Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 8 décembre Immaculée Conception de la Sainte Vierge
par ami de la Miséricorde Hier à 22:54

» Méditation avec le Combat Spirituel de Laurent Scupoli
par ami de la Miséricorde Hier à 22:38

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 19:53

» L'Evangile avec François (vidéo)
par Nicolas Hier à 19:30

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU***
par Nicolas Hier à 19:30

» Le mois de Jésus naissant
par Lumen Hier à 16:47

» 8 décembre entre 12 et 13 heures demandez des grâces à la sainte Vierge Marie
par fontaine Hier à 16:40

» Avent dans la ville : "Viens habiter parmi nous"
par Lumen Hier à 16:20

» l'Avent avec les prophéties bibliques
par Lumen Hier à 16:03

» Message-Lumière de la Famille Myriam
par Lumen Hier à 15:08

» 7 décembre Saint Ambroise de Milan
par ami de la Miséricorde Hier à 10:45

» du 30 nov au 8 déc Neuvaine à l'Immaculée Conception
par Françoise Mar 06 Déc 2016, 21:16

» 6 décembre Saint Nicolas de Myre
par ami de la Miséricorde Mar 06 Déc 2016, 09:22

» Père Cantalamessa, 1ère prédication de l'Avent: Je crois en l'Esprit-Saint
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 05 Déc 2016, 09:58

» Reconnaissez celui qui n'aime pas mon Fils en captivant les hommes avec ........
par fontaine Dim 04 Déc 2016, 11:26

» 4 décembre Saint Jean Damascène
par ami de la Miséricorde Dim 04 Déc 2016, 00:42

» Dieu parle de l'Eucharistie et de la façon dont il faut le recevoir, sr Guadalup
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 12:49

» 3 décembre Saint Sophonie
par ami de la Miséricorde Sam 03 Déc 2016, 10:34

» 3 décembre Saint François Xavier
par ami de la Miséricorde Sam 03 Déc 2016, 10:27

» Le schisme se s'ents venir...
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 07:17

» Mariée à un divorcé, elle témoigne de son repentir
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 07:16

» Comment arrêter l'avortement dans le monde ? En priant le rosaire de l'enfant...
par fontaine Ven 02 Déc 2016, 16:58

» 2 décembre Bienheureux Jean Van Ruysbroeck
par ami de la Miséricorde Ven 02 Déc 2016, 10:53

» Coeurs Sacrés de Jésus et Marie-Consécration du monde
par Dr.Michaeli Panem Jeu 01 Déc 2016, 21:36

» 1er décembre Bienheureux Charles de Foulcaud
par ami de la Miséricorde Mer 30 Nov 2016, 23:54


Partagez | 
 

 Neuvaine pour la France : neuf mois de prières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2232

MessageSujet: Neuvaine pour la France : neuf mois de prières   Mer 12 Nov 2014, 23:06

Rappel du premier message :

Neuvaine pour la France : neuf mois de prières pour sauver le pays

Parce que la prière est la plus grande force qui soit, un groupe de laïcs de l’Hexagone lancent, sous le parrainage de Monseigneurr Barbarin, une grande neuvaine de prière pour la France.


Neuf mois, c’est le temps d’une gestation. Il faut au moins cela pour permettre à la France, confrontée à de sérieuses difficultés sur le plan éthique, social, économique ou politique, pour inverser la courbe : celle du chômage et de l’inflation, mais aussi celle des cœurs, en grand besoin de conversion. C’est l’avis d’un groupe de laïcs d’horizons divers (salariés, chefs d’entreprise, mères au foyer, étudiants, enseignants…), qui lancent une grande neuvaine pour la France  http://www.laneuvaine.fr, à partir du 15 novembre prochain.

Le logo de Marie, Mère et Reine

Faites le compte : cette prière de neuf mois  prendra fin le 15 août, jour de la fête de Notre Dame de l’Assomption, patronne principale de la fille ainée de l’Eglise et sa Reine, comme le montre le joli logo de la neuvaine, qui la représente avec une couronne. Logo qui dit aussi, alors qu’on s’achemine vers Noël, que Marie est - d’abord - Mère de Dieu et Mère de l’Eglise, comme le rappelle si souvent le Pape François. Pour les organisateurs, elle a « fait preuve de nombreuses fois de sollicitude pour la France » ; comme en 1947, où celle-ci était « en grand danger » et où elle l’a sauvée par la prière des petits enfants de l’Ile Bouchard (cf. site du sanctuaire).

Chaque jour, le chapelet et la prière de la neuvaine

Lucides mais plein d’espérance, ces laïcs, qui croient en la force de la prière, proposent à tous les catholiques de France de mettre les bouchées doubles, en neuf clefs : chapelet chaque jour, suivi de la prière de la neuvaine, jeûne et méditation  chaque premier vendredi pendant neuf mois… A ceux qu’un tel programme pourrait effrayer ou aux ouvriers de la deuxième ou de la troisième heure, ils assurent qu’ « un oubli, une prise en cours, une pratique allégée ne sont pas graves » (clef n° 9).  Ah oui : Diffuser la neuvaine et la faire connaître en fait aussi partie,  comme « Honorer la Sainte Vierge en affichant le logo de la neuvaine sur vos réseaux sociaux » et « Imprimer et diffuser dans votre paroisse les  méditations hebdomadaires » (clef n° 7 et 8.).

Parrainée par le Cardinal Barbarin

L’initiative a reçu le soutien du Cardinal Barbarin, qui la parraine, et celui de nombreux prêtres et évêques (cf. Liberté politique), qui publieront chaque semaine et à tour de rôle des méditations. Elle est portée par un site : www.laneuvaine.fr, une page Facebook (France La Neuvaine) et un compte twitter (@laneuvaine), déjà actifs. Petit clin d’œil du Ciel ? A quelques jours de son lancement, Marthe Robin, qui, entre autre, avait donné  ses yeux pour la France,  vient d’être déclarée vénérable.


À l'école de la foi : quelles sont les origines du chapelet ?




Le chapelet c'est quoi ? Quand le dire ? Qu'est-ce que ça raconte ? Qu'est-ce que ça apporte ? Des enfants nous l'expliquent pour que chez nous, en voyage ou encore en pèlerinage à Lourdes, on puisse le prier !


Pendant des centaines d’années, l’Eglise a eu recours au chapelet dans les moments de conflit. Pour Saint Dominique, la prière du rosaire était devenue « une arme spirituelle », et les papes appelaient Marie « la victorieuse des hérésies », invoquant son secours pour les combattre toutes, du catharisme au communisme.

La dévotion au Rosaire s’est développée lentement, sur à peu près 500 ans
La récitation du chapelet comporte 150 (ou 200) Ave Maria (Je vous salue Marie), chaque dizaine étant introduite par un Pater (Notre Père) et suivie par un Gloria (Gloire au Père). Un rosaire correspond à la récitation de trois chapelets. Pendant leur récitation, on médite sur les mystères de la vie du Christ et de sa Mère.

Bien que la tradition populaire attribue l’origine du chapelet à Saint Dominique (1170-1221), aujourd’hui les historiens défendent la thèse d’un développement lent et progressif de sa pratique. Comme l’affirme aussi Jean Paul II dans sa lettre « Rosarium Virginis Mariae » (2002), quand il dit que le rosaire « s’est développé progressivement au cours du deuxième millénaire sous le souffle de l’Esprit de Dieu ».

Aucun texte de l’histoire n’illustre clairement l’essor de cette pratique, mais le père Etienne Richer, dans le « Mariology », explique qu’à la fin du XIème siècle, soit une centaine d’années avant saint Dominique, « une dévotion mariale, caractérisée par de nombreux Ave Maria et des gestes de prostration répétés, était déjà connue et pratiquée en l’honneur de la Vierge, d’abord en l’honneur de ses joies, puis de ses souffrances ». On parle déjà d’une fête du « Rosaire », nom qui vient de la couronne de roses dont était ornée la tête des statues mariales.

A la même période, les frères et moines cisterciens, qui n’arrivaient pas à mémoriser les 150 psaumes que leur ordre priait chaque semaine, récitaient 150 Pater. Les laïcs copièrent très vite cette forme de prière, mais en remplaçant le Notre Père par un Ave Maria. Cette dévotion sera appelée « Psautier de Marie ».

Vers 1200, on dit que la Vierge Marie est apparue à saint Dominique et qu’elle lui a dit : « Récite mon Psautier et enseigne-le à tes hommes. Jamais cette prière n’échouera ». Ce que celui-ci fera en le répandant autour de lui, explique Etienne Richer, au point que cette dévotion au Psautier de Marie sera « incorporée divinement » à la sienne.

Au fil des décennies suivantes, le rosaire et le Psautier de Marie finirent par converger, donnant à cette pratique la forme qu’on lui connaît aujourd’hui : 150 Ave Maria divisés en dizaines, un Pater Noster entre chaque dizaine et trois séries de mystères – joyeux, douloureux et glorieux.

En 2002, Jean Paul II ajoutera au chapelet cinq autres mystères, les mystères « lumineux », expliquant que son dessein principal est de « donner une consistance nettement plus christologique au Rosaire », et de « prendre en compte également les mystères de la vie publique du Christ entre le Baptême et la Passion ».

Le chapelet, arme spirituelle de l’Eglise pour « chasser les démons »
Dès le XIIème siècle, l’Eglise a recours au chapelet dans les périodes de difficulté et de trouble. En 1569, saint Pie V officialise sa pratique, attribuant à sa récitation la destruction de l’hérésie et la conversion de tant de peuples, et sollicitant les fidèles à en faire usage, face à une époque « terriblement tourmentée et affligée par tant de guerres, et par la morale dépravée des hommes ».

Le prolifique Léon XIII (1878-1903), connu surtout pour ses encycliques sociales, a aussi écrit au moins 16 textes sur le saint Rosaire, dont une douzaine sont des encycliques.

Ce « pape du rosaire », comme on le surnommait, a rédigé sa première encyclique sur le rosaire en 1883 (Supremi Apostolatus officio), marquant de cette façon le 25ème anniversaire des apparitions de la Vierge à Lourdes. Il y évoque le rôle de saint Dominique et rappelle que la diffusion du chapelet fut d’un grand secours pour vaincre les hérétiques albigeois dans le sud de la France aux XIIème et XIIIème siècles. Saint Dominique, écrit le pape, « s'avança contre les ennemis de l'Eglise catholique, animé de l'Esprit d'en haut ; non avec la violence et avec les armes, mais avec la foi la plus absolue en cette dévotion du Saint Rosaire que le premier il a divulguée ».

« Il prévoyait, en effet, par la grâce divine, poursuit le pape, que cette dévotion, comme un puissant engin de guerre, mettrait en fuite les ennemis et confondrait leur audace et leur folle impiété ».

Le pape y commente aussi « l'efficacité et la puissance » des prières du rosaire dans la bataille historique de Lépante entre forces chrétiennes et musulmanes en 1521. Les forces islamiques avaient pris pied en Espagne et étaient sur le point de l’emporter sur le christianisme, lorsque le pape Pie V exhorta les fidèles à réciter leur chapelet. Les chrétiens triomphèrent et le pape, en l’honneur de cette victoire, donna à Marie le nom de « Notre-Dame des Victoires », et lui institua un jour de fête, le 7 octobre, que son successeur, Grégoire XIII, transformera ensuite en fête du « saint Rosaire ».

Revenant au besoin de recourir au chapelet à cette époque, le pape écrit : « c'est une chose des plus douloureuses et des plus lamentables de voir tant d'âmes rachetées par le Sang de Jésus-Christ arrachées au salut par le tourbillon d'un siècle égaré, et précipitées dans l'abîme et dans une mort éternelle. Nous avons, de nos jours, autant besoin du secours divin qu'à l'époque où le grand Dominique leva l'étendard du Rosaire de Marie à l'effet de guérir les maux de son époque ».

En 1937, Pie XI (1922-1939) consacre au rosaire sa dernière encyclique « Ingravescentibus malis » (29 septembre). C’est aussi l’année où il écrit sa lettre « Mit brennender Sorge » (traduite en français par « Avec une brûlante inquiétude ») qui critique les nazis, et la « Divini Redemptoris », sur le communisme athée qu’il accuse de « vouloir renverser l'ordre social et saper jusque dans ses fondements la civilisation chrétienne. »

Critiquant l’esprit de l’époque qui « dans l’enivrement de son orgueil, se moque du saint Rosaire et le rejette avec dédain », le pape souligne les bienfaits de cette façon de prier, disant qu’elle a « le parfum de la simplicité évangélique et requiert un esprit d'humilité».

« Une multitude considérable de saints hommes de tout âge, toute condition, y ont toujours eu recours », écrit-il. « Ils l’ont récitée avec grande dévotion et, à chaque moment, l’ont utilisée comme une arme très puissante pour chasser les démons. Pour conserver l'intégrité de la vie, pour acquérir plus facilement la vertu, en un mot pour obtenir la véritable paix aux hommes ».

En 1951, Pie XII (1939-1958) écrit l’encyclique « Ingruentium malorum » (sur la récitation du chapelet). « Nous n’hésitons pas à affirmer de nouveau publiquement que nous mettons une grande espérance dans le rosaire pour la guérison des maux qui affligent notre époque », déclare-t-il. « Ce n'est pas avec la force, ni avec les armes, ni avec la puissance humaine, mais avec l'aide divine obtenue par cette prière que l'Eglise, forte comme David avec sa fronde, pourra affronter, intrépide, l'ennemi infernal ».




Source : ELISABETH DE BAUDOÜIN et TEAM ALETEIA


Dernière édition par Etoile Bleue le Sam 31 Jan 2015, 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2232

MessageSujet: Re: Neuvaine pour la France : neuf mois de prières   Sam 07 Fév 2015, 19:12


Méditation


Prier pour la France


En 1947, au sortir de la Guerre, Georges Bernanos écrivait pour les jeunes générations: « Il faut se hâter de sauver l’homme, parce que demain il ne sera plus susceptible de l’être, pour la raison qu’il ne voudra plus être sauvé. Car si cette civilisation est folle, elle fait aussi des fous ». Aux jeunes de France, il rappelait que leurs camarades allemands avaient abdiqué leur liberté entre les mains d’un tyran : « Ils sont morts pour lui, pour témoigner qu’ils avaient renoncé leur liberté entre ses mains. Leur mort n’a pas témoigné pour la liberté, elle a témoigné contre elle […]. L’Allemagne a été corrompue par la civilisation que je dénonce et aucun de nous ne peut être assuré de n’en pas être corrompu à son tour ». On peut renoncer à la liberté, comme on peut abdiquer une valeur spirituelle, qui fait ce que nous sommes, mais qui ne présente pas aux yeux du monde un intérêt marchand ou pragmatique immédiat.

Dans l’ordre de la création et dans le plan providentiel de Dieu, la communauté nationale, comme la famille, est le lieu d’épanouissement de la liberté personnelle parce qu’elle est l’école de la responsabilité, le milieu dans lequel chacun déploie sa mission en répondant à sa vocation. Et il ne s’agit pas d’une réalité désincarnée (ce serait un comble et une contradiction), mais d’un phénomène visible inscrit dans le temps, dans l’histoire et dans l’espace. Par le mystère de l’incarnation, la sagesse divine a sanctifié, a renouvelé et a purifié l’ordre de la création. Si l’Eglise est la communion des sauvés, la communauté des fils de Dieu, le mystère de la Rédemption rendu présent, visible, repérable, elle s’appuie pour sa vie et pour son extension sur cette donnée anthropologique fondamentale que sont les communautés nationales. Il y a une manière originale, voire géniale (en ce sens qu’elle exprime le génie, l’identité profonde de chaque nation) d’être catholique français, anglais, allemand ou mexicain !

Nul mieux que Charles Péguy a eu l’intuition profonde de cette alliance du charnel et du spirituel, du caractère sacramentel de l’Eglise (la grâce divine communiquée au moyen d’institutions et de gestes humains) : « La terre est comme les marches de l’église. Elle est pour monter au ciel comme les marches de l’église sont aussi pour monter et entrer dans l’église. Nous avons le droit que la terre soit le seuil de votre ciel ». Et il en tire une conclusion qui n’a rien perdu de son actualité : « C’est vraiment un grand mystère que cette sorte de ligature du spirituel au temporel. On pourrait presque dire que c’est comme une sorte d’opération d’une mystérieuse greffe. Le temporel fournit la souche et le spirituel, s’il veut vivre, s’il veut produire, s’il veut continuer, s’il veut poursuivre, s’il veut fleurir et feuillir, s’il veut bourgeonner et boutonner, s’il veut poindre et fructifier le spirituel est forcé de s’y insérer. La force fournit la souche et l’idée est forcée de s’y insérer. Le corps fournit la souche et l’esprit est forcé de s’y insérer ».

Prier pour notre pays, c’est aussi prendre l’engagement de travailler de toutes nos forces au service du bien commun de notre communauté nationale. C’est saisir cette unité entre spirituel et temporel qui nous révèle, avec le mystère de l’histoire, le sens de notre vocation et de notre mission : témoigner de la présence et de l’action du Christ rédempteur dans l’épaisseur de notre condition charnelle.






Père Laurent-Marie
Le Père Laurent -Marie Pocquet du Haut-Jussé, né en 1968, est supérieur général des Serviteurs de Jésus et de Marie, aumônier militaire et juge à l’Officialité de Paris. Il est titulaire d’une Maîtrise en droit canonique (Université de Strasbourg) et d’un Doctorat en Théologie fondamentale (Université de Fribourg). Il est notamment l’auteur de « Charles Péguy et la modernité. Essai d’interprétation théologique d’une oeuvre littéraire » (Artège 2010).




Très Saint et Très haut Seigneur Jésus-Christ,
Roi des rois,
qui avez miraculeusement suscité Sainte Jeanne d’Arc
pour ramener à l’Unité autour de son Prince légitime
le Royaume de France, divisé et humilié à la face des nations,
et pour lui conserver l’Intégrité de la Foi :
du haut de votre trône céleste,

Regardez encore aujourd’hui combien il y a grande pitié en ce pays,
dont le reniement des promesses du Baptême et l’apostasie officielle
ont entraîné à nouveau la désunion et l’abaissement,
au point qu’il est devenu aujourd’hui un mauvais exemple pour la terre entière …
Par la puissante intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
patronne de la France en second après votre Très Sainte Mère,

nous Vous supplions, ô Jésus :
Répandez sur ce pays qui proclamait jadis en préambule de ses lois
« Vive le Christ qui est Roi des Francs ! »
de nouvelles et abondantes Grâces de conversion et de Foi,
pour que les cœurs et les esprits reviennent à Vous !

Par la fervente intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
qui fut attentive aux paroles et aux instructions du saint conseil
par lequel Vous l’avez formée à sa mission,

nous Vous supplions, ô Jésus :
donnez à nos responsables religieux et civils
les très précieux dons de conseil et de sagesse
pour qu’ils conduisent le peuple de France
hors des sentiers de la perdition!
Par la Glorieuse Intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
qui demeura indéfectiblement Fidèle à sa vocation particulière quelque souffrance qu’il pût lui en coûter,

nous Vous supplions, ô Jésus :
Suscitez aujourd’hui dans nos familles
de généreuses et solides vocations,
pour l’Église et pour la Patrie,
dépouillées de toute ambition personnelle et de tout carriérisme,
de tout esprit de puissance et de lucre,
qui se dévoueront sans compter au bien spirituel et éternel de ce peuple dont Vous devez rester à jamais le Roi !

Par la continuelle intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
qui jamais ne douta et resta toujours surnaturellement confiante dans l’adversité,
nous Vous supplions encore, ô Jésus :
Délivrez-nous de toute désespérance,
mais Rendez à Votre France son zèle et sa pugnacité,
sa ferveur et son enthousiasme,
pour combattre les démons de l’impiété et de la luxure,
de l’égoïsme et du mensonge
qui tiennent notre société en esclavage depuis près de deux siècles !

A la prière de Sainte Jeanne d’Arc,
Donnez-nous, ô Jésus, le courage d’entrer dans les voies de la pénitence,
du recours confiant à Votre miséricorde,
de la réparation et du vrai renouveau !

Augmentez notre Foi dans Votre Saint Évangile
et dans la Doctrine Traditionnelle de Votre Sainte Église,
qui, depuis deux mille ans, a uni les esprits, les cœurs, les familles et les nations !

A l’exemple de Sainte Jeanne d’Arc,
qui fit peindre sur son étendard Votre Saint Nom avec celui de Marie, Votre Mère,
et rendit son dernier soupir en criant une dernière fois Votre Nom béni,

Donnez-nous, ô Jésus, un fervent esprit de prière et de constant recours à Votre Sainte Grâce,
pour que Votre Esprit Paraclet habite en nous, agisse en nous et œuvre à travers nous!

Enfin, par les mérites du sacrifice de Sainte Jeanne d’Arc,
uni à Votre Saint Sacrifice du Calvaire, sans cesse renouvelé à l’Autel de la Messe,

Faites paraître, nous Vous en supplions,
ce monarque sacré que Vous nous avez promis par la bouche de tant de Vos saints,
afin qu’il renoue et revivifie l’Alliance Sainte conclue jadis dans les eaux baptismales de Reims
et rende à Votre Peuple de France sa Joie et son Salut !

Ainsi soit-il.



Prière Légitimiste composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré Cœur – reproduction autorisée à condition d’en mentionner la source.
http://leblogdumesnil.unblog.fr/…/a-sainte-jeanne-darc-pri…/


Regnum Galliae, Regnum Mariae !
Le Royaume de France est le Royaume de Marie !



lettre apostolique de Pie XI, « Galliam, Ecclesiae filiam primogenitam »

Par cette lettre apostolique Notre-Dame de l’Assomption est proclamée patronne principale de la France, et sainte Jeanne d’Arc, patronne en second, par Sa Sainteté le pape Pie XI. En voici le texte :


« Pour perpétuelle mémoire.

Les Pontifes romains Nos prédécesseurs ont toujours, au cours, des siècles, comblé des marques particulières de leur paternelle affection la France, justement appelée la fille aînée de l’Eglise. Notre prédécesseur de sainte mémoire le Pape Benoît XV, qui eut profondément à cœur le bien spirituel de la France, a pensé à donner à cette nation noble entre toutes, un gage spécial de sa bienveillance.

En effet, lorsque, récemment, Nos vénérables frères les cardinaux, archevêques et évêques de France, d’un consentement unanime, lui eurent transmis par Notre vénérable Frère Stanislas Touchet, évêque d’Orléans, des supplications ardentes et ferventes pour qu’il daignât proclamer patronne principale de la nation française la bienheureuse Vierge Marie reçue au ciel, et seconde. Patronne céleste sainte Jeanne, pucelle d’Orléans, Notre prédécesseur fut d’avis de répondre avec bienveillance à ces pieuses requêtes. Empêché par la mort, il ne put réaliser le dessein qu’il avait conçu. Mais à Nous, qui venons d’être élevé par la grâce divine sur la chaire sublime du Prince des apôtres, il Nous est doux et agréable de remplir le vœu de Notre très regretté prédécesseur et, par Notre autorité suprême, de décréter ce qui pourra devenir pour la France une cause de bien, de prospérité et de bonheur.

Il est certain, selon un ancien adage, que « le royaume de France » a été appelé le « royaume de Marie », et cela à juste titre. Car, depuis les premiers siècles de l’Eglise jusqu’à notre temps, Irénée et Eucher de Lyon, Hilaire de Poitiers, Anselme, qui de France passa en Angleterre comme archevêque, Bernard de Clairvaux, François de Sales, et nombre d’autres saints docteurs, ont célébré Marie et, ont contribué à promouvoir et à amplifier à travers la France le culte de la Vierge Mère de Dieu. A Paris, dans là très célèbre Université de Sorbonne, il est historiquement prouvé que dès le XIIIe siècle la Vierge a été proclamée conçue sans péché.

Même les monuments sacrés attestent d’éclatante manière l’antique dévotion du peuple à l’égard de la Vierge : trente-quatre églises cathédrales jouissent du titre de la Vierge Mère de Dieu ; parmi lesquelles on aime à rappeler comme les plus célèbres celles qui s’élèvent à Reims, à Paris, à Amiens, à Chartres, à Coutances et à Rouen. L’immense affluence des fidèles accourant de loin chaque année, même de notre temps, aux sanctuaires de Marie, montre clairement ce que peut dans le peuple la piété envers la Mère de Dieu, et plusieurs fois par an la basilique de Lourdes, si vaste qu’elle soit, paraît incapable de contenir les foules innombrables de pèlerins.

La Vierge Mère en personne, trésorière auprès de Dieu de toutes les grâces, a semblé, par des apparitions répétées, approuver et confirmer la dévotion du peuple français.

Bien plus, les principaux et les chefs de la nation se sont fait gloire longtemps d’affirmer et de défendre cette dévotion envers la Vierge. Converti à la vraie foi du Christ, Clovis s’empresse, sur les ruines d’un temple druidique, de poser les fondements de l’église Notre-Dame, qu’acheva son fils Childebert. Plusieurs temples sont dédiés à Marie par Charlemagne. Les ducs de Normandie proclament Marie Reine de la nation. Le Roi saint Louis récite dévotement chaque jour l’office de la Vierge. Louis XI, pour l’accomplissement d’un vœu, édifie à Cléry un temple à Notre-Dame. Enfin Louis XIII consacre le royaume de France à Marie et ordonne que chaque année, en la fête de l’Assomption de la Vierge, on célèbre dans tous les diocèses de France de solennelles fonctions ; et ces pompes solennelles, Nous n’ignorons pas qu’elles continuent de se dérouler chaque année.

En ce qui concerne !a Pucelle d’Orléans, que Notre prédécesseur a élevée aux suprêmes honneurs des saints, personne ne peut mettre en doute, que ce soit sous les auspices de la Vierge, qu’elle ait reçu et remplit mission de sauver la France. Car d’abord, c’est sous le patronage de Notre-Dame de Bermont, puis sous celui de la Vierge d’Orléans, enfin de la Vierge de Reims, qu’elle entreprit d’un cœur viril, une si grande œuvre, qu’elle demeura sans peur en face des épées dégainées et sans tache au milieu de la licence des camps, qu’elle délivra sa patrie du suprême péril et rétablit le sort de la France. C’est après en avoir reçu le conseil de ses voix célestes qu’elle ajouta sur son glorieux étendard le nom de Marie à celui de Jésus, vrai Roi de France. Montée sur le bûcher, c’est en murmurant au milieu des flammes, en un cri suprême, les noms de Jésus et de Marie, qu’elle s’envola an ciel. Ayant donc éprouvé le secours évident de la Pucelle d’Orléans, que la France reçoive la faveur de cette seconde patronne céleste : c’est ce que réclament le clergé et le peuple, ce qui fut déjà agréable à Notre prédécesseur et qui Nous plaît à Nous-mêmes.

C’est pourquoi, après avoir pris les conseils de Nos vénérables Frères les cardinaux de la sainte Eglise romaine préposés aux Rites, motu proprio, de science certaine et après mûre délibération, dans la plénitude de Notre pouvoir apostolique, par la force des présentes et à perpétuité, Nous déclarons et confirmons que la Vierge Marie Mère de Dieu, sous le titre de son Assomption dans le ciel, a été régulièrement choisie comme principale patronne de toute la France auprès de Dieu, avec tous les privilèges et les honneurs que comportent ce noble titre et cette dignité.

De plus, écoutant les vœux pressants des évêques, du clergé et des fidèles des diocèses et des missions de la France, Nous déclarons avec la plus grande joie et établissons Pucelle d’Orléans admirée et vénérée spécialement par tous les catholiques de France comme l’héroïne de la patrie, sainte Jeanne d’Arc, vierge, patronne secondaire de la France, choisie par le plein suffrage du peuple, et cela encore d’après Notre suprême autorité apostolique, concédant également tous les honneurs et privilèges que comporte selon le droit ce titre de seconde patronne.

En conséquence, Nous prions Dieu, auteur de tous les biens, que, par l’intercession de ces deux célestes patronnes, la Mère de Dieu élevée au ciel et sainte Jeanne d’Arc, vierge, ainsi que des autres saints patrons des lieux et titulaires des églises, tant des diocèses que des missions, la France catholique, ses espérances tendues vers la vraie liberté et son antique dignité, soit vraiment la fille première-née de l’Eglise romaine ; qu’elle échauffe, garde, développe par la pensée, l’action, l’amour, ses antiques et glorieuses traditions pour le bien de la religion et de la patrie.

Nous concédons ces privilèges, décidant que les présentes Lettres soient et demeurent toujours fermes, valides et efficaces, qu’elles obtiennent et gardent leurs effets pleins et entiers, qu’elles soient, maintenant et dans l’avenir, pour toute la nation française le gage le plus large des secours célestes, qu’ainsi il en faut juger définitivement, et que soit tenu pour vain dès maintenant et de nul effet pour l’avenir tout ce qui porterait atteinte à ces décisions, du fait de quelque autorité que ce soit, sciemment ou inconsciemment. Nonobstant toutes choses contraires.



Donné à Rome, près de Saint-Pierre, sous l’anneau du Pêcheur, le 2 du mois de mars de l’année 1922, la première de Notre pontificat. »


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2232

MessageSujet: Re: Neuvaine pour la France : neuf mois de prières   Ven 08 Mai 2015, 00:39

PRIÈRES DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XII
POUR LA FRANCE


« Regnum Galliae, regnum Mariae quod numquam peribit » en latin, soit en français : « Le Royaume de France, le Royaume de Marie, qui ne périra jamais »  



Prière pour la France de Pie XII :

« Mère céleste, Notre-Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils ; ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur.

Aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la Foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée. Regina pacis ! Oh ! Oui ! Soyez vraiment au milieu de ce peuple qui est vôtre la Reine de la paix, écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde.

Faites comprendre au monde, où tant d'âmes droites s'évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui seul assurera le succès de leurs efforts : établir au centre de ce temple le trône royal de votre divin Fils et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l'amour s'unissent en un chaste baiser.

Et que par Vous la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le Règne du Christ, Prince de la Paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen. »



La Prière du Pape Pie XII « Ô Vierge immaculée de Massabielle » :

« Ô Vierge immaculée, très clémente et très puissante, Vous êtes notre Mère. De Votre trône de Reine du Ciel, Vous avez daigné venir parmi nous en ce coin fortuné de la terre de France ; et, à l’égal de la réalité de la foi, invisible au monde, mais non à l’innocente enfant choisie par Vous comme confidente et collaboratrice des merveilles de votre Amour pour nous, Vous avez fait de cette roche de Massabielle une nouvelle montagne de la gloire de Dieu au milieu des ténèbres de l’incrédulité et du péché, un phare lumineux d’espérance pour le salut des peuples.

Mais cette montagne et cette grotte bienheureuse évoquent en nous le souvenir d’une autre montagne et d’une autre grotte, le Golgotha et le Sépulcre, où votre Douleur et vos Larmes de Mère, à l’heure la plus terrible et la plus divine de la Rédemption, s’unissaient à la suprême torture, à la mort et à la sépulture de votre Fils crucifié, Rédempteur du monde.

Ce jour-là, dans ces ténèbres, ô Reine des martyrs, votre Foi, votre Espérance, votre Amour demeurèrent fermes et dirigés vers le ciel comme vous demeuriez Vous-même debout auprès de la Croix ; là Vous avez été proclamée notre Mère par la divine parole de votre divin Fils et par le sang qui de ses plaies descendait sur Vous, pour empourprer et consacrer votre Amour pour nous.

De ces ténèbres a surgi le soleil de ce jour où nous commémorons l’accomplissement de notre Rédemption. Vous, notre Co rédemptrice, Vous, prémices de la grâce et de la Rédemption, ayez pitié de nous, vos pauvres fils.

Donnez-nous le courage de votre Foi, l’inébranlable fermeté de votre Espérance, l’ardeur de votre Amour pour Jésus, Fils du Père et votre Fils, notre Rédempteur et notre Frère ; intercédez pour nous auprès de Lui, apaisez sa justice ; obtenez-nous la lumière de la vérité, et que celle-ci parvienne aussi aux esprits aveuglés de ceux dont l’orgueil se dresse contre l’Eternel ; que les dévoyés et les fourvoyés retrouvent le droit chemin, et que par Vous, Reine de la paix, victorieuse de toute erreur, l’Eglise poursuive librement sa tâche et répande par le monde les fruits divins de la Rédemption.

Protégez le troupeau béni de votre Fils, et le Pasteur auguste qui le conduit dans les pâturages du salut et qui est en esprit présent parmi nous.

Protégez cette nation si chère à votre Cœur et tout le peuple chrétien accouru ici à vos Pieds de toutes les parties du monde, ou qui du moins est tourné vers ce lieu par le désir et nous est uni par la prière.

Que par Vous, ô Vierge immaculée, ô Mère du Rédempteur, notre espérance et notre salut, l’olivier de la concorde et de la paix refleurisse sur la terre, dans les cœurs la pureté, l’ardeur et la constance de la vertu et du sacrifice pour le bien ; et que par ses mérites le sang du Rédempteur nous ouvre les portes du ciel et nous plonge dans la joie de Vous contempler, Vous, ô Marie, et la Trinité bienheureuse, parmi les splendeurs des Saints !

Ainsi soit-il ! »

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous !
Sainte Bernadette, priez pour nous !



La Prière du Pape Pie XII « Ô Marie, Mère Immaculée de Jésus et notre Mère, nous nous jetons entre Vos bras » :

« Ô Marie, Mère Immaculée de Jésus et notre Mère, saisis par la splendeur de Votre céleste beauté et pressés par les angoisses de ce temps, nous nous jetons entre Vos bras, certains de trouver dans Votre cœur très aimant la satisfaction de nos ferventes aspirations et le refuge assuré dans les tempêtes qui de toutes parts nous assaillent.

Nous sommes accablés par nos fautes et succombons sous le poids d'infinies misères et pourtant, nous admirons et chantons l'incomparable richesse des dons sublimes dont Dieu Vous a comblée au-dessus de toute autre créature, depuis le premier instant de Votre conception jusqu'au jour où, élevée au Ciel, Il Vous a couronnée Reine de l'univers.

Ô limpide Source de foi ! Abreuvez nos esprits des vérités éternelles. Ô Lys odorant de toute sainteté ! Imprégnez nos cœurs de Votre céleste parfum.

Ô Triomphatrice du mal et de la mort ! Inspirez-nous une profonde horreur pour le péché, qui rend l'âme abominable à Dieu et esclave de l'enfer.

Écoutez, ô Bien-Aimée de Dieu, le cri fervent qui s'élève de chaque cœur fidèle. Penchez Vous sur nos plaies douloureuses. Changez le cœur des méchants. Séchez les larmes des affligés et des opprimés. Réconfortez les pauvres et les petits, éteignez les haines, adoucissez la dureté des mœurs, gardez chez les jeunes la fleur de la pureté, protégez l'Église sainte, faites que les hommes ressentent tout l'attrait de la bonté chrétienne ; en Votre nom, dont l'écho retentit harmonieusement dans les Cieux, que les hommes se reconnaissent frères et les nations membres d'une seule famille, sur laquelle resplendisse le soleil d'une paix sincère et universelle.

Accueillez, ô Mère très douce, nos humbles prières et obtenez-nous, par-dessus tout, de pouvoir un jour répéter devant Votre trône, jouissant avec Vous du bonheur éternel, l'hymne qui monte aujourd'hui sur la terre autour de Vos autels : Vous êtes toute belle, ô Marie ! Vous êtes la gloire, la joie, l'honneur de notre peuple. Ainsi soit-il ! »





Pie XII (1876-1958)
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2232

MessageSujet: Re: Neuvaine pour la France : neuf mois de prières   Ven 15 Mai 2015, 14:08


La Neuvaine entre en son troisième trimestre



Que ceux qui aiment la France la prient et participent à sa reconstruction !

Chers amis,

En ce mois de Marie, La Neuvaine pour la France entre dans son troisième trimestre !

Cette neuvaine de 9 mois qui paraissait peut-être longue à certains s’inscrivait dans la durée d’une gestation : gestation de nos cœurs appelés à grandir chaque jour davantage dans l’amour de Dieu pour en recevoir toutes les grâces, et nous ouvrir à tout ce à quoi nous restons trop souvent aveugles et sourds. Neuf mois pour prier, nous former et réfléchir ensemble à ce qu’il nous est demandé de faire pour notre pays…

Cette gestation était donc nécessaire pour nous aider à accueillir le don de la Vie, de la vie en Dieu !  Parce qu’elle est un don et parce qu’elle ne nous appartient pas, nous nous devons de la transmettre  et la faire rayonner comme le plus précieux des trésors, tant au niveau familial, qu’amical, que national. Car de la même manière que l’on juge un arbre à ses fruits, la conversion de notre pays ne peut se faire sans la conversion profonde de ses membres.

Parce que seule la conversion révèle le divin et l’universel qui nous habitent, elle opère un changement radical de nos vies : espérance, foi et charité s’incarnent concrètement dans le quotidien de celui qui tire son énergie de sa vie en Dieu. De nombreuses initiatives sont nées ces 6 derniers mois : chaque jour, il nous a été donné de relayer la création de nouveaux groupes de prière de la Neuvaine, nos villes et nos campagnes ont été investies de pèlerinages dédiés à la France, en communion avec nos expatriés des 5 continents ! Des écoles primaires aux maisons de retraite, des monastères aux sanctuaires mariaux, ce sont près de 30 000 enfants, étudiants, professionnels, mères de famille, grands-parents qui se sont rassemblés autour de la Neuvaine et des centaines de milliers d’images envoyées à travers toute la France ! Certains pays européens nous ont contactés pour exporter la Neuvaine au service de leur contrée : la Neuvaine vit une marche spirituelle merveilleuse qui ne doit pas s’arrêter là !

La gestation ne fait que préparer la naissance : à vous, à nous tous de discerner durant ces 3 prochains mois ce que nous pouvons offrir, créer, relayer, pour ne pas laisser s’éteindre la flamme de la Neuvaine. Nous nous engageons à faire connaître et mettre en relation tous les porteurs de projets au service de la gloire de Dieu : création ou réactivation de pèlerinages locaux, mouvements de prière des enfants  pour la France, chapelet hebdomadaire et perpétuel pour la France, formations et universités d’été pour la France, valorisation des grands saints qui ont fait la France, restauration de notre patrimoine catholique, entre-aide aux familles… L’ensemble de ces projets issus du discernement opéré pendant La Neuvaine sera accueilli, porté et accompagné dans la mesure de nos moyens et en accord avec vos besoins.

Le 15 Août 2015 marquera le terme de cette gestation et non une fin : en effet comment penser donner une fin à un élan spirituel ? Cela est ne reviendrait-il pas à couper les jambes d’un coureur en pleine course ? Notre marathon, exigeant autant de vitesse que d’endurance, est celui de la reconstruction de la France chrétienne. Nos protéines seront avant tout notre prière commune et l’ensemble des actes concrets que nous déciderons de poser et de porter sur le long terme pour participer à cette reconstruction.

Que vos paroisses et lieux de vacances rayonnent donc de cette joie le 15 Août prochain ! Nous comptons sur vous pour deux choses essentielles : nous aider pour valoriser cette étape de la Neuvaine le 15 Août (procession, bannières, affiches, veillées…) et réfléchir aux fruits de la Neuvaine que vous pourrez porter par la suite ! 
Nous sommes joignables et réactifs par mail

La Neuvaine a grandi grâce à vous ; votre dynamisme et vos initiatives lui donneront tous son sens : que la France soit digne des promesses de son baptême et retrouve son vrai visage !




Prions pour la France avec la Vierge Marie

NOTRE-DAME DE FRANCE

OU

HISTOIRE

DU

CULTE DE LA SAINTE VIERGE

EN FRANCE


Vous pouvez télécharger le livre ici

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Assidu


Nombre de messages : 2232

MessageSujet: Pour une France vivant  sous le manteau de la Vierge Marie   Lun 04 Jan 2016, 13:50

Pour une France vivant 
sous le manteau de la Vierge Marie


500ème anniversaire des apparitions de Cotignac



Cotignac 500 : un grand projet pour la célébration du 500ème anniversaire des apparitions de Cotignac
Le projet Cotignac 500 a pour but de créer un large mouvement d'éducation, de prière et de foi, pour préparer la célébration en 2019 du 500ème anniversaire des apparitions de Notre-Dame de Grâces à Cotignac.

Lancé le 27 décembre 2015, il se développera sous la responsabilité de Mgr Dominique Rey, évêque du diocèse de Fréjus-Toulon, à partir du sanctuaire de Notre-Dame de Grâces animé par son recteur, le Père François Guilloud, frère de Saint Jean, et Pedro Franco, directeur de l’Association d’accueil des pèlerins, coordonné par l’Association Marie de Nazareth.

Cotignac 500 proposera, à partir de janvier 2016, une grande « mission mariale »sur 150 semaines.

Concrètement, tous les samedis pendant trois ans, les participants recevront un email de la part de 150 grands témoins de la foi (cardinaux, évêques, prêtres, historiens, responsables de mouvements partenaires, etc.). Chaque courriel hebdomadaire comportera le récit d’un événement qui a marqué l’histoire chrétienne de France, la réponse à une question de fond sur la foi, la vie ou la société et enfin une proposition de prière ou d’engagement. Toutes les personnes qui veulent s’inscrire et soutenir le projet sont invités à se rendre sur le site : www.cotignac500.fr.

En 2019, deux films « Marie et la France » et « Saint Joseph et la Sainte Famille »seront diffusés. Un nouvel aménagement du sanctuaire de Cotignac sera inauguré et complété par un Centre marial d'évangélisation, à l'image de celui réalisé en 2011 dans la ville de l'Annonciation en Terre Sainte par l'Association Marie de Nazareth.

Selon le Père François, « la célébration de cet anniversaire pourra nous permettre tous ensemble de confier de nouveau nos vies, nos familles et notre pays à Jésus par Marie ». Si la France a été façonnée par de multiples apports, ses racines chrétiennes restent l'une de ses composantes les plus fondamentales. Cette réalité oubliée dans le discours laïc dominant a de tristes conséquences. Nous souhaitons rappeler au grand public et aux jeunes générations cet héritage fondamental. Grâce à ces trois ans de communion en amont du 500ème anniversaire nous voulons faire mémoire du passé et nous engager pour la préparation de l'avenir. « Cette initiative prend, d’une certaine façon, la suite de la Neuvaine de prière pour la France et je la soutiens de tout cœur », a déclaré le Cardinal Barbarin.

Rappelons que toute la Sainte Famille de Nazareth est apparue à Cotignac, qui est le seul lieu au monde où saint Joseph soit apparu seul et ait parlé, en 1660. Depuis la première apparition de la Vierge Marie le 10 août 1519, de nombreuses familles, couples et individus trouvent courage sur ce site béni du Var qui offre réconfort dans des épreuves telles que veuvage, stérilité ou séparation. Beaucoup de grâces ont été accordées, la plus célèbre étant la naissance de Louis XIV, « Dieudonné » après 22 ans de stérilité du mariage entre Louis XIII et Anne d’Autriche. Pour remercier de cette grande faveur, le roi Louis XIII consacra la France à la Vierge le 10 février 1638.

Aujourd’hui, c’est à notre tour de rendre grâce.



Contact presse :
Marie-Eve Bourgois
mebourgois.cotignac500@gmail.com / 07 82 06 56 20 « Marie de Nazareth / Cotignac 500 »
Sanctuaire Notre-­‐Dame de Grâces – 83570 Cotignac
www.cotignac500.fr






  
Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neuvaine pour la France : neuf mois de prières   Aujourd'hui à 01:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Neuvaine pour la France : neuf mois de prières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Neuvaine pour préparer la fête de notre Dame de la Salette du 19 septembre
» Neuvaine pour les malades
» 5ème jour de la Neuvaine pour la Vie
» Du 24 oct au 1er nov Neuvaine pour les âmes du Purgatoire
» Neuvaine pour le soulagement des âmes du Purgatoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: Prières et actions communautaires :: Prières pour notre temps et actions communautaires-
Sauter vers: