Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 25 juin Saint Prosper d'Aquitaine
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 06:21

» 25 juin Saint Maxime de Turin
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 05:48

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 05:31

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 21:44

» Nouvelle messe en préparation !
par fontaine Hier à 21:09

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
par Nicolas Hier à 19:25

» Le père Steven Scheier s'est retrouvé devant le trône du Jugement de Dieu
par fontaine Hier à 12:31

» Procession du Saint Sacrement hier à Paray le Monial
par ami de la Miséricorde Hier à 09:05

» 24 juin Fête du Coeur Immaculé de Marie
par ami de la Miséricorde Hier à 08:49

» 24 juin Nativité de Saint Jean Baptiste
par ami de la Miséricorde Hier à 08:35

» Mirella Pizzioli : Nos chers défunts sont vivants, nous vivrons avec eux dans l’
par fontaine Ven 23 Juin 2017, 20:24

» Amoris Laeticia : Exhortat° Apostolique post-synodale.
par Françoise Ven 23 Juin 2017, 15:47

» Acte de réparation au Sacré Coeur de Jésus
par fontaine Ven 23 Juin 2017, 11:12

» Neuvaine au Sacré Coeur de Jésus - Sanctuaires de Paray-le-Monial -
par Françoise Ven 23 Juin 2017, 10:49

» 23 juin Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
par ami de la Miséricorde Ven 23 Juin 2017, 01:05

» Association Proliturgia ... Intéressant à lire.
par Françoise Jeu 22 Juin 2017, 19:22

» 22 juin Saint Paulin de Nole
par ami de la Miséricorde Mer 21 Juin 2017, 22:05

» 22 juin Saint Thomas de More
par ami de la Miséricorde Mer 21 Juin 2017, 21:51

» La Contraception et l'Enseignement de l'Eglise catholique
par fontaine Mer 21 Juin 2017, 07:27

» 21 juin Saint Louis de Gonzague
par ami de la Miséricorde Mer 21 Juin 2017, 01:58

» L'Evangile avec François (vidéo)
par Nicolas Mar 20 Juin 2017, 19:00

» Mgr Teofilius Matulionis bientôt béatifié
par ami de la Miséricorde Mar 20 Juin 2017, 01:06

» Reconnaissance du martyre de Teresio Olivelli
par ami de la Miséricorde Mar 20 Juin 2017, 00:53

» Le Vatican envisage une excommunication des mafieux et des corrompus.
par Françoise Lun 19 Juin 2017, 16:57

» Frère Jonathan met une claque au forum "Le peuple de la paix".
par Françoise Lun 19 Juin 2017, 14:32


Partagez | 
 

 Là où Dieu n'est pas, ...explique Benoit XVI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Danielle
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1850
Localisation : Québec Canada

MessageSujet: Là où Dieu n'est pas, ...explique Benoit XVI   Sam 10 Nov 2007, 03:01

Là où Dieu n'est pas, explique Benoît XVI, rien ne peut être bon

Analyse du pape Benoît XVI (pages 168 à 170)

5) Que ton règne vienne


Réfléchissant sur la demande relative au Règne de Dieu, nous nous rappellerons tout ce que nous avons pu dire précédemment à propos de l'expression « Royaume de Dieu ». Par cette demande, nous reconnaissons d'abord le primat de Dieu. Là où Dieu n'est pas, explique Benoît XVI, rien ne peut être bon. Là où l'on ne voit pas Dieu, l'homme déchoit, ainsi que le monde. C'est dans ce sens que le Seigneur nous dit : « Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché » (Mt 6, 33). Ce mot établit un ordre de priorités pour l'agir humain, pour nos attitudes dans le quotidien.

On ne nous promet nullement un pays de cocagne, en contrepartie de notre piété ou de notre vague désir du Royaume de Dieu. On ne nous fait pas miroiter un monde parfait comme dans l'utopie de la société sans classes, un monde qui viendrait automatiquement et où tout irait bien tout simplement parce qu'il n'y aurait plus de propriété privée. Jésus ne nous fournit pas des recettes aussi simples. Mais, il pose, nous l'avons déjà dit, une priorité capitale pour tout : « Royaume de Dieu » veut dire « Seigneurie de Dieu », et cela signifie qu'on accepte que sa volonté soit prise comme critère. Cette volonté crée la justice, qui implique que nous reconnaissions la légitimité du droit de Dieu et que nous y trouvions le critère pour le juste droit entre les hommes.

L'ordre des priorités que Jésus nous indique ici n'est pas sans rappeler, dans l'Ancien Testament, le récit de la première prière de Salomon après sa montée sur le trône. On y raconte que, la nuit, le Seigneur est apparu en songe au jeune roi, lui offrant d'exaucer une de ses demandes. Un rêve on ne peut plus classique de l'humanité ! Que demande Salomon ? « Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal » (1 R 3, 9). Dieu le loue parce qu'il ne demande pas — ce qui aurait été si facile — la richesse, la fortune, l'honneur ou la mort de ses ennemis ou une longue vie (cf. 2 Ch 1, 11), mais ce qui est véritablement essentiel : un cœur docile, la capacité de discerner le bien du mal. Et c'est pourquoi, fait remarquer Benoît XVI, le reste est aussi accordé à Salomon par surcroît.

Quand nous demandons la venue de « ton Règne » (et non pas du nôtre !), le Seigneur veut nous conduire exactement vers cette façon de prier et d'établir les priorités de notre agir. Il faut d'abord et essentiellement, un cœur docile, afin que Dieu règne, et non pas nous. Le Règne de Dieu, répète Benoît XVI, vient à travers un cœur docile. Tel est son chemin. Et c'est pourquoi nous devons prier sans cesse.

À partir de la rencontre avec le Christ, cette demande s'approfondit et se concrétise encore. Nous avons vu que Jésus était le Règne de Dieu en personne. Là où il est, est le « Règne de Dieu ». La demande du cœur docile est devenue la demande en vue de la communion avec Jésus Christ, la demande de pouvoir devenir toujours plus « un » avec lui (cf. Ga 3, 28). C'est la demande de le suivre véritablement, qui devient communion et qui nous réunit en un seul corps avec lui. Reinhold Schneider a exprimé cela de façon saisissante : « La vie de ce règne est la poursuite de la vie du Christ dans les siens ; lorsque le cœur n'est plus nourri par la force vitale du Christ, ce règne se termine ; lorsque le cœur est touché par elle et transformé par elle, il commence [...], les racines de l'arbre inexpugnable cherchent à pénétrer dans le cœur de chacun. Le règne est un. Il subsiste uniquement par le Seigneur, qui est sa vie, sa force, son centre (5). » Demander le Règne de Dieu signifie dire à Jésus : fais-nous être à toi, Seigneur. Pénètre en nous, vis en nous. Réunis dans ton corps l'humanité dispersée, pour que tout en toi soit soumis à Dieu et que tu puisses remettre l'univers au Père, « et ainsi, Dieu sera tout en tous» (1 Co 15, 26 - 28).

(5) /te/., p. 31s.

La prière du Seigneur, cinquième chapitre du livre du Saint-Père Benoît XVI, "Jésus de Nazareth :
1) La vérité, indique Benoît XVI, c'est d'abord Dieu, le Royaume de Dieu :► Benoît XVI
2) Benoît XVI désigne le Malin comme l'ultime menace pour l'homme :► Benoît XVI
3) Notre Père qui es aux cieux : ► Benoît XVI
4) Que ton nom soit sanctifié : ► Benoît XVI

Notes du Père Paul-Marie de la Croix, O.C.D.

En effet, bien que soumis de droit, comme toute créature, au règne de Dieu, l'homme est - avec l'ange - le seul être qui puisse refuser de reconnaître cette domination et qui de fait, l'ait refusée. A tous moments il peut également, soit collaborer au Règne de Dieu au sein du Royaume, soit refuser de « servir ».

Déjà placée sous le signe du temps, la notion de Royaume se trouve donc, avec l'homme, engagée plus encore dans le devenir. Bien que le droit royal de Dieu sur la création, l'homme y compris, soit éternel et immuable, son Règne n'existe de fait sur l'homme, que dans la mesure ou celui-ci le « reconnaît ».

Ce Règne ne sera parfait et définitif qu'à la fin des temps. Dieu régnera alors sur tous les élus. Cet aspect eschatologique n'était pas ignoré de l'Ancien Testament. Les âmes des justes sont dans la main de Dieu... Au jour de sa visite, ils resplendiront, ils commanderont aux nations et domineront les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour toujours (Sag 3). Ils recevront de sa main la couronne royale de gloire et le diadème de beauté (Sag 5).

Ce Règne eschatologique ne constitue d'ailleurs pas en lui-même un fait absolument nouveau. Il sera seulement le passage du droit au fait, l'explicitation et la réalisation d'une idée éternelle, le progrès merveilleux d'une réalité qui a commencé de la manière la plus humble.

Du fait que le Royaume demande à être accepté par l'homme et que celui-ci doit se soumettre aux exigences divines, il comporte des conditions morales. D'où la nécessité d'une préparation à la fois historique, pour annoncer ou rappeler la venue de Celui qui établira le Royaume véritable: le Messie, Roi d'Israël; et psychologique: Venez, montons à la montagne de Yahvé. Il nous instruira de ses voies et nous marcherons dans ses sentiers (Is 23).

Le roi messianique gouvernera les peuples avec équité et il fera arriver le jour du salut. En sa Personne: Yahvé deviendra Roi sur toute la terre, Yahvé sera unique et son Nom unique (Zach 14 9). Le Règne sera enfin établi.

Donnant à cette vision sa dimension définitive, saint Paul écrit: A la fin des temps le Christ remettra la Royauté à Dieu son Père après avoir détruit toute Principauté, Domination et Puissance. Car il faut qu'il règne... Quand il dira: tout est soumis désormais, alors le Fils lui-même se soumettra à Celui qui lui a tout soumis afin que Dieu soit tout en tous (I Co 15 24-28).

L'acceptation de ce Royaume étant laissée à la liberté de chaque homme, il n'y a rien de surprenant que son établissement se soit heurté à l'ambiguïté des vues humaines et qu'il ait été mêlé, à chaque génération, au meilleur et au pire.

Comment cette notion de Royaume fut-elle comprise par ceux chez qui, eu égard à la longue préparation des siècles, cette annonce aurait dû trouver un écho tout particulier ?

Constituait-elle une rupture, ou l'aboutissement de l'idée de Royaume depuis si longtemps élaborée? La réponse dont l'Évangile nous offre les éléments, n'est pas instructive pour l'époque du Christ seulement; elle nous éclaire nous aussi, sur la manière dont le problème du Royaume de Dieu se pose en fait, et elle nous apprend en même temps quelle idée chaque homme doit s'en faire, comment il doit s'y préparer, par quels chemins il doit passer s'il souhaite y entrer.

II semblerait à première vue que tout ait été prêt en Israël pour accueillir ce « Royaume de Dieu » que le Christ venait lui apporter. D'une part le peuple de Dieu était déjà constitué en royaume et les juifs étaient tous dans l'attente du Messie. Désemparé, opprimé, asservi par l'envahisseur, privé de ses chefs légitimes, il appelait de ses vœux avec plus d'ardeur que jamais le Roi promis par toute sa tradition scripturaire et prophétique.

D'autre part, les enseignements et les miracles du Christ témoignaient qu'il était bien celui que l'on attendait. Et cependant, une double question se fait jour tout au long des temps évangéliques. L'une posée par Israël au Messie: Es-tu bien le Roi promis ? L'autre, posée par le Messie à Israël: Êtes-vous bien mon peuple, êtes-vous bien les brebis de mon pâturage...?

En fait, les événements montrent qu'en Jésus, Israël n'a pas reconnu le Roi attendu et que, de son côté, le Christ n'a pas « trouvé » en Israël, son peuple. A qui entendait-il parler, et qui a-t-il en réalité trouvé devant lui ? Telle est la première question qui se pose à propos du Royaume.

Bien qu'il soit venu rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés (Jn 11 52) et bien qu'il se soit offert comme victime de propitiation pour tous les hommes, le Christ n'en a pas moins déclaré qu'il n'était venu que pour les véritables enfants d'Israël, et il a laissé entendre que ceux-là seulement méritaient ce nom qui étaient les enfants d'Abraham, non selon la chair, mais selon l'esprit (cf. Jn 8 40). L'appartenance à une race, quelle qu'elle soit, c'est-à-dire le fait d'appartenir à une descendance charnelle, ne saurait apporter à quiconque une certitude de salut. Tous les hommes sans exception seront criblés, triés, passés au van (cf. Mt 3 12). Cette distinction, cette discrimination, cette séparation entre enfants de ténèbres et enfants de lumière est l'une des données évangéliques les plus nettes. Sans doute, le principe de l'universalité de l'accès au Royaume est, en un certain sens au moins, sauvegardé, puisque chacun: s'il renaît de l'eau et de l'Esprit (Jn 3 5) peut y entrer; mais en même temps une condition doit être remplie, une exigence satisfaite: ceux-là seulement entreront, qui écoutent la voix du Bon Pasteur, qui entendent sa parole et la gardent (Lc 11 28), qui se feront petits et pauvres en esprit (Mt 5 3) et qui, renonçant à tout, mettront leurs pas dans les siens.

Dès le point de départ, le Christ, s'il écarte résolument les conditions charnelles quelles qu'elles soient, leur en substitue d'autres, toutes spirituelles: celles que procurent la foi, et la fidélité à se mettre sous sa conduite et sous sa loi.

Si le Christ a posé à Israël cette question: êtes-vous mon peuple ? Israël de son côté lui a demandé: es-tu le Roi promis, es-tu celui qui doit venir, es-tu celui que nous attendons ?

A cette question, le Christ répond en rapportant sa Royauté à une origine divine qui n'échappe pas à ses interlocuteurs, puisqu'ils le condamneront pour s'être dit « Fils de Dieu ». Certes, sur le plan humain, il se situe lui-même dans la lignée historique d'Israël, puisqu'il se réfère tout ensemble à l'envoyé de Dieu par excellence: Moïse, et à la figure la plus représentative de tous les rois d'Israël: David. Cependant, parallèlement, il n'hésite pas à affirmer qu'il transcende cette royauté terrestre à laquelle il se rattache. S'il s'insère dans la Tradition, il la dépasse infiniment.

En effet, dès le début de la prédication du Royaume, il rompt avec les rêves théocratiques qui avaient cours en Israël. Ses interlocuteurs restaient attachés à une certaine forme de société liée aux souvenirs de la splendeur de l'Israël fidèle et de la ruine de l'Israël infidèle. De fait, Israël était bien né de la Promesse, ainsi que de la fidélité à Yahvé, et s'il s'était maintenu en vie, à travers les siècles, c'était bien grâce à l'assistance qu'il n'avait cessé de recevoir de celui qui s'était fait son chef, son guide, son législateur et son Père. Au cours de l'Exode et dans les combats, Yahvé avait manifesté sa souveraineté et il l'avait également montrée en marquant les rois d'Israël de l'onction royale. En une foule de circonstances il avait fait éclater sa puissance et il avait « étendu son bras » en faveur d'Israël « son peuple ». C'est pourquoi celui-ci avait raison d'affirmer: «Yahvé est notre Dieu, Yahvé est notre Roi... »

Mais le tort d'Israël avait été de penser que la royauté était une fin en soi et que la protection divine allait au royaume comme tel, alors qu'en fait, ce royaume, qui devait servir de berceau au Roi Messie et au Rédempteur, avait aussi pour fonction d'établir et de conserver au milieu d'un monde voué aux idoles, la foi au Dieu unique.

Le royaume d'Israël n'était pas tant le royaume en faveur duquel Dieu avait multiplié les hauts faits, que celui où il était reconnu comme le Dieu véritable, le Dieu vivant, le Dieu de toute puissance et de toute sainteté. C'est sur la base du culte rendu au Dieu unique, seule force, seul pouvoir et seul Amour, qu'avait été établie l'Alliance, et non sur la promesse de miracles et de manifestations de la protection divine.

Ainsi donc: d'un côté, un royaume ordonné à la révélation et au culte du Dieu unique qui, avec le Christ, s'accomplira en révélation et en culte du Dieu Un et Trine, c'est-à-dire du mystère de l'Amour infini; de l'autre, l'aspiration à la venue ou à la restauration d'un royaume humainement puissant et glorieux, bénéficiant - de droit - de la protection et de la garantie divines. Telle était l'équivoque qui ne cessera de planer tandis que le Christ prêchera le Royaume de Dieu; et cela malgré ses efforts. En effet, il aura beau répéter sous des formes diverses, que son Royaume n'est pas de ce monde (Jn 18 36), qu'il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu (Mt 22 21) et replacer la conception du Royaume dans la continuité de la vraie tradition scripturaire et prophétique, c'est-à-dire dans la ligne d'une véritable dépendance de Yahvé; l'équivoque demeurera dans les esprits, non seulement au plan du « Royaume », mais encore en ce qui concerne la personne de son « Roi », alors pourtant que là aussi tout avait été fait pour la dissiper.

Afin de permettre de reconnaître dans le Messie le Roi véritable, Dieu avait voulu que dans l'Ancienne Alliance, les rois, et plus particulièrement l'un d'entre eux, David, soient marqués de certains traits destinés à l'annoncer et à le préfigurer; traits que l'on n'a pas coutume de rencontrer chez les grands et les puissants de ce monde.

C'est pourquoi, inaugurant sa prédication du Royaume, le Christ rappellera qu'il est de la race de David. Il entendait signifier par là qu'il renouvellerait en sa Personne et porterait à leur perfection,' les traits spirituels ébauchés par les anciens chefs du Royaume d'Israël, mais les pharisiens et beaucoup dans le peuple ne voulurent voir en cela que la promesse d'un royaume de puissance et de gloire. (...)

(...) C'est donc en second Adam, en vrai fils d'Israël, en représentant de ce peuple dont il est issu, en même temps qu'en vrai « roi » et pasteur d'Israël, qu'il entend connaître et supporter à son tour l'épreuve imposée d'abord à Adam, puis, très particulièrement à Israël. Ce qu'il va demander à ses frères les hommes, il veut tout d'abord le subir. Ainsi, sa victoire deviendra pour eux, non seulement une force qui les soutiendra mais encore une lumière qui les éclairera sur la nature du royaume et les guidera sur le chemin qui y conduit.

Pour la suite :

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=3105075_royaume
Revenir en haut Aller en bas
 
Là où Dieu n'est pas, ...explique Benoit XVI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JNSR Message 12 février 2007 Dieu ne fait rien sans avertir
» Dieu seul change le monde, fait observer le Pape Benoit XVI
» Un « fil d’or » relie chaque personne à Dieu, explique Benoît XVI
» Si dieu quel qui soit existe je voudrais qu'il m'explique!
» Benoit XVI : Dieu ne laissera pas couler l'Église

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: En direct de Rome...-
Sauter vers: