drapeau, en soi, n'est qu'un peu d'étoffe, mais il incarne l'idée de la Patrie. La Médaille doit donc avoir, elle aussi, son symbolisme. Nous le trouvons clairement exprimé dans l'Introït de la Messe de la Médaille Miraculeuse : « Ceci sera comme un signe dans votre main, comme un monument devant vos yeux, afin que la Loi du Seigneur soit toujours dans votre bouche ».

« Un signe dans votre main ». Oui, un signe, un gage, une alliance. Un signe d'appartenance à Marie Immaculée dont on porte les livrées ; un gage assuré de sa protection et une promesse efficace ; une alliance enfin, alliance filiale de l'enfant avec Sa Mère, alliance maternelle avec Celle qui donne à son enfant Sa Médaille en signe d'adoption.

« Un monument devant nos yeux ». C'est un mémorial, ou mieux un modèle à reproduire. Quels horizons, dès lors, se laissent entrevoir ! Ce modèle, c'est Marie Elle-même : « Faites frapper une médaille sur ce modèle », a dit l'Immaculée. C'est donc bien un modèle vivant, et quelle vie surnaturelle et divine découle de la Sainte Vierge ! C'est la vie de grâce, gage et promesse de la vie éternelle de gloire, que nous vaudra l'imitation des vertus de Marie.

« La Loi de Dieu ». Toute la religion n'est-elle pas gravée sur cette Médaille, comme en un résumé, en un raccourci saisissant ? N'est-elle pas comme une miniature divine où ne manque aucun trait essentiel ? Le Dogme de l'Immaculée Conception, tel qu'il est rappelé dans la Médaille, ne contient-il pas, plus ou moins explicitement, les principales vérités de notre Sainte Religion, depuis le Dogme du péché originel jusqu'à l'objet précis de la Fête toute récente instituée en l'honneur de Marie « Médiatrice de Toutes Grâces » ? N'y voyons-nous pas, de plus, les plus efficaces moyens de Salut ; la prière et la souffrance chrétiennement acceptées ?

Etant donnée cette Doctrine, car c'est en une, quoi d'étonnant qu'on ait trouvé dans l'étude de la Médaille Miraculeuse bien comprise un véritable remède providentiel aux plaies religieuses et morales de notre époque ? Et combien ce remède, s'il était mieux connu, paraît vite devenir populaire, pratique et tout puissant ! Populaire : il est à la portée de tous, même des plus humbles. Pratique : il peut et doit être d'un usage quotidien. Tout-puissant : il est d'origine surnaturelle et divine. N'est-ce pas, aussi, un signe sensible et le canal céleste des grâces promises par la Sainte Vierge à ceux qui porteront Sa Médaille avec Foi et amour ?


Lecture

Je suis un honnête homme...


Dans un hôpital de Paris se trouvait un soldat qu crachait le sang depuis environ six mois et qui était menacé de mort prochaine. C'était un homme de mœurs dépravées ; il menait depuis vingt ans la vie la plus scandaleuse et ne donnait aucun signe de religion. La Sœur chargée de la salle, voyant qu'il déclinait de plus en plus, voulut l'engager à se confesser, mais il lui répondit : « Ma Sœur, je suis un honnête homme, je n'ai ni tué, ni volé, je n'ai pas besoin de confession ». « Sans avoir tué, ni volé, reprit la Sœur, on peut avoir besoin de la Miséricorde Divine »« Je vous en prie, ma Sœur, reprit le malade, laissez-moi tranquille, je ne veux pas me confesser ».

Cependant, le danger devenait toujours plus grand ; on fit prévenir le Prêtre de la paroisse qui s'empressa d'accourir auprès du malade. Démarche inutile... il refusa obstinément de se confesser. La Sœur, désolée de le voir sur le point de paraître devant Dieu en de si mauvaises dispositions, ne pouvant rien obtenir par la persuasion, tourna ses espérances vers le Ciel ; elle glissa secrètement sous le matelas du moribond la Médaille Miraculeuse et pria ardemment la Sainte Vierge de toucher le cœur de ce pécheur endurci. Le lendemain, la Sœur trouva son malade plus calme et, lui ayant demandé comment il avait passé la nuit :

« Très bien, ma Sœur, répondit-il ; j'ai bien dormi, ce que je n'ai pas fait depuis longtemps, et je me trouve mieux ». Et comme la Sœur se retirait : « Ma Sœur, reprit-il, je veux me confesser : faites-moi venir Monsieur le Curé ». Lorsqu'il eut terminé sa confession, la Sœur lui montra la Médaille qu'on avait cachée sous son matelas. Il la prit, la baisa avec respect et affection, en s'écriant : « C'est elle qui est la cause de mon Salut ; je veux qu'on l'attache à ma boutonnière, à côté de ma croix d'honneur ». Et comme la Sœur la plaçait de manière à être à peine aperçue : « Oh ! Ne la cachez pas, ma Sœur, mettez-là à côté de ma décoration ; je ne rougirai pas de la montrer ».

Quelques instants après, on lui apporta le Saint Viatique. À la vue du Saint Sacrement, il fut si touché, si pénétré, qu'il demanda tout haut pardon à Dieu des péchés de sa vie passée. Il vécut encore deux jours et, après avoir reçu l'Extrême-Onction, mourut dans les plus grands sentiments de Foi, de piété et de contrition.



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

Merci, ô mon Dieu, de nous transmettre ainsi, par les mains de Votre Divine Mère, un moyen si touchant et si simple de Vous faire connaître et de Vous faire aimer. N'est-ce pas là aussi, pour nous, l'occasion choisie d'être apôtres et de faire rayonner notre Foi autour de nous ? Désormais, nous Vous servirons avec plus de confiance et plus de zèle encore de cette petite Médaille ; tous ceux qui, grâce à nous, pourront la porter, auront ainsi sur eux un mémorial qui leur parlera de Dieu et leur rappellera la religion apprise autrefois, et peut être oubliée. Et nous nous souviendrons de cette parole du Livre de la Sagesse, que l'Eglise a appliqué à Votre Sainte Mère : « Ceux qui Me font connaître, auront la vie éternelle ». Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Sam 28 Mai 2016, 19:58

28 Mai
Marie Reine des Anges




Auguste Reine des cieux et souveraine Maîtresse des Anges. Vous qui avec reçu de Dieu, dès le commencement, le pouvoir et la mission d’écraser la tête de Satan, nous vous le demandons humblement : envoyez vos légions célestes pour que sous vos ordres et par votre puissance, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l’abîme.
Qui est comme Dieu ?
O Bonne et tendre Mère, vous serez toujours notre amour et notre espérance.
O divine Mère, envoyez les saints Anges pour nous défendre et repousser loin de nous le cruel ennemi.
Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous.
Amen !

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 29 Mai 2016, 18:21



Vingt-neuvième jour

Le désir de la Très Sainte Vierge

Sœur Catherine étant sur le point de mourir exprima un doux reproche qui ne doit pas nous laisser indifférent. « La Sainte Vierge est peinée, dit-elle, parce qu'on ne fait pas assez cas du trésor qu'elle a donné dans la dévotion à l'Immaculée Conception. On ne sait pas en profiter ! »Maintenant que nous connaissons mieux ce trésor, après l'avoir médité pendant tout ce mois, ne méritons pas ce reproche de la Très Sainte Vierge. Apprécions a sa juste valeur cette petite Médaille qu'Elle nous a laissée comme un gage si touchant de Son Amour Maternel.

Quand un enfant est séparé de sa mère, il aime regarder sa photographie, il s'entoure de souvenirs qui lui rappellent la chère absente. En attendant de nous accueillir un jour au Ciel, la Sainte Vierge a voulu nous laisser d'Elle plus qu'une photographie : Sa Médaille, c'est le symbole de Sa présence qui nous suit partout, protégeant notre âme et notre corps, nous rappelant continuellement les grands mystères de notre Religion et la route qu'il fait suivre pour arriver au Ciel. Son Cœur et Celui de Jésus nous rappellent que nous ne sommes pas orphelins ici-bas, mis que leur amour nous enveloppe continuellement. Le « M » qui surmonte la Croix est comme un grand signe d'espérance qui éclaire la route ardue de notre vie. Les étoiles nous parlent de ce Ciel, notre Patrie, où Jésus et Marie nous attendent. Que de raisons d'aimer notre Médaille, de la méditer, de la propager !


Lecture

Voici, entre autres, trois témoignages envoyés à la Rue du Bac, à l'époque des grands bombardements :

C'est d'abord à Rosendael (Nord) : « Cinq torpilles sont tombées sans exploser contre le mur de notre maison, une autre tout près de l'école maternelle. Les petites filles n'eurent que des égratignures insignifiantes, dues aux éclats de vitres. Quel désastre si tous ces engins avaient explosé ! C'est bien sûr Notre Dame de la Médaille Miraculeuse qui nous a protégées, car sa Médaille est suspendue aux fenêtres et aux portes de la maison. La torpille a traversé une petite maison ouvrières habitée par deux vieillards qui en furent quitte pour la peur. Toute la population a une grande confiance envers la Médaille ».

Puis, M. le Curé de Saint Venant (Pas-de-Calais) raconte : « Nous avons ici un Orphelinat-Hospice dirigé par les Sœurs de l'Enfant Jésus. Le 11 mars, les vieux se reposaient dehors au soleil et les enfants jouaient avec entrain. La Médaille Miraculeuse avait été placée ces jours derniers sur la maison. Sœurs et enfants la portaient au cou. Les avions arrivent. Deux bombes tombent devant l'Orphelinat et une autre juste derrière ! Un bâtiment annexe est démoli ; la Sœur crie de toutes ses forces : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ! ». Les cratères ont été creusés par les bombes à 10 mètres des vieillards et à 3 ou 4 mètre des enfants. Aucune victime ! Gloire et reconnaissance à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse ! »

Un autre Prêtre du Pas-de-Calais écrit : « J'avais eu soin avant de quitter mon presbytère en 1940, d'accrocher la Médaille Miraculeuse sur la porte ; 130 bombes incendiaires sont tombées tout autour et aucune n'a atteint ma maison... En mai 1940, mon presbytères était inhabité, toutes les maisons autour ont été pillées, personne n'est entré chez moi ».



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

O Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, nous voulons désormais entourer de vénération la précieuse Médaille que Vous nous avez apportée du Ciel. Si nous n'en avons pas fait assez de cas jusqu'ici, nous Vous en demandons pardon et nous voulons désormais Vous prouver notre reconnaissance en la portant sur nous avec plus d'amour. Que la vue de la Croix augmente notre Foi ! Que Votre monogramme béni soit pour nous une vision d'espérance ! Que les deux Cœurs augmentent notre Charité ! C'est la grâce que nous Vous demandons, ô bonne Mère, les uns pour les autres, à la fin de ce mois qui nous à réunis à Vos pieds pour méditer Votre Médaille Miraculeuse. Ainsi soit-il.


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Dim 29 Mai 2016, 20:32

29 Mai
Prière de saint Jean-Paul II




Ô Marie
Aurore du monde nouveau,
Mère des vivants,
Nous te confions la cause de la vie :
Regarde, ô Mère, le nombre immense
Des enfants que l’on empêche de naître,
Des pauvres pour qui la vie est rendue difficile,
Des hommes et des femmes victimes d’une violence inhumaine,
Des vieillards et des malades tués par l’indifférence
Ou par une pitié fallacieuse.
Fais que ceux qui croient en ton Fils
Sachent annoncer aux hommes de notre temps
Avec fermeté et avec amour
L’Evangile de la Vie.
Obtiens leur la grâce de l’accueillir
Comme un don toujours nouveau,
La joie de le célébrer avec reconnaissance
Dans toute leur existence
Et le courage d’en témoigner
Avec une tenacité active, afin de construire,
Avec tous les hommes de bonne volonté,
La civilisation de la vérité et de l’amour,
A la louange et à la gloire de Dieu Créateur qui aime la Vie.

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.

Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2237

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Lun 30 Mai 2016, 18:34



Trentième jour

Nos devoirs envers notre Médaille

Maintenant que nous connaissons mieux le trésor donné au monde par la Très Sainte Vierge, il importe de voir comment nous l'apprécions. Nous en avons, en effet, des devoirs envers cette Médaille, don de Marie. Quels sont-ils ? Devoir de reconnaissance d'abord. Sachons dire merci à notre Mère du Ciel. Il est si bon de penser qu'Elle nous aime au point de vouloir toujours demeurer avec nous ! Elle nous a donné de Sa tendresse un témoignage sûr, précis. Que c'est consolant ! Mais notre reconnaissance doit surtout se traduire par des actes. Que faire pour notre Médaille ?

La porter d'abord, et autant que possible au cou, comme la Sainte Vierge le désire, puisqu'Elle a dit à Sœur Catherine que beaucoup de grâces seraient accordées à ceux qui la porteraient, suspendue à leur cou. N'en rougissons pas. Il y a tant de personnes qu affichent un fétiche ridicule ! Aurions-nous honte de montrer notre appartenance à la Mère de Dieu ?

La propager ensuite. Ayons toujours quelques médailles sur nous pour les donner à un enfant, à un malade, à un affligé. Donner l'image de Marie, c'est semer de la confiance en Dieu.

L'aimer. Oui, il faut l'aimer, notre petite Médaille, l'aimer parce qu'elle vient du Ciel directement, par les mains de notre Mère. Ne la portons pas par simple habitude, comme un vulgaire porte-bonheur dont on ne veut pas se séparer. Aimons-la parce qu'elle est le souvenir perpétuel de la présence de Marie parmi nous. Baisons-la le matin à notre réveil en offrant notre journée à Dieu ; baisons-la le soir encore avant de nous endormir en paix entre les bras de notre Mère. Répétons alors une dernière fois l'invocation très chère : « O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

Ayons confiance en notre Médaille. Une confiance invincible. N'ayons pas peur de demander beaucoup à Marie ; c'est notre Foi en Sa puissance qui obtiendra des merveilles. Glissons la petite Médaille, faiseuse de miracles, sous l'oreiller d'un malade, dans le vêtement d'un incroyant. Et puis, ayons une confiance absolue en la toute-puissance suppliante de la Vierge Immaculée ! Ne laissons plus dans Ses mains des anneaux qui ne donnent pas de rayons parce qu'on oublie de Lui demander des grâces !



Lecture

La Médaille sous la tempête


Le fait s'est passé en 1942, à Basturguère, près de Lourdes, où les Filles de la Charité de Tarbes dirigent une Ecole Ménagère Rurale.

« Une série de bâtisse, explique un journal local, un long rez-de-chaussée d'environ 60 mètres, très bien construit, pouvant abriter une centaine de personnes. C'est ce bâtiment qui, dans la nuit du 21 janvier, a été complètement écrasé par la chute de deux châtaigniers, plus que centenaires, l'un tombant dans le sens de la longueur, l'autre dans le sens de la largeur, pendant cet épouvantable cyclone qui dévasta la région. Heureusement le bâtiment était presque vide ; les élèves de l'école logeaient ailleurs, mais il y avait deux Filles de la Charité de la Miséricorde de Tarbes dont dépend cette annexe, qui se trouvaient dans un box à l'extrémité du bâtiment. Des fermiers venus au secours les trouvèrent vivantes, sans un égratignure, ce qui est déjà prodigieux. Mais chose inexplicable, les cloison du box étaient restées debout, comme suspendues sur des ruines. Il restait exactement ce qu'il fallait pour préserver deux vies ».

A cette relation du journal, la Supérieure de la Maison ajoute : « C'est un miracle de tout premier ordre car les deux Sœurs devaient nécessairement être écrasées. Les visiteurs et, le tout premier, notre cher et vénéré évêque, l'on constaté avec émerveillement. « 


Hé, ma Sœur, disait un brave homme de la vallée, il fait croire qu'il y a un Dieu, et ceux qui ne le croient pas n'ont qu'à venir ici pour voir !»

Laissons maintenant la parole à l'une des « rescapées » : « La nuit fut affreuse, je sentais bien ce qui allait se produire et je me disais : « Demain, on nous ramassera sous les décombres ». Mais je ne communiquais pas mes craintes à ma jeune compagne pour ne pas lui faire peur. Du reste, que faire ? Nous ne pouvions songer à sortir dans cet ouragan ! Je me contentais de baiser ma Médaille et d'invoquer la Vierge Puissante. Tout à coup, un bruit fantastique, un craquement sinistre ! Les châtaigniers s'effondraient sur nous. Tout autour, les planches, les carreaux, les meubles, volaient en éclats. Après nous être assurées mutuellement que nous étions encore vivantes, je réussis à trouver une bougie et des allumettes pour pouvoir examiner la situation.

Comment sortir de là ? Impossible d'ouvrir les portes. La fenêtres était haute. On l'atteint non sans peine et de là o découvre l'étendue des ruines et des décombres qu'écrasent les deux arbres géants abattus. Des voisins apercevant de la lumière – la tremblotante bougie – eurent aussitôt l'espoir que lune des deux Sœurs au moins, en sortirait vivante. Les braves gens arrivèrent juste pour nous recueillir, alors que nous venions de sauter par la fenêtre. Il était trois heures et demie du matin. Le vieux domestique s'avançant dans les ruines, rapporta la statue, presque intacte, de la Vierge Puissante qui nous avait si bien gardées! »



O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous !

Prière

Merci, ô Marie, merci de ces lumières et de ces leçons que Vous nous avez données durant ce beau mois. Nous avons mieux compris maintenant Votre Médaille, ce don si précieux que Vous avez bien voulu apporter du Ciel à vos enfants. Aussi nous Vous promettons, ce soir, de porter toujours pieusement Votre Médaille et d'en être les ardents propagateurs. Nous aurons pour elle un culte à part, et nous chercherons à faire connaître autour de nous les merveilles de Votre Puissance et de Votre Amour. De Vote côté, ô Vierge Immaculée, jetez sur nous, ce soir, un regard e Bonté. Bénissez les résolutions que nous allons prendre et gardez-nous toujours, jusqu'à ce que nous soyons réunis près de Vous, ô Marie, et près de Votre Jésus, dans la Béatitude éternelle. Ainsi soit-il.

Revenir en haut Aller en bas
Raphaël de l'Enfant Jésus
Assidu


Nombre de messages : 194

MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Lun 30 Mai 2016, 19:32

30 Mai
Prière de Thierry Fourchaud




Maman Marie,
Blottis-moi sur ton coeur, comme ton fils Jésus.
Là je suis en sécurité.
Protège-moi,
Console-moi,
Rassure-moi,
Apaise-moi.

Comme un enfant, écoute-moi maman.
(prendre un temps pour exprimer dans son coeur sa prière personnelle à Marie)

Maintenant Maman Marie, parle-moi.
(prendre un temps pour écouter Marie dans le silence du coeur)
Merci pour ce partage.

Comme Jésus je te dis,
Tu es ma mère,
Je suis ton enfant.
Par l’Esprit-Saint
Conduis-moi vers le Père,
Car je suis son enfant.
Merci maman Marie !

Amen !

* Prions : Marie en ce mois qui t’est consacré, je viens à toi. Tu connais toutes les intentions de mon cœur, j’ai confiance en toi et en ton intercession auprès de Jésus ton Fils, notre Sauveur. Ecoute ma prière…(exprimer vos intentions dans le silence)
Un Notre Père puis un Je vous Salue Marie.


Source: http://www.mariereine.com/mois-de-mai-mois-de-marie-4/

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse
» Le Mois de Marie de la Médaille Miraculeuse
» Un moment Sacré ! Mai : le mois de Marie !
» Mois de mai = mois de Marie
» Mai, le mois de Marie!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: Prières et actions communautaires :: Prières pour notre temps et actions communautaires-
Sauter vers: