Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 22 août Sainte Marie Reine
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 21:16

» Dévotion aux neuf choeurs des Sts Anges du vénérable Boudon
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 20:59

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar Nicolas Hier à 18:18

» site pour votre discernement sur qui sera l’Antéchrist
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Mar 20 Aoû 2019, 10:56

» Dr Bowring : les raisons d'être offensés par le Pape François
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Sam 17 Aoû 2019, 23:23

» Dr K. Bowring - théologien - la Vérité sur le Pape François
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Sam 17 Aoû 2019, 11:18

» Dr Kelly Bowring – Le Faux Prophète, la messe oecuménique
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:24

» Les vérités sur les erreurs dans la vie de l'Eglise
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:17

» Cardinal Burke : Il y a des « certainement » des indicateurs du fait que l’élect
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:11

» Le Pape est le Faux Prophète
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:06

» Doit-on quitter l'Eglise à cause du Faux Prophète ?
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Mer 14 Aoû 2019, 14:12

» Le Pape François - des théologiens parlent de lui
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Mer 14 Aoû 2019, 10:52

» Nouveau site sur le Pape François
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Dim 11 Aoû 2019, 18:47

» Dr K. Bowring - Lettre ouverte au Pape François
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Dim 11 Aoû 2019, 08:48

» 9 août : Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 08 Aoû 2019, 21:20

» 8 août : Saint Dominique de Guzman
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Mer 07 Aoû 2019, 21:42

» Du 7 au 15 août Neuvaine de l'Assomption
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Mar 06 Aoû 2019, 21:42

» 7 août : Saint Gaëtan de Thienne
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Mar 06 Aoû 2019, 21:27

» Avortement, stérilet, moyens de contraception
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Mar 06 Aoû 2019, 13:34

» Diffusez la prière puissante au Précieux Sang
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Mar 06 Aoû 2019, 13:03

» 6 août : Transfiguration du Seigneur de St François de Sales
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar ami de la Miséricorde Lun 05 Aoû 2019, 21:00

» « L’homme (Adam) connut Ève sa femme » (Gn 4,1)
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 16:07

» Mère, priez pour le salut de vos enfants
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 11:38

» 121 persoees inscrites pour notre groupe de prières pour le salut de la famille
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 11:14

» Le péché d’Adam et Eve : ils ont eu des relations sexuelles et c’est pourquoi il
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Emptypar fontaine Dim 04 Aoû 2019, 22:03


Partagez
 

 Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor

Aller en bas 
AuteurMessage
Leodia
Rang: Administrateur
Leodia

Nombre de messages : 2878

Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyMar 07 Nov 2006, 22:10

Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Bat%20Yeor

Citation :

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Bat Yeor, (pseudonyme) de son vrai nom Giselle Littman est une universitaire britannique originaire d’Egypte qui s’est spécialisée dans les recherches sur le statut des minorités non musulmanes dans le monde islamique, communément appelé la « dhimmitude. ». Cette année, elle a publié le résultat d’observations et de recherches sur les relations privilégiées entre l’Europe et le monde arabe depuis quelques décennies.

Le constat de Bat Yeor est que cette « coopération » est en train de se tourner au détriment de l’Europe. Son analyse prend son point de départ en 1973, après la guerre de Kippour. Les pays arabes constatant qu’ils ne pourraient détruire Israël militairement, décident d’avoir recours à l’arme du pétrole comme arme stratégique pour faire pencher l’Europe de leur côté. Après avoir quadruplé les prix du baril et provoqué une crise économique très profonde, ils proposent aux Européens le marché suivant : en échange de la garantie d’approvisionnement à long terme, les Européens s’engageront à multiplier les échanges commerciaux et culturels avec le monde arabe, et adopteront une politique moyen-orientale favorable à la cause arabe et palestinienne.

Mais dans un deuxième temps, la stratégie arabe va exprimer d’autres ambitions. D’un levier politique contre Israël, le monde arabe va rajouter un volet politico-religieux en se lançant à l’assaut de l’Europe, considéré par l’Islam, comme « Dar-al-Harb », territoire à conquérir, et pour certains pays, à reconquérir. Pour ce faire, de nouvelles conditions, vont être rajoutées à ces accords tacites : favoriser une immigration massive d’origine arabo-musulmane en Europe, jouissant des même droits que les nationaux, et promotion de la culture islamique dans les sociétés européennes.

L’apparition de vagues terroristes islamiques en Europe occidentale dans les années 80 ne pourra qu’entraîner une attitude conciliante d’une Europe plus soucieuse de remplir ses pompes à essence que du destin du petit Etat juif.

Sous l’impulsion du meilleur élève de la classe, les « obligations » européennes se concrétisent déjà dès l’année 1976 avec l’adoption en France d’une loi lourde de conséquences concernant le « regroupement familial ». Désormais, tout travailleur immigré aura la droit de faire venir sa famille (souvent nombreuse) sur le territoire français.

Dans le domaine culturel, l’accent sera désormais mis sur la fameuse coexistence pacifique possible entre les trois religions monothéistes, à l’image de « l’âge d’or andalou », oubliant que cette configuration ne fut possible qu’à la condition que le dominant et maître fut…musulman !

Bat Yeor dresse alors la très longue liste des multiples publications, conférences, sommets, décisions et accords qui jalonnent le fameux dialogue Euro-arabe, (Eurabia) et qui vont concrétiser ce rapprochement. La ligne de cette politique et on ne peut plus claire : adoption systématique des thèses arabes sur le conflit du Proche-Orient, exigences répétées de concessions unilatérales de la part d’Israël, valorisation de la culture islamique et de son apport à la culture européenne, favorisation de la création de lieux culturels et cultuels musulmans en Europe, multiplication des accords de coopération en matière scientifique, commerciale et technologique, et la liste n’est pas exhaustive.

Et ainsi, de manière feutrée mais systématique, l’inféodation de l’Europe au Monde arabe va se faire dans une quasi indifférence, du moins pendant un certain temps.

Sans s’en rendre compte, la plupart des Européens n’ont pas vu venir le danger, car plusieurs facteurs importants ont faussé leur appréhension des choses : la culpabilité post-coloniale envers les pays du Maghreb, l’aide nécessaire aux pays en voie de développement, et toutes les idées nouvelles amenées par les mouvements de gauche et tiers-mondistes, qui ont intégré la culture ambiante, et formé le socle du « politically correct » actuel : le multiculturalisme, l’antiaméricanisme, l’ouverture aux autres, l’antiracisme, la solidarité, l’égalité absolue, la justice sociale etc…

De plus, cette évolution s’est faite de manière à ne pas éveiller les soupçons, en laissant volontairement le flou sur la terminologie employée, ou en camouflant les choix politiques en actes humanitaires.

Même si de manière générale, la coopération et le dialogue sont des nécessités, il faut cependant pour cela remplir certaines conditions primordiales : que les parties soient sur un pied d’égalité, que les objectifs soient clairement définis, et que les prestations soient réciproques. Or il n’en n’est rien. L’arme du pétrole et la menace terroriste ont mis l’Europe dans une position défensive et de dépendance. Et bien évidemment, ces exigences arabes ont rencontré un écho favorable dans une Europe culpabilisée par la Shoah mais non guérie de l’antisémitisme, et toute heureuse de pouvoir exprimer envers l’Etat juif ce qu’elle ne pouvait plus exprimer envers le Juif en tant qu’individu.

Ainsi, l’attitude européenne depuis ces trente dernières années s’est progressivement transformée en soumission envers le monde arabo-musulman, et en attitudes souvent indécentes de flatterie ou d’auto-accusation, qui sont précisément les trois caractéristiques de la « Dhimmitude », telle que la prévoient le Coran et la Charia !

Même si de plus en plus d’Européens commencent à se réveiller et à se rendre compte de cette longue et inexorable évolution, la question est de savoir s’il est encore temps pour eux de réagir, ou si les sociétés occidentales sont déjà définitivement gangrenées par l’Islam combattant. Le livre très bien étayé de Bat Yeor n'encourage pas à l'optimsime dans ce domaine...

Pour en savoir plus, lisez ce passionnant ouvrage !

« Eurabia, l'axe euro-arabe », Bat-Yeor - Editions J.C. Godefroy, 2006

Source : VoxDei :
http://www.blogdei.com/index.php/2006/11/03/355-les-sombres-propheties-de-bat-yeor-sur-les-relations-entre-l-europe-et-le-monde-arabe



********************************




Que les Coeurs Unis de Jésus et Marie nous protègent et nous guident.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyMer 08 Nov 2006, 14:20

Bonjour Leodia,

D’abord, je ne vais pas nier que dans ce résumé il puisse y avoir une certaine part de vérité. Toutefois, étant donné sa source : le site « VOX DEI », site dans la mouvance des fondamentalistes protestants pro–sionistes* anti-catholiques et anti-papistes, je ne peux m’empêcher d’avoir quelques réserves sérieuses sur les véritables intentions de l’auteur de ce livre What the fuck ?!? .
Donc, au-delà de quelques vérités ou lieux communs, je ne pense pas que cet ouvrage reflète la vraie pensée de l’Eglise catholique romaine… enfin, ce n’est que mon humble avis et ne voudrais pas polémiquer davantage à ce sujet… Neutral

(*) Je dis bien « pro-sionistes » et non pas pro-sémites : le sionisme politique est en effet une invention relativement récente des fondamentalistes « chrétiens » complètement étrangère au véritable judaïsme et au christianisme ( voir par exemple ceci ) :

http://v.i.v.free.fr/msd/sionisme-chretien.html

Paix, Shalom et Salam

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
cathanne
Assidu
cathanne

Nombre de messages : 88

Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyJeu 09 Nov 2006, 09:10

Pour avoir de bonnes informations sur le sionisme je ne saurrait trop recommander le site d'un echo d'Israel
J'ai mis des liens sur beaucoup d'études historiques reflxions etc..

Histoire du Sionisme : mise en perspective historique
http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=1285

Histoire : ANTISÉMITISME, JUDAÏSME ET LUMIÈRES :

Par Emmanuel SZUREK ( A/L 2001 )

http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=1786

http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=2065

Histoire : Nation, nationalité, nationalisme


http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=1585

+ une reflexion du père Michel Renaud
Dossier du mois : de quelques problèmes mal posés
Michel Remaud

http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=130

Pierbattista Pizzaballa, custode de terre sainte demande une présence internationale sur les lieux saints chrétiens. Analyse.

Nicolas Baguelin


http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=2148

Israël et sa terre
Michel Remaud

Chapitre VIII

Extrait du chapitre VIII du livre de Michel Remaud "Chrétiens et Juifs entre le passé et l’avenir"


http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=90

leitrahot
Revenir en haut Aller en bas
http://www.spymac.com/people/cathanne
Invité
Invité



Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyJeu 09 Nov 2006, 11:20

Bonjour, Cathanne et merci pour cette analyse très fouillée...
Cependant, la question essentielle qui est la justification du Retour selon un processus Divin et non pas humain comme le veut la Torah a été éludée.
D'ailleurs, voici ce qu'en pensent à ce sujet certains juifs orthodoxes que l'on ne peut tout de même pas soupçonner d'antisémitisme!!!!
http://www.nkusa.org/Foreign_Language/French/pamphlet3French.cfm

http://www.nkusa.org/Foreign_Language/French/IIDFrancais03.cfm

Bien cordialement

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
Leodia

Nombre de messages : 2878

Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyJeu 09 Nov 2006, 17:44

Bonjour Philippe,

Il est évident que le site vox dei est très opposé à l'Eglise catholique, qu'il a des propos injurieux sur le Pape ou sur Notre Sainte Vierge Marie. Il est évident aussi que je ne partage pas toutes les opinions présentes sur ce site, loin s'en faut. Il n'empêche qu'au niveau des informations, ils suivent bien et donnent des informations intéressantes (pas toutes) et qui peuvent donc, à l'occasion être reprises sur ce forum.

En ce qui concerne le livre dont je faisais mention puisqu'il me paraissait susceptible d'en intéresser l'un ou l'autre et puisque tu n'as aucune confiance dans l'information que j'ai donnée émanant du site Vox Dei, je mets ci-dessous un article de la revue "Le Point".

Citation :
Bat Ye'or : « L'Europe s'est soumise à l'islam sans se battre »

Historienne britannique d'origine égyptienne, Bat Ye'or présente dans « Eurabia : l'axe euro-arabe » une analyse provocante des relations entre l'Europe et l'islam. Un essai paru en janvier 2005 aux Etats-Unis, édité par l'université Fairleigh Dickinson.

Propos recueillis par Monique Atlan

Et si la tolérance de l'islam n'était qu'un mythe ? Et si l'Europe, par peur du terrorisme, avait déjà renoncé à une partie de ses valeurs pour complaire à ses partenaires arabes ? Questions explosives que pose l'historienne Bat Ye'or dans « Eurabia : l'axe euro-arabe ». Son oeuvre majeure, « Face au danger intégriste, juifs et chrétiens sous l'islam », est rééditée en France par Berg International. Elle y décrit le statut des minorités non musulmanes dans l'Islam ancien.

Le Point : Votre dernier livre s'intitule « Eurabia », pour décrire la relation de l'Europe à l'islam, l'Europe devenant, selon vous, le « protégé » de l'islam ?

Bat Ye'or : Depuis trente ans, la France et l'Europe sont menacées par le terrorisme. Cela a commencé avec le terrorisme palestinien, puis islamiste. Le fait que les autorités refusent de nommer le mal ne signifie pas qu'il n'existe pas. L'Europe est devenue le nouveau continent de la dhimmitude, où on ne livre pas bataille parce que l'on s'est déjà soumis sans se battre. Cet engrenage s'est mis en marche dès 1974-1975, à l'instigation de la France, qui a milité pour une politique proarabe, afin de doter l'Europe d'un poids et d'un prestige qui rivaliseraient avec ceux de l'Amérique. Eurabia est à la fois un partenariat avec le monde arabo-musulman et une stratégie menée discrètement, en dehors des traités officiels, sous le nom bénin de Dialogue euro-arabe. Il s'agit d'une structure qui gère les aspects financiers, politiques, économiques, culturels et migratoires des relations euro-arabes, sous les auspices des chefs d'Etat européens et de leurs ministres des Affaires étrangères, en étroite collaboration avec leurs homologues arabes, et avec les représentants de la Commission européenne et de la Ligue arabe.

Les Arabes mirent plusieurs conditions à cette association : une politique européenne indépendante de celle de l'Amérique, la reconnaissance par l'Europe d'un Etat palestinien, le soutien à l'OLP, le retrait d'Israël sur les lignes d'armistice de 1949, la souveraineté arabe sur Jérusalem.

La condition dhimmie, qui est celle d'une insécurité perpétuelle, est aujourd'hui celle de l'Europe menacée par le terrorisme. L'esprit de soumission d'Eurabia découle d'un libre choix : obtenir, moyennant un alignement politique et le versement de fonds considérables par l'Union européenne, une protection factice.

Vous avez consacré toute votre vie à l'histoire du dhimmi. Pourriez-vous le définir ?

En arabe, dhimmi signifie protégé. Le terme a désigné durant treize siècles les juifs, chrétiens et autres non-musulmans des pays islamisés dès le VIIe siècle. Très souvent occulté, ce concept du dhimmi est fondamental ; il s'insère dans l'idéologie même du djihad, la guerre sainte de l'Islam, qui divise l'humanité en deux camps : les musulmans, représentant le camp de la paix, et les infidèles, celui des territoires de la guerre dar al-harb.

Invoquant le Coran et les hadiths (piliers de la loi islamique), le djihad prescrit à la communauté musulmane l'obligation de conquérir les pays non musulmans afin de les soumettre à la loi islamique. Le djihad peut être mené soit pacifiquement (prosélytisme, immigration), soit par la guerre. Toute résistance à la progression de l'islam constitue un casus belli.

Le dhimmi est l'infidèle qui, se soumettant sans combattre à la suzeraineté islamique, bénéficie d'une protection sur sa vie et ses biens. Des droits limités lui sont reconnus. En échange, il doit payer une rançon-capitation, la jiziya (Coran 9, 29). Ce paiement est assorti d'humiliations. Le refus de payer la jiziya, assimilé à une rébellion, abolit la protection et restaure automatiquement la loi du djihad.

De quand date ce système ?

Du VIIIe siècle. Mais les jurisconsultes musulmans le font remonter au traité entre Mahomet et les cultivateurs juifs de Khaybar, une oasis à 140 kilomètres de Médine.

La conquête par le djihad a islamisé d'énormes territoires, du Portugal à l'Indus. Les juristes théologiens fondateurs du droit musulman ont alors formulé, au VIIIe siècle, le statut des millions d'indigènes non musulmans.

Quel était le prix de leur sécurité ?

Tout d'abord, l'expropriation. Ces pays devenus le butin (fay) de la communauté musulmane appartenaient au calife, qui les gérait au bénéfice des musulmans et favorisait une intense colonisation arabe. Ce fut le cas de la Terre sainte, terre de butin enlevée aux dhimmis expropriés. La quasi-totalité du sol palestinien appartenait encore au sultan turc jusqu'en 1917. Les fellahs en étaient les simples métayers, ils n'en avaient pas la possession.

A quelles contraintes leur vie quotidienne était-elle soumise ?

L'interdiction de porter des armes les rendait très vulnérables. Il leur était interdit de construire ou de réparer leurs lieux de culte. Leurs vêtements discriminatoires obligatoires les exposaient à la vindicte et aux insultes dans la rue (pièces de couleur cousues sur les vêtements). C'est d'ailleurs là l'origine de la rouelle imposée aux juifs en 1215 par le Concile de Latran.

Dans la rue, les dhimmis devaient marcher rapidement, les yeux baissés, passer à la gauche des musulmans, c'est-à-dire du côté impur, et enterrer leurs morts en courant. Leur culte devait être silencieux et les processions étaient interdites. Ils vivaient dans des ghettos dont on fermait les portes le soir. Le mariage d'un dhimmi avec une femme musulmane et le blasphème contre l'islam étaient évidemment punis de mort.

Paradoxalement, cette vulnérabilité attisait les conflits entre les victimes, notamment entre chrétiens et juifs ?

Oui, les chrétiens étaient souvent plus vulnérables que les juifs. Les chrétiens étaient assimilés aux ennemis de l'extérieur. Cela provoquait représailles et massacres. Mais, par ailleurs, ils pouvaient aussi bénéficier de la protection des rois chrétiens, dont les cadeaux au calife leur assuraient certains privilèges. Souvent accusés de collaborer avec les chrétiens de l'extérieur, les dhimmis chrétiens tentaient de détourner la colère islamique contre les juifs.

Vos recherches vous ont amenée à élaborer la notion de dhimmitude...

La dhimmitude représente l'ensemble des comportements et de l'histoire de peuples se chiffrant par millions et rassemblant une infinie variété de groupes ethno-religieux, d'Europe, d'Orient, d'Asie. Chacun évolua à sa manière, mais dans le même univers juridique. Cette histoire s'étend du Portugal aux Indes et du sud de la Pologne jusqu'au Soudan. Elle se poursuit encore aujourd'hui sous nos yeux. Certaines sont toujours valables dans les pays musulmans, même en Turquie. Pourtant, cette histoire qui a affecté une si large proportion de l'humanité n'est même pas étudiée dans les universités. Elle est ignorée, alors qu'elle exige d'être examinée dans sa globalité et sa complexité. C'est une histoire de violence, d'esclavage, de souffrance, de viols, de déportations, d'humiliation. C'est toute une humanité qui vibre, souffre, lutte pour survivre et se libérer, et qui non seulement combat les ennemis extérieurs, mais aussi la corruption des siens.

Pourquoi cette occultation ?

Cette histoire a été effacée quand l'Europe a fondé ses relations avec le monde arabo-musulman sur le partenariat politique, économique et culturel. L'Europe a alors élaboré le mythe andalou comme modèle de civilisation multiculturelle, âge d'or des trois religions. Tout ce qui concernait le djihad et la dhimmitude a été éliminé. La mémoire dhimmie est fragmentée, interrompue au rythme de massacres, de destruction d'églises, de synagogues, gardiennes des archives. L'histoire n'est possible qu'avec la liberté. Tant que le dhimmi vit dans l'oppression, il ne peut avoir d'histoire, puisqu'il ne peut critiquer le gouvernement qui l'opprime. Il est obligé de louer la tolérance islamique et de perpétuer son aliénation. Il a perdu la mémoire de son histoire, la conscience de ses droits. Pour constituer une mémoire, il faut aussi une réflexion critique, une conscience de sa situation.

Vous ne craignez pas d'être taxée d'islamophobie ?

On m'a déjà fait ce reproche. Mais récuser l'histoire de millions de gens pour ménager la sensibilité de leurs oppresseurs est immoral. Surtout, l'on doit connaître l'idéologie du djihad, puisqu'elle détermine les relations avec les non-musulmans. Nous devons pouvoir discuter des conceptions islamiques concernant notre propre identité. Selon l'islam, l'histoire biblique est une histoire islamique.


Le judaïsme et le christianisme seraient des déformations ultérieures de la religion islamique, première et seule vraie religion. Il est essentiel que les non-musulmans s'interrogent sur la conception musulmane de leur identité et s'interrogent aussi sur ce qu'ils sont eux-mêmes

© le point 10/03/05 - N°1695 - Page 52 - 1305 mots




********************************




Que les Coeurs Unis de Jésus et Marie nous protègent et nous guident.
Revenir en haut Aller en bas
cathanne
Assidu
cathanne

Nombre de messages : 88

Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyVen 10 Nov 2006, 09:14

Philippe a écrit:
Bonjour, Cathanne et merci pour cette analyse très fouillée...
Cependant, la question essentielle qui est la justification du Retour selon un processus Divin et non pas humain comme le veut la Torah a été éludée.
e d'en pD'ailleurs, voici ce qu'en pensent à ce sujet certains juifs orthodoxes que l'on ne peut tout de même pas soupçonner d'antisémitisme!!!!
http://www.nkusa.org/Foreign_Language/French/pamphlet3French.cfm

http://www.nkusa.org/Foreign_Language/French/IIDFrancais03.cfm

Bien cordialement

Philippe

là il vaudrais mieux que tu aille sur le site d'un écho d'israel pour en discuter avec des personnes vivant en israel plus qualifiées que moi pour en discuter

"juifs orthodoxes que l'on ne peut tout de même pas soupçonner d'antisémitisme!!!!"
Oh pourquoi ? on a bien eu des français collabos!


voici l'avis d'un rabbin orthodoxe interogé sur
Neturei Karta

Citation :
Voici une réponse du rav Chaya (www.leava.fr) répondant à une question sur les 3 courants de pensée au sujet de l'Etat d'Israel, qu'en pensez-vous ?

"En ce qui concerne l'opposition à l'état d'Israël, on peut diviser le
monde religieux en trois parties :

1/ La première se résume à deux ou trois familles de fous qui embrassent
Yasser Arafat, qui se font photographier avec Ahmadinejad en Iran, et
qui sont tout simplement des cinglés. Inutilarler plus (bien
qu'ils soient souvent mis en avant par les medias alors qu'ils ne
représentent en rien le monde religieux, c'est dommage).
2/ La deuxième est celui des dirigeants du monde juif orthodoxe qui
pensent, comme la majorité des israéliens, que la direction de l'état
d'Israël fait beaucoup d'erreurs (le peuple juif est connu pour avoir
une infinité d'avis sur la même chose - on dit qu'il y a autant d'avis
que de juifs- et cela est typique en Israël où chaque israélien a sa
propres série de critiques sur les dirigeants de l'état). A l'instar de
tous ces israéliens, le monde religieux n'est pas d'accord avec les
dirigeants de l'état. L'essentiel du désaccord provient du fait suivant
: le monde religieux considère qu'un état juif devrait avoir un
caractère juif compatible avec le Torah, ce qui n'est pas le cas
actuellement. Par exemple : l'organisation d'une gay pride
internationale (on attendait entre 100 000 et 400 000 homosexuels cet
été à Jérusalem, manifestation qui en raison de la guerre a été annulée)
; autorisation de l'élevage de cochons et de lapins destinés à la
consommation en Israël ; acceptation des conversions libérales et
réformistes,. la liste est hélas longue.

3/ La troisième partie est celle des sionistes religieux comme on les
appelle. Ils donnent un caractère de sacralité à l'état et à sa
direction, disant que les dirigeants sont envoyés par D. et que dans
cette mesure nous devons accepter leurs décisions comme provenant de D.
(dans la mesure où elles sont compatibles avec la Torah) , un peu comme

les rois d'Israël sacrés par des prophètes et auxquels nous devions le
respect. La position des grands de la Torah, orthodoxes - la deuxième
partie - est que les dirigeants ne peuvent en aucun cas être considérés
comme des envoyés de D. dans la mesure où ils se battent souvent contre
la Torah. Je partage cette position.

Il y a certainement un bien énorme dans la création de l'état d'Israël
mais on ne peut pour autant lui attribuer un caractère de sacralité.
Pour nous, le drapeau d'Israël n'est pas sacré, il représente
certainement le fait que beaucoup de juifs habitent en terre d'Israël,
ce qui est bien, mais en aucun cas on ne peut lui attribuer quelque
sacralité que ce soit, ce qui n'est pas le cas d'un sidour, d'une bible,
et à plus forte raison d'une paire de tephillin ou d'un sefer Torah !
C'est pourquoi le jour de l'indépendance d'Israël n'est pas un jour
sacré nécessitant des prières et des bénédictions spécifiques (Hallel),
choses que seuls les rédacteurs du Talmud (il y a plus de 1500 ans)
étaient habilités à faire.
Depuis la décision de l'état d'Israël de rendre les territoires du Gouch
Katif dans la bande de Gaza, la troisième partie (les sionistes
religieux) ressent une très grande désillusion. Ils ont commencé à
comprendre qu'il n'était pas concevable de dire que les dirigeants de
l'état vont dans le sens juif, car à leurs yeux il était interdit selon
la Torah de quitter la bande de Gaza.
L'avenir dira où se trouve le judaïsme authentique. Mais il faut savoir
qu'il y a une infinité de nuances et de variations entre ces deux
opinions.

Quoi qu'il en soit, il faut savoir que le monde orthodoxe est très
sioniste, et cela depuis 2000 ans. Nous sommes pour l'alya en Israël, la
Torah l'ordonne, et preuve en est qu'aujourd'hui la plus grande
concentration de population orthodoxe au monde se trouve en Israël.
Néanmoins, nous nuançons cela et donnons priorité à la pratique
religieuse, c'est à dire que si quelqu'un nous expose le dilemme suivant
: qu'est-il préférable, faire son alya mais devenir - moi ou mes enfants
- moins pratiquants, ou rester à l'étranger mais devenir ou rester
pratiquant ? La réponse est qu'il vaut mieux rester pratiquant à
l'étranger. Il va de soi qu'il s'agit d'une ligne de pensée et que
chaque cas est très nuancé, le but étant de toute façon un retour du
peuple juif à la Torah et à sa terre.
[b]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.spymac.com/people/cathanne
Invité
Invité



Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptyVen 10 Nov 2006, 10:38

Bonjour Cathanne,

Citation :
là il vaudrais mieux que tu aille sur le site d'un écho d'israel pour en discuter avec des personnes vivant en israel plus qualifiées que moi pour en discuter

Personnellement, si j'étais de confession israëlite, je resterais bien ici en France parce que quoi qu'on en dise, notre pays n'est pas antisémite et le peu qui reste encore de valeurs de liberté, de tolérance et de respect , héritage de 15 siècles de catholicisme est plus à même de garantir la Paix et la sécurité que l'Etat d'Iraël pour nos frères Juifs.
Citation :


"juifs orthodoxes que l'on ne peut tout de même pas soupçonner d'antisémitisme!!!!"
Oh pourquoi ? on a bien eu des français collabos!

Non, à mon sens, les rabbins du Netureï Karta en s'opposant au sionisme politique font preuve au contraire de beaucoup de courage pour résister aux pressions imposées par les tenants du nouvel ordre mondial qui voudraient entraîner l'humanité dans un "clash des civilisations" (qui soit dit en passant sera fatal à Israël)
Ceci dit, en tant que catholique, je ne partage pas toutes leurs convictions sur le reste mais même chez les "pharisiens", heureusement qu'il y a encore des "Nicodème"!

Leodia,

Citation :
Il n'empêche qu'au niveau des informations, ils suivent bien et donnent des informations intéressantes (pas toutes) et qui peuvent donc, à l'occasion être reprises sur ce forum.

Bien entendu, chère Leodia!!! Mais cette thèse n'est pas du tout dans mes convictions, notamment pour les raisons évoquées ci-avant...

Bien cordialement

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor EmptySam 11 Nov 2006, 18:37

... donc, je préfère voir les choses sous cet angle là :

Citation :
Benoît XVI et Mustapha Chérif partagent le même souci: la paix et la justice

Ma rencontre avec le Saint Père, sous le signe de l’espérance

Ce matin, le philosophe, islamologue algérien Mustapha Chérif a été reçu par sa Sainteté le pape Benoît XVI, pour un entretien théologique sur l'islam et les moyens de "faire reculer la haine religieuse". Voici quelques réflexions sur son audience avec le pape que nous partage Mustapha Chérif et que nous pouvons lire sur son blog personnel.

Tout d'abord, il insiste sur "le privilège et le grand honneur d’être reçu, à sa demande, en audience privée, par le Saint Père Benoît XVI, ce 11 novembre au Vatican. Il a été très touché par l'accueil du Saint Père, par sa bonté et son attention. Mustapha Chérif a mentionné avoir dit au pape que l'islam est le troisième rameau monothéiste, ultime étape de l’histoire du Salut.

Benoît XVI a approuvé par sa sagesse, le fait que chrétiens et musulmans ne doivent pas être concurrents, mais alliés et amis, affirme M. Chérif qui a précisé que la polémique du « choc des civilisations», la recherche d’un nouvel ennemi et la stigmatisation de l’Islam ne sont-ils pas une diversion pour occulter les problèmes de notre époque, pour nous diviser, nous frères abrahamiques, afin de faire régner le culte du veau d’or ? Ces dérives n’aboutissent-elles pas à des formes de déshumanisation et à la sortie de la religion de la vie ? ... Aujourd’hui, le retour de la haine raciale et religieuse, de l’antisémitisme, qui vise en particulier les musulmans est une menace pour tous. Le Saint Père, mieux que quiconque, sait que sur le plan éthique, une des missions de l’Eglise est de s’opposer à cette bête immonde, à la logique faustienne et aux politiques bellicistes, s’opposer à la déformation et atteinte des religions, comme l’Islam qui respecte le christianisme, vénère le Messie, Jésus, Verbe de Dieu fortifié par l’Esprit saint et sa mère Marie. Nous musulmans, a souligné Mustapha Chérif, sommes convaincus, que sa Sainteté dira ce qui est juste, en ce qui concerne les problèmes du monde, pour faire reculer les injustices et le racisme.

Puis le philosophe a rappelé que la vitalité de l’islam se fonde sur la base du témoignage libre, que le culte doit débuter par le refus des idoles : « il n’y a pas de dieu sauf Dieu et Mohamed est son Prophète». L’islam rappelle que les êtres humains sont libres et égaux et que seul le degré de piété les différencie. Aux yeux des musulmans, c’est cela qui honore l’humanité. Le Coran dit « Que celui qui veut croit et que celui qui veut mécroit ». Croire est une grâce de Dieu.

Ensuite les deux hommes ont abordé le thème de la violence et M. Chérif a tenu à clarifier que l’islam préconise à chacun des croyants face à l’adversité, de pardonner, de patienter, de faire preuve de miséricorde. En ce qui concerne la responsabilité collective, face aux agressions subies, pour ne pas se retrouver dans le rapport du loup et de l’agneau, pour sauvegarder le droit à l’existence des peuples, l’islam codifie de manière stricte le recours à la « guerre juste », (que le Prophète, l’homme total, Miséricorde pour les mondes , qualifia de « petit » djihad), comme légitime défense. Ne jamais être l’agresseur, préserver les civils, et en particulier les moines chrétiens, les faibles, l’environnement, et rester toujours équitable. C’est le principe de la « guerre juste » et non point de « guerre sainte ». Saint Augustin, n’avait pas dit autre chose.

De même M. Chérif a ajouté, que les musulmans dans leur immense majorité, réprouvent et critiquent l’archaïsme religieux, l'intolérance, l’instrumentalisation de la religion, la violence aveugle et l’égarement d’une infime minorité car ces errements sont issus de lectures arbitraires des textes et ont des causes politiques, exploitées et aggravées par des manipulations. Il est de notre devoir, précise -t-il, de dénoncer les amalgames grossiers entre l’Islam et l’extrémisme. La communauté musulmane peut se régénérer et aider le monde moderne, qui est dans une tragique impasse, malgré les prodigieux progrès scientifiques, à réinventer une nouvelle civilisation qui fait tant défaut.

Le philosophe algérien a exprimé à sa Sainteté le pape Benoît XVI leur souci de contribuer, tous ensemble, au respect des religions, préserver les acquis du dialogue séculaire, faire reculer la méconnaissance, le fanatisme, rappeler notre socle commun, relancer la réflexion sur nos différences et les défis communs. Le dialogue interreligieux est le facteur décisif de l’alliance des civilisations. A cette fin, il a soumis à la haute appréciation de sa Sainteté trois suggestions : -l a tenue d’un colloque interreligieux sur le thème de la lutte contre la haine religieuse. - La sensibilisation de la communauté internationale sur le caractère condamnable des offenses et des atteintes contre les symboles sacrés des religions, à l’instar des principes relatifs au racisme et à l’antisémitisme, dans le respect du droit en matière de liberté d’expression et de critique. Enfin, le soutien et la multiplication de groupes et réseaux d’amitié, de dialogue et de recherche islamo-chrétiens à travers le monde. Avec attention et compréhension, conclu Mustapha Chérif dans son article, le Saint Père partage le souci de travailler à la paix et la justice. Cette rencontre est un beau signe d’espérance.

Mustapha Chérif, philosophe, islamologue, ancien ministre algérien

Sources: - E.S.M.

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 11.11.2006 - BENOÎT XVI

Amitiés

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty
MessageSujet: Re: Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor   Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Eurabia - l'axe euro-arabe - de Bat Yeor
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un très beau poème arabe
» Troc / euro / dollars / yuan / or / argent... que mettre de coté
» Ou est l'Euro manquant?
» Exprimer l'hypothétique en français et en arabe / افتراضية بالفرنسي والعربية
» Une autre organisation du lexique de l’arabe - Georges Bohas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Aliis rebus :: Actualités :: Actualités-
Sauter vers: