Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
par Nicolas Hier à 19:24

» 20 août Bx Gervais Brunel et Louis-François Le Brun
par ami de la Miséricorde Hier à 01:54

» 20 août Saint Bernard de Clairvaux
par ami de la Miséricorde Hier à 01:19

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
par ami de la Miséricorde Hier à 00:43

» 19 août Bienheureux Guerric d'Igny
par ami de la Miséricorde Sam 19 Aoû 2017, 00:43

» 19 août Saint Jean Eudes
par ami de la Miséricorde Sam 19 Aoû 2017, 00:27

» 18 août Notre-Dame de Liesse
par ami de la Miséricorde Jeu 17 Aoû 2017, 23:46

» 18 août Sainte Hélène
par ami de la Miséricorde Jeu 17 Aoû 2017, 23:12

» 17 août Sainte Jeanne Delanoue
par ami de la Miséricorde Jeu 17 Aoû 2017, 00:51

» Luz de Maria (approbation de l'Eglise) sur les messages depuis 2009 au mois de M
par Stefanos Mer 16 Aoû 2017, 22:15

» 16 août Saint Roch de Montpellier
par ami de la Miséricorde Mer 16 Aoû 2017, 01:58

» 15 août Assomption de la Très Sainte Vierge Marie
par ami de la Miséricorde Mar 15 Aoû 2017, 01:08

» 14 août Saint Maximilien-Marie Kolbe
par ami de la Miséricorde Lun 14 Aoû 2017, 01:51

» 13 août : Saint Bénilde de Saugues
par ami de la Miséricorde Dim 13 Aoû 2017, 16:44

» 13 août Sainte Radegonde de Poitiers
par ami de la Miséricorde Dim 13 Aoû 2017, 01:20

» 13 août Saint Jean Berchmans
par ami de la Miséricorde Dim 13 Aoû 2017, 01:00

» 13 août Saint Hippolyte de Rome
par ami de la Miséricorde Dim 13 Aoû 2017, 00:42

» 13 août Saint Dorothée de Gaza
par ami de la Miséricorde Dim 13 Aoû 2017, 00:29

» 12 août Sainte Jeanne-Françoise Frémiot de Chantal
par ami de la Miséricorde Ven 11 Aoû 2017, 23:09

» 11 août Sainte Claire d'Assise
par ami de la Miséricorde Ven 11 Aoû 2017, 01:16

» 10 août Sainte Philomène
par ami de la Miséricorde Jeu 10 Aoû 2017, 01:26

» 10 août Saint Laurent de Rome
par ami de la Miséricorde Jeu 10 Aoû 2017, 01:09

» 9 août Sainte Thérèse-Bénédicte de La Croix (Edith Stein)
par ami de la Miséricorde Mer 09 Aoû 2017, 01:56

» 8 août Saint Dominique de Guzman
par ami de la Miséricorde Mar 08 Aoû 2017, 10:25

» 7 août Saint Gaëtan de Thienne
par ami de la Miséricorde Lun 07 Aoû 2017, 00:16


Partagez | 
 

 célébration de la messe- retour du latin - motu proprio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Avez-vous hâte au retour de la Messe dans toute sa Splendeur !
OUI
100%
 100% [ 5 ]
NON
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 5
 

AuteurMessage
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 618
Localisation : La belle province

MessageSujet: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Sam 09 Sep 2006, 00:53

Rappel du premier message :

cheers Gloire à Dieu pour l'union des troupes dans notre sainte Église catholique et apostolique. cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/

AuteurMessage
Moniale2
Assidu


Nombre de messages : 70

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Jeu 08 Fév 2007, 20:26

Il semble que le diocèse de Joliette Québec est emboité le pas: Plus de messe le samedi soir.
Revenir en haut Aller en bas
Frère Chris/Majuscule sol
Assidu
avatar

Nombre de messages : 666
Localisation : aix-en-P.

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 10:14

Like a Star @ heaven je suis étonné de voir que dans ce site,les participants sont à peu près d'accord pour le retour à la messe traditionnelle en latin.Mon avis est neutre pour ce sujet et serait plutot d'ordre esthétique.Je chante du grégorien(en privé)et porte l'habit religieux.Mais mon interrogation porte sur le rapport de cette option religieuse avec les apparitions privées,particulièrement celle des I love you I love you unis.Pourquoi donc l'intéret porté aux apparitions mène-t-il à des options anté-conciliaires?De mémoire,je ne trouve pas de révélation sérieuse demandant cette position.Il y a quelques rappels,comme chez Françoise à des gestes de dévotion,sans plus.Y a-t-il une révélation demandant le retour au latin?
(pour l'humour,il me semble qu'à Kerizinen,on encourageait à parler breton!) Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 16:25

Cher Frère Christian,

Il y a des messages à une soeur mexicaine, je crois, qui demande le retour à la messe traditionnelle, mais la preuve de leurs authenticité n'ayant pas été faite, il vaut mieux les laisser de côté afin de ne pas engager une polémique inutile.
Pourquoi ceux qui s'intéressent aux apparitions ou aux messages du ciel en général sont plus favorables à un retour à la messe traditionnelle ? Je crois que c'est évident. Que demande la Vierge ? une pratique de la prière, de la pénitence, des sacrifices... mais aussi plus de respect pour l'Eucharistie. Que constate-t-on dans les messes "modernes" ? du relachement, de l'irrespect, de la désinvolture, la perte du sacré, des cantiques qui ne veulent rien dire, à la fois protestants et new-age, parfois quasiment hérétiques... Lorsqu'on a pris conscience de la valeur inestimable de l'Eucharistie, lorsqu'on sait que c'est Jésus en personne qui se donne, on devient plus humble et plus obéissant, on essaie de Lui plaire par une attitude entièrement faite de respect et de dévotion... Et quelle est la messe qui est la plus susceptible de convenir, si ce n'est la messe de nos parents où on faisait la génuflexion, où on s'agenouillait pour recevoir la Sainte Communion, où on se recueillait pendant que l'on priait.
Et puis n'est-il pas vrai que Pie V avait décrété que la messe ne devrait plus jamais être modifiée sous peine d'anathème.
J'en ai discuté avec un évêque orthodoxe. Il m'a dit que c'est la raison (nos messes protestantes) pour laquelle l'union tarde à se faire entre les Eglises d'Orient et d'Occident. Au moins chez eux il y a du respect et on a gardé le sens du sacré. Mais l'Eglise de France a toujours préféré se rapprocher de l'Eglise réformée, qui est pourtant hérétique, d'où un retour tout à fait logique du balancier.



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Minuscule-Lune3
Assidu
avatar

Nombre de messages : 870
Age : 37
Localisation : Lanaudière, Québec, Canada

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 18:53

J'ai survolé le sujet... personnellement, il est vrai que la messe en latin...c'est très joli, très spirituel et j'en passe... (les chants en latin et en grégoriens sont sublimes...)

Mais, car oui il y a un mais...

Ici au Québec, Chaque dimanche, les églises de paroisse (et de ville) sont visité par à peine une trentaine..(et je suis généreuse) de fidèles... La plupars étant des "tête blanches" (sans insultes... c'est une façon de parler) Peu de jeunes vont à la messe...

Ici au Québec, les gens parlent Français et Anglais... les francophone ont de la misère à se mettre à l'angalsi et les anglophones ont de la misère à se mettre au français... aujouterions-nous le latin?!

Je vais à la messe.... en français, et parfois, je dois ré-étudier les lectures pour bien en saisir le sens et le message... quesce que ça serait si c'était en latin?! Je suis d'avie que pour la compréhension de nos croyances, malheureusement, nous devrions laisser la messe dans notre langue parlée.

Au mieux, ajouter un ou 2 chants grégoriens ou latin durant la messe serait très bien...

Personnellement, je reste en banlieux, mais je vais à la messe à la campagne... ou l'Eucharistie est célébrée formitablement... dans un chant...(en français) un chant qui permet aux fidèles de participer avec des murmures... cela fait un effets tellement réussi de piété! C'est si beau..à chaque fois, les larmes me montent aux yeux!

Ensuite, la communion se fait à à la balustrade du coeur, agenouillé.... et prise sur la langue pour une bonne majoritée...

Rien n'est "obligatoire"... il y a possibilité de faire comme je viens de le dire, ou sinon, certains fidèles préfères continuer à communier debout dans la mains... ils sont libres de leurs choix... (à l'image de la liberté que Dieu nous donne chaque instant..) mais, je précise, que depuis toutes ses années ou je vais à cette église, beaucoup ont finalement étreint l'idée de la communion à la balustrade... régulièrement, le prêtre explique le pourquoi d'une telle démarche... et depuis qu'il offre cette merveilleuse façon de communier... l'église s'est beaucoup remplie de nouveau... les jeunes en préparation aux sacrements, participent et ont une fierté apparante à le faire... l'esprit de cette église est vraiment superbe!

Donc, le retour de la messe traditionnelle en latin pour moi, je ne suis pas trop pour... car cela reviend à imposer aux paroissiens une forme plutot qu'une autre... et les gens on les habitudes bien encrées... déjà que la compréhension de Dieu n'est pas toujours évidente... imaginez si en plus elle se fait en une langue inconnue!

Physiquement, cela obligerait des cours de latin ...dans les écoles?... je n'y crois pas.. car même si les commision d'école reste "catholique"... ils (le gouverne-maman) y ont enlevé les cruxifie, les cours de religions etc.... cela devient "politiquement impossible" de remettre le tout... en plus de cours de latin! (j'en suis peinée... mais que faire? que faire contre la majorité?)

À l'heure ou les "accommodements raisonables" prennent beaucoup de place pour toutes les religions confondues... je ne crois pas la chose possible...

Voilà mon opinion... Sad triste...mais... réaliste..

bisou I love you



********************************





Que Toi, Sainte Trinité, Tu guides nos pas et nos dires...!!!
Béni mes p'tits anges que Tu nous as prêtés!
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 19:50

Chère Minuscule,

Merci d'apporter ton témoignage. Tu as de la chance d'avoir une telle messe où apparemment on respecte l'Eucharistie, disons mieux qu'à bien des endroits.
Lorsqu'on est passé à la messe en français et qu'on a tout chamboulé, le clergé, en général, ne s'est pas soucié de savoir si ces changements n'allaient pas perturber les paroissiens. Aujourd'hui on nous dit qu'il ne faut rien changer parce que les gens ne pourraient pas suivre. En réalité, il y a eu une volonté de se rapprocher des protestants, et derrière la volonté de Satan de détruire la foi. Il faut en avoir conscience. Maintenant je comprends les jeunes qui ne comprennent rien au latin et qui par conséquent n'ont pas envie de s'y mettre. Mais est-ce un problème, le latin ? Les paysans d'antan étaient pour la majorité complètement incultes, ils suivaient pourtant très bien la messe. De toute façon, même dans une messe en latin, les lectures peuvent être en français ou en anglais, ainsi que l'homélie.

Une question : qu'appelles-tu des "têtes blanches" ? ... des "visages pâles" ? Razz mdr
Serais-tu une squaw ?
Ici, en France, on appelle "pieds noirs", les européens nés en Afrique du Nord.



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 19:55

A propos de chants grégoriens je conseille les chants des moines Bénédictins du monastère de Santo Domingo de Silos en Espagne.
C'est divin ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Minuscule-Lune3
Assidu
avatar

Nombre de messages : 870
Age : 37
Localisation : Lanaudière, Québec, Canada

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 19:57

Cher jean Laughing Razz .... l'expression "tête blanches"... signifie les personnes agées... (c'est une expression bien de chez moi...lolllll sans aucun manque de respect envers eux je précise...) C'est pour "imagé" que la plupart des personnes qui vont à la messe sont d'un certain âge... que les jeunes (qui n'apprennent plus la religion à l'école entre parenthèse) ne fréquentent pas tellement les église, ce qui est très triste...

ensuite,
Citation :
Lorsqu'on est passé à la messe en français et qu'on a tout chamboulé, le clergé, en général, ne s'est pas soucié de savoir si ces changements n'allaient pas perturber les paroissiens.
Tu as bien raison.... mais es-tu d'accord avec moi pour dire que ce fut une regrettable erreur?.... je crois que oui... donc... devrions nous répéter cette erreur? je m'explique: ce changements en a dérouté plus d'un... et en a éloigné d'auture des messes.... déjà qu'aujourd'hui beaucoup ni vont pas.... ferions-nous en sorte d'augtmenter la quantitée effroyable d'abandons?

La langue dans laquelle est enseignée Dieu n'a aucune importance... du moment que cet enseignement est donné et compris...non? Dieu n'est pas un language....

Et pour ma part... je crois que comprendre est plus important qu'autre chose.... qu'en penses-tu?

I love you bise



********************************





Que Toi, Sainte Trinité, Tu guides nos pas et nos dires...!!!
Béni mes p'tits anges que Tu nous as prêtés!
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 20:21

Ici, on dit aussi "les chères têtes blondes" pour parler des enfants, comme si les têtes brunes ou rousses n'existaient pas !!! Smile

Je suis bien d'accord avec toi, la langue ne change rien dans notre rapport à Dieu. Cependant, le latin avait l'avantage d'être une langue universelle.
Mais le problème, qui en fait nous dépasse largement, c'est que la messe de St Pie V ne devait jamais changer sous peine d'anathème. C'est le mystère d'iniquité en marche devant lequel nous sommes peu de choses. Il n'y a plus qu'à faire confiance à notre Saint Père, Benoît XVI, et surtout prier pour lui et que l'Esprit-Saint l'inspire dans ses décisions.

I love you



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Frère Chris/Majuscule sol
Assidu
avatar

Nombre de messages : 666
Localisation : aix-en-P.

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 20:30

Like a Star @ heaven Sans parler de révélation privée,je me souviens qu'une béatifiée palestinienne,carmélite,dont la vie écrite s'intitule"myriam,la petite arabe",a dit que le latin était une langue sacrée,au meme titre que l'hébreux.
Il faut remarquer que le latin n'est pas du tout sa culture d'origine,ce qui donne du crédit à ses paroles.
Personnellement je pense qu'il faudrait beaucoup plus qu'un retour au latin ou à la messe tridentine pour un redressement de l'Eglise.D'où la necessité non seulement d'une réforme liturgique mais d'une NOUVELLE PENTECOTE. Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 20:46

J'ai un peu plus de 30 ans...si je dois amener un jeune ami à la messe, qu'y verra-t-il le plus souvent ? une liturgie avec peu de transcendance et parfois infantile...comment alors peut-il se dire : "ici il se passe quelque chose ?"

Si je l'amène chez les orthodoxes il se dira (même s'il ne croit pas) : "ici il se passe quelque chose"...et il aura un respect pour cela.

J'attends avec impatience la venue de la messe tridentine pour que mes amis "entre deux chaises" puisssent rencontrer le Christ et non pas une assemblée qui croit être le centre de la célébration...merci Vatican II !
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 09 Fév 2007, 22:27

Citation :
une liturgie avec peu de transcendance et parfois infantile

C'est bien le problème. On fait des messes pour des enfants (infantiles), après on s'étonne qu'il n"y a plus que des enfants et des personnes âgées.



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Sam 10 Fév 2007, 00:08

Bonsoir à tous,

Il existe une messe intermédiaire qui est la messe de toutes les cérémonies au Vatican, c'est aussi la messe des abbayes bénédictines comme Solesmes par exemple. Il s'agit d'une messe de rite vatican II mais en latin avec des chants grégoriens. Le prêtre fait donc face à l'assemblée mais toute la messe est dite en latin sauf l'épître et l'évangile ainsi que l'homélie. Toutes les prières sont chantées en grégorien. Cette messe peut être suivie très facilement sans connaître le latin en se servant d'un missel grégorien édité par l'abbaye de Solesmes (entre autres). Ce missel est en juxta, langue vernaculaire plus latin. On apprend ainsi très facilement à réciter le Pater, le Credo, le gloria ou le kyrie (grec).

Si vous vous souvenez des funérailles de notre regretté Saint Père Jean-Paul II, vous vous souviendrez certainement de la messe et bien, c'est la messe dont je parle.

Quant à la messe Saint Pie V, celle-ci était suivie par les fidèles via les missels qui étaient tous en juxta langue vernaculaire/latin. Chacun se rendait à la messe avec son missel. Dans les missels figurent toutes les indications utiles sur la liturgie, le sens des couleurs utilisées etc.

Il est beaucoup plus aisé de suivre une messe en latin même de rite ancien avec un missel que n'importe quelle messe moderne où l'on a beaucoup de difficultés à distinguer les différentes parties de la messe tant elles sont baclées ou détournées de leur sens. Soit on en allonge certaines au détriment d'autres soit on les rend tellement courtes qu'elles en deviennent insignifiantes etc. L'élévation est parfois tellement rapide et peu amenée que l'on ne se rend même pas compte du moment où elle a lieu.

Avec un missel on peut suivre tous les moments de la messe, et se préparer réellement à la consécration, à l'eucharistie puisqu'on suit tout au fur et à mesure.

Le latin n'a jamais été un problème, il suffisait de savoir lire. L'utilisation du latin vous permettait d'aller n'importe où, dans n'importe quel pays, dans n'importe quelle église et, avec un missel vous pouviez suivre sans difficultés.

Je pense que l'on ne peut vraiment plus dire que c'est le cas aujourd'hui.

Et pourtant, Vatican II n'a JAMAIS SUPPRIME LE LATIN. Pourquoi donc en est-on arrivé à ces divisions qui ont été le catalyseur de l'apostasie généralisée que nous connaissons aujourd'hui?

Leodia



********************************




Que les Coeurs Unis de Jésus et Marie nous protègent et nous guident.
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Sam 10 Fév 2007, 11:18

Chère Léodia,

C'est exactement ce qu'il fallait dire. Je suis entièrement d'accord.

Je suis sûr que cette messe reviendra en force et qu'elle sera suivie par tous, vous verrez. Very Happy

Que le Seigneur te bénisse !



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 618
Localisation : La belle province

MessageSujet: Benoît XVI va-t-il décevoir?   Ven 23 Fév 2007, 00:54

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=2202074_liturgie

Citation :
Benoît XVI va-t-il décevoir?

Recevant ce matin les prêtres du diocèse de Rome le pape Benoît XVI a annoncé qu’il signerait bientôt l’Exhortation post-synodale sur l’Eucharistie qui devrait aider "tant dans la célébration liturgique que dans la méditation personnelle, la préparation des homélies, mais aussi dans la célébration de l’Eucharistie et la revitalisation de la piété populaire".


Les fidèles attendaient un redressement de la liturgie; il n'a pas lieu. Certains espéraient un motu proprio en faveur de la liturgie ancienne; il n'est pas arrivé. Nombreux sont ceux qui souhaitaient des nominations d'évêques issus d'une génération étrangère aux idées encore trop présentes de 68; elles ne semblent pas être à l'ordre du jour.

Benoît XVI serait-il en train de décevoir ? C'est en tout cas une idée qui se dégage à la lecture de nombreux sites Internet. Mais ne convient-il pas de dépasser les premières impressions et d'analyser les choses plus en détail pour ce qui touche directement à la situation de la France ?

Concernant la liturgie: que peut faire le pape face à une fronde épiscopale déclenchée par l'idée d'un motu proprio libéralisant la liturgie d'avant Vatican II? Que peut faire le pape lorsqu'il doit s'appuyer sur des évêques persuadés qu'il n'y a pas de problèmes en liturgie ? Que peut faire le pape lorsqu'il est face à des évêques convaincus que les orientations conciliaires sont appliquées dans les diocèses ?
Revenons un instant sur le communiqué que les évêques de la province ecclésiastique de l'Est (Besançon) ont adressé à Benoît XVI en apprenant la publication d'un motu proprio et voyons ce qu'il révèle.

Texte: "Réunis, le 25 octobre 2006 à Lons-le-Saunier, dans le cadre de l'Instance Régional Évêques Prêtres, les évêques de la Province ecclésiastique de Besançon et les évêques des diocèses concordataires de Strasbourg et de Metz ont décidé de faire part au Saint-Siège de leurs inquiétudes suscitées par la création de l'Institut du Bon Pasteur, dans l'archidiocèse de Bordeaux, et l'éventualité de la publication d'un Motu proprio du Pape Benoît XVI généralisant l'usage du rite tridentin pour la célébration de la messe."

Commentaire. Comment ne pas avoir l'impression que des évêques font comprendre qu'eux, de là où ils sont, ont une vision claire et objective des problèmes de l'Eglise que le pape, n'a pas ? Et qu'en est-il du charisme d'infaillibilité ? Est-ce le Successeur de Pierre qui en jouit, ou un collectif d'évêques?

Texte: "Les évêques, soucieux du bien commun et de l'unité de l'Eglise, ont pris cette initiative en raison du trouble ressenti par beaucoup de fidèles, de diacres et de prêtres de leurs diocèses respectifs."

Commentaire. Il est pour le moins curieux de voir des pasteurs diocésains s'inquiéter de l'unité de l'Eglise, alors que pendant des années il ne fut question que de "pluralisme" et de "respect des diverses sensibilités". On peut aussi être surpris d'apprendre que des fidèles ont été "troublés". De quels fidèles s'agit-il ici ? Des 5% qui pratiquent encore ? De quels prêtres parle t-on ? De ceux qui constituent ce clergé n'ayant jamais été capable de célébrer la liturgie issue de Vatican II faute de n'avoir jamais bénéficié d'une formation théologique solide ?
Il devient assez difficile de croire que les signataires du communiqué adressé au Siège apostolique soient au courant de la réalité.

Texte: "Estimant que la liturgie est l'expression de la théologie de l'Eglise, les évêques redoutent que la généralisation de l'usage du Missel romain de 1962 ne relativise les orientations du concile Vatican II. Une telle décision risquerait aussi de mettre à mal l'unité entre les prêtres, autant qu'entre les fidèles."

Commentaire. Si la liturgie est l'expression de la théologie de l'Eglise, comment se fait-il qu'on ne trouve pas aujourd'hui deux messes célébrées de la même façon ? Comment peut-on justifier que chaque célébrant, puisse s'autoriser à accommoder la liturgie à sa façon?

Mais il y a plus consternant: les signataires du communiqué laissent clairement entendre qu'une décision prise par le pape mettrait à mal l'unité entre les prêtres autant qu'entre les fidèles. Le Successeur de Pierre est donc présenté ici comme un diviseur potentiel au sein de l'Eglise. Gravissime allégation! Qui ne voit que nos évêques font ici, à l'encontre du pape, preuve d'une inconvenance qui n'a que l'excuse de l'insuffisance de leur formation théologique ?

Texte: "Depuis de nombreuses années d'importants efforts de formation liturgique ont été réalisés, les évêques s'en réjouissent et encouragent leurs diocésains à poursuivre le travail engagé."

Commentaire. Et pourtant... partout - à de très rares exceptions près - où la liturgie est organisée par des fidèles ayant bénéficié d'une formation dispensée au sein des instances diocésaines, c'est la catastrophe.

Une autre question mérite d'être posée ici: c'est celle qui concerne les récentes nominations d'évêques. A première vue, il y a de quoi être dubitatif. Mais là encore, il faut regarder plus loin et considérer les choix qui s'offrent à Benoît XVI pour nommer des pasteurs diocésains dans le contexte que connaît l'Eglise en France.

Première possibilité: transférer tel évêque déjà en poste à un nouveau siège. On ne fait alors que déplacer le problème. Dépouiller Pierre pour habiller Paul n'est pas une solution d'avenir, comme chacun sait.

Deuxième possibilité: sacrer évêques des personnes bien en vue, et qui ont déjà su faire parler d'elles. Le problème, dans ce cas, est que nous n'aurions plus que des carriéristes à la tête des diocèses, des gens ayant tout fait pour être mitrés et se faire appeler "monseigneur"... Mais l'on sait que le pape se méfie de ces clercs souvent aussi ambitieux qu'intrigants: il l'a dit en commentant le Chemin de Croix du Colisée 2005, et il vient de le répéter aux jeunes gens qui se préparent à la prêtrise au Séminaire de Rome. (Benoît XVI partage les "secrets" pour être un bon séminariste et futur prêtre)

Troisième possibilité: trouver un prêtre vraiment capable d'assumer une charge épiscopale. Il en existe dans les diocèses... Mais le problème vient de ce que de plus en plus souvent, ces hommes, généralement discrets, refusent d'accéder à l'épiscopat. Il en ont le droit. Qui pourrait leur faire grief de refuser une fonction risquant de leur faire perdre leur santé spirituelle, psychologique et physique ? Quel homme serait assez fou pour accepter de n'être plus que le gérant de structures diocésaines qui tournent à vide, le responsable d'un clergé vieillissant, théologiquement peu formé, sans relève? Quel homme serait assez fou pour imaginer pouvoir redresser la situation ?

Il est donc évident que les marges de manoeuvre du pape sont assez limitées en France: heureux est-il s'il trouve encore des prêtres simplement capables, une fois sacrés évêques, d'administrer des structures diocésaines sans faire de vagues, ni dans un sens ni dans l'autre. On le voit bien: l'épiscopat français est le moins diplômé au sein de l'Eglise universelle. Au lieu d'y trouver des hommes ayant une solide formation théologique, on n'y voit que des gens ayant touché un peu à tout, mais sans vraiment rien approfondir.

Nous avons, bien sûr, le droit d'être déçus de cette situation, mais nous n'avons pas le droit d'en être inquiets ou désespérés.

Qui, aujourd'hui, se souvient de la situation dans laquelle se trouvait l'Eglise aux Pays-Bas lorsque Jean-Paul II fut nommé pape ? Qui se souvient qu'une émission télévisée qui présentait l'Eglise en Hollande avait dû être diffusée... accompagnée du "carré blanc" qui signifiait à l'époque que le document était interdit aux moins de 18 ans ? Telle était la situation dans ce pays autrefois si catholique. Mais bien des années, plus tard, une théologienne des Pays-Bas disait à des catholiques français qui évoquaient la crise traversée par l'Eglise dans leur pays: "Vous, en France, vous continuez à descendre lentement mais sûrement; cependant, vous n'avez pas encore touché le fond de la piscine comme nous l'avons touché, nous, bien avant vous, aux Pays-Bas. Quand vous l'aurez touché, alors vous pourrez donner le coup de pied qui vous fera enfin remonter à la surface."

Alors déçus ? Oui, sûrement. Inquiets ? Non... Évitons de nous comporter comme les disciples dont la barque était prise dans une tempête pendant que le Maître dormait paisiblement. "Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ?" leur dit-il... (cf. Mt 8, 25).



Source: PRO LITURGIA

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/
majuscule soleil
Assidu
avatar

Nombre de messages : 792
Localisation : chatanooga

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Ven 23 Fév 2007, 22:26

clown Moi j'aime bien parler lapin albino
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Un Motu Proprio pour le Jeudi Saint   Lun 26 Mar 2007, 19:13

Le Motu proprio est prêt, malgré l'opposition de l'Eglise de France

cheers cheers cheers

C'est ce qu'affirme le site RORATE COELI (en anglais). Il s'agit ici de la confirmation des informations que nous avions reçues à Rome au début du mois.

Nous avons tenté une traduction du texte anglais que nous vous présentons. Nous avons mis en gras les points qui nous semblent importants.


Benoît XVI libère la Messe tridentine...... C'est le feu-vert du pape ; le retour de la messe en latin.
une tempête pour l'opposition aux lefebvriste arrive avec Pâques
Marco Tosatti

Cité du Vatican: Benoît XVI libère la messe tridentine, cette messe "en latin" si aimée par, mais pas exclusivement, les fidèles de Mgr Lefebvre, et pour cette raison, haïe par les progressistes de l'Eglise. Le motu proprio du pape, qui devrait être publié entre l'Annonciation et Pâques est prêt.

Le teste est entièrement ficelé (blindé); mais, d'après les indiscrétions d'excellentes sources, devrait changer la situation actuelle. Actuellement, les évêques ont le pouvoir - mais aussi grâce à une bureaucratie amollissante - de rendre la célébration de la messe ancienne très difficile. Avec le motu proprio, leur rôle devrait changer : non plus arbitre, mais "superviseurs" (ou surveillant). Et, en fait, un fin renard de la curie remarque qu'évêque en grec signifie exactement cela : surveillant. Cela signifie que les fidèles qui souhaitent la messe latine (s'ils sont au moins 30) ont le droit d'en demander la célébration, dans toutes les églises, à quelques rares exceptions près dues à des conditions générales d'opportunité.

.....

A la fin février, lors d'un diner d'adieu, avant sont retour définitif au Chili, le Cardinal de 81 ans Jorge Medina Estevez, memebre de la commission Ecclesia Dei, chargée des relations avec les lefebvristes, disait à ses amis que la publication du motu proprio était imminente. une question de semaines, précise une autre source du Vatican.

Ceci, bien que la vigoureuse opposition soit toujours en garde. Quand, à l'automne dernier, le motu proprio commençait à prendre une forme
concrète, quelques prélats dinèrent ensemble dans une abbaye de l'Aventin : parmi d'autres, un abbé et un personnage extrèmement important de l'entourage pontifical, notoirement opposé au rite tridentin. A cette réunion, fut discutée la manière "d'aider" le pape à comprendre que la libéralisation était une erreur.
Mgr Le Gall, évêque de Toulouse, était la cheville ouvrière de ce travail. Et en fait, Mgr Le Gall a fait des déclarations très sévères , et en une rapide succession, le cardinal Lustiger, son successeur Vingt Trois et le cardinal de Bordeaux, Ricard sont arrivés à Rome ("l'invasion des gaulois", remarquait-on au Vatican) pour faire campagne contre le Motu proprio.

Les détracteurs de cette opposition expliquent que l'Eglise de France, qui a vu son pourcentage de pratiquant chûter de 14 à 4,5% entre 1978 et 2006, craint l'autorisation des amoureux de la messe traditionnelle comme un poison. Et cela aussi parce que, d'après les dernières données provisoires, pour l'année en court, 120 jeunes sont entrés dans les 91 séminaires diocésains français pendant que 4 ou 5 séminaires traditionalistes comptent quelques 40 entrées.

L'invasion des gaulois a vraiment gelé la situation pendant un temps, comme l'espérait les prélat de l'Aventin, bon connaisseurs de la personnalité de Benoit XVI, prudent presque timide face à une opposition déclarée.

Mais maintenant le cardinal Castrillón Hoyos, president de la commission "Ecclesia Dei" a confié à un ami : " le Pape est très décidé".

Chers amis, l'échéance libératrice approche. Redoublons nos prières et tenons nous prêts à pouvoir enfin profiter des largesses que l'Eglise notre Mère, voudra bien nous donner.

A la fin de cet article, nous remercions le lecteur maîtrisant mieux l'anglais que nous, de nous avoir transmis une bien meilleure traduction que celle que nous avions d'abord publiée.

Source : http://www.paixliturgiquereims.org/article-6048327.html



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1142

MessageSujet: Des réactions   Lun 26 Mar 2007, 19:19

QUELQUES "DEJA" REACTIONS AU MOTU PROPRIO IMMINENT

Le motu proprio n'est pas encore ce jour samedi 24 mars publié. Pourtant, déjà, des réactions de catholiques non attachés (pour certains c'est un euphémisme) apparaissent:

La première provient de l'association PRO LITURGIA , sa conclusion ne manque pas de bon sens et nous vous la proposons ci-après: Very Happy

Avec le Motu proprio, le latin et le chant grégorien vont réinvestir les célébrations liturgiques d'une façon que les évêques de France n'avaient sûrement jamais prévue. N'est-ce pas une façon polie de leur faire comprendre que, désormais, dans le domaine liturgique, les fidèles se passeront de leurs autorisations pour obtenir ce à quoi ils ont droit: des célébrations dignes par lesquelles le sens du sacré est mis en valeur. Car en fin de compte, qui peut dire que la "désinfection" des liturgies paroissiales actuelles ne se réalisera pas par le biais de l'exemplarité de célébrations autorisées ponctuellement par le Motu proprio? Le Motu proprio n'est donc pas souhaité uniquement par des fidèles "traditionalistes" attachés à l'ancienne forme de la liturgie romaine: il est aussi souhaité par des fidèles qui en ont par-dessus la tête de ne plus savoir où aller, le dimanche, pour trouver une messe échappant aux bricolages des "équipes d'animation pastorale" lesquelles - faut-il le rappeler - n'ont aucune légitimité pour intervenir dans le domaine de la liturgie.

La seconde est à lire sur le site GOLIAS, farouchement opposé à tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à la Tradition de l'Eglise. Exceptionnellement, l'analyse de Christian TERRAS mérite d'être lue. En voici un extrait: Crying or Very sad

Le document sera en effet publié avant la fin du carême : en tout cas, le Pape Benoît y serait résolu. Mgr Malcolm Ranjith, le secrétaire de la Congrégation pour le culte divin a toujours bien spécifié que le document se trouvait à présent entre les mains du Pape lui-même qui choisira le moment le plus opportun. Rome redoute certainement une levée de boucliers, se faisant d’ailleurs peut-être des illusions sur la détermination réelle de ceux qui y sont opposés.

Le « motu proprio » ne consisterait pas en une remise en cause de la réforme de Paul VI mais en une reconnaissance du droit pour tout prêtre de célébrer en privé la messe tridentine. En outre, le texte octroierait à des groupes de fidèles le véritable droit de voir célébrer une messe selon son rite : ce qui contraindrait en quelque sorte les évêques rétifs. On sait qu’il y eut longtemps un bras de fer à Nanterre entre Mgr François Favreau puis Mgr Gérard Daucourt et un groupuscule de traditionalistes peu nombreux mais déterminés qui obtinrent finalement gain de cause. Un vicaire épiscopal spécial leur a même été donné, le Père Yvon Aybram. Actuellement, un tel bras-de-fer se poursuit entre le groupe traditionaliste rémois et Mgr Thierry Jordan, archevêque. Ce dernier a été un temps secrétaire du cardinal Villot à Rome et partage avec son ancien maître spirituel à Rome une aversion viscérale pour le lefebvrisme. Il était en outre chargé par l’épiscopat français de « recycler » sans trop de bienveillance les jeunes ecclésiastiques sortis d’Ecône.

Ce « motu proprio » changerait complètement la donne : il transformerait une concession (ce que l’évêque de Metz, Mgr Pierre Raffin, appelait une « parenthèse miséricordieuse » en un véritable droit). Au plan ecclésiologique, ce « motu proprio » devrait susciter de très vives critiques. En effet, il réduit la responsabilité de l’évêque, garant de la communion authentique pour une Eglise particulière.
Il est assez probable que ce « motu proprio « favorise ainsi le développement des communautés ayant recours désormais à l’indult. En outre, la commission « Ecclesia Dei » verrait ses pouvoirs grandir. Dès lors que dans un diocèse un groupe ne trouve pas de prêtre disposé à célébrer la messe à sa demande, elle pourrait imposer une solution et sans doute envoyer un prêtre de son choix.



********************************




"...si un homme ne renaît, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu". Jn 3, 3
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Lun 26 Mar 2007, 19:28

Alléluia ! cheers cheers cheers
merci Jean, quelle bonne nouvelle !
Revenir en haut Aller en bas
princharming
Assidu


Nombre de messages : 657
Localisation : Ville-Marie (Québec)

MessageSujet: Le Cardinal Bertone   Sam 31 Mar 2007, 20:06

tiré du Salon Beige

Le Cardinal Bertone dans le Figaro Magazine


Le cardinal Bertone a accordé un long entretien au Figaro Magazine. En attente d'un Motu Proprio "libéralisant" le rite de saint Pie V, les catholiques apprécieront les propos du Secrétaire d'Etat du Vatican à leur juste valeur et dans leur intégralité.
Loin de dénigrer le concile Vatican II et sa réforme liturgique, l'annonce de ce motu proprio, au contraire, les confirme :


"Les erreurs ne sont pas dans les textes du concile, mais dans les comportements de ceux qui ont prétendu interpréter à leur propre guise la réforme liturgique de Vatican II (...)

La valeur de la réforme liturgique conciliaire est intacte.Mais tant pour ne pas perdre le grand patrimoine liturgique donné par saint Pie V que pour accéder au souhait des fidèles qui veulent assister à des messes selon ce rite, dans le cadre du missel publié en 1962 par le Pape Jean XXIII, avec son calendrier propre, il n’y a pas de raison valable de ne pas donner au prêtre du monde entier le droit de célébrer selon cette forme. L’autorisation du souverain pontife laisserait évidemment sous sa validité au rite de Paul VI.

La publication du motu proprio précisant cette autorisation aura lieu, mais ce sera le pape lui-même qui expliquera ses motivations et le cadre de sa décision. Le souverain pontife donnera personnellement sa vision de l’utilisation de l’ancien missel au peuple chrétien, et en particulier aux évêques".

Lahire (via le FC)
Revenir en haut Aller en bas
princharming
Assidu


Nombre de messages : 657
Localisation : Ville-Marie (Québec)

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Dim 01 Avr 2007, 18:46

tiré d'eucharistie miséricorde

Le pape Benoît XVI, le Concile, le Motu proprio

Extrait d'une interview du Cardinal Bertone
publiée dans le Figaro Magazine du 31.3.2007


(...)
Le pape Benoît XVI vient de publier une Exhortation apostolique, "Sacramentum Caritatis" (le Sacrement de l'Amour), consacrée à l'Eucharistie. Ce texte insiste sur la dimension sacrée de la liturgie catholique...

Le pape a souvent expliqué que la réforme voulue par le concile Vatican II avait pour véritable objectif de remettre Dieu au centre de la liturgie et de permettre au peuple chrétien de comprendre le sens des grands rites. Vatican II désirait conserver la valeur intrinsèque de la liturgie, tout en permettant aux fidèles une participation à la célébration du sacrifice divin. Le Saint-Père demande donc aux évêques, aux prêtres et aux fidèles une véritable application des textes du Concile, par exemple par l'emploi du latin et du grégorien, que la réforme de Paul VI n'a jamais proscrits, mais bien au contraire, voulait conserver à leur juste place.

Pourquoi le cardinal Ratzinger, et maintenant le pape Benoît XVI, ont-ils si souvent condamné les interprétations jugées abusives de la liturgie ?

L'application des grandes orientations du concile a malheureusement pu connaître des traductions plus ou moins erronées conduisant à des appauvrissements notables. Les fruits de la réforme liturgique du concile n'en restent pas moins considérables. Il est vrai que les abus doivent être combattus, car une partie du peuple chrétien a pu s'éloigner de l'Eglise en raison de ces errements. Les erreurs ne sont pas dans les textes du concile, mais dans les comportements de ceux qui ont prétendu interpréter à leur propre guise la réforme liturgique de Vatican II.

Un décret élargissant la possibilité de célébrer la messe en latin selon le rite antérieur à Vatican II (la messe dite de saint Pie V) est-il toujours prévu ?

La valeur de la réforme conciliaire est intacte. Mais tant pour ne pas perdre le grand patrimoine liturgique donné par saint Pie V que pour accéder au souhait des fidèles qui veulent assister à des messes selon ce rite, dans le cadre du missel publié en 1962 par le pape Jean XXIII, avec son calendrier propre, il n'y a aucune raison valable de ne pas donner aux prêtres du monde entier le droit de célébrer selon cette forme. L'autorisation du Souverain Pontife laisserait évidemment toute sa validité au rite de Paul VI. La publication du motu proprio précisant cette autorisation aura lieu, mais ce sera le pape lui-même qui expliquera ses motivations et le cadre de sa décision. Le Souverain Pontife donnera personnellement sa vision de l'utilisation de l'ancien missel au peuple chrétien, et en particulier aux évêques.
(...)
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: des nouvelles du motu proprio ?   Dim 08 Avr 2007, 19:20

Joyeuse et sainte Pâques à tous Wink

Quelqu'un a-t-il des nouvelles du motu proprio ?
Revenir en haut Aller en bas
Stefanos
Assidu
avatar

Nombre de messages : 571

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Mar 10 Avr 2007, 09:51

Des nouvelles dans le famille chrétienne de cette semaine. Il arrive !

ALLELUIA !!!!


Dernière édition par le Mar 10 Avr 2007, 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
majuscule soleil
Assidu
avatar

Nombre de messages : 792
Localisation : chatanooga

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Mar 10 Avr 2007, 10:36

clown Joyeuses PACATOUS

Je n'ai pas de nouvelles du Lotus proprio
ce doit être une nouvelle variété!
Revenir en haut Aller en bas
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 618
Localisation : La belle province

MessageSujet: Le cardinal Tarcisio Bertone a confirmé la publication   Mer 11 Avr 2007, 05:30

http://infocatho.cef.fr/fichiers_html/archives/deuxmilseptsem/semaine14/27nx141eglisec.html

Citation :
2007-04-05 -
LA PROCHE PUBLICATION DU MOTU PROPRIO

Le cardinal Tarcisio Bertone a confirmé la publication du Motu Proprio sur le rite tridentin, dans un entretien avec la presse française où il s'exprimait sur d'autres questions que la seule question liturgique.

Pour lui, "la valeur de la Réforme conciliaire est intacte. Certes il ne faut pas perdre le grand patrimoine liturgique donné par saint Pie V (1566-1572). Mais le Motu Proprio ne revient au rite tridentin que selon le rite décidé par Jean XXIII dans le cadre du Missel publié en 1962.

"Il n’y a aucune raison valable de ne pas donner aux prêtres du monde entierle droit de célébrer selon cette forme", a déclaré le cardinal Bertone, interrogé sur la réflexion faite par le pape autour d’un décret élargissant la possibilité de célébrer la messe tridentine. "L’autorisation du souverain pontife laisse évidemment toute sa validité au rite de Paul VI (1963-1978)“, a-t-il précisé.

" La publication du Motu Proprio précisant cette autorisation aura lieu“, a poursuivi le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, soulignan tque "ce sera le pape lui-même qui expliquera alors ses motivations et le cadre de sa décision“.

De source vaticane, elle pourrait avoir lieu en mai prochain. Selon le cardinal Bertone, Benoît XVI “donnera personnellement sa vision de l’utilisation de l’ancien missel au peuple chrétien, et en particulier aux évêques“. La Réforme liturgique post-conciliaire de Paul VI n’avait “jamais proscrit“ l’emploi du latin et du grégorien, mais “bien au contraire“, voulait les conserver “à leur juste et grande place“.

Interrogé par l'hebdomadaire français Le Figaro Magazine, de façon plus générale sur la vision de la liturgie de Benoît XVI, le cardinal Bertone a affirmé que le pape avait souvent expliqué que la Réforme voulue par le Concile Vatican II avait pour "véritable objectif de remettre Dieu au centre de la liturgie et de permettre au peuple chrétien de comprendre le sens des grands rites".

Mais que l’application des grandes orientations du Concile avait “malheureusement pu connaître des traductions plus ou moins erronées, conduisant à des appauvrissements notables“. Si les fruits de la réforme liturgique sont “considérables“, les abus doivent être “combattus“, car “une partie du peuple chrétien a pu s’éloigner de l’Eglise en raison de ces errements“, liés, non pas aux textes du Concile, mais aux “comportements de ceux qui ont prétendu interpréter à leur propre guise la réforme“.

S’exprimant par ailleurs au sujet du relativisme, le cardinal Bertone a estimé que la dénonciation de ses ravages constituait “un défi historique pour l’Eglise“. Pour lui, “une société qui considère que rien n’a vraiment d’importance et que tout se vaut, ne peut plus reconnaître une valeur absolue, ni même partager des valeurs universelles“.

A propos de la laïcité, le secrétaire d’Etat a expliqué qu’elle consistait en “l’autonomie de la sphère civile et politique par rapport à la sphère religieuse et non par rapport à la morale“. Critiquant l’attitude de la France, il a souligné que “la foi n’était pas un fait privé, mais touchait l’ensemble des composantes de la vie de la cité“.

Interrogé sur les difficultés rencontrées par le Saint-Siège avec le monde des médias, le cardinal a estimé qu’il étai t“effectivement confronté à un problème d’une extrême gravité“. D’après lui, les messages de l’Eglise sont “soumis à une forme de manipulation et de falsification de la part d’un certain nombre de médias occidentaux“.

Il a aussi regretté “les fixations“ de certains journalistes sur les thèmes moraux comme l’avortement ou les unions sexuelles “qui ne résument absolument pas la pensée et l’œuvre del’Eglise“.

Revenant sur l’exemple de la crise causée parl’interprétation du ‘discours de Ratisbonne', le cardinal Bertone aestimé que les commentateurs qui “isolaient des phrases, dans une extrapolation fallacieuse des choses, se livraient à un exercicemalhonnête de leur métier“.

Enfin il est égalemen tintervenu sur les thèmes de la catéchèse face à “l’ignorance religieuse“, sur le lien véritable entre foi et raison, sur la confrontation avec l’Islam et sur les racines chrétiennes de l’Europe.
Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/
princharming
Assidu


Nombre de messages : 657
Localisation : Ville-Marie (Québec)

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Mer 18 Avr 2007, 21:50

tiré de eucharistie miséricorde


Benoît XVI est en quelque sorte le garant du Concile Vatican II

MOTU PROPRIO: L'AVIS DU PERE VON GEMMINGEN


Le Père Eberhard von Gemmingen, responsable des émissions en allemand de Radio Vatican, a abordé la question du Motu propio destiné à libéraliser la forme ancienne de la liturgie romaine. Le Père von Gemmingen se montre très confiant et serein. Selon lui, il n'y aurait, dans cet acte de Benoît XVI, ni volonté de restauration absolue d'une pratique ancienne, ni volonté de tourner le dos au concile Vatican II. "Bien au contraire - précise le Père von Gemmingen, le pape est en quelque sorte le garant du Concile".

En s'engageant pourtant pour le retour (prochain, selon le responsable de Radio Vatican) de la liturgie dite "tridentine", le Souverain Pontife poursuit deux buts bien concrets: d'une part, il souhaite aller au devant des catholiques qui se sentent attachés à l'ancienne messe. Et d'autre part il souhaite montrer qu'il n'existe aucune raison historique d'abandonner la forme d'un rite considérée comme traditionnelle. Les rites n'évoluent pas par voie de destruction, mais par voie de développement. Voilà pourquoi Benoît XVI peut se montrer favorable à une cohabitation - selon des modalités qu'il précisera - entre les deux formes (l'ancienne et l'actuelle) du rite romain.

POURQUOI NOUS ATTENDONS LE MOTU PROPRIO.

"On" attend le fameux motu proprio qui doit en principe libéraliser la forme "ancienne" (et non "traditionnelle") de la liturgie romaine.

Qui "on"? Les traditionalistes ? Pas seulement. Ceux qui sont fidèles à Vatican II l'attendent aussi. Car le motu proprio, lorsqu'il paraîtra, ne sera pas qu'un texte autorisant l'usage des livres liturgiques anciens. Selon le Cardinal Bertone, il donnera les raisons de cette autorisation et expliquera un certain nombre de points touchant à la liturgie de l'Eglise.

Le motu proprio s'adressera aux traditionalistes et leur demandera de clarifier leurs positions concernant Vatican II, c'est-à-dire d'accepter le Concile sans la moindre arrière pensée. Les mouvements et communautés traditionalistes devront donc régler un certain nombre de problèmes internes en se posant des bonnes questions et en apportant les justes réponses. Il leur deviendra difficile, en effet, de se prétendre fidèles au pape uniquement dans le cadre des accords concernant l'ancienne liturgie.

Le motu proprio s'adressera aux fidèles qui se disent attachés à Vatican II mais qui, en fait, n'ont jamais cherché à appliquer les décisions conciliaires. Et parmi ces fidèles, les premiers concernés pourraient bien être les évêques de France. Le Saint-Père Benoît XVI pourrait bien leur rappeler - avec toute la délicatesse qui le caractérise - que si la publication d'un motu proprio a été nécessaire, c'est parce que depuis plus de 40 ans, il ne s'est trouvé, en France, que peu d'évêques pour appliquer et faire appliquer les décisions de Vatican II en matière de liturgie, et aussi parce que toutes les légitimes doléances des fidèles touchant à la restauration de la liturgie se sont heurtées à des fins de non-recevoir de la part des pasteurs diocésains.

Le motu proprio pourrait bien en embarrasser plus d'un, parmi ceux qui auraient tendance à créer victoire un peu trop vite, ou parmi ceux qui seraient enclins à penser que le Saint-Père souhaite amoindrir la portée des enseignements de Vatican II. Il se pourrait bien que le document que nous laissera Benoît XVI soit davantage un outil de réflexion qu'une réponse toute faite. C'est d'ailleurs ce qu'avait déjà dit Jean-Paul II dans le motu proprio "Ecclesia Dei adflictai" du 2 juillet 1988 dont voici quelques extraits:

"A la racine de cet acte schismatique [de Mgr Lefebvre] on trouve une notion incomplète et contradictoire de la Tradition. Incomplète parce qu'elle ne tient pas suffisamment compte du caractère vivant de la Tradition qui, comme l'a enseigné clairement le Concile Vatican II, "tire son origine des apôtres, se poursuit dans l'Eglise sous l'assistance de l'Esprit-Saint: en effet, la perception des choses aussi bien que des paroles transmises s'accroît, soit par la contemplation et l'étude des croyants qui les méditent en leur coeur, soit par l'intelligence intérieure qu'ils éprouvent des choses spirituelles, soit par la prédication de ceux qui, avec la succession épiscopale, reçurent un charisme certain de vérité". Mais c'est surtout une notion de la Tradition, qui s'oppose au Magistère universel de l'Eglise lequel appartient à l'évêque de Rome et au corps des évêques, qui est contradictoire. Personne ne peut rester fidèle à la Tradition en rompant le lien ecclésial avec celui à qui le Christ, en la personne de l'apôtre Pierre, a confié le ministère de l'unité dans son Eglise. Devant une telle situation, précise Jean-Paul II, j'ai le devoir d'attirer l'attention de tous les fidèles catholiques sur quelques points que cette triste circonstance met en lumière.

a) Le résultat auquel a abouti le mouvement promu par Mgr. Lefebvre peut et doit être une occasion pour tous les fidèles catholiques de réfléchir sincèrement sur leur propre fidélité à la Tradition de l'Eglise, authentiquement interprétée par le Magistère ecclésiastique, ordinaire et extraordinaire, spécialement dans les Conciles oecuméniques, depuis Nicée jusqu'à Vatican II. De cette réflexion, tous doivent retirer une conviction renouvelée et effective de la nécessité d'approfondir encore leur fidélité à cette Tradition en refusant toutes les interprétations erronées et les applications arbitraires et abusives en matière doctrinale, liturgique et disciplinaire. C'est en premier lieu aux évêques, à cause de leur mission pastorale propre, que revient le grave devoir d'exercer une vigilance clairvoyante, pleine de charité et de fermeté, afin qu'une telle fidélité soit partout sauvegardée.

b) Je voudrais en outre attirer l'attention des théologiens et des autres experts en science ecclésiastique afin qu'ils se sentent interpellés eux aussi par les circonstances présentes. En effet, l'ampleur et la profondeur des enseignements du concile Vatican II requièrent un effort renouvelé d'approfondissement qui permettra de mettre en lumière la continuité du Concile avec la Tradition, spécialement sur des points de doctrine qui, peut-être à cause de leur nouveauté, n'ont pas encore été bien compris dans certains secteurs de l'Eglise."

Il conviendrait de méditer ces paroles: il se pourrait bien qu'elles soient celles que Benoît XVI aura développé dans le motu proprio qu'il lui plaira de nous donner. Grand théologien, le pape pourrait nous rappeler ce qu'est la vraie notion de tradition. Car jusqu'à présent, il ne s'est trouvé aucun évêque français, aucun théologien, pour répondre à la demande qu'avait formulée Jean-Paul II "de mettre en lumière la continuité du Concile avec la Tradition qui va de Nicée à Vatican II, et qui est authentiquement interprétée par le Magistère auquel appartient l'évêque de Rome."

Rien n'interdit de penser qu'en se basant sur ces paroles de Jean-Paul II et en les développant, Benoît XVI pourrait mettre tous les fidèles devant leurs responsabilités, et faire comprendre en premier lieu à une grande majorité des évêques de France qu'il ne leur sert à rien de se montrer inquiets ou indignés dès qu'ils entendent parler d'un motu proprio, tant qu'ils n'auront pas exprimé la moindre volonté de faire appliquer Vatican II dans leurs diocèses respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
René 54
Assidu


Nombre de messages : 103

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Jeu 19 Avr 2007, 09:56

Visite de Jean Paul 2 à la synagogue de Rome 1986

Extraits :

« …, messieurs les rabbins, chers amis et frères juifs et chrétiens qui prenez part a cette célébration historique

« Vous êtes nos frères préférés »

Pour Mgr Lefèvre :

« acte schismatique [de Mgr Lefebvre] »

Comme quoi ave l’église conciliaire mieux vaut être un hérétique et un fils spirituel des assassins du Christ pour avoir la qualité de « frères » et même de « frères préférés » que de vouloir rester Catholique.

C’est vrai que les contempteurs du Christ ont, pour ce qui les concerne, une bonne compréhension de la Tradition. Sans quoi, vous pensez bien, ils ne pourraient être « nos frères préférés »

Je me doutais bien qu’il s’agissait d’une Tradition qui permet d’être « frères préférés » même dans l’hérésie la plus forcenée, mais pas à celle à laquelle on pense (Je me répète, lire bien attentivement les deux Encycliques de Benoît XVI déjà citées)

La cause est entendue. La ficelle est un peu grosse tout de même. L’ignominie ne se cache même plus.

René 54
Revenir en haut Aller en bas
princharming
Assidu


Nombre de messages : 657
Localisation : Ville-Marie (Québec)

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Sam 19 Mai 2007, 16:35

Le pape Benoît XVI a l'intention d'étendre à toute l'Église latine la possibilité de célébrer la Sainte Messe et les Sacrements selon les livres liturgiques promulgués par le Bienheureux Jean XXIII en 1962.

Synthèse de l'Intervention du Cardinal Darío Castrillón Hoyos devant participants à la Ve Conférence Générale de l'Épiscopat latino-américain et des Caraïbes - * Traduction non officielle réalisée par nos soins

Les participants à la Ve Conférence Générale de l'Épiscopat latino-américain ont approuvé ce mercredi en assemblée plénière la décision de rédiger un "Document final" qui présentera des orientations pastorales pour l'Église dans le continent de l'espoir comme conclusion du sommet ecclésial.

Le document sera élaboré à partir des réflexions et des propositions qui apparaîtront pendant l'assemblée qui se déroule jusqu'au 31 mai dans le Sanctuaire de Notre Dame d'Aparecida.

Il a donc été décidé de créer une Commission de Rédaction du document, dont la présidence revient au cardinal Jorge Bergoglio, archevêque de Buenos Aires et Président de la Conférence Épiscopale Argentine.

Avant sa publication, le texte sera révisé par le Benoît XVI, qui recevra les délégués de la rencontre continentale en audience dans les premiers jours de juin.


D'autre part, le Président de la Commission Ecclesia Dei, le Cardinal Darío Castrillón Hoyos, a indiqué ce matin que ", il est arrivé, le temps de faciliter" l'accès à la liturgie "selon les livres liturgiques promulgués par le Bienheureux Jean XXIII en 1962".

"Cette Commission a été instituée par le Serviteur de Dieu Jean Paul II en 1988, a déclaré le cardinal Hoyos, quand un groupe remarquable de prêtres, religieux et fidèles qui avaient manifesté leur mécontentement avec la réforme liturgique conciliaire et s'étaient rassemblés sous la direction de l'Archevêque français Marcel Lefebvre, se sont séparés de celui-ci, parce qu'ils n'ont pas été d'accord avec l'action schismatique de nominations d'Évêques sans mandat pontifical. Ils ont préféré, alors, maintenir la pleine communion avec l'Église. Le Saint Père Jean-Paul II, au moyen du Motu Proprio Ecclesia Dei afflicta, a confié à cette Commission les soins pastoraux de ces fidèles traditionalistes."

"L'activité de la Commission n'est pas limitée aujourd'hui au service de ces fidèles qui à cette occasion ont voulu rester en pleine communion avec l'Église, ni aux efforts fournis pour mettre fin à la situation schismatique pénible et à obtenir le retour de ces frères de la fraternité Saint Pie X à la pleine communion. Par volonté du Saint Père Benoît XVI, ce Dicastère étend, en outre, son service à satisfaire les aspirations justes de tous ceux qui, par une sensibilité particulière, sans avoir eu des liens avec les groupes cités, souhaitent maintenir vivante la liturgie latine passée dans la célébration de l'Eucharistie et les autres sacrements."

"Sans aucun doute, l'engagement le plus important, qui concerne toute l'Église, est la recherche pour mettre fin à l'action schismatique et de reconstruire, sans ambiguïté la pleine communion. Le pape Benoît XVI, qui a été pendant quelques années, membre de cette Commission, veut qu'elle devienne un organisme du Saint Siège dans le but propre et précis de conserver et maintenir la valeur de la liturgie latine traditionnelle. Mais on doit préciser en toute clarté qu'il ne s'agit pas d'un retour en arrière, d'un retour aux temps antérieurs à la réforme de 1970. Il s'agit par contre d'une offre généreuse du Vicaire du Christ qui, comme expression de sa volonté pastorale, veut mettre à la disposition de l'Église tous les trésors de la liturgie latine qui pendant des siècles a nourri la vie spirituelle de tant de générations de fidèles catholiques. Le Saint Père veut conserver les immenses trésors spirituels, culturels et esthétiques liés à l'ancienne liturgie. L'utilisation de cette richesse s'ajoute à celle non moins précieuse de la liturgie actuelle de l'Église.

"Pour ces raisons le pape Benoît XVI a l'intention d'étendre à toute l'Église latine la possibilité de célébrer la Sainte Messe et les Sacrements selon les livres liturgiques promulgués par le Bienheureux Jean XXIII en 1962", a dit le cardinal colombien dans son intervention devant l'assemblée d'évêques réunis devant la Ve Conférence Générale de l'Épiscopat latino-américain et des Caraïbes. "Par cette liturgie, qui n'a jamais été abolie, et que, comme nous l'avons dit, est considéré comme un trésor, il existe aujourd'hui un intérêt nouveau et renouvelé et pour cette raison le Saint Père pense que le temps est venu de faciliter, comme l'avait voulu la première Commission Cardinalice en 1986, l'accès à cette liturgie, en rendant la forme extraordinaire d'un rite romain unique.

"Il y a quelques bonnes expériences de Communautés de vie religieuse ou apostolique érigées par le Saint Siège récemment qui célèbrent dans la paix et la sérénité, cette liturgie. Autour d'elles, se rassemblent des fidèles qui fréquentent ces célébrations avec joie et gratitude. Les érections les plus récentes sont l'Institut de Saint Philippe Néri à Berlin; l'Institut du Bon Pasteur de Bordeaux qui réunit des prêtres, séminaristes et fidèles, issus de la Fraternité Saint Pie X. Les démarches pour la reconnaissance d'une Communauté contemplative, l'Oasis de Jesús Sacerdote, de Barcelone sont également très avancées."

"Les membres actuels de la Commission sont MM. les Cardinaux Julian Herranz, Jean-Pierre Ricard, William Joseph Levé, Antonio Cañizares, et Franc Rodé. Sont consultants, les Sous-secrétaires de certains Dicastères. "

"Jusqu'à présent, plusieurs Communautés dispersées dans le monde ont été sous la juridiction de la Commission Ecclesia Dei. 300 prêtres, 79 religieux, 300 religieuses, 200 séminaristes et plusieurs centaines de milliers de fidèles. L'intérêt des jeunes, de France, des Etats-Unis, du Brésil, d'Italie, de Scandinavie, d'Australie et de Chine augmente singulièrement. "

"Aujourd'hui le groupe des lefebvristes est composé de 4 Évêques qui ont été ordonnés par Mgr. Lefebvre, 500 prêtres et de 600.000 fidèles. S'ajoutent à ce groupe également, plusieurs monastères contemplatifs et quelques groupes religieux masculins et féminins, qui ont des paroisses, séminaires et associations. Ils sont présents dans 26 pays."

"Demandons au Seigneur que ce projet du Saint Père puisse bientôt aboutir pour l'unité de l'Église" a conclu le cardinal Hoyos.
Revenir en haut Aller en bas
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 618
Localisation : La belle province

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Sam 19 Mai 2007, 20:40

Merci Princharming,

depuis le temps qu'on en parle, j'ai bien hate de lire ce papier et de voir cette libération du rite ancien, de son retour en grâce parmi les grognement.

Que Dieu bénisse notre Pape.


Dernière édition par le Dim 20 Mai 2007, 00:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/
Danielle
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1850
Localisation : Québec Canada

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Sam 19 Mai 2007, 22:12

Moi aussi j'ai bien hâte.... sunny Dès que vous en aurez des nouvelles avertissez-nous ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
princharming
Assidu


Nombre de messages : 657
Localisation : Ville-Marie (Québec)

MessageSujet: Encyclique Mediator Dei (1947)   Lun 11 Juin 2007, 07:08

Bonjour,

Un extrait de l'Encyclique du Pape Pie XII Mediator Dei (1947) sur la Sainte messe et la liturgie en général

tiré de http://jesusmarie.com/encyclique_mediator_dei.html

Citation :
Attachement exagéré aux rites anciens

Il faut juger de même des efforts de certains pour remettre en usage d'anciens rites et cérémonies. Sans doute, la liturgie de l'antiquité est-elle digne de vénération ; pourtant, un usage ancien ne doit pas être considéré, à raison de son seul parfum d'antiquité, comme plus convenable et meilleur, soit en lui-même, soit quant à ses effets et aux conditions nouvelles des temps et des choses. Les rites liturgiques plus récents eux aussi, sont dignes d'être honorés et observés, puisqu'ils sont nés sous l'inspiration de l'Esprit-Saint, qui assiste l'Église à toutes les époques jusqu'à la consommation des siècles (cf. Mt, XXVIII, 20) ; et ils font partie du trésor dont se sert l'insigne Épouse du Christ pour provoquer et procurer la sainteté des hommes.


Revenir par l'esprit et le cœur aux sources de la liturgie sacrée est chose certes sage et louable, car l'étude de cette discipline, en remontant à ses origines, est d'une utilité considérable pour pénétrer avec plus de profondeur et de soin la signification des jours de fêtes, le sens des formules en usage et des cérémonies sacrées ; mais il n'est pas sage ni louable de tout ramener en toute manière à l'antiquité. De sorte que, par exemple, ce serait sortir de la voie droite de vouloir rendre à l'autel sa forme primitive de table, de vouloir supprimer radicalement des couleurs liturgiques le noir, d'exclure des églises les images saintes et les statues, de faire représenter le divin Rédempteur sur la croix de telle façon que n'apparaissent point les souffrances aiguës qu'il a endurées, de répudier et rejeter enfin les chants polyphoniques ou à plusieurs voix, même s'ils se conforment aux normes données par le Siège apostolique.
Revenir en haut Aller en bas
Chouppy13
Assidu
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 33
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   Lun 11 Juin 2007, 09:45

Personnellement, je trouve que revenir à la messe en latin serait une bonne chose. Mais pas entièrement en latin.

En effet, les personnes âgées, habituées à la messe dite en latin seraient heureux et même certainement plus nombreux à venir assister à la messe.

Par contre, cela risque de faire partir le peu de jeunes qui assistent à la messe. Car, c'est connu, la jeunesse aime le modernisme !

Je pense donc qu'il faut trouver un juste compromis... Une partie en latin, comme les louanges, les prières, etc, en latin, et les paroles, les textes en français ... Comme ça, chacun y tient son compte ! Wink

cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: célébration de la messe- retour du latin - motu proprio   

Revenir en haut Aller en bas
 
célébration de la messe- retour du latin - motu proprio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» célébration de la messe- retour du latin - motu proprio
» Rumeur sur le retour du latin au collège
» "La célébration de la Messe doit être tournée vers Dieu", nous dit le Cardinal Ratzinger
» celebration de la sainte messe en allemagne ( ame sensible s'abstenir)
» Prière à réciter avant la messe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: En direct de Rome...-
Sauter vers: