Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 20 novembre : Vénérable Agnelo de Souza
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:14

» La Providence et la confiance en Dieu par Fr. Garrigou-Lagrange
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:05

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar Nicolas Hier à 18:58

» 19 novembre : Saint Philarète de Moscou
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Lun 18 Nov 2019, 22:07

» 18 novembre : Saint Odon de Cluny
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Dim 17 Nov 2019, 22:27

» 17 novembre : Sainte Elisabeth de Hongrie
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Sam 16 Nov 2019, 22:56

» 16 novembre : Saint Gertrude d'Helfta
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Ven 15 Nov 2019, 23:03

» 15 novembre : Saint Albert le Grand
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 14 Nov 2019, 21:23

» 14 novembre : Saint Sérapion d'Alger
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Mer 13 Nov 2019, 22:22

» 13 novembre : Saint Stanislas Kostka
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Mar 12 Nov 2019, 20:51

» 12 novembre : Saint Jean le Miséricordieux ou (l'Aumônier)
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Lun 11 Nov 2019, 21:13

» 9 novembre : Saint Syméon le Métaphraste
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Ven 08 Nov 2019, 23:39

» 8 novembre Sainte Elisabeth de la Trinité
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 07 Nov 2019, 22:03

» Dévotion aux neuf choeurs des Sts Anges du vénérable Boudon
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 07 Nov 2019, 21:51

» 7 novembre : Saint Pierre Wu Guosheng
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Mer 06 Nov 2019, 21:57

» Dossier spécial - Le Pape François suit Luther pour tout....
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar fontaine Mar 05 Nov 2019, 22:16

» 6 novembre : Sainte Christine de Stommeln
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Mar 05 Nov 2019, 21:49

» 5 novembre : Saint Guy-Marie Conforti
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Lun 04 Nov 2019, 22:01

» 4 novembre : Saint Charles Borromée
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Dim 03 Nov 2019, 21:06

» 3 novembre : Sainte Alpais de Cudot
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Dim 03 Nov 2019, 07:27

» 2 Novembre : Commémoration des défunts
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Ven 01 Nov 2019, 22:33

» 01/11 Fête de Tous les Saints
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Ven 01 Nov 2019, 00:49

» Du 24 oct au 1er nov Neuvaine pour les âmes du Purgatoire
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Ven 01 Nov 2019, 00:38

» 31 octobre : Saint Feuillen de Fosses
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar ami de la Miséricorde Mer 30 Oct 2019, 21:49

» Jésus a dicté un livre sur la Franc Maçonnerie et dévoile beaucoup de choses
Le clonage de l'homme et la fin des temps Emptypar fontaine Mer 30 Oct 2019, 08:17


Partagez
 

 Le clonage de l'homme et la fin des temps

Aller en bas 
AuteurMessage
Leodia
Rang: Administrateur
Leodia

Nombre de messages : 2878

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMer 24 Mar 2010, 19:43

Citation :
Le clonage de l’homme

Interview du Père Patrick N. par le Docteur Labaki
transmise par Radio Espérance, juin 2009



Chers amis auditeurs de Radio Espérance, nous avons rencontré, au cours de ces Fêtes du Sacré-Cœur à Paray le monial, le Père Patrick qui va nous parler d’un groupe de travail spécial mais très intéressant auquel il participe.
Mon Père, que faites-vous en dehors de votre vie de prêtre ?

Père Patrick
Je suis donné comme tous les prêtres à la prière, à l’union à Dieu, à l’amour de Dieu, à cette union vivante avec le Seigneur, avec le Père, et je participe, comme tous les chrétiens voudraient le faire du reste, mais à temps plein, si je puis dire, nuit et jour, à cette union avec la puissance créatrice de Dieu pour que la lumière de la grâce puisse se répandre partout.
Je suis moine, depuis trente-trois ans, et nous, les moines, nous ne faisons pas grand-chose, nous ne sommes utiles à rien, nous ne servons à rien, nous ne faisons pas beaucoup de travail, nous n’avons pas un salaire à la fin du mois, nous ne faisons pas de plus-value. Dans nos mains, au fond, nous avons décidé qu’il n’y ait rien, nous faisons avec l’Esprit de pauvreté, nous sommes pauvres, nous n’avons plus rien dans les mains, mais grâce à cela, nous avons Dieu dans nos mains. Du coup, nous allons travailler avec Dieu, et ce qui va nous préoccuper dans tout ce qui se passe dans le monde, c’est cette Présence réelle, vivante, lumineuse de Dieu.
C’est peut-être pour cela que vous me posez la question : qu’est-ce que vous faîtes d’autre ?

Docteur Labaki
Qu’est-ce que vous faites d’autre ? Vous avez évoqué un groupe de travail.

Père Patrick
Oui, sur le plan du travail, c’est un travail spirituel, métaphysique et divin. Vous m’interrogez plus spécifiquement parce que nous avons constitué un groupe de travail, depuis une dizaine d’années, sur la question du clonage de l’homme. Ce groupe s’appelle Vigilance Clonage International, il est sous l’égide de l’Institut de Nazareth qui a été fondé par le Pape Pie XII et qui sert de feed-back et feed-forward entre l’Eglise de Rome et la chrétienté de base, de France en particulier. Nous avons constitué durant l’Année Sainte, un peu à la demande du Saint-Père, un groupe de travail sur la question très pénible, très difficile, très ardue, très aiguisée aussi, enfin très paniquante il faut le dire, du clonage humain. Notre groupe de travail était composé essentiellement de médecins, de personnes qui s’intéressaient aux questions de la médecine, de la vie, d’ingénieurs en génie biologique, de philosophes, et moi-même étais le théologien du groupe. Nous avons travaillé avec certains dicastères à Rome en particulier, et nous avons fait un travail essentiellement de vigilance, d’observation, découvrant immédiatement d’ailleurs qu’il y avait une désinformation radicale, dès le départ, sur cette question du clonage humain, et que pratiquement aucun média, même les chrétiens, n’avait l’air de suivre ce qui se passait. C’est un peu comme cela que nous avons commencé à travailler.

Docteur Labaki
Pour commencer, pourriez-vous nous définir, de façon simple pour les auditeurs, ce qu’est le clonage ?

Père Patrick
Le clonage de l’homme.

Docteur Labaki
Oui.

Père Patrick
Le clonage de l’homme. Le clonage de l’animal existe depuis longtemps : déjà à l’époque de Hitler, on savait faire du clonage de souris. Depuis 1940, on a fait de gros progrès, et donc on s’investit dans la production d’un être humain par méthode de clonage.
Comment est-ce qu’on fait du clonage ? Le clonage consiste à prendre un œuf, dit ovule, vivant féminin, à retirer de cet œuf tout le patrimoine génétique de la maman, à empêcher qu’il y ait un patrimoine paternel qui rentre, et à déposer dedans un génome, c’est-à-dire le moteur génétique d’un être humain qui existe déjà et dont on va fabriquer une copie humaine. Il s’agit donc de la création artificielle d’un jumeau : au lieu que ce soit un jumeau naturel, ce sera un jumeau artificiel. On va donc s’introduire dans le sanctuaire de la vie où commence l’être humain, pour créer un être humain cloné.

Docteur Labaki
Quels risques cela soulève-t-il ?

Père Patrick
Le clonage humain est dans une perspective légale, universelle, puisqu’il y a maintenant soixante à soixante-dix pays qui s’engagent dans la production d’êtres humains nouveaux à partir de la technique du clonage.
L’O.N.U., le 8 mars 2005, a déclaré officiellement, dans l’unanimité des peuples et des représentations des nations, que le clonage est l’interdit métaphysique absolu, mais que tout le monde peut le faire. Cette chose montre que nous sommes entrés depuis le 8 mars 2005, dans une ère nouvelle sur le bouleversement ontologique que cela peut représenter.
Il y a énormément d’inconvénients. Ces inconvénients, c’est la question que vous posez, sont de divers ordres : il y a des inconvénients bien sûr sur le plan biologique, sur le plan des risques épidémiques, sur le plan de la brisure des champs morphogénétiques de toute l’humanité, et aussi des risques d’ordre médical, d’ordre biologique, c’est pourquoi l’on essaie de creuser sur cette question à travers de grands mouvements de discussion que l’on appelle la bioéthique ou les comités de bioéthique.
Mais tout ces inconvénients ne sont rien, absolument rien, à côté de l’inconvénient principal qui est que l’on agresse non pas les lois de la nature humaine, ni les lois de la nature tout court, mais que l’on vient agresser en faisant le clonage, dans le sanctuaire qui Lui est réservé à Lui seul, Dieu Lui-même, dans le seul lieu et au seul instant où Il apparaît pour créer, et donc c’est une abomination contre le Créateur dans l’instant même où Il apparaît dans notre monde, d’après la Sainte Ecriture, mais aussi d’après la philosophie païenne d’Aristote, par exemple, la philosophie courante. Ce n’est donc pas seulement une agression contre les lois profondes et essentielles de la vie, c’est aussi, surtout, un grand coup donné, une brisure de ce qui se passe dans les sources transcendantales de la vie que nous appelons Dieu, et donc c’est ce que l’on appelle, dans la Sainte Ecriture, d’un terme précis.

Docteur Labaki
Vous avez parlé des comités de bioéthique. Dans le passé, c’est l’Eglise qui fixait les règles du jeu, la morale universelle de la société. Avant d’aborder bien sûr la position de l’Eglise officielle, est-ce que l’Eglise, finalement, n’est pas passée au second plan, n’est plus qu’un acteur parmi les décideurs sur un sujet aussi crucial ?

Père Patrick
Vous faites bien de poser la question. Il y a des comités de bioéthiques républicains, laïcs, sur base de laïcité, c’est-à-dire d’absence de considérations religieuses, lesquels invitent les représentants de religions. Par exemple en France un comité de bioéthique a été créé par Monsieur Jospin. Monsieur Jospin a signé le 25 ou 26 décembre 1999 cette décision qu’il a prise de rendre possible le clonage humain, et il a constitué en même temps un comité de bioéthique national. A l’heure où il a signé est né un vent extraordinaire du côté de l’Australie et Nouméa, ce vent est parti au Pôle Nord, il a rencontré une dépression qui a amplifié le mouvement, il est reparti vers le Pôle Sud, puis il est parti sur la France et il a déraciné trois cent soixante millions d’arbres, ce qui est la seule fois que cela s’est produit dans toute l’histoire de la terre de la Gaule. C’est pour dire que quand on commence à décider d’agresser le Créateur Lui-même, il y a des signes providentiels étonnants qui se produisent. En France, l’université de bioéthique principale a été fondée par Monsieur Mattei, qui a été le ministre de la santé qui a présidé à la loi française qui autorise le clonage reproductif thérapeutique scientifique et import-export. Cet homme qui est d’ailleurs catholique pratiquant, mais qui n’a pas l’air de comprendre que c’est une abomination contre Dieu, a fondé l’université, a formé des jeunes pour faire de la bioéthique. C’est le propre auteur de l’abomination qui crée des comités de bioéthique. Pour faire quoi ? Tout simplement pour orienter la réflexion sur les questions scientifiques, épistémologiques, pour que ce soit une éthique de la science et que ce ne soit pas une éthique de l’homme dans sa conscience, ni encore moins une éthique biblique, évidemment. L’aspect biblique, ou l’aspect chrétien, ou l’aspect judéo-chrétien est exclu. Par contre, nous faisons de la bioéthique dans l’Eglise catholique, il y a pour cela une Académie Pontificale.

Docteur Labaki
Quelle est la position de l’Eglise ? La position officielle ? Vous avez dit que l’on en parle dans la Bible, dans les Ecritures Saintes. Expliquez-vous.

Père Patrick
Première question : la position de l’Eglise. L’Eglise a pour la première fois, et c’est pour cela que vous m’interrogez aujourd’hui, dans un document officiel du Magistère, condamné le clonage de l’homme seulement en décembre dernier, le 12 décembre, 12.12 à 12 heures. C’est un document qui avait été fait par le Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, signé par lui, le 6 juin à 18 heures (666) et le Pape a dit non, ce document ne doit pas sortir le 6 juin à 6 heures, il sortira le 12. 12 à 12 heures.

Docteur Labaki
Le nombre de la bête ?

Père Patrick
Surtout pas le chiffre de la pyramide, mais le chiffre des apôtres dans toutes les dimensions de l’homme. C’est extraordinaire et amusant en même temps que le Pape ait décidé que ce document sorte pour condamner le clonage. Le clonage humain est condamné. Il est condamné de manière très subtile. Par exemple les textes qui montrent qu’il s’agit d’une agression et de l’agression terminale de l’humanité contre le Créateur ne sont pas cités dans le dernier document. Ce n’est déjà pas mal qu’on commence à oser parler du clonage au niveau universel, au monde. Le paragraphe juste avant concerne les manipulations génétiques et indique qu’il s’agit d’une agression contre le Créateur, et tout de suite après ça débouche sur le clonage : le clonage n’est pas une chose possible. Après, on explique pourquoi il s’agit d’une abomination selon les lois ontologiques de la nature. Mais le texte ne dit pas encore, parce que c’est réservé au Saint-Père, le Saint-Père se le réserve dans une Encyclique, un texte du Magistère beaucoup plus puissant, que le clonage est la transgression suprême, la transgression ultime, la transgression finale. Cette expression que je suis en train d’employer est une expression biblique et je vous la donne parce que l’Eglise n’est pas seulement Rome, c’est aussi les différents Patriarcats. Par exemple en France, quand la loi du 6 août 2004 est sortie, elle a condamné le principe du clonage humain, c’est évident. Parce que 95% des Français sont archi-angoissés et ne veulent pas entendre parler d’un clonage humain dans la loi, et comme nous sommes dans un pays démocratique, on a fait une loi pour dire que le clonage humain est un crime contre l’espèce humaine, mais en même temps les articles l’autorisent [reproductif}, l’autorisent [thérapeutique], l’autorisent [scientifique-recherche]. C’est une espèce de sacrilège dévastateur camouflé. L’Archevêque Primat des Gaules, le Cardinal Barbarin, a dit ce jour-là dans un communiqué : « Il s’agit là de la Transgression sans précédent, de la Transgression suprême ».
Voilà la position de l’Eglise, qui va de plus en plus se manifester ; et j’espère, justement, que grâce aux images des media, de plus en plus, cette transgression entrera dans nos cœurs, par exemple lorsque nous allons va vivre de l’Eucharistie : …. pour demander pardon ! Pourquoi ? J’en viens maintenant à la Bible.

Docteur Labaki
Oui, venons-en à la Bible.

Père Patrick
Tout est dans la Sainte Ecriture.
Dans la Sainte Ecriture, il y a la notion de péché, il y a la notion de mal, il y a aussi une troisième notion : le Saint-Père Jean-Paul II, et le Pape Benoît XVI le reprend, citait la culture de mort, qui est une espèce de péché collectif ; et plus encore que cela, il y a la transgression. Voilà ce que nous dit le théologien. Dans la Sainte Ecriture, il n’y a que trois transgressions. Une transgression est plus qu’un péché : elle concerne une décision unanime, libre, pour tous les temps jusqu’à la fin du monde, de toute l’humanité contre Dieu.
Première transgression : péché originel, sous l’influence de Satan qui dit à l’humanité : « Oui, c’est l’interdit, mais faites-le quand même ». Ça, c’est contre l’Esprit de Dieu.
Deuxième transgression : toute l’humanité représentée par Rome et par le Sanhédrin pour la question religieuse, agresse, abomine le Fils de Dieu dans le Messie.
Troisième transgression, contre le Père : c’est la transgression suprême. Cela fait des milliers d’années qu’on se demande quand aurait lieu cette transgression. Quand on pose la question à Jésus, dans l’Evangile de saint Marc, dans l’Evangile de saint Matthieu par exemple : « Quand aura lieu cette transgression, quand aura lieu la fin ? », Jésus dit : « Lisez le prophète Daniel lorsqu’il parle de l’abomination de la désolation ». Il va donc falloir que je vous explique quel est ce passage du prophète Daniel qui explique noir sur blanc ce que c’est que ce Shikoutsim Meshomem, en hébreu, qu’on traduit par Transgression dévastatrice contre Dieu, Abomination de la désolation, ou Sacrilège dévastateur, selon les traductions.

Docteur Labaki
Père Patrick, vous parlez de la position du prophète Daniel au sujet du clonage. N’est-ce pas un peu surprenant que ce thème soit déjà évoqué il y a des siècles ?

Père Patrick
Deux mille cinq cents trente ans. Et déjà le Ciel, à travers la médiation de l’Archange Gabriel, le glorieux Ange de la Face, s’est détaché de la Face de Dieu deux fois dans l’histoire du monde, et jusqu’à la fin du monde ce ne sera que deux fois. La fois que nous connaissons est quand il s’est déplacé pour l’Incarnation de Notre Seigneur Jésus Christ. Là, l’Ange Gabriel se déplace. Et il se déplace aussi pour expliquer ce que la Bible nomme Shikoutsim Meshomem en hébreu, c'est-à-dire la fameuse Transgression finale, terminale, que les Pères de l’Eglise vont appeler Transgression suprême, transgression ultime, la fameuse transgression contre la Paternité vivante de Dieu.
Vous trouverez donc ce passage dans le chapitre 9, versets 26 et 27, du prophète Daniel. Il y a une multitude de traductions. Ce texte doit être traduit à partir de l’hébreu. En prenant l’hébreu d’une part, et en prenant d’autre part la traduction canonique de l’Eglise des apôtres, et notamment, bien sûr celle de saint Jérôme, qui est très proche de l’interprétation rabbinique, on en arrive à dire ceci :
Le prophète Daniel dit : « Ecoutez ! Quant à parler du jour du Seigneur et de la fin, je ne veux pas en parler. Seigneur, Vous avez dit par des tas de prophètes que l’agneau sera avec le lion, le scorpion, le petit nourrisson avec le serpent, tout ira bien. Que de prophètes Vous avez fait parler, et en fait il ne se passe rien. Donc moi je ne veux pas, sauf si Vous me dites quand. » Daniel fait un jeûne de vingt et un jours, il ne mange rien, et après son jeûne (je vais très vite) l’Ange Gabriel apparaît, un pied sur l’Euphrate, un pied sur la terre, une apparition tellement glorieuse que Daniel qui est pourtant habitué aux apparitions tombe dans un quasi coma. Un fils d’homme s’approche de lui, il s’agit bien sûr du Messie, lui pose la main sur les lèvres et lui donne un peu de force pour écouter.
L’Ange Gabriel lui dit, verset 25, l’année exacte de la naissance de Jésus : « Lorsque la parole sera prononcée par le pontife suprême : « Reconstruisez les murs de Jérusalem », comptez soixante-deux semaines d’années » : 438 ans après la parole de Cyrus qui effectivement quelques dizaines d’années après, l’a dit (vous le trouvez dans le Livre de Néhémie et dans le Livre d’Esdras), vous tombez en moins cinq avant Jésus Christ, c’est-à-dire l’année exacte de la naissance de Jésus. Voilà pourquoi, quand les rois mages sont arrivés chez Hérode, ils lui ont dit : « Bien sûr c’est l’année…. Et même, le lieu, c’est Bethlehem ». Tout le monde savait l’année exacte de la naissance du Messie à cause de cette apparition de l’Ange Gabriel au prophète Daniel.
Mais comme la question du prophète Daniel était : « Quand est-ce qu’aura lieu la fin ? » et non pas le début, puisque l’arrivée du Messie est le début, l’Ange Gabriel lui précise : « Avec Lui, le Messie, Jésus, ce ne sera pas la fin. Le jour du Seigneur ne sera pas avec Lui. Ce ne sera pas avec Lui. Il sera supprimé. Et après, il y aura une immense dévastation par un roi guide de l’empire romain, le temple sera détruit. » Le prophète Daniel entendant cela dit : « Comme ça ? Même avec le Christ, le Messie, la dévastation sera pire encore ? Mais alors, où est le jour du Seigneur de paix, de victoire de Dieu ? » Alors il y a un moment de silence. Les rabbins, quand ils commentent ce passage, disent : « C’est une question de période, et les périodes sont de deux mille ans » et ajoutent : « Il faudra attendre le Shikoutsim Meshomem, l’Abomination de la Désolation, en correspondance avec la naissance de Jésus, la Transgression suprême, deux mille ans après, en fonction de la destruction du Messie, la crucifixion, de la destruction, la disparition de l’Hostie vivante et du Sacrifice parfait (traduction de saint Jérôme), et les Pères de l’Eglise ont dit : « Le règne absolu et terminal de l’Anti-Christ sur toute la terre », et enfin, après cela, correspondant à la destruction du temple de Jérusalem et à la dispersion d’Israël, le Jour du Seigneur.
Donc l’Ange Gabriel fait dater le commencement de la Parousie à l’Abomination de la désolation, et nous pouvons dire que cette Abomination de la désolation s’est réalisée le 8 mars 2005.
Permettez que je vous communique un point de traduction qui précise pourquoi il s’agit du clonage.


Docteur Labaki : Voilà, c’est ça, parce qu’on pourrait dire que cela désigne bien d’autres choses !

Père Patrick : Oui, par exemple cela pourrait désigner l’arme nucléaire, la bombe atomique à Hiroshima, on pourrait dire que l’abomination désigne le fait de dire la messe de manière véritablement immonde dan les sanctuaires chrétiens, etc.… Or, voici, et c’est cela qui est extraordinaire : nous sommes aujourd’hui capables, grâce à la sémantique [puisque nous sommes dans le pays des Phéniciens, la Phénicie étant à la base de l’écriture, depuis six mille ans], nous sommes capables de savoir que Moïse, lorsqu’il s’exprimait en langage sémitique, parlait une langue monosyllabique. Le pluri syllabisme est venu après le passage sur Israël, sur la terre promise. Aujourd’hui, il y a un Centre d’études qui date de soixante ans, où des scientifiques travaillent là-dessus : le Centre d’Etudes Scientifiques et Historiques à partir de l’Ecriture. Ils prennent un texte de la Bible en hébreu, ils le phonétisent, et ils en donnent la traduction à partir du langage courant.

Docteur Labaki : C’est un centre catholique ?

Père Patrick
Oui. Il s’agit du C.E.S.H.E. … Et le C.E.S.H.E. a bien sûr pris ce passage, qui est un passage clé de toute l’histoire du monde et de sa relation avec Dieu, et il l’a traduit. Et voici la traduction : au lieu de dire : « Il y aura l’abomination de la désolation, le Sacrifice et l’Hostie vivante seront supprimés, puis ce sera le jour du Seigneur », au lieu que nous ayons ces versets que vous avez en français, en arabe ou en anglais, vous avez évidemment quatre fois plus de mots, puisque c’est monosyllabique [par exemple l’expression hébraïque plurisyllabique ‘Shi-qou-ts-im-mesh-om-mem’ se décompose en sept monosyllabes], donc l’explication est plus grande. La traduction de ce que dit l’Ange Gabriel en langage sémitique parlé monosyllabique est : « Voici que les hommes poursuivront par orgueil scientifique et voudront se rebeller contre Dieu en rentrant dans le sanctuaire du corps originel de l’homme, en utilisant des particules (cela peut se traduire par cellules aussi) vivantes féminines d’innocence, en utilisant des cellules très très froides (nous disons, nous, cellules congelées) pour établir, au lieu de la procréation avec Dieu, des copies humaines. Et comment pourront-ils faire, puisqu’ils ne sont pas Dieu, pour créer une âme ? »[1]
Nous avons là, par l’Ange Gabriel au prophète Daniel, la description technique, il y a deux mille cinq cents trente ans, du clonage humain. Pourquoi est-ce que c’est la Transgression suprême ? Je vous donne un exemple : si tous les prêtres du monde célébraient la messe avec le Corps du Christ pour le briser aux puissances des ténèbres sataniques, est-ce que ce serait la Transgression suprême ? Réponse : non, parce qu’on n’atteindrait pas à travers ça Dieu directement, il y aurait encore le voile du sacrement. Tandis qu’ici - c’est ce que l’Ange Gabriel explique au prophète Daniel - nous sommes dans le sanctuaire de la vie où Dieu apparaît : dans cet instant-là (ce milliardième de seconde), dans ce lieu là, Il apparaît … Et le Pape Pie XII de glorieuse mémoire avait dit que quand Dieu apparaît dans ce sanctuaire pour créer, Il apparaît sans aucune médiation - sans aucun intermédiaire : quand on rentre là, on rentre dans le cœur de la Présence créatrice de Dieu sans aucun voile.
Voilà pourquoi il s’agit du Sacrilège suprême.
Et donc les conséquences seront bien sûr, le déferlement, comme a dit Jésus, de la dévastation la plus grave que la création ait jamais connue depuis le début jusqu’à la fin du monde.

Docteur Labaki
Père Patrick, nous pourrions évoquer à ce sujet cette phrase de la littérature française : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ! » .Nous vous souhaitons beaucoup de courage dans votre croisade… contre le clonage…

Père Patrick
C’est la croisade de tous les chrétiens !!! Et j’ajoute ceci : l’exigence que cela implique, c’est que tous les chrétiens désormais doivent demander pardon à Dieu le Père parce que nous ne savons plus ce que nous faisons. Il faut que il y ait des chrétiens qui demandent pardon. En communion avec les successeurs des Apôtres…

Radio Espérance
Vous nous avez bien expliqué, mon Père, quelle était cette grave agression contre Dieu que ce clonage humain constitue. Mais est-ce qu’il y aurait actuellement… ? Vous nous avez parlé d’une intervention du Pape Benoît XVI le dimanche de la Trinité. Qu’a-t-il dit ? Que se passe-t-il avec ces dix ans de retard que nous avons ? Y aurait-il quelque chose de nouveau, sur le plan ecclésiastique, concernant le clonage humain ?

Père Patrick
Oui, il y a eu un document que Rome a sorti pour condamner le clonage pour la première fois à l’occasion du vingtième anniversaire de Donum Vitae, c’est ce à quoi nous venons de faire allusion. Et lorsque nous sommes, nous, en ce moment en train de parler, nous nous situons après le dimanche de la Très Sainte Trinité, nous sommes tout baignés par la lumière de l’Amour du Christ et du Père et du Saint Esprit dans la Charité universelle de Dieu et des hommes en une seule flambée d’Amour, et notre petit groupe de travail sur la transgression suprême est dans un état de joie extrême. Pourquoi ? Parce que le Pape Benoît XVI a fait un sermon pour le dimanche de la Très Sainte Trinité, et vous faites allusion à ce sermon : il a parlé de la Très Sainte Trinité, trois Personnes, une seule nature, une seule vie, et d’un seul coup, au milieu de son discours, apparaît comme, si l’on peut dire, des cheveux sur la soupe, mais c’est la manière extraordinaire du Pape Benoît XVI, son intelligence tout à fait remarquable, pour dire de manière extrêmement simple, aussi important que le mystère de la Très Sainte Trinité, la Présence créatrice de Dieu dès le départ. Il dit d’un seul coup que la Très Sainte Trinité imprime son image et sa ressemblance vivantes dans l’être humain lorsqu’Elle le crée, il dit (j’essaie de citer de mémoire) que l’analogie biologique (et la biologie n’a pourtant rien à voir avec la Très Sainte Trinité), l’analogie biologique sur le génome nous donne la preuve de cette animation vivante de l’image de la Très Sainte Trinité dans l’être humain créé par Dieu. Ce qui est important, c’est que c’est la première fois que le Pape Benoît XVI parle du génome comme étant animé et vivifié de manière vivante et réelle par l’image vivante de la Très Sainte Trinité, ce qui veut dans son langage que l’âme spirituelle est créée au moment de la création du génome. C’est le génome qui porte précisément cette espèce d’extraordinaire trinité sponsale du père et de la mère qui disparaissent dans l’unité sponsale ontologique des deux, ces trois disparaissant pour la création en un du génome, et c’est pour cela que c’est l’image de la Très Sainte Trinité : trois en un, un en trois. Et quand il dit cette phrase, il reprend une autre phrase qui a été une véritable révolution copernicienne de la pensée dans l’Eglise chrétienne sur la question de l’origine de l’homme, et qui date du 24 février 1998. C’était son prédécesseur, Karol Wojtila, de très glorieuse mémoire, qui a dit ce jour-là, dans un discours à l’Académie Pontificale pour la Vie, que c’est au moment où le patrimoine génétique de l’homme et de la femme se conjoignent que se constitue un génome. Et ce génome (la phrase précédente disait que l’âme spirituelle était créée par Dieu) est revêtu, enveloppé, d’une dignité anthropologique ontologique qui trouve son fondement dans l’âme spirituelle créée par Dieu qui imprègne et vivifie, anime ce génome. Ce jour-là, le Pape Jean-Paul II a indiqué l’instant, le milliardième de seconde exact où Dieu apparaît du dedans de sa Présence créatrice dans le temps de l’humanité pour créer, et il a indiqué où est le fameux Sanctuaire du Père, de la Paternité de Dieu. Il a indiqué pour la première fois la clé de la lecture exégétique, si je puis dire, par le Magistère de l’Eglise, de la fameuse prophétie de l’Ange Gabriel sur le Temple, le Saint des Saints réservé à Dieu seul dans l’univers, où Il apparaît pour créer, bénir et donner la vie.
De ce point de vue-là, cet écho chez le Pape Benoît XVI est une véritable joie, parce qu’elle s’inscrit dans un contexte très difficile sur la question du clonage. Pourquoi cela a-t-il été si difficile, si je puis dire, de comprendre ce qui se passe en dessous du clonage ? Pourquoi est-ce que dans tous les cercles de bioéthique chrétiens, pourquoi est-ce que les théologiens, pourquoi est-ce que même les métaphysiciens, dès qu’il s’agit du clonage, ne peuvent pas en parler, n’y arrivent pas ? Et même s’ils entendent parler de cette dimension métaphysique du bouleversement ontologique définitif qu’opère le clonage, pourquoi y a-t-il cette espèce d’angoisse, cette inhibition, cette incapacité ni d’en parler, ni de le comprendre, ni d’y penser ?
C’est parce que cela provoque en nous des angoisses tellement profondes, qui sont presque en deçà de notre propre création, que nous sommes presque paralysés. C’est la première raison.
La seconde raison est qu’il y a aussi un problème d’ordre théologique. C’est l’histoire de l’Eglise. Notre groupe de travail de Vigilance Clonage a réalisé un sondage à la sortie des églises pour interroger le sensus fidei des fidèles. Vous savez que le Concile Vatican II a dit que l’infaillibilité peut se lire dans l’explicitation du sensus fidei, le sens de la foi des fidèles. Si par exemple tous les fidèles disent : « Ça, c’est vrai », alors c’est infaillible. Nous avons un jour eu l’idée d’interroger environ cinq mille fidèles à la sortie des églises dans toute la France, et 97% des fidèles disaient : « Je sais, je crois, je suis sûr que Dieu crée l’âme spirituelle dès le départ » : animation immédiate. Mais si nous interrogions, à la même époque, les théologiens, les philosophes, les jésuites, les dominicains, les frères de saint Jean, les franciscains, et même les dicastères romains, le Père Cottier, théologien du Pape, la proportion était inverse : 98% proclamaient et enseignaient, et beaucoup enseignent encore aujourd’hui, que l’animation, c’est-à-dire l’Acte créateur de Dieu de l’âme spirituelle, ne peut se faire que quand le corps est formé, c’est-à-dire quatorze à vingt jours après la fécondation. Nous avions donc une lutte profonde, souterraine… C’est un sujet tellement inouï, et nous n’arrivions pas à faire venir à la surface quelque chose de définitif. Nous n’avons toujours pas, dans l’Eglise, proclamé quelque chose de définitif puisque les phrases, les sentences que je vous indique des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI ne sont que des déclarations, elles n’engagent pas le magistère infaillible de l’Eglise, elles ne sont pas revêtues de l’autorité du Magistère, donc les théologiens continuent à dire : « Mais non, l’animation est tardive.. ».
C’est à cause de cela qu’il y a comme une espèce de silence, de paralysie qui fait que nous n’avançons pas, et elle tient beaucoup plus à ce que sainte Catherine de Sienne dirait : nous sommes tellement dans cette odeur de néant qui a précédé notre existence que, quand la question du clonage vient, entre ces deux moments du néant et de la Présence lumineuse créatrice de Dieu dans notre existence, nous sommes dans une métaphysique d’angoisse, mais d’angoisse qui nous prend cette fois-ci substantiellement. Le fond du problème est là.
Si nous ne prenons pas cela en main dans notre vie spirituelle : « Mais oui, je veux prendre en main mon corps originel, l’Acte créateur de Dieu sur moi, j’en ai une mémoire vivante et lumineuse en moi, c’est ce qui me donne ma liberté pour le temps et pour l’éternité » - je suis en train de citer saint Augustin -, à ce moment-là, si je n’arrive pas à faire cela, alors il ne me reste plus que cette angoisse, il ne me reste plus que cette inhibition, et cette inhibition va se centupler : c’est ce que l’Ange Gabriel appelle le Meshom, c’est-à-dire le renversement intérieur de notre vie spirituelle qui, tellement paralysée, va aller vers une direction de dévastation.
Voilà l’enjeu, sur le plan concret, des conséquences du Shikoutsim Meshomem sur notre vie spirituelle.
Le pape dit : « Allez, c’est le génome !». Oui, en avant ! Cela veut dire : reprenons en main notre corps originel, reprenons en main la Paternité de Dieu dans notre corps vivant, reprenons en main la liberté du don, reprenons en main la prière pour rejoindre le Père dans notre corps actuel, dans notre âme, dans notre esprit, reprenons-le, et replongeons-nous dans l’Acte créateur de Dieu, demandons pardon au Père pour ce que l’humanité est en train de faire contre Lui. A ce moment-là nous renversons et nous allons au-delà du Meshom, de la transgression suprême, comme il a fallu qu’Adam et Eve aillent au-delà du péché originel dans l’espérance du Sauveur.

Radio Espérance
Merci mon Père. Nous espérons, et nous prions pour que ce qu’a dit notre Saint-Père le dimanche de la Trinité puisse avoir peut-être une suite plus développée, engageant son infaillibilité.

Père Patrick
Oui, il faut prier pour cela, c’est sûr. Il faut d’abord, surtout, se réjouir grandement, parce que le Pape Benoît XVI est théologien, et donc, que ce soit un Pape théologien, après que ç’ait été un Pape philosophe, qui dise cela, c’est un très grand évènement, qui nous pousse, nous, à ne plus avoir aucun doute sur le fait que le clonage est une transgression suprême. Elle exige des chrétiens, à chaque messe, à chaque fois qu’ils vont voir Jésus déchiré sur l’autel dans son Sacrifice immaculé, divin et parfait, à chaque fois il faut qu’ils s’investissent dans cette Union hypostatique déchirée, offerte et victimale, pour qu’Il puisse dire pardon avec nous au Père. Il n’y a que Lui qui peut demander pardon au Père : « Pardon, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Nous ne pouvons pas demander pardon, c’est impossible. Seul Dieu peut demander pardon à Dieu sur une agression directe contre Dieu. Même les chrétiens ne peuvent pas le faire. Ils ne peuvent le faire qu’en se joignant au Verbe de Dieu dans la TransVerbération victimale de la messe, dans la communion, ils peuvent laisser le Verbe de Dieu demander pardon au Père. Il faut qu’ils apprennent à demander pardon, à se repentir, de manière à obtenir de Dieu la réponse de grâce qui y correspond, parce que là où il y a péché, la grâce surabonde, là où il y a la transgression, à ce moment-là ce sont les torrents de la Gloire de Dieu qui vont surabonder.

Radio Espérance
Merci mon Père, au nom de tous les auditeurs. Prions, offrons nos communions à cette intention.

Père Patrick
C’est ce que l’on appelle le repentir mondial. Des messes de repentir mondial, des pèlerinages de repentir mondial, des Jéricho de repentir mondial dans le monde entier commencent à surgir ça et là, à cause de ça. Si vous avez une famille, faites célébrer une messe de repentir mondial pour que tous les membres de votre famille puissent aller au-delà de la désolation métaphysique induite par le shikoutsim meshomem.

Radio Espérance
Merci beaucoup mon Père. Merci encore d’être venu là nous expliquer.

Père Patrick
C’est moi qui vous remercie. Soyez béni et soyez en paix.

Radio Espérance
Merci de votre bénédiction aussi mon Père.



[1] Texte exact de la traduction du texte hébreu oralisé en monosyllabique par le CESHE : «26. A l’époque de la fin, la science s'imposera et l'emportera sur le spirituel. En commençant par la méthode d’avortement, touchant à la vie, ils atteindront l'âme [au moment où elle est] créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort. 27. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. À cette époque, l'homme de science créera des fœtus avec des semences et des cellules congelées inanimées auxquelles il donnera vie ; mais, comment pourra-t-i1 créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l'Amour et la Science de Dieu. Avant la fin des temps, le malin, 1'usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité [ovule mère] et de l’innocence [ovule fécondé] pour la pire des abominations : négation du principe de la conception-procréation désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules congelées »

Merci à un ami du forum qui m'a transmis ce texte.

Leodia



********************************




Que les Coeurs Unis de Jésus et Marie nous protègent et nous guident.
Revenir en haut Aller en bas
Stefanos
Assidu
Stefanos

Nombre de messages : 594

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMer 24 Mar 2010, 20:33

C'est sublime de lucidité.

J'en étais resté, pour la prophétie de Daniel, à l'abolition du sacrifice perpetuel durant deux ans et demi (cad à l'adoption par les catholiques de la doctrine protestante sur l'absence réelle de Jésus dans l'eucharistie) comme signe de l'abomination de la désolation ("quand viendra l'abolition du sacrifice perpetuel, comptez ..." traduction de la bible de Jerusalem).

Mais cette interprétation est des plus éclairantes.

Nous y sommes !

Le clonage de l'homme et la fin des temps Icon_cat
Revenir en haut Aller en bas
Laeti
Assidu


Nombre de messages : 64

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyJeu 25 Mar 2010, 09:55

Merci pour ce sublime texte!

Il alimente ma réflexion sur ce que je pressentais depuis longtemps... En tant que psychologue, j'ai appris qu'un enfant ne pouvait grandir et être "sain d'esprit" que s'il avait intégré dans la profondeur de son être qu'il était le fruit d'un père et d'une mère (même absents physiquement, l'essentiel est leur "présence" dans la tête et le coeur de l'enfant).

Les psychanalystes savent bien que la psychose (entendez "la folie") est le résultat d'un dérèglement total de la perception que l'individu a de ses origines (avec très souvent le fantasme d'avoir été engendré pas une seule personne, souvent la mère, ou carrément auto-engendré...)

Bref, sur le plan strictement psychologique, le clonage humain est tout simplement une "usine à folie": aucun individu ne peut "survivre" à une conception "unilatérale", venant d'un patrimoine génétique unique et non du mystérieux (et divin!) mélange de deux origines parentales...

Alors quand je lis cet éclairage spirituel que je trouve particulièrement inspiré, je ne peux qu'adhérer à 100%. J'avoue même avoir senti les larmes qui montaient à la fin de l'interview, suppliant en moi-même le Seigneur de nous pardonner cette ignominie... Mais comme le dit si justement ce moine, nous ne sommes même plus en position de demander pardon... Cette fois nous somme allés trop loin. Et à entendre les médias et la plupart des gens, on continue de plus belle dans cette direction.

Dieu nous bénisse tous... Car je crois que le mur que l'humanité va se prendre en pleine face n'a pas fini de nous faire pleurer...

Seule consolation: Notre Christ vaincra! sunny

En union de prière,
Laeti
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyJeu 25 Mar 2010, 13:52

J'aimerais bien savoir où je peux trouver un traité permettant d'avoir quelques notions de cette langue si phénoménale, qui annonce avec tant de précisions des trucs dont même Jésus n'avait pas idée.
Mais je viens d'aller sur Google et j'ai trouvé... Crombette !
Comment se fait-il que cet homme ne soit reconnu par personne, pas plus que Fabre-d'Olivet ou Bernard Dubourg ?... Pourtant ses disciples sont super efficaces : avec 10 lettres hébraïques ils nous racontent un histoire de 10 lignes.
Malheureusement, même la traduction du texte hébreu "tout bête" n'est pas fidèle audit texte : traduire minechah par hostie (et en plus vivante !) est sacrément gonflé (d'autant plus que Jérôme traduit par hostia non pas ce mot mais le précédent, zévach).
Et je regrette sincèrement que tous ces savants savantissimes n'aient pas annoncé le clonage AVANT qu'il soit mis en œuvre. Ils sont venus trop tard dans un monde trop vieux.

Quant à savoir quand l'âme vient dans le corps, je trouve que c'est absolument fondamental : l'embryon commence-t-il a pécher (puisqu'il doit pourvoir exercer le péché originel qui est en lui dès qu'il a une âme, donc une volonté) tout-de-suite ou au bout de 20 jours ? Dites-moi vite la réponse, car je ne pourrai plus plus dormir tant que je ne l'aurai pas...
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
Leodia

Nombre de messages : 2878

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyJeu 25 Mar 2010, 19:36

Bonsoir Jonas,

Je ne connais pas l'hébreu, du tout, mais en faisant des recherches sur les bibles et dictionnaires hébraïques sur le site LEXILOGOS, l'on peut lire que
Citation :
Pronunciation: minchah min-khaw'

Total Occurrences: 211
KJV Word Usage: offering (164) , present (28) , gift (7) , oblation (6) , sacrifice (5) , meat (1)

peut être traduit par offrande, présent, cadeau, oblation, sacrifice, nourriture et donc pourquoi pas "hostie vivante". Il ne me semble pas, de prime abord, y avoir une contradiction aussi flagrante que ce que tu as l'air de suggérer.

Maintenant, quant à l'apparition de l'âme, il est évident que c'est au moment même de la fécondation, à ce milliardième de milliardième de seconde que Dieu est présent et donne à ce, déjà, homme, une partie de Lui, ce que l'on appelle justement très justement l'âme.

Leodia



********************************




Que les Coeurs Unis de Jésus et Marie nous protègent et nous guident.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyVen 26 Mar 2010, 10:58

Chère Leodia,
Je ne conteste pas du tout le sens du mot minechah ! ce que je conteste c'est l'ajout de l'adjectif vivante, qui est de la pure glose et pas de la traduction. Et je fais remarquer que saint Jérôme a pris un autre parti.
Quant au débat sur le moment de l'apparition de l'âme, je me permettais de me gausser des arguties sur le sujet pour justifier une "traduction" pour le moins sujette à caution et qui me paraissent aussi intéressantes que le sexe des anges.
Sur ce point tu n'es d'ailleurs pas en phase avec l'écrasante majorité de l'Église, si j'en crois l'immense interview du monsieur (mais ce n'est pas grave).
Revenir en haut Aller en bas
abbaruah
Assidu
abbaruah

Nombre de messages : 344
Age : 67
Localisation : BRETAGNE

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyVen 26 Mar 2010, 17:43

trés interessante conversation :
j'aimerai revenir sur l'aspect scientifique du clonage tel qu'il est à ce jour, ( où du moins, ce qui est porté à notre connaissance ). Nous savons que les essais sur les animaux sont finalement infructueux, à cause des nombreuses anomalies qui se sont développées : vieillissement accéléré des cellules, lourds problèmes neurologiques...
Les scientifiques savent que le clonage humain fabriquera des enfants gravements déficients.
Un jour pourtant, cette abomination arrivera et l'Eglise devra aborder la question : - ces êtres fabriqués, ont ils une âme ?
Revenir en haut Aller en bas
http://cite-catholique.org
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyVen 26 Mar 2010, 18:54

L'église, dans sa grande sagesse Mr.Red, s'est demandé si les indiens avaient une âme ! (controverse de Valadolid)
L'enjeu était : s'ils ont une âme on ne peut les rendre esclaves, sinon...
Et décevoir les colons était difficile.
Revenir en haut Aller en bas
abbaruah
Assidu
abbaruah

Nombre de messages : 344
Age : 67
Localisation : BRETAGNE

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptySam 27 Mar 2010, 11:42

en effet Jonas, ça me rappelle aussi une pièce de Vercors sur le sujet.
Comment ais-je pu me laisser prendre dans une réflexion aussi étriquée. Je reconnais donc bien volontier l'énormité de ma suggestion. Le clonage de l'homme et la fin des temps Icon_biggrin2
Revenir en haut Aller en bas
http://cite-catholique.org
annonciade
Assidu
annonciade

Nombre de messages : 427
Localisation : P.Q.

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptySam 27 Mar 2010, 18:51

Citation :

L'église, dans sa grande sagesse , s'est demandé si les indiens avaient une âme ! (controverse de Valadolid)


Bonjour,


Je suppose que Jonas veut gentiment nous provoquer avec cette contrevérité....

Pour ceux qui veulent en savoir plus,même wikipedia ne s'y prête pas!
http://fr.wikipedia.org/wiki/Controverse_de_Valladolid


Quand au débat sur l'apparition de l'âme du foetus, il a toute sa place dans les discussions sur l'avortement...


Bonne fin de Carême


Annonciade
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptySam 27 Mar 2010, 19:45

Évidemment que je veux vous provoquer !
Comme je le disais, ce débat est voisin de celui sur le sexe des anges.
Sans aucun intérêt.
Vous jouez à vous faire peur, mes chers frères et sœurs ! flower
Revenir en haut Aller en bas
abbaruah
Assidu
abbaruah

Nombre de messages : 344
Age : 67
Localisation : BRETAGNE

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptySam 27 Mar 2010, 21:03

Quel gredin ce jonas ! bon dimanche des Rameaux quand même avec un pt'it coup sur le museau. Le clonage de l'homme et la fin des temps Icon_geek
Revenir en haut Aller en bas
http://cite-catholique.org
Laeti
Assidu


Nombre de messages : 64

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyLun 29 Mar 2010, 11:34

Et bien moi je pense au contraire de Jonas que ce débat est fondamental...

Comment peut-on imaginer que la question de l'âme -c'est-à-dire ce qu'il y a de plus précieux chez un être humain- puisse être un débat anecdotique??
Pour le sexe des anges, je vous l'accorde, on s'en contre-fiche!
Mais l'âme? C'est tout ce qui fait que nous sommes d'essence divine! C'est LE LIEN indéfectible entre la créature et le Créateur! C'est LA différence entre les croyants et les athées! Bref, en ce qui me concerne, c'est énorme...

Alors réfléchir sur ce qui la constitue et surtout sur ce qui risque de L'ATTEINDRE dangereusement (ex: le clonage), ce n'est pas anodin ou superflu!

Je ne pense pas que l'on "joue à se faire peur" concernant ces questions du clonage et je pense réellement que c'est une menace monstrueuse pour l'humanité. En tant que psy, j'ai un bon aperçu des dégâts que cette "technique" d'apprenti sorcier engendrerait à la fois sur le plan biologique (malformations, handicaps, troubles neurologiques, stérilité, etc.), psychologique et identitaire (psychose, psychopathie, privation d'une double lignée familiale...), sociale et sociologique (de QUI ces êtres clonés seront-ils les enfants??? Exit le fondement de nos sociétés sur le patriarcat, c'est-à-dire sur la transmission du nom du père, puisque ces enfants n'auront PAS de père!). Bref, en dehors même de l'aspect éthique et spirituel, nous avons là une "technologie" qui a la particularité de provoquer des dégâts profonds et simultanés dans TOUS LES DOMAINES de ce qui constitue un être humain...

Désolée, mais je pense que c'est particulièrement grave et qu'il est donc important que l'on s'en préoccupe!
Personnellement, j'ignore s'il s'agit de "l'abomination" dont il est question dans la Bible... Mais je sais simplement que JAMAIS auparavant, l'homme qui est pourtant passé maître dans l'art de la destruction, n'avait attaqué la SOURCE même de la Création. Avec les manipulations génétiques en tout genre (clonage mais aussi OGM, etc.) c'est la première fois qu'il ne se contente pas de détruire le savant équilibre que Dieu a créé POUR lui, mais qu'il attaque les FONDEMENTS même de l'équilibre que Dieu a créé EN lui et EN tout ce qui le nourrit...

Si cela n'est pas une immense abomination, cela y ressemble, non?...

En union de prière,
Laeti
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyLun 29 Mar 2010, 15:22

Chère Laeti,
Quand je dis que ce débat est sans aucun intérêt, je parle bien sûr de celui de savoir si l'âme vient tout de suite ou au bout de 20 mn dans l'embryon !
Je ne parlais évidemment pas du clonage lui-même, qui est un véritable problème, EFFRAYANT.
Quant à jouer à se faire peur, cela concernait aussi la question des minutes ; je crois que Dieu fait son affaire de cette fausse question et qu'il faut Lui faire confiance.
Comme pour tout ce que nous aurons à vivre sur cette Terre, qui est quand même bien belle !
Revenir en haut Aller en bas
Laeti
Assidu


Nombre de messages : 64

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyLun 29 Mar 2010, 16:01

Autant pour moi cher Jonas! Je ne vous avais pas bien compris...

Donc nous sommes d'accord! Wink

Pour ce qui est de la "naissance" de l'âme, je vous suis: quelle importance de savoir à quel moment elle est "reliée" au corps? De toute façon, dès la première seconde, le petit embryon est un être humain à part entière qui existe déjà dans le Projet de Dieu et pour lequel le Créateur a déjà "prévu" une âme...

Je suis d'accord avec vous: faisons CONFIANCE à notre Seigneur et ne prétendons pas savoir ce que nous ignorons...

Il n'empêche que nous pouvons toujours prier pour que ces horribles expériences cessent ou continuent à échouer (ce qui est le cas pour l'instant "officiellement")!

Bonne semaine sainte à tous!
En union de prière,

Laeti
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyLun 29 Mar 2010, 16:38

Oui, Laeti, et qui peut dire qu'il n'en serait pas de même pour un embryon cloné, si on arrivait un jour à en faire un... ce qu'à Dieu ne plaise !
Revenir en haut Aller en bas
Danielle
Assidu
Danielle

Nombre de messages : 1850
Localisation : Québec Canada

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMar 30 Mar 2010, 03:30

Moi je ne crois pas que Dieu laissera un être humain cloné vivre. Il ne laissera pas cette abomination se réaliser.

Il interviendra avant, j'en suis persuadée.

===============================

Tant qu'à l'âme elle est présente dès la conception, car l'âme c'est le souffle de Vie du Père Créateur, son baiser ! Sinon il n'y aurait pas vie dans le futur humain.

C'est pourquoi je pense que les fausses-couches (appelé molle) quand c'est informe, et bien il n'y a pas eu l'intervention de Dieu pour y souffler l'âme.

Donc, je ne pense pas que Dieu donnerait son souffle de vie, l'âme, dans un amas de cellules créés par l'humain.

Ma foi est simple mais c'est ce que crois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMar 30 Mar 2010, 07:32

Chère Leodia,
Ne pensez-vous pas qu'il y a bien d'autres abominations tout aussi abominables que Dieu a laissé faire sans broncher ?
Revenir en haut Aller en bas
abbaruah
Assidu
abbaruah

Nombre de messages : 344
Age : 67
Localisation : BRETAGNE

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMar 30 Mar 2010, 14:28

ben, que peut il y avoir de plus abominable que de vouloir créer l'homme par l'homme ? C'est là, l'orgueil incommensurable de l'humanité qui entend se passer de Dieu jusque dans la création : le dernier rempart à abattre pour être égal à Dieu, et pour les non croyants la certitude enfin qu'aucun Dieu n'est à l'origine de l'humanité, et du cosmos.
Revenir en haut Aller en bas
http://cite-catholique.org
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMar 30 Mar 2010, 17:27

Abbaruah, rappelez vous de ce que nous disons de Jésus dans le Credo : "engendré, non pas créé". Jésus n'a pas été créé.
Un enfant né d'un couple de façon normale n'est pas créé mais engendré.
Un clone n'est pas créé, dans la mesure où il est composé de cellules existantes qui se sont reproduites.
Il est évident que le grand problème du clone serait de reproduire à l'identique un être vivant existant (comme la brebis Dolly).
C'est extrêmement préoccupant et même très inquiétant.
Mais ça l'est même si on ne croit pas en Dieu !
Un non croyant ne croit pas que Dieu a créé le bébé qui naît. A-t-il vraiment tort, dans la mesure où c'est un processus naturel ordinaire ? Ou alors il faudrait penser que Dieu régit tout et qu'il n'y a rien qui échappe à sa volonté (problème immédiat : la liberté de l'homme).
Pour le non-croyant l'horreur est dans la fin de l'unicité de chaque être humain, comme pour le croyant.
L'un parle de Dieu, l'autre non ;mais où est la différence sur l'analyse des faits ?
Revenir en haut Aller en bas
abbaruah
Assidu
abbaruah

Nombre de messages : 344
Age : 67
Localisation : BRETAGNE

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMar 30 Mar 2010, 18:54

lorsque j'ai écrit :" l'homme veut creer l'homme", le mot créer n'a pas une connotation spirituelle, mais scientifique.
Bien sûr que nous sommes engendrés par nos parents, et là, spirituellement nous sommes la création de Dieu, créer par amour. ne dit-on pas : " créés à l'image de Dieu ", mais sûrement pas engendrés de Dieu.

concernant" l'analyse des faits":
vous savez bien que notre liberté a une origine morale ( chrétienne), je laisse de côté la partie philosophique, sinon on ne s'en sortira pas, notre liberté donc a comme norme Dieu; artisan de notre Salut.

Finalement ce qui est haïssable, outrageant, abominable, ce n'est pas le cloné, mais le cloneur.
Le cloné aura besoin de toute la compassion, de toute l'artillerie lourde de l'Eglise face à ( comme d'habitude) ceux qui trouveront ( les non croyants) que le cloné peut être " jettable", si pas conforme à une créature humaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://cite-catholique.org
Invité
Invité



Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyMer 31 Mar 2010, 14:22

En fait l'homme ne crée rien du tout. Il ne sait pas (ou pas encore, car hélas cela peut arriver) créer à partir de rien une cellule humaine reproductible.
Vous avez raison de dire que nous sommes créatures spirituelles de Dieu quand nous sommes engendrés par nos parents.
Notre liberté vient de Dieu, sans doute, le Dieu d'Abraham, d'Isaac (et de son frère Ismaël), de Jacob, de Juda, de David et de Jésus...
Effectivement le cloneur est haïssable ! Encore plus s'il estime que l'être issu de ce clonage est jetable, si pas conforme. Tout-à-fait d'accord.
Mais n'est-ce pas ce qui s'est passé à certaines époques de l'Église, quand quelqu'un était jugé non conforme à ce qu'un être humain devait croire, selon elle ? Les "hérétiques" et autres "sorcières" n'étaient-ils pas "jetables", ou plutôt "brûlables" ?
Ce qui, au niveau du résultat, n'était guère différent... Sauf que les pratiques "haïssables, outrageantes, abominables" exercées sur ceux-ci l'étaient "au nom de Dieu", contrairement à celles qui risquent de l'être sur ceux-là !
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Assidu
territoire en héritage

Nombre de messages : 713

Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps EmptyLun 12 Avr 2010, 16:20

Le clonage est très condamnable et procède d'un très grand et particulièrement détestable orgueil, nous sommes tous d'accord ici là-dessus.

Cependant je suis convaincu que l'Abomination de la désolation dont parle le prophète Daniel sera bien la culmination de l'oeuvre de l'Antéchrist (ou Antichrist, l'homme inique) - un des ministres du Seigneur, introduit dans le Temple Saint de Dieu, c'est-à-dire l'Eglise, et qui trahira ... - pour empêcher le Sacrifice perpétuel, la très Sainte Eucharistie, et "prendre la place de Dieu".

Le Ciel l'a déjà révélé à plusieurs reprises à plusieurs prophètes, combattus parfois (euphémisme), comme il est "d'usage".

Le clonage est très grave mais l'obstacle à l'Eucharistie est beaucoup plus grave pour (tenter d') asphyxier l'Eglise catholique et donc le monde.

Le clonage et les autres lois de mort comme avant tout l'avortement, et à un degré différent, les autres manipulations - nombreuses et très graves aussi, de la vie humaine qui devrait être beaucoup mieux Temple de l'Esprit Saint ... - contribuent, bien sûr, au reniement, à l'apostasie généralisée, au refus de Dieu et de son action salvatrice et libératrice, et facilitent, à terme, cette Abomination annoncée et à venir, hélas ! ...

De quelle manière ? ... nous le verrons mais soyons ferme dans la vraie foi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty
MessageSujet: Re: Le clonage de l'homme et la fin des temps   Le clonage de l'homme et la fin des temps Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le clonage de l'homme et la fin des temps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'homme a t-il déja posé les pieds sur Mars?
» L'homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc
» Cellules souches:un pas de géant
» Lettre ouverte aux responsables d'AGAPE
» VégétaLisme = fragilité émotionnelle due à... ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: LE PARLOIR-
Sauter vers: