Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» du 30 nov au 8 déc Neuvaine à l'Immaculée Conception
par Françoise Hier à 19:56

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU***
par Nicolas Hier à 19:35

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 19:20

» Le mois de Jésus naissant
par Lumen Hier à 18:20

» Avent dans la ville : "Viens habiter parmi nous"
par Lumen Hier à 18:04

» Message-Lumière de la Famille Myriam
par Lumen Hier à 17:43

» l'Avent avec les prophéties bibliques
par Lumen Hier à 17:14

» Reconnaissez celui qui n'aime pas mon Fils en captivant les hommes avec ........
par fontaine Hier à 11:26

» 4 décembre Saint Jean Damascène
par ami de la Miséricorde Hier à 00:42

» Méditation avec le Combat Spirituel de Laurent Scupoli
par ami de la Miséricorde Hier à 00:29

» Dieu parle de l'Eucharistie et de la façon dont il faut le recevoir, sr Guadalup
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 12:49

» 3 décembre Saint Sophonie
par ami de la Miséricorde Sam 03 Déc 2016, 10:34

» 3 décembre Saint François Xavier
par ami de la Miséricorde Sam 03 Déc 2016, 10:27

» Le schisme se s'ents venir...
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 07:17

» Mariée à un divorcé, elle témoigne de son repentir
par fontaine Sam 03 Déc 2016, 07:16

» Comment arrêter l'avortement dans le monde ? En priant le rosaire de l'enfant...
par fontaine Ven 02 Déc 2016, 16:58

» 2 décembre Bienheureux Jean Van Ruysbroeck
par ami de la Miséricorde Ven 02 Déc 2016, 10:53

» Coeurs Sacrés de Jésus et Marie-Consécration du monde
par Dr.Michaeli Panem Jeu 01 Déc 2016, 21:36

» 1er décembre Bienheureux Charles de Foulcaud
par ami de la Miséricorde Mer 30 Nov 2016, 23:54

» Capsule de réflexion
par Lumen Mer 30 Nov 2016, 20:49

» Pape François, Grand coeur et attitude humble, les traits du chrétien
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 30 Nov 2016, 16:45

» Lancement d'une campagne de jeûnes et de prières pour soutenir les 4 cardinaux p
par ami de la Miséricorde Mer 30 Nov 2016, 14:19

» 30 novembre Saint André
par ami de la Miséricorde Mer 30 Nov 2016, 11:24

» Nouvelles
par ami de la Miséricorde Mer 30 Nov 2016, 11:06

» L’Antéchrist veut s’asseoir sur le trône : Sulema – l’illumination des conscienc
par fontaine Mar 29 Nov 2016, 23:37


Partagez | 
 

 7 décembre Saint Ambroise de Milan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ami de la Miséricorde
Assidu


Nombre de messages : 5733

MessageSujet: 7 décembre Saint Ambroise de Milan   Sam 07 Déc 2013, 03:04

La Nativité du Christ

« Or il advint en ces jours qu’un édit fut rendu par César Auguste pour la déclaration de recensement du monde entier. »
Ayant à parler de la naissance du Sauveur, il ne nous semble pas hors de propos de rechercher à quelle époque II est né. Quel rapport y a-t-il, en effet, entre cette déclaration d’ordre temporel et la naissance du Seigneur, à moins de remarquer ici encore un mystère divin : sous le couvert de cette déclaration temporelle, c’est une spirituelle qui s’accomplit et qui se doit faire au roi non de la terre, mais du ciel ; c’est la profession de la foi, le cens des âmes l.

Avec l’abolition du cens antique de la Synagogue, un nouveau cens se préparait, celui de l’Église, qui, au lieu d’infliger des tortures, les abrogerait ; et, par une figure spirituelle, le peuple s’enrôlait déjà pour le Christ. Il ne s’agit pas ici d’évaluer l’étendue des terres, mais les esprits et les âmes, ni de délimiter les frontières, mais de les reporter plus loin. Aucune distinction d’âge, mais tous sont inscrits ; personne, en effet, n’est exempt de ce cens, car tout âge paie son tribut au Christ que les enfants vagissants confessent par leur martyre, à qui rend témoignage le tressaillement de ceux qui sont encore au sein. Ne redoutez, dans ce cens, rien de terrible, de dur, de fâcheux : c’est la foi seule qui signale chacun.

Voulez-vous apprendre qui sont les collecteurs du Christ ? Ils ont ordre de percevoir le cens sans bâtons (Matth., X, 10), de conquérir le peuple non par la terreur mais par la bienveillance, de rentrer le glaive (Matth., XXVI, 52), de ne pas posséder d’or : voilà quels censeurs ont conquis l’univers. Enfin, pour vous apprendre que c’est le recensement non d’Auguste mais du Christ, l’univers entier reçoit ordre de se déclarer. A la naissance du Christ, tous se déclarent : le monde étant convoqué, tous sont mis à l’épreuve.

Qui donc pouvait exiger la déclaration de l’univers entier, sinon Celui qui avait pouvoir sur l’univers entier ? Car ce n’est pas à Auguste, mais « au Seigneur qu’appartient la terre et ce qui la remplit, l’univers et tous ceux qui l’habitent » (Ps. 23, 1). Auguste ne gouvernait pas les Goths, il ne gouvernait pas les Arméniens ; le Christ les gouvernait. Ils ont certes reçu le recenseur du Christ, puisqu’ils ont fourni des martyrs du Christ. Et peut-être est-ce la raison pour laquelle ils triomphent de nous, comme nous le voyons actuellement : ils ont confessé le Christ par l’offrande du sang, tandis que les Ariens ont mis en cause sa nature.

« Ce recensement, est-il dit, fut le premier accompli. » Or bien des régions de l’univers avaient déjà et souvent été recensées, comme en témoigne l’histoire. C’est donc le premier recensement, mais des âmes, auquel tous se font inscrire, sans aucune exception, sur la convocation non d’un héraut, mais du prophète qui avait dit longtemps à l’avance : « Nations, applaudissez toutes, fêtez Dieu par des chants d’allégresse, parce que Dieu est souverain, redoutable, le grand Roi de toute la terre. » (Ps. 46, 2).

Enfin, pour vous faire connaître que l’impôt demandé est la justice, voici venir Joseph et Marie, le juste et la Vierge, l’un qui gardera le Verbe, l’autre qui doit le mettre au monde. Où se déclarent le juste et la Vierge, sinon au lieu de la naissance du Christ ? Car « tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu dans la chair est de Dieu » (I Jn, IV, 2). Mais, en un sens plus profond, où naît le Christ, sinon dans votre poitrine ? « Car le Verbe est tout près, sur vos lèvres et dans votre cœur » (Rom., X, Cool.

Il est bien qu’on ait ajouté le nom du gouverneur pour marquer la suite des temps. « La Syrie, est-il dit, avait pour gouverneur Cyrinus lorsqu’eut lieu ce premier recensement » ; c’est comme si l’évangéliste avait pris un consul comme repère pour authentiquer ce livre ; car, si l’on mentionne les consuls dans les contrats d’achat, combien plus le rachat de tous demandait-il que sa date fût marquée ! Vous avez donc ici tout ce qu’on a coutume de mettre dans les contrats : le nom de celui qui exerçait là-bas le pouvoir souverain, le jour, le lieu, le titre. Il est d’usage aussi que des témoins interviennent : le Christ s’en est également assuré pour sa naissance et sa génération selon la chair, pour souscrire à l’évangile, quand il a dit : « vous me servirez de témoins à Jérusalem » (Act., 1,Cool.

« Et il se trouva, quand ils furent là, que les jours furent accomplis de son enfantement. Et elle mit au monde un fils, son premier-né ; elle l’enveloppa de langes et le plaça dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place à l’hôtellerie. »

En peu de mots S. Luc a exposé comment et en quel temps et en quel lieu le Christ est né selon la chair. Mais si vous vous enquérez de sa génération céleste, lisez l’Evangile de S. Jean, qui a commencé par le ciel pour descendre sur terre. Vous y trouverez et quand II était et comment II était et ce qu’il était ; ce qu’il avait fait, ce qu’il faisait, et où II était et où II est venu ; comment II est venu, en quel temps II est venu, pour quel motif II est venu. « Au commencement, dit-il, était le Verbe » : vous voyez quand II était ; « et le Verbe était chez Dieu » : vous voyez comment II était. Vous voyez encore ce qu’il était : « Et le Verbe, dit-il, était Dieu »— ce qu’il avait fait : « Tout a été fait par Lui »— ce qu’il faisait : « C’était la lumière véritable qui éclaire tout homme à sa venue en ce monde » — et où II était : « II était dans ce monde » — où II est venu : « II est venu chez Lui » — comment II est venu : « Le Verbe s’est fait chair » (Jn, I, 1 sqq.) — quand il est venu : « Jean Lui rend témoignage en ces termes : C’est Lui de qui j’ai dit : Celui qui vient après moi a été placé devant moi parce qu’il était avant moi » (Jn, I, 30).

Pour quel motif II est venu, Jean lui-même l’atteste : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôte le péché du monde » (Ib., 29). Connaissant donc la double génération et le rôle de chacune, si nous remarquons pour quel motif II est venu : prendre sur Lui les péchés du monde moribond pour abolir la souillure du péché et la mort de tous en Lui-même, qui ne pouvait être vaincu, la suite normale est que maintenant l’évangéliste S. Luc nous enseigne à son tour et nous montre les voies du Seigneur qui grandit selon la chair. Et personne ne doit s’émouvoir si, ayant attribué à un dessein profond l’omission de l’enfance de Jean 1, nous justifions la description de l’enfance du Christ ; car il n’appartient pas à tout le monde de dire : « Je me suis rendu faible avec les faibles pour gagner les faibles ; je me suis fait tout à tous » (I Cor., IX, 22) ; et de nul autre on n’a pu dire : « II a été blessé à cause de notre iniquité, rendu faible à cause de nos péchés » (Is., LIII, 5).

Il a donc été petit, II a été enfant, pour que vous puissiez, vous, être homme achevé ; II est, Lui, enveloppé de langes, pour que vous soyez, vous, dégagé des liens de la mort ; Lui dans la crèche, pour vous placer sur les autels ; Lui sur terre, pour que vous soyez parmi les étoiles ; Lui n’a pas eu d’autre place dans ce caravansérail, pour que vous ayez plusieurs demeures dans le ciel (Jn, XIV, 2). « Lui qui était riche, est-il dit, s’est fait pauvre à cause de vous, afin que sa pauvreté vous enrichît » (II Cor., VIII, 9). C’est donc mon patrimoine que cette pauvreté, et la faiblesse du Seigneur est ma force. Il a préféré pour Lui l’indigence, afin d’être prodigue pour tous. C’est moi que purifient ces pleurs de son enfance vagissante, ce sont mes fautes qu’ont lavées ces larmes. Je suis donc, Seigneur Jésus, plus redevable à vos affronts de ma rédemption qu’à vos œuvres de ma création. Naître ne m’eût servi de rien sans le profit de la rédemption.

Mais que personne n’emprisonne dans les usages du corps toute la condition de la divinité. Autre est la nature de la chair, autre la gloire de la divinité. A cause de vous l’infirmité, par Lui-même la puissance ; à cause de vous le besoin, par Lui-même l’opulence. Ne calculez pas ce
que vous voyez, mais reconnaissez que vous êtes racheté. Qu’il soit dans les langes, vous le voyez ; vous ne voyez pas qu’il est dans les cieux.

Vous entendez les vagissements de l’enfant, vous n’entendez pas les mugissements du bœuf qui reconnaît son Seigneur ; car « le bœuf
reconnaît son propriétaire et l’âne la crèche de son maître » (Is., I, 3), je dirai même la créchette, comme l’a écrit le traducteur ; car pour moi il n’y a aucune différence entre les mots, s’il n’y en a pas quant au sens.

Si, en effet, l’orateur de ceux qui recherchent les fioritures du style n’admet pas que la fortune de la Grèce tienne à ce qu’il emploie tel ou tel mot, mais pense qu’il faut considérer la chose ; si leurs philosophes mêmes, qui passent des jours entiers en discussions, ont usé de termes peu latins et peu reçus afin d’employer les termes propres, combien plus nous autres devons-nous négliger les mots, considérer les mystères, qui assurent la victoire à la pauvreté du style ! car les merveilles des œuvres divines ont resplendi, sans aucune parure littéraire, par la lumière de leur vérité.

Car enfin l’ânesse spirituelle n’a pas été nourrie de feintes délices, mais d’un aliment de nature substantielle, par la sainte mangeoire. Voilà le Seigneur, voilà la crèche par laquelle nous fut révélé ce divin mystère : que les Gentils, vivant à la manière des bêtes sans raison dans les étables, seraient rassasiés par l’abondance de l’aliment sacré. Donc l’ânesse, image et modèle des Gentils, a reconnu la crèche de son Seigneur. Aussi dit-elle : « Le Seigneur me nourrit, et rien ne me manquera » (Ps. 22, 1).

Sont-ils quelconques, les signes auxquels Dieu se fait reconnaître, le ministère des anges, l’adoration des mages, le témoignage des martyrs ? Il sort du sein maternel, mais II resplendit au ciel ; II est couché dans une auberge d’ici-bas, mais baigné d’une lumière céleste. Une épouse l’a enfanté, mais une vierge l’a conçu ; une épouse l’a conçu, mais une vierge l’a mis au monde.

Saint Ambroise de Milan
Source : cathoweb.org

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
 
7 décembre Saint Ambroise de Milan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 7 décembre : Saint Ambroise de Milan
» Saint Ambroise de Milan
» Le Saint du jour : saint Ambroise de Milan
» Saint Ambroise (340-397)
» Prophétie de Saint Ambroise d'Optino de l'Église Orthodoxe russe !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: Prières et actions communautaires :: Prières pour notre temps et actions communautaires-
Sauter vers: