Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 19 octobre Saint Zorobabel
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 00:08

» 19 octobre Saint Paul de la Croix
par ami de la Miséricorde Hier à 23:58

» 19 octobre Saint Néhémie
par ami de la Miséricorde Hier à 23:33

» 19 octobre Saint Joël Prophète
par ami de la Miséricorde Hier à 23:26

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
par ami de la Miséricorde Hier à 23:06

» Forumactif : liste des forums cathos de la Toile et présentations.
par Françoise Hier à 20:04

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 19:36

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
par Nicolas Hier à 18:52

» 18 octobre Saint Pierre D'Alcantara
par ami de la Miséricorde Hier à 12:21

» 18 octobre Saint Luc
par ami de la Miséricorde Hier à 12:06

» L'Evangile facile en dix leçons... ça n'existe pas... par le Père H. Boulad.
par Françoise Hier à 07:50

» L'Evangile avec François (vidéo)
par Nicolas Mar 17 Oct 2017, 19:07

» Le 21 octobre avec Marie , écrasons le tête du serpent!
par ami de la Miséricorde Mar 17 Oct 2017, 00:19

» 17 octobre Saint Ignace d'Antioche
par ami de la Miséricorde Mar 17 Oct 2017, 00:06

» 17 octobre Saint Osée Prophète
par ami de la Miséricorde Lun 16 Oct 2017, 23:35

» 16 octobre Sainte Marguerite Marie
par ami de la Miséricorde Lun 16 Oct 2017, 10:36

» 16 octobre Sainte Hedwige
par ami de la Miséricorde Lun 16 Oct 2017, 10:19

» 16 octobre Saint Gérard Majella
par ami de la Miséricorde Lun 16 Oct 2017, 10:10

» 16/10 Dédicace de la basilique du Mont St Michel
par ami de la Miséricorde Lun 16 Oct 2017, 09:55

» 15 octobre Sainte Thérèse d'Avila
par ami de la Miséricorde Dim 15 Oct 2017, 01:35

» 15 octobre Saint Euthyme le Jeune
par ami de la Miséricorde Dim 15 Oct 2017, 01:20

» 14 octobre Saint Calixte 1er
par ami de la Miséricorde Sam 14 Oct 2017, 01:54

» Saint Michel Archange, Le Champion de Dieu
par ami de la Miséricorde Sam 14 Oct 2017, 01:37

» Du 13 au 22 octobre Neuvaine à Saint Jean Paul II
par ami de la Miséricorde Ven 13 Oct 2017, 14:31

» 13 octobre 1884 La vision du pape Léon XIII
par ami de la Miséricorde Ven 13 Oct 2017, 11:54


Partagez | 
 

 .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
inconnu
Invité



MessageSujet: .   Mer 13 Sep 2006, 13:15

Rappel du premier message :

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Lun 25 Sep 2006, 13:53

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 619
Localisation : La belle province

MessageSujet: Re: .   Mar 26 Sep 2006, 04:50

http://www.conscience-politique.org/2006/remondpourquoibenoit16araison.htm


Citation :
Pourquoi Benoît XVI a raison



Encore une fois, le monde musulman s'embrase à cause d'une simple opinion dérangeante sur l'islam. Après l'affaire des caricatures de Mahomet en octobre 2005, les dirigeants arabes s'associent aux dignitaires religieux musulmans pour dénoncer avec ardeur les propos du pape Benoît XVI concernant le fondateur de la religion islamique. En effet, lors d'une conférence de pure théologie à l'université de Ratisbonne, le souverain pontife rapporta l'opinion de l'empereur Byzantin Manuel II affirmant que "Mahomet n'avait apporté que des choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l'épée la foi qu'il prêchait". Le pape enchaîne en suggérant une relation de cause à effet entre l'absolue transcendance de Dieu chez les musulmans et l'impossibilité de l'islam à se conformer à la moindre des valeurs humaines, y compris la raison.



Or, face à une démonstration théologique aussi solide et rationnelle que celle du pape, quelle fut la réaction du monde musulman ? Des effigies du pape furent brûlées, une soeur italienne assassinée, des manifestations de haine organisées dans les rues indiennes ou palestiniennes. Exactement comme lors de l'affaire des caricatures de Mahomet, le paradoxe de cet émoi mêlé d'hypocrisie apparaît au grand jour : la critique de l'islam au nom de sa violence conduit précisément à des manifestations de violence qui confirment la justesse de la critique initiale. Validée par les faits, la thèse rapportée par Benoît XVI a été démontrée par les musulmans radicaux eux-mêmes.



L’instrumentalisation par les politiques



Bien sûr, il serait très exagéré de pointer un doigt inquisiteur sur la totalité des musulmans qui, dans leur grande majorité, ne sont pas descendus dans la rue pour vociférer leur haine contre le souverain pontife. Par contre, le plus remarquable dans cette affaire réside dans la responsabilité évidente des dirigeants arabo-musulmans qui furent les premiers à enfourcher leurs grands chevaux d’indignation. Au lieu de calmer l'ardeur d'une poignée d'extrémistes, les gouvernements marocain, palestinien, malaisien, iranien réagirent avant même que la conférence de Ratisbonne ne soit traduite en arabe, malais ou persan, ce qui prouve que les racines de la colère plongent parmi les élites de ces pays. Le sommet de l’hypocrisie fut atteint par les protestations de l’Arabie Saoudite, dans ce pays où la construction d’églises est interdite, le port d’une croix chrétienne motif d’emprisonnement et l’apostasie punie de mort, conformément à législation islamique...



Dans la continuation de l'affaire des caricatures, les gouvernements arabo-musulmans se sont servis de cette polémique pour mieux détourner l'attention des masses arabes de leur propre incompétence économique et démocratique. A la légendaire susceptibilité orientale s'ajoute une sombre manoeuvre de diversion de ces régimes corrompus afin de faire croire à un complot occidental qui expliquerait tout naturellement le déficit de démocratie et l'absence de justice sociale dans le monde arabe. Par essence ennemies de la liberté, par ailleurs soumises à la pression interne des islamistes, les dictatures perses et arabes trouvent dans l'Occident un bouc émissaire facile, surtout quand il s'agit de dénoncer une liberté de conscience qui pourrait s'avérer dangereuse pour la pérennité de leurs régimes.



Et si Manuel II voyait juste ?



Pourtant, Benoît XVI n'a nullement repris à son compte l'opinion critique de Manuel II, comme l'affirment certains journalistes trop zélés. A la prudence du souverain pontife s'oppose l'extrême susceptibilité des musulmans conservateurs qui ne supportent pas l'idée que leur prophète Mahomet puisse faire l'objet du moindre soupçon de critique. Mais justement, cette susceptibilité ne trahirait-elle pas une vérité dérangeante pour la croyance des musulmans conservateurs, ces musulmans écartelés entre le désir de croire et l'objection intraitable de la raison ?



L'étude objective du Coran et de la biographie du prophète Mahomet nous apprend que le jihad s’avère consubstantiellement lié à la naissance de l'islam. Depuis l'Hégire en 622, Mahomet multiplia les excursions militaires contre les païens mecquois. En 624, il attaqua une caravane mecquoise au puit de Badr. Dans le Coran, la huitième sourate appelée "Les butins" garde le souvenir de cette victoire ainsi que du partage du butin qui s'ensuivit. Mahomet en profita pour faire exécuter parmi les prisonniers un certain Al Nadr qui s'était moqué de lui. En 625, il subit une défaite à la bataille du Mont Ohod, mais remporta en 627 la bataille décisive du Fossé. Accusant les Banu Qurayza d'avoir pactisé avec l'ennemi, Mahomet organisa une expédition punitive contre cette tribu juive de Médine dont il extermina tous les membres mâles et fit déporter les femmes et enfants en esclavage. Mahomet condamna à mort nombre d'opposants politiques, tel le juif Kab ibn al-Ashraf ou encore la poétesse Asma Bint Marwan durant son sommeil.



Le Coran fourmille de très nombreux passages appelant à la guerre totale contre les infidèles, ainsi la sourate 2 verset 191 : "Tuez les infidèles là où vous les trouverez [...] S'ils combattent, tuez-les : telle est la récompense des infidèles". On encore dans la sourate 47 verset 4 : "Quand vous rencontrez les infidèles, frappez-les à la nuque jusqu'à en faire un grand carnage." Enfin, quand on lit le Coran, on est frappé par le message récurrent de Mahomet qui, à longueur de versets, martèle que ceux qui lui obéissent auront droit au paradis tandis que les infidèles brûleront éternellement dans le feu de l'enfer. En islam, la notion de crainte est omniprésente et détruit tout sens critique.



Certes, l'islam n'a nullement le monopôle de l'intolérance religieuse. Des pages violentes et guerrières existent aussi dans l'Ancien Testament, reflet d'une époque où les successeurs de Moïse conquirent par les armes l'actuelle Palestine. Cela dit, le fait qu'aucune religion ne soit exempte de reproches n'autorise nullement les musulmans conservateurs à interdire toute critique concernant Mahomet ou le Coran. En rapportant l'opinion critique de Manuel II sur l'islam, Benoît XVI fit involontairement sauter le tabou religieusement correct de la critique interreligieuse.



Le tabou de la critique interreligieuse



Sous l'influence de la décolonisation et des idées héritées de mai 68, les Eglise catholiques et protestantes s'interdisaient, au nom du "respect des croyances d'autrui", de porter le moindre jugement critique sur les fondements religieux d'une autre religion, surtout quand cette dernière semble l'apanage des déshérités de cette planète. Paradoxalement, l'acte de repentance initié en l'an 2000 par le feu pape Jean-Paul II pour les crimes commis au nom de l'Eglise catholique modifia considérablement la donne. En effet, il était maintenant devenu difficile pour les chrétiens de pratiquer à eux seuls l'autocritique tandis que les musulmans se sentiraient totalement exempts de reproches. L'atmosphère de repentance historique dans laquelle baigne l'Occident depuis l'initiative du pape ne pouvait que donner raison à ceux qui s'étonnent de l'absence totale de réciprocité dans la mémoire musulmane. Les musulmans n'avaient-ils pas connu leurs "croisades" (le jihad depuis l'origine), leurs "inquisitions" (l'application de la chariah), et même leurs "traites des Noirs" (17 millions d'africains déportés depuis le haut Moyen-âge) ? Dans un autre registre, les attentats terroristes commis au nom de l'islam depuis le 11 septembre 2001 confirmèrent les doutes de l'Occident concernant la nature non-violente de l'islam. L'explosion du tabou de la critique interreligieuse était donc inévitable. Les propos de Benoît XVI ne constituent donc nullement une initiative spontanée, mais l'expression d'une tendance lourde qui devait se manifester un jour ou l'autre.



Toute sa vie durant, le pape Jean-Paul II avait fermement combattu le communisme, cette idéologie criminelle du 20ième siècle. Après la chute du communisme, le pape Benoît XVI prend désormais conscience de la nécessité de combattre la nouvelle idéologie totalitaire de ce siècle naissant, l'islamisme. Or comme le mur de Berlin s'écroula sous les coups de butoirs des peuples opprimés à l'Est, la muraille de l'islamisme ne peut tomber qu'à l'initiative des musulmans eux-mêmes qui auront décidé de prendre une distance critique vis-à-vis de certains fondements théologiques de l'islam. Loin de remettre en cause leur foi légitime en un Dieu unique, les musulmans sincères gagneraient à replacer le personnage Mahomet dans son contexte historique, à souligner l'apport déterminant du judaïsme dans la genèse de la doctrine musulmane, à revendiquer le droit à l'exégèse pour l'étude des livres sacrés.



Et la meilleure façon d'aider les musulmans à relativiser l'immuabilité du texte coranique pour adhérer à une vision purement intellectuelle et spirituelle de la foi passe par un échange franc et sincère. Cet échange inclut la critique du Coran et de Mahomet, aussi sensible soit-elle.



Constant Rémond

Septembre 2006
Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 26 Sep 2006, 17:18

Oui, bien sûr que Benoît XVI a raison!!! Toutefois, on n'a pas assez souligné que le discours du pape portait sur le rapport entre la raison et la foi en général et que cela ne saurait concerner uniquement l'islam.
De plus, il semble que la référence aux propos de Manuel II qui a été l'objet de la controverse n'était donnée que de façon accessoire et rien ne dit que le pape les ait approuvés dans leur ensemble. Bien au contraire! il a même dit par la suite que c'étaient simplement les paroles d'un empereur du moyen-âge qui ne traduisaient en rien le fond de sa pensée... On peut même aussi, à partir de là, s'interroger sur les vraies raisons de la chute de Constantinople tombée un siècle plus tard, un jour de Pentecôte, aux mains des Turcs comme s'il s'agissait d'une sentence que l'occident d'aujourd'hui pourrait fort bien prendre pour un avertissement!!!

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 26 Sep 2006, 17:22

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 26 Sep 2006, 17:40

Citation :
qui met en cause également les protestants, qui eux ont préféré ne pas relever, car ils savent très bien que Benoit a tout à fait raison.

Oui, bien sûr, du moins les plus "raisonnables" parmi eux comme aussi certains cathos et même certains musulmans (j'ai entendu ce matin un imam sur une radio chrétienne qui approuvait le Saint Père dans le sens où cette polémique pouvait être très profitable dans la mesure où les propos du pape devraient inciter les musulmans à s'interroger sur les causes de la violence).

Amitiés

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 26 Sep 2006, 17:50

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 27 Sep 2006, 14:16

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 27 Sep 2006, 15:22

Citation :
Seule Marie convertira tous les musulmans
à la vraie et unique religion d'Amour,
c'est à dire, au vrai Dieu Trine.

Oui, je le crois aussi et il faudrait également que les protestants reconnaissent en Marie la Mère de Dieu mais comme ils n'y croient pas, c'est peut être pour cette raison qu'ils ont plus de mal que les catholiques à considérer les musulmans comme enfants de Dieu.

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 27 Sep 2006, 15:36

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Jeu 28 Sep 2006, 15:35

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Ven 29 Sep 2006, 11:04

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Ven 29 Sep 2006, 12:29

Citation :
Lettre du père Charles de Foucauld

à René Bazin de l'académie Française,

le 29 juillet 1916.

" Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de notre empire colonial du nord de l'Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste analogue à celui de la Turquie : une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir l'esprit ni le coeur français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera l'étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses ; d'autre part, la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par sa religion, par ses marabouts, par les contacts qu'elle a avec les Français (représentants de l'autorité, colons, commerçants), contacts qui trop souvent ne sont pas propres à nous faire aimer d'elle.

Le sentiment national ou barbaresque s'exaltera dans l'élite instruite : quand elle en trouvera l'occasion, par exemple lors de difficultés de la France au dedans ou au dehors, elle se servira de l'islam comme d'un levier pour soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman indépendant. L'empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique occidentale française, etc., a 30 millions d'habitants; il en aura, grâce à la paix, le double dans cinquante ans. Il sera alors en plein progrès matériel, riche, sillonné de chemins de fer, peuplé d'habitants rompus au maniement de nos armes, dont l'élite aura reçu l'instruction dans nos écoles.

Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. Il ne s'agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, oeuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.

Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ?

Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a des accommodements; avec l'un, celui du medhi, il n'y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu'à l'approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve; " l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération ", disent-ils; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger ; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France.

De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française : comment demander à faire partie d'un peuple étranger qu'on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ? Ce changement de nationalité implique vraiment une sorte d'apostasie, un renoncement à la foi du medhi...".
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Ven 29 Sep 2006, 17:48

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: Re: .   Ven 29 Sep 2006, 22:30

Un FM cet ambassadeur, à n'en point douter.
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: Re: .   Ven 29 Sep 2006, 22:38

Citation :
Lettre du père Charles de Foucauld

à René Bazin de l'académie Française,

le 29 juillet 1916.


Très interessant
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Sam 30 Sep 2006, 09:39

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Dim 01 Oct 2006, 13:40

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 619
Localisation : La belle province

MessageSujet: Re: .   Mar 03 Oct 2006, 05:41

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0210065_commentaires


Citation :
Le Père Maxime Kozlov, archiprêtre à l'église Sainte-Tatiana (Eglise Orthodoxe)

Commentaires sur les paroles de Benoît XVI

Nous publions ci-dessous deux réactions émanant de milieux non catholiques.

Tout d'abord un article du Père Maxime Kozlov, archiprêtre à l'église Sainte-Tatiana (Eglise Orthodoxe), professeur à l'Académie spirituelle de Moscou:

Le 12 septembre, à Regensburg (Ratisbonne), dans son pays natal, le pape Benoît XVI a fait à l'Université des sciences devant la communauté scientifique, une conférence consacrée aux rapports entre la foi et la raison, la foi et la violence, le christianisme et l'hellénisme. Le discours a été prononcé dans un pays chrétien, à la faculté de théologie, et adressé à des scientifiques, mais certains n'ont voulu entendre qu'une seule citation tirée du dialogue de l'empereur byzantin Manuel II Paléologue avec un musulman, dialogue qui a eu lieu à la fin du XIVe siècle, peu avant la chute de Byzance.

On ne manquera pas de constater la tragique ironie de l'époque actuelle. Les islamistes qui se sont dressés contre la citation évoquée par le pape au sujet de Mahomet l'illustrent avec la plus grande plus éloquence en s'efforçant de se faire respecter par la violence. Comme s'il était possible d'obliger d'aimer un Dieu ou d'éduquer le respect pour une religion sous la menace de la mort ou d'attentats terroristes.

Dans le fragment suivant de son discours, Benoît XVI s'attarde sur le rôle de l'héritage hellénique pour la pensée religieuse, sur l'assimilation de l'hellénisme par le christianisme et évoque les conséquences tragiques pour la tradition religieuse occidentale de la déshellénisation qui a commencé à l'époque de la scolastique mûre et n'a cessé de marquer la tradition théologique des Eglises occidentales.

Pour nous autres orthodoxes, cette partie du discours de Benoît XVI est, à mon avis, la plus importante. Elle témoigne que la tradition hellénique précisément, qui s'est sensiblement éteinte dans la tradition occidentale, est un trésor de la foi qui unira tous les chrétiens des églises historiques. Mais personne n'en parle car c'est de la théologie, cela demande un effort de réflexion, cela requiert la connaissance de Platon et de Phédon. Par contre, la mention du nom de Mahomet dans une citation a provoqué une tempête dans le monde musulman.

La tempête a tout mélangé: notes diplomatiques, rappels d'ambassadeurs, déclarations de muftis (de la Somalie et du Maroc jusqu'à la dernière mosquée de quartier dans un pays d'Europe de l'Est), appels à tuer, à détruire, à réduire en poudre et aussi à anéantir moralement le pontife en le forçant à présenter des excuses, en fait l'obliger à prononcer la phrase clé: "Il n'y a pas d'autre divinité qu'Allah, et Mahomet est son prophète". Ainsi, dans cette hystérie éclatée dans le monde musulman nous voyons la face cachée de la terreur libérale que l'humanisme séculier nous a imposée au cours de ces dernières dizaines d'années: gardez-vous d'évoquer de tels sujets, de telles personnalités, de telles tendances autrement qu'avec enthousiasme, ne vous avisez pas d'adresser la moindre critique aux homosexuels, aux Juifs, aux minorités nationales, aux alter mondialistes, aux athées libéraux, aux professeurs universitaires libres penseurs.

Maintenant, une nouvelle protestation s'élève: n'osez pas parler des musulmans autrement qu'avec transport, et il est interdit de citer une source médiévale reflétant avec fidélité ce qui se passait en réalité à une certaine époque parce que c'est Constantinople qui a été prise d'assaut et pillée quelques dizaines d'années plus tard, parce que c'est Aja Sofia qui a été transformée en mosquée. Lire une citation devient aujourd'hui dangereux, même pour le chef de la plus grande Eglise chrétienne.

Le refus de Benoît XVI et du Vatican, qui ont naturellement donné des explications et fait des commentaires, de s'excuser ouvertement et directement - en fait de reconnaître Mahomet comme prophète de la "religion véritable" révélée par le Tout-Puissant et que nous autres chrétiens devraient respecter et adorer - est un événement. Ils ont fait ce dont chaque homme qui s'avoue dans son âme être chrétien ne peut que se réjouir, car cela nous donne un grand espoir que nous abandonnons le faux et hypocrite œcuménisme des décennies écoulées pour adopter un œcuménisme nouveau, celui dont Alexandre Soljenitsyne, expulsé de son pays par des scélérats, a parlé dans son discours à l'occasion de l'attribution du Prix Templeton.

Certes, le christianisme est une religion de la tolérance, ce que Benoît XVI a souligné notamment dans ses déclarations suivantes. Un chrétien ne peut ne pas s'incliner devant la dévotion profonde d'un hétérodoxe. Paysan égyptien ou pêcheur indonésien, fillette malaisienne ou mère de famille marocaine éveillent en nous beaucoup plus d'affection et de respect que nos propres toxicomanes russes impénitents à Moscou ou à Vladivostok. Mais le respect pour la dévotion et la reconnaissance naturelle que l'islam est une religion monothéiste (plus proche, en ce sens, du christianisme que le paganisme) ne sont pas synonymes d'indifférence religieuse ou d'accord avec la stupide thèse séculière libérale de l'égalité des religions. Elles sont toutes égales devant la loi. Mais un chrétien, s'il veut rester tel, ne dira jamais que toutes les religions sont égales, que tous les prophètes sont authentiques et que chacun a sa vérité. La vérité est une et nous savons. Qui est cette vérité? Celui qui a dit : "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie".

Dans cet ordre d'idée, il y a un espoir que le nouveau round du dialogue, inaperçu par le monde, qui a démarré (fait significatif) à Belgrade, entre les Eglises orthodoxes locales et l'Eglise catholique romaine ne sera pas une simple assemblée de doctes théologiens dont les résolutions seront, comme par le passé, déposées aux archives, mais un acte d'accomplissement des paroles de Christ au sujet de l'unité non pas d'astucieux compromis et d'abandons de la vérité, mais de gens ayant pleine conscience de se trouver dans l'arche de l'Eglise du Christ.

Ce vaisseau se trouve aujourd'hui sous des feux croisés tirés de toutes parts, de l'est et de l'ouest, pour le couler afin qu'il n'empêche pas certains de cacher leur visage sous un voile et d'autres de vivre comme ils l'entendent, en blasphémant la croix du Christ. En ce sens, aussi paradoxal que cela paraisse, on voit du même coté de la barricade ceux qui tirent sur les femmes refusant de porter le voile et ceux qui exhibent leur nudité pour outrager les symboles religieux. Parce que pour les uns comme pour les autres, la religion de l'amour et de la liberté apportée par le Christ est inacceptable car elle ne leur permet pas de vivre comme ils le veulent, et comme eux - athées libéraux ou fanatiques religieux - s'efforcent de nous obliger à vivre. Nous n'avons pas le droit d'accepter cela.

Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 03 Oct 2006, 10:51

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dr.Michaeli Panem
Assidu
avatar

Nombre de messages : 619
Localisation : La belle province

MessageSujet: Re: .   Mar 03 Oct 2006, 15:52

Bonjour Christian.

Oui il fait plaisirs de lire ce texte, de voir que nos frères orthodoxes semble comprendre l'absurdité de la réponse des dirigeants musulmans qui voudraient que le pape approuve leur "religion" et dise leur credo : "Il n'y a pas d'autre divinité qu'Allah, et Mahomet est son prophète".

Je trouve ce passage très intéressant :

Citation :
Le refus de Benoît XVI et du Vatican, qui ont naturellement donné des explications et fait des commentaires, de s'excuser ouvertement et directement - en fait de reconnaître Mahomet comme prophète de la "religion véritable" révélée par le Tout-Puissant et que nous autres chrétiens devraient respecter et adorer - est un événement. Ils ont fait ce dont chaque homme qui s'avoue dans son âme être chrétien ne peut que se réjouir, car cela nous donne un grand espoir que nous abandonnons le faux et hypocrite œcuménisme des décennies écoulées pour adopter un œcuménisme nouveau, celui dont Alexandre Soljenitsyne, expulsé de son pays par des scélérats, a parlé dans son discours à l'occasion de l'attribution du Prix Templeton.


Il serait intéressant de trouver ce discours dont il est fait mention dans cet extrait, soit celui de ce « Alexandre Soljenitsyne » que je ne connais pas.

Il est bien difficile ce temps ou nos autorités religieuses ne peuvent plus dénoncer les hérétiques sans craindre de mettre le monde à feu et à sang à cause de l'exagérément grande susceptibilité du monde musulmans, désirent-ils que nous fassions la promotions de leur fausse doctrine, eux qui dénigre notre Sauveur Jésus-Christ en Lui refusant la divinité et en niant son sacrifice dans leur coran. Sur le plan religieux, ce sont nos ennemis mais nous nous devons de les aimer et leur montrer la seule religion d'Amour et de Paix qui soit, la nôtre.
Revenir en haut Aller en bas
http://cyberquebec.ca/drmichaelipanem/
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 03 Oct 2006, 17:47

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Mar 03 Oct 2006, 22:45

Dialogue islamo-chrétien : On se calme !

par Anonyme, 16 septembre 2006 N’a-t-on pas remarqué que la campagne de protestation contre les déclarations du Pape étaient partie principalement du Pakistan, pays allié des États-Unis et naguère associé à leurs coups tordus ? N’a-t-on pas remarqué que cette campagne monte comme un soufflé ? Elle est amplifiée et reprise par des médias qui ne sont pas du tout opposés à l’empire Usraélien ? N’a-t-on pas remarqué que les déclarations du Pape, même si elles peuvent déplaire, ne sont pas monstrueuses ? Est-il un seul d’entre nous qui puisse soutenir sans rire qu’il n’y a aucun problème de rapport avec la violence en Islam ? Si il est interdit au Pape d’évoquer ce problème, pourquoi serait-il permis aux musulmans d’évoquer le même problème au sujet du christianisme et des croisades ?

Mais toute cette affaire, orchestrée, survient précisément, et bien sûr par hasard, au moment où le Patriarche et les évêques des Églises locales de Jérusalem viennent de faire une très importante déclaration dénonçant avec une rare fermeté le « sionisme chrétien » des fondamentalistes protestants, qui soutiennent la politique impériale américaine de Bush. Cette déclaration capitale ne peut pas avoir été faite sans l’accord du Vatican. Mais l’agitation faite autour des déclarations du Pape évite que cette déclaration de Jérusalem reçoive l’écho médiatique qu’elle mériterait.

L’attentat perpétré contre une église à Gaza signe la manœuvre abominable. Il ne peut pas avoir été perpétré par des Palestiniens musulmans de Gaza, qui ont sur place bien d’autres chats à fouetter. Et à Gaza, musulmans et chrétiens vivent en bonne entente, et tous les musulmans connaissent la part considérable que des chrétiens ont prise dans la résistance Palestinienne. Des chrétiens ont été élus dans les rangs du Hamas. Pour toutes ces raisons cet attentat est manifestement une provocation israélienne destinée à punir le Patriarcat, et la campagne contre le Pape vise à punir l’Église, à laquelle on ne pardonne pas sa ferme opposition à la guerre du Golfe, opposition fort peu médiatisée et donc trop ignorée. Il faut apprendre à déjouer les pièges et les manœuvres de l’ennemi, et garder son sang-froid. Salut et fraternité.
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 04 Oct 2006, 21:11

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 04 Oct 2006, 21:18

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 04 Oct 2006, 22:19

Excuses moi, Christian, faut-il rappeler que le Saint Siège avait à l'époque condamné la publication de ces caricatures. Il ne me semble donc pas très opportun de le rappeler ici si c'est dans le but d'alimenter la polémique.

http://challengestempsreel.nouvelobs.com/international/arti_21204_10955.html

Amicalement

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Mer 04 Oct 2006, 22:25

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Jeu 05 Oct 2006, 17:19

Citation :
Mais sache que ce chiffre de 139 victimes, n'est qu'un tout petit préambule. Chacun va être devant un choix à faire; le mien est fait depuis longtemps.

Oui, Christian, j'en ai parfaitement conscience. Cependant, il ne faudrait pas non plus se tromper d'adversaire en faisant une fixation sur l'islamisme comme étant le seul responsable de tous les maux de la Création. Il faut se poser aussi la question de savoir qui est derrière toutes ces polémiques, qui a intérêt à les nourrir et surtout pourquoi. De plus, ce n'est certainement pas par hasard si cela intervient peu de temps avant le voyage du pape en Turquie, surtout quand on connaît l'enjeu que représente ce pays "au sein" de l'Europe et le rôle qu'il pourrait avoir à jouer dans la mise en place du « nouvel ordre mondial ». Ceci mérite une petite explication avec un rappel des événements.
Le 13 mai 1981, Jean Paul II avait été victime d'une tentative d'attentat par Ali Agca. Qui était Ali Agca? un activiste Turc d'extrême-droite athée et non pas un fanatique musulman comme on l'a dit parfois. Ce que l'on sait maintenant de source sûre (*) depuis l'ouverture des archives du KGB c'est qu'en fait, le groupuscule politique Bulgare (la "Brigade des Loups Gris", ou quelque chose comme ça) auquel appartenait Ali Agca avait été "infiltré" et instrumentalisé par le KGB ce qu'Ali Agca ignorait totalement à ce moment là. Pourquoi le KGB? Parce qu'à l'époque l'URSS, connaissant le charisme de Jean Paul II redoutait par-dessus tout l'influence qu’il pouvait avoir pour briser la tentative de subversion de l’Eglise par le régime communiste(depuis environ les années 20, un nombre important de « prêtres » orthodoxes (principalement en Russie) et aussi catholiques (un peu partout à travers le monde et jusqu’au Vatican) étaient en réalité des agents communistes à la solde de Moscou.
Il fallait donc absolument éliminer Jean Paul II mais sans que l’on sache qui était l’instigateur du complot. La « piste Bulgare » n’était ainsi qu’un « écran de fumée » afin de masquer la réalité. Maintenant on connaît la suite : la popularité et le charisme de Jean Paul II ont eu finalement raison du communisme qui a fini de s’effondrer quelques années plus tard.
Ainsi, le Marxisme, du moins sous sa forme « bête et méchante », c’est-à dire le communisme a été vaincu mais demeure néanmoins sous une forme beaucoup plus élaborée et subtile qu’on appelle maintenant le « nouvel ordre mondial ».
Or, le vrai but du marxisme, ce n’est pas du tout le communisme comme on l’entend. Le but du marxisme c’est la réalisation du programme de Weishaupt, le fondateur des « illuminés de Bavière » ou comme on les appelle maintenant les« illuminati » qui veulent éradiquer toutes les religions afin de faire place au nouvel ordre mondial, autrement dit le règne de l’ANTICHRIST.
Donc, voilà, si Jean Paul II a triomphé (grâce à l’intervention de la Vierge de Fatima), il reste maintenant à son successeur Benoît XVI de triompher du nouvel ordre mondial, ce qui est une tâche encore plus difficile et l’Adversaire a adopté une nouvelle stratégie: il ne s’agit plus maintenant d’infiltrer l’Eglise catholique pour tenter de la tuer de l’intérieur mais de dresser les religions les unes contre les autres afin dans un premier temps de provoquer le chaos pour ouvrir ensuite la voie au nouvel ordre mondial (religion luciférienne). Rien de moins ! Voilà pourquoi, à mon sens, il est important de ne pas s’attaquer aux autres religions qui recèlent malgré tout toujours une part de vérité et pense que le dialogue inter-religieux (sans tomber non plus, bien sûr, dans le syncrétisme) est absolument indispensable pour garantir la Paix dans le monde. Ceci d’ailleurs est dans la ligne de conduite que prône Benoît XVI et aller contre serait désobéir à l’Eglise.

Maintenant, pour en revenir au prochain voyage du pape en Turquie, imagines seulement une seconde que ce soit le remake de ce qu’il s’est passé le 13 mai 1981 avec Jean Paul II à la différence près qu’il soit effectivement assassiné ! Vu le climat délétère qui règne depuis un certain temps à cause de la polémique sur l’islam (polémique fabriquée de toutes pièces par les médias vendus à la FM) et dans le contexte géopolitique compliqué où tout semble en ébullition je crains fort que l’on assiste à un choc sans précédent entre le 1,2 milliard de catholiques et autres confessions chrétiennes et le milliard et demi de musulmans à travers le monde. Ce serait la troisième guerre mondiale assurée!!! Exactement ce que souhaitent les illuminati !!! Ne rentrons pas dans ce piège en fustigeant l’islam parce que de même que les communistes ont infiltré jadis l’Eglise, rien ne prouve que les agents du « NOM » n’aient pas infiltré les milieux islamiques sans même que ces dernier ne s’en soient rendu compte (pour ma part j’en suis convaincu)
Espérons quand même que tout se passe bien à la fin du mois et prions à l’intention du Saint Père.
Que son prochain voyage en Turquie se déroule bien. Surtout restons lui bien fidèles en ne déformant pas ses propos, obéissons lui, même si c’est pour des prétextes de spiritualité ou de mystique dépourvus de raison et de bon sens car ce ne serait en définitive que trahir l’esprit de son message et faire le jeu de l’adversaire.

(*) Voir, par exemple le livre de Danièle et Pierre de Villemarest : « le KGB au cœur du Vatican »

Bien amicalement

Philippe

PS : Christian, ne prends pas ma remarque pour une critique personnelle
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Jeu 05 Oct 2006, 17:29

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .   Jeu 05 Oct 2006, 17:48

Je ne fais que m'en tenir à ceci :

Citation :
"L'intolérance réelle ou verbale, d'où qu'elle vienne, qu'il s'agisse d'une action ou d'une réaction, représente toujours une atteinte sérieuse à la paix",

Citation :
Toutefois, il me semble que tu te focalises trop sur la recherche de la tête; car pendant ce temps , le bras exécuteur, exécute, tous azimuts. Dans le sud ouest de la France on en vient presque à rendre dès la maternel le marocain, langue obligatoire ainsi que la connaisance de la culture marocaine; je n'invente rien malheureusement.

Possible, mais en attendant, si tu veux tuer le serpent cela ne sert à rien de lui taper sur la queue.

Amitiés

Philippe
Revenir en haut Aller en bas
inconnu
Invité



MessageSujet: Re: .   Sam 07 Oct 2006, 06:54

.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006, 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Frank
Assidu
avatar

Nombre de messages : 1027

MessageSujet: Re: .   Sam 07 Oct 2006, 10:04

Philippe a écrit:


Maintenant, pour en revenir au prochain voyage du pape en Turquie, imagines seulement une seconde que ce soit le remake de ce qu’il s’est passé le 13 mai 1981 avec Jean Paul II à la différence près qu’il soit effectivement assassiné ! Vu le climat délétère qui règne depuis un certain temps à cause de la polémique sur l’islam (polémique fabriquée de toutes pièces par les médias vendus à la FM) et dans le contexte géopolitique compliqué où tout semble en ébullition je crains fort que l’on assiste à un choc sans précédent entre le 1,2 milliard de catholiques et autres confessions chrétiennes et le milliard et demi de musulmans à travers le monde. Ce serait la troisième guerre mondiale assurée!!! Exactement ce que souhaitent les illuminati !!!

Tu sais la FM a depuis longtemps verrouillé les pays dits "chrétiens". L'assassinat de Benoit 16 ne déclencherait aucune guerre dabord parce qu'aucun protestant n'irait pleurer sur la mort du Pape et que les catholiques au moindre signe de violence seraient mis à l'index.
On entendra simplement le même discours qu'aujourd'hui : "c'est un groupe d'extrémiste islamiste non représentatif de la communauté musulmane qui a fait cela, bla, bla, bla..."
Bref aucune crainte à avoir là-dessus, car si l'assassinat du Pape pouvait effectivement avoir pour conséquence une guerre en chrétiens et musulmans, cela ferait longtemps que la FM l'aurait assassiné (qui plus est la chose est très facile à réaliser).
Et je te rejoins dans le fait qu'il faut en priorité dénoncer la FM, en expliquant toujours que l'islamisme est leur bébé.


Dernière édition par le Sam 07 Oct 2006, 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .   

Revenir en haut Aller en bas
 
.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: En direct de Rome...-
Sauter vers: