Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 14 décembre Ste Odile d'Alsace (d'Honenbourg)
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 00:27

» 14/12 St Nicaise et ses compagnons dont sa soeur Eutropie
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 00:10

» 14 Décembre Saint Jean de la Croix
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 00:00

» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
par ami de la Miséricorde Hier à 22:53

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 19:29

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
par Nicolas Hier à 19:04

» 13 décembre Sainte Lucie de Syracuse
par ami de la Miséricorde Hier à 10:13

» L'Evangile avec François (vidéo)
par Nicolas Mar 12 Déc 2017, 19:13

» 12 décembre Notre-Dame de Guadalupe
par ami de la Miséricorde Lun 11 Déc 2017, 22:33

» 12 décembre Saint Corentin de Quimper
par ami de la Miséricorde Lun 11 Déc 2017, 22:12

» Bx Jean Ruysbroeck : Savoir imiter Jésus dans son humilité
par ami de la Miséricorde Lun 11 Déc 2017, 21:56

» 11 décembre Sainte María Maravillas de Jesús
par ami de la Miséricorde Lun 11 Déc 2017, 01:50

» St Bonaventure : De l'Intercession pleine de sollicitude des Anges
par ami de la Miséricorde Lun 11 Déc 2017, 01:35

» 11 décembre Saint Damase 1er
par ami de la Miséricorde Lun 11 Déc 2017, 01:29

» Avec Saint Bernard pour l'Avent
par ami de la Miséricorde Dim 10 Déc 2017, 02:42

» 10 décembre Sainte Eulalie de Mérida
par ami de la Miséricorde Dim 10 Déc 2017, 02:22

» 10 décembre Translation de la Sainte Maison de Lorette
par ami de la Miséricorde Dim 10 Déc 2017, 02:11

» L'Ave Maria retentit dans la Madeleine...
par ami de la Miséricorde Dim 10 Déc 2017, 01:58

» La communauté de l'Emmanuel consacrée aux coeurs de Jésus et Marie
par Stefanos Sam 09 Déc 2017, 17:06

» 9 décembre Saint Pierre Fourier
par ami de la Miséricorde Ven 08 Déc 2017, 23:41

» 9 décembre Sainte Anne (Hanna), mère du Prophète Samuel
par ami de la Miséricorde Ven 08 Déc 2017, 23:24

» Le sens de l'Avent pour Saint Charles Borromée
par ami de la Miséricorde Ven 08 Déc 2017, 23:15

» le Vatican va autoriser le culte marial à Medjugorje
par ami de la Miséricorde Ven 08 Déc 2017, 16:27

» Réflexions de Saints en cas d'hérésie papale
par Stefanos Ven 08 Déc 2017, 10:16

» Selon les Saints il est interdit de divorcer
par Stefanos Ven 08 Déc 2017, 10:10


Partagez | 
 

 JMJ - actualités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: JMJ - actualités   Lun 18 Juil 2005, 22:00

Citation :
Les JMJ en chiffres
18 juillet 2005


Voici quelques chiffres prévus par les organisateurs des Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) qui auront lieu du 16 au 21 août à Cologne (ouest de l’Allemagne) :

- 250.OOO personnes aux messes d’ouverture à Cologne, Bonn et Düsseldorf le 16 août

- 350.000 participants à la cérémonie de bienvenue du pape Benoît XVI le 18 août à Cologne

- 650.000 fidèles à la veillée de prières avec le souverain pontife le 20 août sur le site du Marienfeld, près de Cologne

- 800.000 personnes à la messe de clôture célébrée par le pape le 21 août au Marienfeld

- 600 évêques du monde entier aux JMJ

- 20.000 bénévoles

- 4.000 journalistes accrédités du monde entier

- le site du Marienfeld : 270 hectares, 50 km de chemins, 80.000 mètres cubes de terre pour la "colline du pape" d’une hauteur de dix mètres

- 40 points d’eau équipés de 1.600 robinets

- 6.000 mètres carrés de terrain pour les équipes médicales

- 2 espaces de 20.000 m2 pour les vélos

Source : Chrétienté info : http://www.chretiente.info/breve.php3?id_breve=921

Remarque : Ce site a été victime d'attaques pirates répétées pendant une semaine. Etrange...


Pour en revenir aux JMJ, ces chiffres semblent montrer que ce sera un succès.

Que l'Esprit Saint éclaire le coeur et l'âme de tous ces jeunes.

Leodia
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Ven 22 Juil 2005, 15:25

Pour ceux que cela intéresserait :

Citation :
créer une immense mosaïque représentant Jean-Paul II
logo ARTICLE 2799
Envoyez votre photo pour créer une immense mosaïque représentant Jean-Paul II



22 juillet 2005

Les organisateurs des Journées mondiales de la Jeunesse de Cologne ont annoncé que les personnes qui le souhaitent peuvent envoyer leur photo en format digital : chaque photo constituera un petit carré d’une immense mosaïque représentant le pape Jean-Paul II.

La mosaïque sera exposée devant la cathédrale de Cologne pendant les JMJ, auxquelles participera le pape Benoît XVI du 18 au 21 août.

Pour avoir un aperçu de la mosaïque en construction et envoyer sa photo, cliquer sur : http://www.thank-you-jpii.net.

Ceux qui enverront leur photo digitale recevront un lien individuel qui leur permettra de se retrouver dans la mosaïque grâce à un zoom.

« Par cette action nous voulons montrer que l’amour est plus fort que la mort et que le message de Jean-Paul II reste présent dans le cœur de milliers de personnes », expliquent Brüggenjürgen, Lutz Langel y Ralf Walter, qui sont à l’origine de cette initiative. Ils souhaiteraient que cette mosaïque soit la plus grande du monde.

Pour de plus amples renseignements, envoyer un message à : ingo@domradio.de - Zenit.org, 2005. Tous droits réservés

- Pour connaitre les modalités d'utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org

Leodia
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Indulgences spéciales pour les participants aux JMJ   Mar 09 Aoû 2005, 21:20

Citation :
Rome: Indulgences spéciales pour les participants aux JMJ

Décret publié par le "grand pénitencier"

Rome, 8 août 2005 (Apic) Le pape Benoît XVI accordera des indulgences spéciales aux participants des JMJ, les Journées mondiales de la jeunesse de Cologne (Allemagne), qui se dérouleront du 11 au 21 août à Cologne, en Allemagne, indique un décret du Vatican publié lundi. Près de 800'000 jeunes sont attendus dans la ville allemande, en particuliers les 20 et 21 août, avec les deux principales rencontre avec le pape.

Le décret signé du "grand pénitencier", le cardinal américain James Francis Stafford, précise que "pour répondre aux suppliques de nombreux pasteurs", des "indulgences spéciales" seront accordées aux fidèles qui participeront avec la "dévotion requise" aux diverses célébrations des JMJ.

Des indulgences partielles seront accordées aux fidèles, "où qu'ils se trouvent", qui demanderont à cette occasion à Dieu, "par de ferventes prières", que les jeunes chrétiens se renforcent dans la foi et le respect envers leurs parents et "s'engagent fermement à vivre en conformité avec les saintes normes de l'Evangile et de l'Eglise".

Les indulgences sont des réductions ou des annulations des peines temporelles encourues par les fidèles après leur mort pour les péchés qu'ils auront commis durant leur vie terrestre. Dans un décret datant du 25 décembre 2004 et publié par le Saint-Siège le 14 janvier 2005, la Pénitencerie apostolique avait rendu publiques les directives pour recevoir les indulgences concédées durant l'année spéciale de l'Eucharistie.

Le décret, signé par le cardinal américain James Francis Stafford, grand pénitencier, relevait que que "l'indulgence plénière (remise entière de la peine temporelle due au péché, ndlr) est concédée, à tous et à chacun des fidèles, aux conditions habituelles qui sont la confession sacramentelle, la communion eucharistique et une prière aux intentions du souverain pontife, avec l'âme totalement détachée de tout péché". Elle est également concédée "à tous ceux qui participent avec attention et piété à une fonction sacrée ou à un pieux exercice devant le Saint Sacrement, solennellement exposé ou conservé dans le tabernacle".

Martin Luther et les indulgences

Les abus dont la pratique des indulgences ont été à l'origine de la Réforme protestante au 16ème siècle. Martin Luther avait écrit en 1517 ses "95 thèses contre les indulgences".

Le pape Jean Paul II, qui avait d'ailleurs relancé les indulgences dans la perspective de l'an 2000, avait alors souligné l'importance d'une contrition sincère de la part du fidèle. (apic/ag/pr)

08.08.2005 - apic
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Lun 15 Aoû 2005, 22:04

Citation :
Messe pour les volontaires

Leverkusen, BayArena, 14 août 2005

Mgr. Stanislaw Rylko, Président Conseil Pontifical pour les Laïcs
Cité du Vatican


Sermon

Introduction

Bonjour à tous, chers jeunes volontaires de la XXème Journée Mondiale de la Jeunesse!

C’est par cette célébration eucharistique que commence l’importante mission de service que vous allez rendre aux jeunes qui envahiront bientôt les rues, les places et les églises de Cologne et des villes alentours. Les prochains jours, Cologne deviendra la “capitale mondiale” des jeunes pèlerins venus de tous les points du globe qui, à l’invitation du Pape, se sont mis en route, sur les traces des Mages, pour rencontrer et adorer le Seigneur Jésus. Une grande aventure spirituelle va bientôt commencer et vous, jeunes volontaires, en serez les protagonistes indispensables, même si bien souvent dans l’ombre. Je suis là pour vous dire merci. Merci pour votre générosité, merci d’avoir choisi de vivre cette Journée Mondiale en vous mettant au service fraternel des autres!

Prions en cette Eucharistie pour que la Journée Mondiale de Cologne soit pour de nombreux jeunes l’occasion d’une rencontre personnelle avec le Christ Maître, Voie, Vérité et Vie. Et prions aussi pour vous, afin que le Seigneur donne à chacun et à chacune un coeur grand et généreux, prêt à servir les autres avec joie et dévouement.

Faisant ici mémoire de notre baptême, préparons-nous au Sacrifice eucharistique avec l’acte de contrition pour nos péchés.

Homélie

La JMJ: une ascension sur la montagne...

1. Nous voilà arrivés au seuil de ce grand événement spirituel qu’est la Journée Mondiale de la Jeunesse. Alors que nous célébrons cette Eucharistie, de tous les coins de la Terre des files de jeunes sont en route vers Cologne, vers le lieu du rendez-vous tant attendu avec le Successeur de Pierre, Benoît XVI. Les jours prochains Cologne sera la “capitale” du monde des jeunes disciples du Christ, le lieu d’un témoignage extraordinaire de foi: d’une foi jeune, pleine d’élan et d’enthousiasme.

La Parole de Dieu de ce dimanche peut nous aider à mieux comprendre le sens de cette rencontre mondiale des jeunes, qui se rassemblent autour du Pape. Dans la première lecture, tirée du prophète Isaïe, Dieu dit: « je les mènerai à ma sainte montagne...» (Is 56,7). C’est une très belle image qui explique bien ce que sont les Journées Mondiales de la Jeunesse. Avec les JMJ, le sainte Christ conduit les jeunes “sur sa montagne”. Il les invite à sortir de la grisaille de leur vie quotidienne, de la superficialité et de la médiocrité pour regarder plus haut. Il leur indique des horizons plus vastes et plus exaltants. Évidemment ce n’est pas facile. L’ascension n’est jamais facile: cela veut dire fatigue, ténacité et cela comporte souvent une dure lutte contre soi-même. Mais cela vaut la peine d’entreprendre cette montée pour goûter le bonheur de l’arrivée au sommet. Car le sommet de la “montagne sainte” du Seigneur c’est une vie renouvelée par le Christ, comblée de la joie et de la beauté que Lui seul peut donner. Chaque JMJ est un défi que le Christ continue à lancer aux jeunes du monde, à travers le successeur de Pierre: Levez-vous! Ne gâchez pas le don de la vie! Allez plus haut, parce que cela vaut la peine de vivre ainsi!

Et le Prophète continue: « je les comblerai de joie dans ma Maison de prière» (Is 56,7). Ces jours-ci la ville de Cologne se transformera, grâce aux jeunes, en une immense “maison de prière”. Cette fois les participants à la JMJ ont fait leurs les paroles des Rois Mages : « Nous sommes venus l’adorer» (Mt 2,2). Voilà le motif profond et la raison pour laquelle ils ont entrepris ce voyage particulièrement long et fatigant pour certains. Les jeunes du monde viennent à Cologne pour adorer le Christ Seigneur, pour répéter avec Pierre - à voix haute et au monde - les paroles de l’Apôtre: «Seigneur à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. Nous, nous croyons, et nous avons reconnu que tu es le Saint de Dieu » (Jn 6, 68-69).

Arrêtons-nous maintenant sur l’Évangile. Le passage que nous avons écouté nous raconte l’histoire de l’une des nombreuses rencontres de Jésus avec les hommes et les femmes affligés par toutes sortes de drames et de difficultés. Mais, chaque fois que nous relisons cette histoire, nous sommes impressionnés par la foi de cette cananéenne, mère d’une fille gravement malade. Son cri plein de confiance nous touche: «Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David» (Mt 15,22); «Seigneur, viens à mon secours!»
(Mt 15,25). C’est le même cri qui sort de la bouche de tant de jeunes d’aujourd’hui, dont beaucoup seront à Cologne ces jours-ci: des jeunes qui ont dans l’âme des blessures profondes; des jeunes confus et égarés qui ne savent plus pour quoi vivre et où aller; des jeunes esclaves de la drogue, du sexe, des faux mirages d’un bonheur au rabais... À tous ces jeunes la Journée Mondiale apporte le message de l’espérance que le bonheur existe et qu’il a un nom: il s’appelle Jésus-Christ. C’est surtout à ces jeunes-là que Benoît XVI s’est adressé à la fin du message d’inauguration de son pontificat, quand il a dit: «Chers jeunes, n’ayez pas peur du Christ! Il n’enlève rien et il donne tout. Qui se donne à lui reçoit le centuple. Oui, ouvrez toutes grandes les portes au Christ, et vous trouverez la vraie vie» (Discours, 24 avril 2005). C’est le Christ le coeur de la grande aventure spirituelle de la JMJ que nous vivrons ces jours-ci! Et il est important qu’aucun d’entre vous, jeunes volontaires, ne le perde de vue. Parce que c’est seulement avec le regard fixé sur lui que le service que vous rendrez aux autres jeunes sera complet et authentique.

2. Voilà maintenant que le discours aborde votre “mission” spécifique de service. Beaucoup d’entre vous se seront sans doute demandé comment affronter les tâches qui vous seront confiées au cours de la JMJ, comment donner un sens au travail de ces jours-ci. Je répète ici le mot “mission”! Parce que dans la semaine qui va suivre vous allez accomplir une mission que le Seigneur lui-même vous confie. C’est en fait le Seigneur que chacun et chacune de vous servira pendant cette Journée mondiale. Votre service, malgré les apparences, est bien plus qu’un simple service “matériel”, il va bien au-delà d’une assistance, même qualifiée, pour aider à résoudre les problèmes pratiques. Votre service doit avant tout être un témoignage de foi, une véritable évangélisation. C’est ainsi qu’il faut le vivre Dans l’Évangile il y a des figures qui apparaissent et qui peuvent vous aider à cueillir l’importance de votre mission de volontaires. Vous vous rappelez sans doute de Marthe de Béthanie, la soeur de Marie et de Lazarre, amis intimes de Jésus (cf. Lc 10, 38-42). C’est grâce au travail attentif et généreux de Marthe, que Marie peut s’asseoir tranquillement aux pieds de Jésus et écouter sa parole. Dans l’Église nous avons toujours besoin de Marthe! Nous avons toujours besoin de personnes qui se mettent au service des autres pour les aider à rencontrer le Seigneur, de personnes qui créent les conditions favorables afin que cette rencontre se déroule le mieux possible. Voici la mission que vous jeunes volontaires êtes appelés à remplir durant cette Journée mondiale: la mission de Marthe!

Il y a aussi la figure du Bon Samaritain, qui avec amour et compassion se penche pour soigner les blessures d’un prochain inconnu, rencontré par hasard sur la route (cf. Lc 10, 29-37). Ces jours-ci le Christ vous appelle à devenir des bons samaritains; il vous demande de savoir vous pencher avec amour, amitié et attention sur les jeunes en difficulté. Vous serez souvent les premiers à intervenir pour résoudre les petits et les grands problèmes. Beaucoup dépendra de la gentillesse de vos paroles, de vos gestes d’amitié, de votre générosité, de votre sourire! Car chaque aspect de votre service, même le plus simple et le plus banal, pourra être perçu comme un témoignage de foi et un témoignage d’humanité.

3. Votre service de volontaires commence par cette Messe solennelle. Ceci est également très significatif. Car c’est justement avec l’Eucharistie que le Christ nous montre de la manière la plus claire ce que signifie servir le prochain. Dans l’Eucharistie le Seigneur nous dit que servir l’autre veut dire “se donner à l’autre”, c’est-à-dire “être soi-même un don pour l’autre”! Dans l’Eucharistie - le corps du Christ offert en sacrifice et le sang du Christ versé pour tous -, le don que le Seigneur fait de lui-même atteint son paroxysme. Saint Jean dit: «Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’à la fin» (Jn 13, 1).

Ce n’est certainement pas un hasard si Jésus, avant d’introduire l’Eucharistie, durant le dernier Repas, lave les pieds des apôtres. Cela vaut la peine d’ailleurs de rappeler ici l’antique tradition du lavage des pieds des pèlerins, à laquelle on attribuait une grande importance: tous (les gens simples, les personnes de haut rang, les évêques et même les papes) tous considéraient un honneur et un grand privilège de pouvoir laver les pieds des pèlerins - les pieds fatigués et meurtris par de longues marches à travers des itinéraires impraticables qui les amenaient au but. C’est dans cet esprit, avec ce dévouement, que vous aussi êtes appelés à vous mettre au service des jeunes du monde entier qui arriveront à Cologne, en leur donnant l’assistance dont ils auront besoin. Et vous voilà, vous aussi appelés à “être un don” généreux pour les jeunes de votre âge, ces pèlerins de notre temps.

À vous tous encore merci! Merci au nom du Comité organisateur de Cologne. Et merci au nom du Conseil Pontifical pour les Laïcs, le dicastère auquel le Pape a confié la préparation des JMJ. Il est réconfortant de vous voir aussi nombreux. Vous êtes la démonstration la plus flagrante de la générosité, du dévouement et de l’esprit de service dont peuvent être capables les jeunes aujourd’hui. Mon souhait pour vous tous est que cette Journée mondiale se transforme pour chacun et chacune d’entre vous en une superbe aventure spirituelle, en vous faisant grandir humainement e comme disciples du Christ.

Que le Seigneur vous bénisse.

Source site officiel des JMJ
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Mer 17 Aoû 2005, 22:39

Citation :
17/08/2005 11:27
CASTEL GANDOLFO (Italie), 17 août 2005 (AFP) - Distraction papale

Le pape Benoît XVI s'est montré particulièrement distrait mercredi et a oublié de donner sa bénédiction et de saluer les pèlerins italiens venus assister à l'audience hebdomadaire dans sa résidence d'été de Castel Gandolfo, près de Rome.

Les centaines de fidèles réunis dans la cour du palais pontifical ont eu la surprise de voir revenir le pape à sa fenêtre quelques instant après son départ au terme des saluts en diverses langues.

"Je vous demande pardon, mais j'ai oublié le salut le plus important, le salut aux pèlerins de langue italienne", leur a-t-il dit. Benoît XVI est ensuite rentré dans le palais, pour ressortir aussitôt.

"Aujourd'hui, j'oublie les choses les plus importantes. On voit que je suis déjà à Cologne. J'ai omis la chose la plus importante : la bénédiction", a-t-il expliqué en souriant avant de s'exécuter.

Benoît XVI, 78 ans, se rend jeudi à Cologne pour participer à la 20e Journée mondiale de la Jeunesse, un rendez-vous créé par son prédécesseur Jean-Paul II, et effectue dans son pays natal le premier voyage à l'étranger de son pontificat commencé le 19 avril.

Lu sur le Salon beige
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Mer 17 Aoû 2005, 22:51

Citation :
2005-08-16

Inauguration des JMJ : Homélie du card. Meisner, archevêque de Cologne

Texte intégral

ROME, Mardi 16 août 2005 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous l’homélie prononcée par le cardinal Joachim Meisner, archevêque de Cologne, au cours de la messe d’ouverture des XXe Journées mondiales de la Jeunesse, qui a eu lieu ce mardi après-midi dans le stade « Rheinenergie » de Cologne.


* * *


Chères sœurs et chers frères !

1. Une très cordiale bienvenue à tous en notre archidiocèse de Cologne ! Nous nous réjouissons que vous tous soyez venus. Ces JMJ sont les premières que nous célébrions sous l'égide de deux papes, celle du Pape Jean Paul II monté aux cieux et du Pape Benoît XVI présent sur cette Terre. Quelle plus grande fête de la foi que celle-ci ?! Trois semaines avant sa mort, le Pape Jean Paul II m'avait fait venir à la clinique Gemelli et m'avait demandé ceci : "M'attendez-vous encore à Cologne ?" Je lui avais répondu : "Saint-Père, nous vous attendons de pied ferme". Aujourd'hui, de là où nous sommes, nous regardons le ciel et lui disons "Jean Paul II, Saint-Père, nous vous attendons !" Et nous lançons le même appel vers Rome : "Benoît XVI, Saint-Père, nous vous attendons !" Car le Pierre d'hier, Jean Paul II, et le Pierre d'aujourd'hui, Benoît XVI, présents dans nos rangs, nous fortifient sur le chemin de notre foi, à l'instar du Seigneur qui un jour dit à Pierre : "…affermis tes frères (et tes sœurs)" (Lc 22,32).
Les jeunes gens et les jeunes filles sont bien plus proches du commencement de leur vie que les personnes d'âge mûr. Pour cette raison, l'origine de leur vie née de la main de Dieu agit beaucoup plus puissamment et intensément en eux, dans la recherche d'une vie vraie et sincère, que chez les gens plus âgés. Pour cette raison aussi, quiconque donne aux jeunes moins que Dieu lors de cette recherche, leur donne trop peu. C'est cette aspiration à une vie réussie qui vous a mis sur le chemin de Cologne, ville où nous suivons l'exemple des premiers chercheurs de Dieu, les Rois Mages. Ce que Matthieu l'évangéliste avait écrit d'eux, le Pape Jean Paul II l'a repris il y a deux ans en évoquant les JMJ de Cologne : "Nous sommes venus L'adorer" (cf. Mt. 2,2).

2. Chacun d'entre nous n'a qu'une vie. Dans cette vie, il n'y a pas de période probatoire baignant dans l'insouciance, comme il y en a une lorsqu'on apprend à conduire. Chaque usager empruntant le réseau routier de l'existence le fait d'entrée sous son entière responsabilité. Pour cette raison, il n'y a pas de vie, d'amour, de foi et de décès à l'essai. Dans ces quatre cas, nous sommes directement à l'épreuve. Ici, j'assume toujours d'emblée mes pleines responsabilités. En fait, je n'ai même pas besoin de vous le dire, vous le savez intuitivement par votre origine qui est la main de Dieu créatrice. Et cela vous unit avec tous les jeunes du monde entier. Au cours de ces journées, vous allez vous rencontrer non point en étrangers mais en parents ou en compagnons de route : "En parents" parce que tous nous sommes issus de la main divine, et en "compagnons de route" parce que la recherche d'une vie chargée de sens, d'une vie qui en vaut la peine, c'est-à-dire d'une vie avec Dieu, nous a fait emprunter le même chemin. L'adoration, cela ne signifie rien de plus mais aussi rien de moins, comme le firent les Rois Mages, que nous placer à la hauteur des yeux de Dieu et à nous agenouiller devant lui, comme ces trois rois devant l'Enfant qui reposait dans la Crèche. Dieu s'est fait aussi petit pour s'adapter à nos itinéraires de vie et à nos destins personnels. Car nous passerions à côté de lui si nous traversions la vie comme des gens qui regardent dans le vide. Par le lavement des pieds, Dieu est présent sous les pieds de ses disciples. Dieu est en bas. Adorer Dieu après s'être mis à genoux ne rapetisse pas l'homme mais le grandit au contraire, car cette adoration le place à la hauteur du regard divin.

3. En nous tous vit l'aspiration conjointe pour le bien, la pureté, la grandeur et la beauté. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que nous avons été créés à l'image de Dieu qui est lui-même le bien suprême et la pureté en personne, raison pour laquelle personne ne peut vouloir être mauvais, impur et laid. En nous tous vit une faim d'amour. Un incroyant à qui je demandais "voudrais-tu ne pas être aimé ?" me répondit "Ce serait l'enfer !" Comment pouvait-il le savoir sans avoir été instruit sur la foi ? Parce que tous les êtres humains sont nés de la main de Dieu et parce que, de par cette origine même, ils portent en eux une connaissance de Dieu et de ce qu'ils ont été faits à son image. Et vu que Dieu n'abandonne aucun être humain même lorsque cet être humain s'en distancie, il reste toujours ouvert à l'origine et à la finalité de sa vie. Il y a 1 600 ans de cela, Saint-Augustin le savait déjà et l'avait résumé dans une phrase célèbre : "Inquiet est notre cœur jusqu'à ce qu'il repose en toi".

4. C'est cette force d'attraction divine qui, il y a deux mille ans, a conduit les Rois Mages sur le chemin de Jésus et vous a conduit deux mille ans plus tard sur le chemin de Cologne pour rechercher et pour trouver le Christ. Il vous garantit un grand avenir et une vie remplie. Pour le Christ, il n'y a pas d'alternative. Lorsque les paroles de Jésus déplurent à certains disciples, ils cessèrent de l'accompagner. A ceux qui étaient restés, Jésus demanda : "Voulez-vous vous aussi partir ?" C'est le premier Pierre qui répondra au Seigneur, et cette réponse est à la fois la première et la plus courte profession de foi présente dans les Saintes Écritures : "Seigneur, à qui irons-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle." (Jn 6;68 ) Le Seigneur nous dit expressément "Nul ne peut venir à moi si le Père qui m'a envoyé ne l'attire" (Jn 6,44). Chères sœurs et chers frères, c'est le Père qui vous a conduits. C'est le motif ultime de votre présence ici à Cologne. C'est le résultat d'une action bienveillante de Dieu. Et par vous il demeure le guide afin que vous deveniez une bénédiction pour votre environnement, pour votre pays d'origine, pour le monde, en transformant par votre déploiement l'actuel éloignement mondial vis-à-vis de Dieu en une proximité avec Dieu. Car c'est au prix de cette proximité que le monde devient habitable pour les humains enfants de Dieu.

Et pour cette raison, chers jeunes pèlerins venus du monde entier, vous êtes l'avenir de l'Église et l'avenir du monde, parce que vous êtes les enfants de Dieu, les sœurs et les frères du Christ et les temples vivants du Saint-Esprit. Le monde ne vit pas en premier et uniquement de chiffres de production, de réfrigérateurs, de fusées et autres matériels similaires, il vit en premier du rétablissement de son lien avec Dieu, donc avec la source de votre vie.

Les Journées mondiales de la Jeunesse 2005 sont un événement qui intéresse non seulement la communauté catholique mais encore le monde entier. Le Christ n'est pas un administrateur d'immeubles d'obédience chrétienne, il est le Seigneur du monde. Et en ces journées, nous recherchons le Christ non pas seulement pour nous-mêmes, nous le recherchons aussi et précisément pour celles et ceux de nos sœurs et de nos frères à qui nous aimerions faire présent du bonheur de croire en Lui. Amen

[Traduction de l’original allemand distribué par les organisateurs des JMJ de Cologne]

Lu sur Zénit
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Jeu 18 Aoû 2005, 22:44

Une seule image, aujourd'hui pour nous permettre de vivre, un peu, les JMJ.





C'est tellement beau, tout cet enthousiasme, toute cette foi, tous ces jeunes!



Leodia
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Ayons aussi une pensée pour Marie, partie en avance...   Jeu 18 Aoû 2005, 23:03

Citation :
2005-08-17

L’accident de Marie, en bicyclette vers Cologne, « En Avance » au ciel

Née au ciel en route vers Cologne

COLOGNE, Mercredi 17 août 2005 (ZENIT.org) – Marie est partie « En Avance » au ciel sur tous ses amis de l’association qui porte prophétiquement ce nom En Avance et qui témoigne avec l’enthousiasme, la force et la fraîcheur d’une jeunesse amie du Christ du don précieux que représente toute vie humaine.

Marie était partie à bicyclette pour Cologne. Happée par un tracteur, elle a fini sa course au ciel. Elle venait de communier le matin, elle avait reçu le sacrement de réconciliation la veille. Sa route s’est achevée dans les Ardennes : elle est née au ciel en partant vers la XXe Journée mondiale de la jeunesse.

Son frère témoigne de cette destinée tragique, dans laquelle le Christ communique une mystérieuse et grave sérénité, discrètement, entouré de ses amis, autour des tables de la « Domus Vitae », rassemblée sous l’aile accueillante de la paroisse Saint-Suitbert de la banlieue sud de Düsseldorf.

La route s’est interrompue pour repartir à Versailles, entourer la famille de Marie, et dire « adieu » à la première arrivée, « en avance » au ciel. Grâce à elle, les yeux des pèlerins décollent de l’asphalte pour regarder vers le Ciel.

Puis ils sont revenus achever leur route, à la suite des Mages venus d’Orient et vénérés à Cologne, pour « L’adorer », comme le dit le thème choisi par le pape Jean-Paul II pour cette XXe JMJ.

Hier, une radio française, Radio Espérance (www.radio-esperance.com) enregistrait le témoignage de « En Avance », avant de rentrer à Cologne pour retransmettre la soirée de la communauté de Taizé. Frère Roger lui aussi aujourd’hui indique à tous la route, le Ciel. Et les victimes martiniquaises du crash de leur avion. Trois fois, ils nous indiquent le Ciel, la Vie, éternelle, dans le Christ, but de tout pèlerinage.

Ayons une pensée dans nos prières pour cette jeune fille, cette jeune Marie qui est retournée vers Dieu.

Prions pour sa famille et ses amis.

Que les Coeurs de Jésus et Marie les accompagnent et les aident.

Leodia
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: "Soyez le bienvenu, Saint-Père !"   Ven 19 Aoû 2005, 19:59

Citation :
"Soyez le bienvenu, Saint-Père !"

Des centaines de milliers de pèlerins en liesse au passage du bateau du Pape

(Cologne, le 18 août 2005) Concerts de jubilations et cris stridents car le public ne veut qu'une chose : voir le Pape. Ce jeudi après-midi, des centaines de milliers de pèlerins tapissent littéralement les berges du Rhin, pressés que l'événement se produise. Ils attendent le bateau qui les rapprochera un petit peu du Pape, "leur" Pape. Beaucoup s'aventurent jusqu'à hauteur des hanches dans les eaux qui ondulent doucement. C'est leur façon à eux de se rapprocher le plus possible du milieu du fleuve. Leur objectif : croiser le regard du Souverain Pontife, capter quelque parole. Peu importe si cela implique de se mouiller. Même la police fluviale et la force d'action spéciale laissent les jeunes poursuivre cette "baignade".

Plusieurs heures déjà avant que le Pape Benoît XVI n'embarque à Rodenkirchen à bord du bateau "RheinEnergie" orné de fleurs, les invités des Journées mondiales de la Jeunesse s'étaient rassemblés sur les berges du Rhin par une température de 28°C, et leur attente tendue est palpable ; des vagues de La-Ola parcourent périodiquement les groupes qui agitent infatigablement les drapeaux des nations les plus diverses, pour attendre fébrilement, sur un fond de cris de liesse et de concerts de sifflets à roulettes, l'arrivée du navire papal.

Débordant de joie, les pèlerins scandent inlassablement "Benedetto !"

Ce cri de guerre, "Be-ne-det-to, Be-ne-det-to", jaillit à intervalles presque réguliers en direction du bateau du Pape et de son cortège composé de cinq embarcations. Sur ces dernières se trouvent des jeunes et des religieux en provenance des cinq continents, qui agitent leurs drapeaux à l'instar des pèlerins constellant les berges. Le volume sonore des "Benedetto" suffit à lui seul pour indiquer à hauteur de quel kilomètre du Rhin se trouve le cortège. Sur les rives sur lesquelles la retransmission de cette mini-croisière ne fonctionne pas parfaitement, les pèlerins suivent l'événement à la radio.

"Soyez le bienvenu, Saint-Père" : le Cardinal Karl Lehmann accueille très cordialement le Souverain Pontife à hauteur des prés de Poller Rheinwiesen. Cette déclaration de bienvenue, les pèlerins des JMJ l'amplifient par un concert de jubilations assourdissant, leur façon à eux de la confirmer de tout cœur. Mais ce n'est pas tout, loin de là : lorsque le Pape Benoît XVI adresse ses premières paroles aux jeunes, cette fois, la joie explose littéralement. Telle une figure de proue, le Pape se tient à l'avant du bateau et s'adresse ainsi à la foule délirante : "Je me réjouis de vous rencontrer ici, au bord du Rhin ! Comme vous je me suis mis en chemin pour venir m'agenouiller avec vous", poursuit le Saint-Père. A cet instant, les cris d'allégresse atteignent leur paroxysme.

Une scène comme il ne saurait y en avoir de plus émouvante. Une scène à donner la plus intense chair de poule : tels un tapis humain, les jeunes pèlerins donnent l'impression de se trouver aux pieds du Souverain Pontife.

Dans la ville mais sur le fleuve aussi, la plus haut niveau de sécurité avait été instauré. Plusieurs vedettes de la police fluviale et de la force d'intervention spéciale du Land ont accompagné l'ensemble de cette mini-croisière sur le Rhin. Du ciel aussi, des hélicoptères ont surveillé le méga-événement.

Le Pape Benoît XVI s'est montré aux masses de pèlerins pendant plus d'une heure avant de débarquer à hauteur de la cathédrale de Cologne et de venir s'inscrire dans le Livre d'Or de la ville de Cologne. Notons au passage que la plupart des pèlerins présents sur les berges, bien qu'ayant depuis longtemps perdu le Pape de vue à ce stade, ne se fatiguaient pas pour autant de scander son nom : "Be-ne-det-to, Be-ne-det-to". a
br

Extrait du site officiel des JMJ.

Vive Benedetto.

Leodia
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Sam 20 Aoû 2005, 23:20

Citation :
VOYAGE APOSTOLIQUE À COLOGNE
À L'OCCASION DE LA XX JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE

VEILLÉE AVEC LES JEUNES

DISCOURS DU SAINT-PÈRE BENOÎT XVI

Cologne - Marienfeld
Samedi 20 août 2005



Chers jeunes !

Dans notre pèlerinage avec les mystérieux Mages d’Orient, nous sommes arrivés au moment que saint Mathieu, dans son Évangile, décrit ainsi: «En entrant dans la maison (sur laquelle l’étoile s’était arrêtée), ils virent l’enfant avec Marie sa mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui» (Mt 2, 11). Le cheminement extérieur de ces hommes était achevé. Ils étaient parvenus à leur but. Mais, à ce point, commence pour eux un nouveau cheminement, un pèlerinage intérieur qui change toute leur vie, parce qu’ils avaient sûrement imaginé ce Roi nouveau-né d’une manière différente. Ils s’étaient précisément arrêtés à Jérusalem pour recueillir auprès du Roi local des informations sur le Roi promis qui venait de naître. Ils savaient que le monde était désordonné, et c’est pourquoi leur cœur était inquiet. Ils étaient certains que Dieu existait et qu’il était un Dieu juste et bienveillant. Et peut-être avaient-ils entendu parler des grandes prophéties dans lesquelles les prophètes d’Israël annonçaient un Roi qui serait en harmonie intime avec Dieu et qui, en son nom et pour son compte, rétablirait l’ordre dans le monde. Pour chercher ce Roi, ils s’étaient mis en route: au plus profond d’eux-mêmes, ils étaient à la recherche du droit, de la justice qui devait venir de Dieu, et ils voulaient servir ce Roi, se prosterner à ses pieds et ainsi contribuer eux-mêmes au renouveau du monde. Ils appartenaient à cette sorte de gens «qui ont faim et soif de la justice» (Mt 5, 6). Une telle faim et une telle soif les avaient accompagnés dans leur pèlerinage – ils s’étaient fait pèlerins à la recherche de la justice qu’ils attendaient de Dieu, pour pouvoir se mettre à son service.

Même si les autres personnes, celles qui étaient restées chez elles, les considéraient peut-être comme des utopistes et des rêveurs – ils étaient au contraire des personnes qui avaient les pieds sur terre et qui savaient que, pour changer le monde, il faut disposer du pouvoir. C’est pourquoi ils ne pouvaient chercher l’enfant de la promesse ailleurs que dans le palais du Roi. Maintenant, ils se prosternent cependant devant un enfant de pauvres gens, et ils en viennent rapidement à savoir que, fort de son pouvoir, Hérode – le Roi auprès duquel ils s’étaient rendus – avait l’intention de le poursuivre, en sorte qu’il ne resterait plus à la famille que la fuite et l’exil. Le nouveau Roi, devant lequel ils s’étaient prosternés, était très différent de ce qu’ils attendaient. Ainsi, ils devaient apprendre que Dieu est différent de la façon dont habituellement nous l’imaginons. C’est ici que commença leur cheminement intérieur. Il commença au moment même où ils se prosternèrent devant l’enfant et où ils le reconnurent comme le Roi promis. Mais la joie qu'ils manifestaient par leurs gestes devait s'intérioriser.

Ils devaient changer leur idée sur le pouvoir, sur Dieu et sur l’homme, et, ce faisant, ils devaient aussi se changer eux-mêmes. Maintenant, ils le constataient: le pouvoir de Dieu est différent du pouvoir des puissants de ce monde. Le mode d’agir de Dieu est différent de ce que nous imaginons et de ce que nous voudrions lui imposer à lui aussi. Dans ce monde, Dieu n’entre pas en concurrence avec les formes terrestres du pouvoir. Il n’a pas de divisions à opposer à d’autres divisions. Dieu n’a pas envoyé à Jésus, au Jardin des Oliviers, douze légions d’anges pour l’aider (cf. Mt 26, 53). Au pouvoir tapageur et pompeux de ce monde, Il oppose le pouvoir sans défense de l’amour qui, sur la Croix – et ensuite continuellement au cours de l’histoire – succombe et qui cependant constitue la réalité nouvelle, divine, qui s’oppose ensuite à l’injustice et instaure le Règne de Dieu. Dieu est différent – c’est cela qu’ils reconnaissent maintenant. Et cela signifie que, désormais, eux-mêmes doivent devenir différents, ils doivent apprendre le style de Dieu.

Ils étaient venus pour se mettre au service de ce Roi, pour conformer leur royauté à la sienne. Telle était la signification de leur geste de déférence, de leur adoration. Leurs présents – or, encens et myrrhe –, dons qui s’offraient à un Roi considéré comme divin, en faisaient aussi partie. L’adoration a un contenu et comporte aussi un don. Voulant par leur geste d’adoration reconnaître cet enfant comme leur Roi, au service duquel ils entendaient mettre leur pouvoir et leurs capacités, les hommes provenant d’Orient suivaient assurément les traces justes. En le servant et en le suivant, ils voulaient, avec Lui, servir la cause de la justice et du bien dans le monde. Et en cela, ils avaient raison. Maintenant, ils apprennent cependant que cela ne peut se réaliser simplement en donnant des ordres et du haut d'un trône. Maintenant, ils apprennent qu'ils doivent se donner eux-mêmes – un don moindre que celui-là ne suffit pas pour ce Roi. Maintenant, ils apprennent que leur vie doit se conformer à cette façon divine d'exercer le pouvoir, à cette façon d'être de Dieu lui-même. Ils doivent devenir des hommes de la vérité, du droit, de la bonté du pardon, de la miséricorde. Ils ne poseront plus la question: à quoi cela me sert-il ? Ils devront au contraire poser la question: avec quoi est-ce que je sers la présence de Dieu dans le monde ? Ils doivent apprendre à se perdre eux-mêmes et ainsi à se trouver eux-mêmes. Quittant Jérusalem, ils doivent demeurer sur les traces du vrai Roi, à la suite de Jésus.

Chers amis, nous nous demandons ce que tout cela signifie pour nous. Car ce que nous venons de dire sur la nature différente de Dieu, qui doit orienter notre vie, sonne bien, mais reste plutôt indéfini et vague. C'est pourquoi Dieu nous a donné des exemples. Les Mages venant d'Orient sont seulement les premiers d'un long cortège d'hommes et de femmes qui, dans leur vie, ont constamment cherché du regard l'étoile de Dieu, qui ont cherché le Dieu qui est proche de nous, les êtres humains, et qui nous indique la route. C'est le grand cortège des saints – connus ou inconnus –, par lesquels le Seigneur, tout au long de l'histoire, a ouvert devant nous l'Évangile et en a fait défiler les pages; c'est la même chose qu'il est en train de faire maintenant. Dans leur vie, comme dans un grand livre illustré, se dévoile la richesse de l'Évangile. Ils sont le sillon lumineux de Dieu, que Lui-même, au long de l'histoire, a tracé et trace encore. Mon vénéré Prédécesseur, le Pape Jean-Paul II, a béatifié et canonisé une grande foule de personnes, de périodes lointaines et récentes. Par ces figures, il a voulu nous montrer comment il faut faire pour être chrétien; comment il faut faire pour mener sa vie de manière juste – pour vivre selon le mode de Dieu. Les bienheureux et les saints ont été des personnes qui n'ont pas cherché obstinément leur propre bonheur, mais qui ont simplement voulu se donner, parce qu'ils ont été touchés par la lumière du Christ. Ils nous montrent ainsi la route pour devenir heureux, ils nous montrent comment on réussit à être des personnes vraiment humaines. Dans les vicissitudes de l'histoire, ce sont eux qui ont été les véritables réformateurs qui, bien souvent, ont fait sortir l'histoire des vallées obscures dans lesquelles elle court toujours le risque de s'enfoncer à nouveau; ils l'ont illuminée chaque fois que cela était nécessaire, pour donner la possibilité d'accepter – parfois dans la douleur – la parole prononcée par Dieu au terme de l'œuvre de la création: «Cela est bon». Il suffit de penser à des figures comme saint Benoît, saint François d'Assise, sainte Thérèse d'Avila, saint Ignace de Loyola, saint Charles Borromée, aux fondateurs des Ordres religieux du dix-neuvième siècle, qui ont animé et orienté le mouvement social, ou aux saints de notre temps – Maximilien Kolbe, Édith Stein, Mère Teresa, Padre Pio. En contemplant ces figures, nous apprenons ce que signifie «adorer», et ce que veut dire vivre selon la mesure de l'Enfant de Bethléem, selon la mesure de Jésus Christ et de Dieu lui-même.

Les saints, avons-nous dit, sont les vrais réformateurs. Je voudrais maintenant l'exprimer de manière plus radicale encore: c'est seulement des saints, c'est seulement de Dieu que vient la véritable révolution, le changement décisif du monde. Au cours du siècle qui vient de s'écouler, nous avons vécu les révolutions dont le programme commun était de ne plus rien attendre de Dieu, mais de prendre totalement dans ses mains la cause du monde, pour en transformer la condition. Et nous avons vu que, ce faisant, un point de vue humain et partial était toujours pris comme la mesure absolue des orientations. L'absolutisation de ce qui n'est pas absolu mais relatif s'appelle totalitarisme. Cela ne libère pas l'homme, mais lui ôte sa dignité et le rend esclave. Ce ne sont pas les idéologies qui sauvent le monde, mais seulement le fait de se tourner vers le Dieu vivant, qui est notre créateur, le garant de notre liberté, le garant de ce qui est véritablement bon et vrai. La révolution véritable consiste uniquement dans le fait de se tourner vers Dieu, qui est la mesure de ce qui est juste et qui est, en même temps, l'amour éternel. Qu'est-ce qui pourrait bien nous sauver sinon l'amour ?

Chers amis, permettez-moi d'ajouter seulement deux brèves pensées. Ceux qui parlent de Dieu sont nombreux; au nom de Dieu on prêche aussi la haine et on exerce la violence. Il est donc important de découvrir le vrai visage de Dieu. Les Mages d'Orient l'ont trouvé quand ils se sont prosternés devant l'enfant de Bethléem. «Celui qui m’a vu a vu le Père», disait Jésus à Philippe (Jn 14, 9). En Jésus Christ, qui, pour nous, a permis que son cœur soit transpercé, en Lui, est manifesté le vrai visage de Dieu. Nous le suivrons avec la grande foule de ceux qui nous ont précédés. Alors, nous cheminerons sur le juste chemin.

Cela veut dire que nous ne nous construisons pas un Dieu privé, un Jésus privé, mais que nous croyons en Jésus et que nous nous prosternons devant Lui, devant ce Jésus qui nous est révélé par les Saintes Écritures et qui, dans la grande foule des fidèles appelée Église, se révèle vivant, toujours avec nous, en même temps toujours devant nous. On peut beaucoup critiquer l'Église. Nous le savons, et le Seigneur lui-même nous l'a dit: elle est un filet avec de bons et de mauvais poissons, un champ avec le bon grain et l'ivraie. Le Pape Jean-Paul II, qui, dans les nombreux saints qu'il a proclamés, nous a montré le vrai visage de l'Église, a aussi demandé pardon pour ce que, dans le cours de l'histoire, en raison de l'action et de la parole d'hommes d'Église, s'est produit de mal. De cette manière, il nous a aussi fait voir notre vraie image et il nous a exhortés à entrer avec tous nos défauts et toutes nos faiblesses dans le cortège des saints, qui a commencé avec les Mages d'Orient. En définitive, que l’ivraie existe dans l'Église est consolant. Ainsi, avec tous nos défauts, nous pouvons néanmoins espérer nous trouver encore à la suite de Jésus, qui a précisément appelé les pécheurs. L'Église est comme une famille humaine, mais elle est aussi, en même temps, la grande famille de Dieu, par laquelle Il forme un espace de communion et d'unité dans tous les continents, dans toutes les cultures et dans toutes les nations. Nous sommes donc heureux d'appartenir à cette grande famille; nous sommes heureux d'avoir des frères et des amis dans le monde entier. Nous faisons précisément l'expérience, ici, à Cologne, du fait qu'il est beau d'appartenir à une famille vaste comme le monde, qui comprend le ciel et la terre, le passé, le présent et l'avenir, et toutes les parties de la terre. Dans ce grand rassemblement de pèlerins, nous marchons avec le Christ, nous marchons avec l'étoile qui éclaire l'histoire.

«En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui» (Mt 2, 11). Chers amis, il ne s'agit pas d'une histoire lointaine, survenue il y a très longtemps. Il s'agit d'une présence. Ici, dans la sainte hostie, Il est devant nous et au milieu de nous. Comme en ce temps-là, il se voile mystérieusement dans un silence sacré et, comme en ce temps-là, se dévoile précisément le vrai visage de Dieu. Il s'est fait pour nous le grain de blé tombé en terre, qui meurt et qui porte du fruit jusqu'à la fin du monde (cf. Jn 12, 24). Il est présent comme en ce temps-là à Bethléem. Il nous invite au pèlerinage intérieur qui s'appelle adoration. Mettons-nous maintenant en route pour ce pèlerinage de l'esprit et demandons-lui de nous guider. Amen.


A lire et à méditer. Merci, Saint Père!

Leodia

Source : Vatican
Revenir en haut Aller en bas
Leodia
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2873

MessageSujet: Re: JMJ - actualités   Sam 20 Aoû 2005, 23:28



C'est si beau, tous ces jeunes catholiques, venus à Cologne, simplement, par foi.



Leodia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JMJ - actualités   

Revenir en haut Aller en bas
 
JMJ - actualités
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Widget actualité
» Actualités traduites
» Triste actualité - Triste évolution
» Actualités: Le bonheur fait des progrès dans le monde
» Astro actualité divers. A compléter.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: En direct de Rome...-
Sauter vers: