Coeurs unis en Jésus et Marie


 
AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» 22 août Sainte Marie Reine
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 21:16

» Dévotion aux neuf choeurs des Sts Anges du vénérable Boudon
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 20:59

» 2-Textes du jour et commentaires (audio et vidéo)
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar Nicolas Hier à 18:18

» site pour votre discernement sur qui sera l’Antéchrist
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Mar 20 Aoû 2019, 10:56

» Dr Bowring : les raisons d'être offensés par le Pape François
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Sam 17 Aoû 2019, 23:23

» Dr K. Bowring - théologien - la Vérité sur le Pape François
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Sam 17 Aoû 2019, 11:18

» Dr Kelly Bowring – Le Faux Prophète, la messe oecuménique
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:24

» Les vérités sur les erreurs dans la vie de l'Eglise
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:17

» Cardinal Burke : Il y a des « certainement » des indicateurs du fait que l’élect
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:11

» Le Pape est le Faux Prophète
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Ven 16 Aoû 2019, 08:06

» Doit-on quitter l'Eglise à cause du Faux Prophète ?
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Mer 14 Aoû 2019, 14:12

» Le Pape François - des théologiens parlent de lui
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Mer 14 Aoû 2019, 10:52

» Nouveau site sur le Pape François
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Dim 11 Aoû 2019, 18:47

» Dr K. Bowring - Lettre ouverte au Pape François
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Dim 11 Aoû 2019, 08:48

» 9 août : Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 08 Aoû 2019, 21:20

» 8 août : Saint Dominique de Guzman
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Mer 07 Aoû 2019, 21:42

» Du 7 au 15 août Neuvaine de l'Assomption
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Mar 06 Aoû 2019, 21:42

» 7 août : Saint Gaëtan de Thienne
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Mar 06 Aoû 2019, 21:27

» Avortement, stérilet, moyens de contraception
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Mar 06 Aoû 2019, 13:34

» Diffusez la prière puissante au Précieux Sang
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Mar 06 Aoû 2019, 13:03

» 6 août : Transfiguration du Seigneur de St François de Sales
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar ami de la Miséricorde Lun 05 Aoû 2019, 21:00

» « L’homme (Adam) connut Ève sa femme » (Gn 4,1)
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 16:07

» Mère, priez pour le salut de vos enfants
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 11:38

» 121 persoees inscrites pour notre groupe de prières pour le salut de la famille
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Lun 05 Aoû 2019, 11:14

» Le péché d’Adam et Eve : ils ont eu des relations sexuelles et c’est pourquoi il
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Emptypar fontaine Dim 04 Aoû 2019, 22:03


Partagez
 

 Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis

Aller en bas 
AuteurMessage
fontaine
Assidu
fontaine

Nombre de messages : 769

Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  Empty
MessageSujet: Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis    Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis  EmptyDim 07 Juil 2019, 19:28

Père Wiesław Nazaruk – J’ai survécu à la mort – J’ai vu le paradis


Témoignage tiré du magazine « Love One Another

Je suis un missionnaire des oblats de Marie Immaculée.

En janvier 1991, je suis parti pour une mission au Canada. J’y suis resté pendant 13 ans.

Les Indiens avec lesquels j’ai travaillé vivaient dans 5 lieux différents au Nord du Canada, dispersés sur plus de 400 km. Il n’y avait qu’un seul missionnaire servant dans cette région. C’est pourquoi les Indiens, pour pouvoir assister à la messe dominicale, devaient parcourir la distance en avion. Ils aiment tellement le Seigneur Dieu que, pour pouvoir participer à la messe, se confesser et recevoir la Sainte Communion, ils s’y rendent en avion. Les Indiens sont par nature très religieux. Je n’ai jamais rencontré un seul Indien ou Esquimaux qui dirait qu’il ne croyait pas en Dieu.

Pour ces gens simples, ne pas croire en Dieu est tellement absurde qu’ils disent que c’est tout simplement impossible et qu’il faudrait être exceptionnellement stupide et aveugle pour dire qu’ils ne croient pas en Dieu. Comment est-il possible de ne pas croire en Dieu ? C’est la chose la plus évidente au monde. Toute la création nous parle de Dieu : l’air, le soleil, la lune, chaque oiseau, chaque caillou. Chaque bruissement d’une feuille est la preuve de la grandeur de Dieu.

Après la première messe que j’ai célébrée parmi les Indiens, un certain vieil Indien maladif m’a expliqué sur quoi était fondée la sagesse des Indiens: «Lorsque nous parlons à Dieu et que nous écoutons Dieu, nous sommes sages et nous savons tout. Quand nous cessons de parler à Dieu et de l’écouter, alors nous devenons tous stupides. Cette femme n’avait pas besoin de ma sagesse. En termes simples, elle m’a montré ce qu’elle attendait de moi en tant que prêtre.

Ces mots s’appliquent à nous tous, chrétiens. C’est l’attente de nombreux peuples du monde – beaucoup de cœurs qui attendent encore devraient se montrer capables d’aimer et de prier, et partout où nous sommes, nous devrions être des signes de Dieu et des disciples du Christ. C’est pour que les autres personnes que nous pourrions rencontrer marchent sur le bon chemin et s’améliorent.

Cliniquement mort

Quelques années plus tard, un autre prêtre et moi avons pris de courtes vacances au Mexique, histoire de nous ressourcer. Nous étions dans une station balnéaire sur la côte. Un jour au petit matin, je me suis promené le long de la plage pour réciter mon chapelet. La mer était calme. La surface de l’eau était lisse. Il n’y avait pas de vagues le long de la plage ! Au début, je n’avais pas l’intention de nager, mais après un certain temps, j’ai décidé d’aller dans l’eau, ce qui était très agréable. Alors j’ai commencé à nager le long du rivage. Je me suis retourné sur le dos et je me suis simplement étendu là. Quelques minutes passèrent …. J’ai relevé la tête et remarqué que j’avais dérivé à bonne distance du rivage. Mais c’était encore si peu profond que je n’étais pas inquiet : pas de problème, je reviendrai dans peu de temps. Je me suis retourné et j’ai commencé à nager en rampant vers le rivage. Mais je me sentais comme si je m’éloignais encore. Alors j’ai commencé à nager plus vite, mais en vain. Je dérivais toujours dans la direction opposée !

À ce stade, la pensée m’est venue à l’esprit: « c’est un ressac! ». En fait, c’était vraiment un ressac. Je n’avais pas remarqué les drapeaux rouges qui avertissaient de cela. L’eau le long du rivage semblait être calme – c’est exactement pourquoi c’était si lisse, à cause du ressac. J’ai dérivé plus loin. À ce moment-là, j’étais vraiment loin du rivage et l’idée me vint : « N’est-ce pas étrange que même pas un instant je n’éprouve la moindre crainte de me noyer ou de subir un mal quelconque! «

J’ai ressenti la paix intérieure. J’ai simplement essayé de conserver ma force et de respirer. J’étais profondément convaincu que quoi qu’il arrive, cela ne mènera pas à ma mort. J’étais convaincu que quelqu’un me remarquerait et me sauverait. C’était vraiment comme si quelqu’un me disait les mots à l’intérieur de moi : « Ne crains rien ». À ce moment-là, l’eau m’a tellement emporté que les vagues autour de moi devenaient de plus en plus grosses.

J’ai lentement dérivé dans la vaste étendue de l’océan. Ce n’était pas une blague. J’étais à plusieurs centaines de mètres du rivage. Le martèlement des vagues me fouettait et je ne pouvais pas atteindre la surface pour prendre l’air. Le courant du ressac me tirait. Quand je suis remonté, j’ai ouvert les yeux, mais le courant m’a fouetté de telle sorte que je n’ai pas beaucoup vu. Je ne pouvais pas dire où j’étais … Alors j’ai cherché la lumière, car je savais que c’était là que se trouvait l’air. Je nageais mais maintenant ma vraie lutte pour ma survie a commencée ! Les vagues énormes battaient à plusieurs reprises. Après chaque rencontre, j’ai été entraîné plus profondément et il devenait de plus en plus difficile de me frayer un chemin vers la surface. L’idée commençait à m’atteindre que le courant pouvait me tirer si bas que je ne pourrais plus retourner à la surface.

Pendant un certain temps, la lutte a continué. Je ne pensais pas encore à la mort, mais la vague qui a suivie m’a martelé. J’avais repris mon souffle et j’essayais de le retenir aussi longtemps que je le pouvais. La vague m’a pris si profondément que je me suis retrouvé dans l’obscurité totale. Dans cette obscurité, je ne pouvais plus identifier exactement où je me trouvais et je ne savais pas non plus quelle direction prendre pour aller vers la lumière. Je ne savais pas comment me sauver ! L’air dans mes poumons s’épuisait. Un quart de minute passa. Je pensais que ma mort allait arriver sous peu. Je me débattais aveuglément, essayant encore une fois de me sauver, mais la profondeur qui me tenait sous son emprise m’enferma dans une obscurité impénétrable … Je pouvais sentir l’effondrement de mes poumons et me rendre compte que j’étais en train de mourir. La fin était venue.

L’entrée au paradis

Je n’avais qu’une seule pensée en tête: la mort allait arriver et dans un instant je me tiendrais devant Dieu lui-même ! J’ai déjà eu une expérience de Dieu (dans une vision liée à une survie miraculeuse dans un accident de voiture – mot du rédacteur en chef). Dans mes pensées j’ai dit : Dieu je viens à vous, Dieu soyez miséricordieux, acceptez mon âme ! Et à ce moment, j’ai vu la lumière de la présence de Dieu, j’étais complètement conscient.

Je pouvais voir clairement et j’étais conscient mentalement – je ne m’étais jamais senti mieux. Je pouvais voir comment mon corps s’était séparé de mon âme. J’ai entendu une voix qui a dit : Ne vous inquiétez pas pour votre corps. Vous n’en aurez pas besoin. J’ai vu mon corps replié comme un bébé dans le ventre de sa mère. Le Seigneur Dieu a créé pour moi quelque chose qui ressemble à une bulle d’air transparente. J’ai vu deux faisceaux de lumière. C’était une lumière complètement différente de celle dans laquelle j’étais immergée. Je savais que les faisceaux de lumière étaient deux anges, même s’ils n’avaient pas de forme humaine. Ces anges, ces deux faisceaux de lumière ont emporté mon corps quelque part. J’ai entendu : Ne vous inquiétez pas de cela, vous n’en avez pas besoin maintenant. C’était une belle vue. À ce moment, j’ai détourné mon attention de mon corps parce que j’ai vu une autre lumière. Mon âme a fait l’expérience de la beauté de ce qui nous attend au-delà de la mort. Je suis allé voir autour de moi et me suis retrouvé dans quelque chose qui ressemble à une pièce rectangulaire. Il n’y avait pas de plafond au-dessus, juste un espace, comme si on cherchait un beau ciel, et sur les côtés, des murs de lumière. J’étais immergé dans la lumière, qui avait ses propres frontières.

Par manque de mots adéquats, j’appelle tout cela une pièce. C’était une sorte de foyer. J’étais conscient de ma présence en tant qu’être vivant avec des bras, des jambes, etc. Il est difficile de décrire ce que j’ai vu car il n’y a rien sur terre qui puisse le comparer. Même la lumière ne peut être comparée à la lumière terrestre. J’étais baigné d’une lumière d’amour. À un moment donné, la pièce commença à s’allonger et à s’agrandir. Au fond de la pièce, j’ai vu quelque chose qui ressemble à une cathédrale.

Des couleurs, de la musique et de belles lumières ont commencé à apparaître. La cathédrale ressemblait à une cathédrale gothique, mais en verre, cristal et lumière. C’était quelque chose de merveilleux! Je savais que je voulais y aller – c’était le ciel – c’est ce que la Bible appelle la Nouvelle Jérusalem ( Apocalypse 11, 19 : Alors s’ouvrit le temple de Dieu, dans le ciel, et son arche d’alliance apparut, dans le temple; puis ce furent des éclairs et des voix et des tonnerres et un tremblement de terre, et la grêle tombait dru… ).

J’ai vu l’entrée. Je devais attendre car les gens vêtus de jolis vêtements – blancs ou divers tons de pastel (rose, vert et bleu) commençaient à se rassembler autour de moi. Chacune des couleurs (comme le pur blanc) était symbolique de quelque chose de différent.

C’était indescriptible. Les gens se tenaient habillés de longs vêtements, les mains jointes. Ils m’ont vu, mais c’était comme s’ils ne m’accordaient aucune attention. J’étais l’un d’entre eux, mais je n’étais pas le plus important. Alors j’ai demandé : qu’est-ce qui va se passer ici si vous êtes tous venus ici et nous sommes ici ? Comme personne ne répondait, j’essayai de demander de nouveau …

Une chose m’a semblé étrange : parmi tous ces gens, j’ai reconnu les morts de ma famille, mes amis décédés et des gens que j’avais rencontrés sur terre, mais la plupart d’entre eux étaient des personne que je ne connaissais pas. J’ai aussi vu des gens plus ou moins d’âge moyen. Mais quand je leur ai posé ma question, ils n’ont pas répondu. J’ai donc compris que je n’étais pas censé leur poser des questions. Ce n’était pas le bon moment. Il m’a été donné de comprendre que quelque chose d’important était sur le point de se produire. À un moment où je posais une autre question, mon père, décédé depuis de nombreuses années, est apparu. Il s’est approché de moi et s’est tenu à mon côté gauche, tandis qu’à ma droite – comme un pilier de lumière – se trouvait mon ange gardien (à ce moment-là, je ne connaissais toujours pas son nom). Mon père sembla passer son bras autour de mon épaule et dit: « Pourquoi demandes-tu ? Ne demande rien, tu sais déjà tout.

Le Jugement

J’ai ensuite eu une vision de toute ma vie. Ce qui a été bon et mauvais, mes pensées, mes paroles et mes actions étaient tous écrits comme sur le disque dur d’un ordinateur. C’était comme si le Seigneur Dieu avait appuyé sur un bouton et projeté ma vie sur le grand écran d’un film. À travers les yeux de mon âme, j’ai vu toutes les choses bonnes et mauvaises que j’avais faites dans ma vie – toute ma vie, de la naissance au présent – ainsi que le bien et le mal que j’avais expérimentés.

Lorsque je me suis trouvé dans cette lumière, certains passages des saintes Écritures me sont parvenus. Ils s’appliquaient à la situation dans laquelle je me suis trouvé. Lorsque la lumière est apparue, j’ai immédiatement pensé : je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres (Jean 8:12). Il y avait aussi des versets sur l’amour. Lumière et amour – C’était Dieu lui-même.

Je savais que j’étais en vie grâce à cette lumière. J’ai compris que la quantité de vie que j’ai en moi dépend de la façon dont je m’unis à cette lumière. En plus de cela, en tant que création de Dieu, je fais partie de cette Lumière. J’ai commencé à comprendre ce qu’est l’âme, ainsi que la manière dont Dieu a créé mon âme et mon corps et m’a ensuite confié une mission à remplir. J’ai compris les mots : Et le Roi leur fera cette réponse : En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait (Mt 25-40).

Quand Je cause des souffrances par mes paroles ou par mes actes, je ne sais pas à quel point cela fait mal à cette personne qui peut l’exprimer par la colère ou la réaction, mais lui seul sait à quel point cela fait mal. Mais est-ce vraiment seulement lui ? Non – Jésus vivant dans l’âme de la personne connaît également sa douleur, parce que Dieu partage la douleur de cette personne. Jésus, qui demeure dans l’âme de notre prochain, est le même Jésus qui vit dans mon âme. C’est aussi pourquoi, en considérant toute parole ou action donnée que j’ai exprimée ou engagée, Dieu m’a laissé reconnaître la douleur que je cause à mon prochain – et j’ai compris le fardeau du péché et à quel point cela blessait Jésus. C’était une douleur horrible – écrasante et déchirante comme un tsunami. C’était une souffrance pour les péchés pour lesquels aucune pénitence n’avait été commise, ou pour ceux qui n’étaient pas bien confessés. Le péché qui a été pardonné et pour lequel une pénitence a été commise ne m’a pas fait mal ; il a seulement été reconnu que cela avait été commis. Je n’aurais pas pu supporter la douleur que j’avais causée par les péchés que j’avais causés à Dieu si je n’avais pas été à ce moment-là baigné de cette lumière et de l’amour qui m’a nourri.

J’ai alors vu toutes mes pensées, actions, prières et souffrances que j’avais offertes à Dieu au cours de ma vie. C’était comme un baume ; comme l’amour ou une brise rafraîchissante. En un instant, j’ai reconnu toute ma vie, ainsi que la personne que j’avais été aux yeux de Dieu. J’ai vu à quel point ma vie avait été bonne et combien elle avait été mauvaise : rien ne restait caché. C’est pourquoi mon père m’a dit : Tu sais déjà tout. Il savait qu’il m’avait été accordé de connaître mon propre état tel que je me tenais devant Dieu, en qui j’étais immergé. Après un moment, j’ai entendu les paroles du Seigneur Jésus (je ne pouvais pas le voir, mais je savais que c’était Jésus : « Vous êtes entouré de ceux dont vous avez contribué à sauver les âmes. Ils sont venu vous rencontrer pour se joindre à vous pour louer le Dieu devant lequel vous vous tenez. Vous êtes entouré de ceux que vous avez contribué à sauver par votre prière, par votre souffrance et par votre amour.


C’est Dieu qui sauve, alors que nous, vivant sur terre, avons le devoir non seulement de veiller à notre propre comportement, mais aussi d’aider au salut des autres par nos choix et par le témoignage d’une bonne vie. Nous devons être des signes de Dieu afin de les aider à le connaître et à l’aimer.

Nous devons inciter les autres à trouver le salut. Après la mort, nous rencontrerons tous ceux que nous avons aidé à sauver par la prière, par la souffrance ou par tout autre moyen. Ceux qui meurent avant nous viennent nous rencontrer au moment de notre mort. Même si nous sommes encore en vie, ils prient aussi constamment pour nous, qu’ils soient déjà au paradis ou au purgatoire. Ils peuvent aussi nous remercier de s’être retrouvé au purgatoire et pas en enfer. Leur souffrance au purgatoire peut être raccourcie ou diminuée comme fruit de notre prière et de nos sacrifices, comme lorsque nous offrons des messes, la sainte communion et nos bonnes œuvres en leur nom. Et ils nous rendent notre aide au centuple car ils sont très reconnaissants quand ils se retrouvent au paradis, ils prient pour nous constamment afin que le moment de notre mort soit une expérience du véritable amour que Dieu est. C’est ainsi que se présente notre jugement particulier.

Dieu m’a permis de me souvenir de certaines impressions. Quand j’y pense, elles me reviennent comme si le ciel m’était ouvert, de la musique céleste et des vues magnifiques du ciel qui me viennent comme à travers un cristal, à travers la lumière.

La Bête

À un moment donné, je me suis retrouvé sur le rivage. Il y avait un beau coucher de soleil et un puissant rayon du soleil. Il semblait être (et je l’ai entendu dans mon intérieur) environ 20 minutes avant le coucher du soleil. Le ciel était dégagé et les couleurs incroyables. J’ai regardé le soleil, mais je n’ai pas été ébloui. J’étais entouré d’âmes qui s’étaient dirigées vers le ciel. J’ai compris que mon père était aussi au paradis.

Quand j’ai regardé la lumière et le ciel, un nuage est soudain apparu sur eux et a commencé à s’étendre. Au début, elle était blanche, mais petit à petit, son expansion s’est transformée en un nuage noir, exactement comme une tornade horrible. Ce nuage a commencé à se précipiter dans ma direction. Je pouvais sentir que je devais le regarder. Je n’ai ressenti aucune peur ou anxiété à ce sujet. Même si j’étais seul, j’étais entouré de lumière qui semblait s’enrouler autour de moi. Je me suis retrouvé dans quelque chose comme une cellule, une pièce dans laquelle je ne pouvais pas échapper.

Au bout d’un moment, le nuage changea son apparence pour devenir celui d’une horrible bête – Satan. C’était une bête macabre en forme d’animal humain. Au cours de ma vie terrestre, j’avais vu diverses images révélées par les mystiques – pas des peintres – qui représentaient un démon, mais je n’avais jamais vu un portrait aussi horrible et menaçant que celui-ci. En fait, ce n’était pas l’apparence de la bête qui était si horrible, mais la haine qui émanait de lui. Ce démon hurlant et hurlant prononçait en criant très fort des malédictions horribles et affreuses alors qu’il s’approchait de moi.

À ce moment-là, l’un des anges qui se tenait près de moi m’a dit : Regarde. Alors je me suis levé, ne craignant rien, parce que je savais que la Bête ne me ferait rien. C’était simplement une expérience de la haine que satan exsude. Je savais qu’il me détestait. Il m’a lancé des jurons et a dit qu’il ferait tout pour m’éloigner de la lumière et me jeter en enfer ! Il m’a tellement détesté pour deux raisons. D’abord parce que je suis prêtre et ensuite parce qu’il veut se venger de moi par rapport aux âmes qui m’entouraient et que j’avais aidé Dieu à sauver. Satan déteste les prêtres et déteste quand nous prions et offrons nos souffrances pour la conversion des pécheurs et pour le salut des âmes.

En faisant cela, nous arrachons les âmes de la main de Satan et les remettons à Dieu. Chaque prière pour les pécheurs, chaque souffrance subie, chaque communion reçue a un pouvoir de guérison lorsqu’elle est offerte pour l’amour de Dieu. Et pour cela, Satan nous déteste et nous persécute. Il fait tout pour nous décourager de la prière et pour nous séparer de Dieu; il nous décourage d’aller à la confession, d’aller à l’église et de faire le bien.

Le moment est arrivé où la bête a voulu se briser contre le mur de lumière qui m’entourait. Et j’ai entendu ces mots : « dites la prière ». Et j’ai immédiatement su quelle prière je devais réciter. Au plus grand sentiment de haine de la source du Mal, j’ai commencé à prier : « Par sa douloureuse Passion – soyez miséricordieux pour nous ! Ce sont les paroles du chapelet de la Divine Miséricorde, mais elles ont légèrement changé de l’autre côté. Mon âme était avec Dieu et ne demeurait plus parmi les gens. Mon ange gardien, qui se tenait à côté de moi, a récité avec moi la prière. Et au moment où j’ai prononcé ces paroles, la bête (qui est satan) cria si puissamment qu’il semblait que le monde entier aller s’effondrer. C’était un cri horrible, comme si une bombe atomique faisait sauter la terre ! Et la bête est partie en un instant, aussi vite qu’elle était arrivé et elle est retourné à ce nuage au-dessus du soleil et a disparu. Et j’ai entendu les mots: « Je t’ai permis de discerner le pouvoir de Ma miséricorde. Quand une âme fait appel à Ma miséricorde, Satan devient impuissant. C’est le pouvoir de Ma miséricorde. Vous l’avez reçu dans le chapelet de la Divine Miséricorde. Je vous ai permis de faire l’expérience de ce pouvoir. Une seule récitation suffit pour expulser satan !

Récitation du chapelet à la Miséricorde Divine (Il faut le prier tous les jours à 15 heures si possible, et à l’heure de notre mort, Jésus a promis à Soeur Faustine, qu’il sera un Sauveur Miséricordieux pour notre âme)

Le Purgatoire


Le purgatoire est une solitude ou des ténèbres – en fonction de l’état de péché dans lequel se trouvent les personnes qui y entrent. Le purgatoire est un lieu de grande souffrance. Certains niveaux du purgatoire ne sont pas différents de l’enfer. La seule différence est qu’il y a un espoir de sortir du Purgatoire, au plus tard à la fin des temps. Au Jugement dernier (la fin des temps), toutes les âmes restant dans le Purgatoire pourront sortir et trouveront le salut dans le ciel. De l’enfer, d’autre part, il n’y a aucun espoir de s’échapper, puisque l’enfer est éternel. Certaines personnes qui méritent l’enfer seront sauvées. Elles vont au purgatoire grâce à un bon travail ou grâce à la prière.

Le sacrement du baptême et de la sainte communion scelle les âmes d’un signe. Ceux qui se détournent de Dieu au moment de leur mort et qui rejettent sa miséricorde se retrouvent en enfer. Jusqu’à la fin, jusqu’au dernier moment, Dieu leur donne la possibilité du salut. Peu importe la gravité des péchés commis par un pécheur, il peut se sauver jusqu’au dernier moment de sa vie. Celui qui sera condamné est celui qui au dernier moment rejette complètement Dieu.

J’ai eu l’occasion de parler à deux membres de ma famille qui souffraient là-bas et j’ai reçu le cadeau de savoir à quoi ressemblait le Purgatoire. L’un d’eux m’a dit : « Combattez pour le paradis, parlez du Purgatoire, parlez-en dans vos sermons ». Un des prêtres m’a dit ce que je devais dire. Il a regretté qu’il n’ait lui-même rien dit sur ce qui nous attend dans la vie à venir et que, par ses mauvais choix, il avait gâché sa vie. Il a souligné à quel point les âmes du Purgatoire étaient reconnaissantes pour chacune des prières que nous leur adressons. Néanmoins, il a attiré l’attention sur le fait que ces prières et les messes offertes pour l’intention de ces âmes les aident dans la même mesure qu’eux-mêmes les ont valorisées tout au long de leur vie.

C’est une expérience incroyable – les âmes du purgatoire savent qui prie pour elles, mais elles ne peuvent malheureusement rien faire pour s’aider elles-mêmes. La Sainte Messe a le plus grand pouvoir !

Les âmes du Purgatoire qui se rapprochent de plus en plus du ciel se sentent constamment plus lumineuses et en voient davantage – elles voient la perspective de se rapprocher du ciel. Les âmes du purgatoire aspirent puissamment à être en présence de Dieu. Ce désir provoque une douleur profonde. Ce qui contribue à la douleur, c’est le souvenir de toutes les occasions perdues si elles avaient reçu la communion, si elles avaient récité une prière ou fait du bon travail. Cette douleur est le regret des occasions manquées de faire le bien … Chaque visite de la Sainte Vierge aux âmes du purgatoire est un grand répit pour elles. Ces âmes tirent le plus grand soulagement de leurs souffrances lors des fêtes mariales. De très nombreuses âmes (le plus grand nombre) sont libérées du purgatoire le jour de Noël, parce que Jésus est descendu spécialement sur la terre pour notre Salut. La Toussaint est également un jour de grande « amnistie ».

Retour sur terre

Pendant tout ce temps, je rêvais du paradis, où je voyais de loin la lumière et des bribes de la vie céleste qui m’attirait si fort. Je voulais déjà y aller. C’est à ce moment-là que le Seigneur Jésus m’est apparu sous une forme humaine et corporelle. Je voulais lui demander quand j’irais au paradis. Je savais que cela dépendait entièrement de la grâce et que je correspondait mal à la grâce, même si je savais aussi que ma confession de foi et ma demande de miséricorde n’étaient pas vaines de sens. J’ai eu très envie d’aller au paradis et j’ai ensuite entendu ces mots : « Je vais vous renvoyer sur la terre ». Alors j’ai commencé quelque chose comme un débat avec le Seigneur Jésus, parce que je ne voulais pas retourner sur terre – tout était si merveilleux là où j’étais ! Le Seigneur Jésus a dit: « Oui, je sais que vous voulez être ici, car je veux la même chose – que vous soyez ici avec moi dès que possible. Je veux que chaque âme soit heureuse ici avec moi et qu’elle soit là le plus tôt possible. Mais votre mission sur terre n’est pas encore terminée ».

« Vous devez encore beaucoup souffrir, beaucoup prier et beaucoup aimer pour que beaucoup plus d’âmes viennent à Moi. Le Seigneur Jésus a une sensibilité et une délicatesse incroyables qu’il est impossible de décrire ! Alors je lui ai répondu : « Non », mais Jésus a poursuivi: « Retournez et parlez de ce que vous avez vu. Dites leur à quel point J’aime chaque âme. Dites-leur que Je souhaite que chaque âme soit heureuse et immergée en moi. Dites à tout le monde combien J’attends chacun. Dites-leur comment ils peuvent Me rencontrer, vrai et vivant sur terre. Tout comme vous me voyez maintenant, alors tout le monde peut me rencontrer dans la Sainte Communion. Je vous attends tous à la Sainte Messe.
Ne vous inclinez pas lorsque mon prêtre lève l’hostie lors de la Consécration ; ne fermez pas les yeux, mais regardez-moi parce que Je vous regarde depuis cette hostie. Je regarde votre vie, Je vous vois, Je vous regarde avec amour et Je viens avec amour vers ceux qui Me reçoivent avec amour, pour remplir leurs âmes de Ma miséricorde et du pouvoir de lutter contre le mal. Parlez-leur de ceci.

Une hallucination ?

Après cette dernière conversation avec le Seigneur Jésus, il m’a renvoyé sur terre et j’ai entendu les mots: Levez-vous. A ce moment, j’ai senti quelque chose de solide sous mes pieds ; J’ai senti mon esprit revenir vers moi et j’ai senti mon corps. Je pouvais sentir que j’étais au fond de l’eau et je me demandais comment j’allais atteindre le rivage, puisque j’étais au fond de l’océan !

Et j’ai entendu les mots : Redressez-vous. Je me suis redressé et ma tête est sortie de l’eau. J’avais de l’eau jusqu’au menton. Ensuite, j’ai entendu: Sortez de l’eau. Alors, j’ai commencé à me diriger vers la côte et je suis sorti exactement au même endroit où j’étais entré dans l’eau. J’étais revenu à la vie parce que c’était ce que le Seigneur Dieu voulait. Pas un instant je me suis senti fatigué, je ne ressentais pas non plus d’étouffement et je n’ai pas essayé de reprendre mon souffle. J’avais simplement sauté dans l’eau et en suis ressorti – rien de plus !

Quand je suis monté sur le rivage, j’ai entendu : Asseyez-vous ! Alors, je me suis assis sur le sable, j’ai regardé dans la direction de l’eau et j’ai commencé à me poser des questions. Ma mémoire me revint et je me posai l’énorme question : qu’est-ce que c’était ? J’ai recommencé à tout voir, comme s’il s’agissait d’un film. Je pouvais voir comme dans deux dimensions différentes – comme si je revoyais tout cela à nouveau, et d’autre part comme si je regardais d’en haut. C’était incroyable ! J’ai vu tout l’événement se dérouler à partir du moment où je suis entré dans l’eau, à travers l’expérience de la noyade et jusqu’à ma sortie de l’eau. Et encore une fois je me suis demandé : « Qu’est-ce que c’était ? Est-ce réel ou s’agit-il d’une sorte d’hallucination?

L’Ange

et j’ai entendu dans mon esprit : Regarde – quelqu’un vient pour toi. J’ai regardé et j’ai vu un homme d’âge moyen qui s’approchait de moi à une certaine distance. Il avait les cheveux assez longs, clairs et bouclés ; il portait une belle chemise de couleur pastel et un livre. Il s’est approché, a levé la main et m’a salué : Bienvenue. Je l’ai salué en retour, puis nous avons commencé à parler. Il m’a demandé : comment vous sentez-vous ? J’ai répondu : bien. Etes-vous sûr que vous allez bien ? Je vais bien, j’ai répondu. Il a demandé: avez-vous besoin d’aide ? Mais encore une fois je lui assurai : Non. La conversation était incroyable. il est parti à environ 30 mètres de moi, mais malgré cela, j’ai eu un bon contact avec lui et je l’entendais très bien.

Puis il m’a abordé lentement et m’a dit : Mais il y a un instant, vous aviez besoin d’aide. Je ne savais pas qui il était ni comment il savait ce qui s’était passé. C’était très déroutant pour moi. Puis il m’a dit: Vous êtes entré dans l’eau, mais vous ne saviez pas qu’il y avait un contre courant. Et puis il m’a raconté tout ce que je venais de traverser.

Alors j’ai pensé à lui demander : si vous avez tout vu, pourquoi ne m’avez-vous pas secouru ? Et à ce moment, j’ai entendu une voix interne me dire: « Vous parlez à un ange ». Mon ange est venu à vous ». Ensuite, l’ange m’a tout raconté jusqu’au moment où la vague m’a tiré sous l’eau. Et il m’a dit: Quelques fois vous avez réussi à vous échapper, mais finalement vous n’avez pas pu vous en sortir. Puis pendant un long moment, je ne pouvais pas vous voir. Je voulais lui demander: combien de temps ?


Je me suis demandé ce qu’il en était, mais je savais que de ce côté-là, il n’y avait aucune notion du temps. Et j’ai immédiatement entendu les paroles (pas de lui, mais d’une voix interne) : « Vingt minutes de temps terrestre ont passé … Le temps n’existe pas où vous étiez, mais sur Terre, vingt minutes se sont écoulées pendant que vous étiez hors de votre corps. L’ange ensuite m’expliqua : Vous étiez parti depuis longtemps, puis je vous ai vu sortir de la mer le long de la côte, ensuite je suis venu vous ramener à la réalité ; à la fin de la rencontre, l’ange a dit : au revoir, je serai toujours là lorsque vous aurez besoin d’aide, il vous suffit de m’appeler, je viendrai vous aider.


Diverses personnes ayant survécu à la mort clinique, sont revenues à la vie sans vision. D’autres ont eu des visions du mal. Ces personnes se souviennent de ce que Dieu veut qu’elles se souviennent : ce dont elles ont besoin ou ce qu’elles peuvent et doivent partager avec les autres. Une personne ne se réveille pas de la mort clinique simplement parce qu’elle veut se réveiller, mais parce que Dieu le veut. C’est Dieu qui gouverne le monde entier. Personne ne peut vivre une seconde de plus que ce que Dieu a prévu pour eux. Donc, s’ils subissent l’expérience de la mort clinique, ce doit être dans les plans de Dieu pour eux. Cela ne dépend d’aucun homme de ce qu’il pourrait voir ou des visions qu’il pourrait avoir lors de la mort clinique.

J’ai survécu à ma propre mort. Mais il est également évident que le moment était venu de partir pour ce monde. Le moment de notre mort est déterminé. On m’a montré cela lors de mon voyage de l’autre côté. L’heure de notre mort est déjà fixée à l’heure de notre naissance. Dieu a déjà déterminé le moment – combien de temps nous vivrons et quelle mission nous devons remplir. Que nous accomplissions notre mission dépend de nous, parce que nous sommes libres. Les circonstances de la mort sont variables. Elles peuvent changer jusqu’au dernier moment, mais la date du décès est établie par le ciel. Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement (Hébreux 9,27)
Revenir en haut Aller en bas
 
Père Wieslaw : j'ai survécu à la mort ; j'ai vu le paradis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LUCIFER (Père Lamy)
» Le père Ratzinger et le préservatif
» Père Goriot 1ère S + autres Q.
» "Père-Fouettard" vs. "Papa-Poule"
» Honore ton père et ta mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeurs unis en Jésus et Marie :: De Religione :: LE PARLOIR-
Sauter vers: